Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 5 417 fois
  • 90 J'aime
  • 3 Commentaires

La magie d'une première fois

Chapitre 1

Lesbienne

Je me suis rendu compte il y a plusieurs semaine que l’une des coachs de mon centre de fitness ne me laissait pas indifférente. Toute hétéro et mariée que je suis, j’ai été un peu chamboulée par ce sentiment naissant. Après des semaines de déni puis de tristesse, je me suis enfin décidée à vivre ce qu’il y aurait à vivre, si toutefois l’objet de mon attirance ressentait la même chose que moi, sans pour autant provoquer le destin.


Après quelques semaines d’absence, je reviens avec plaisir dans mon cours préféré. Je m’installe à ma place habituelle, quasiment en face d’elle. Elle entre, dis bonjour à la volée et lance son traditionnelle regard circulaire pour voir qui prend part à son cours, quand elle m’aperçoit :

    - Salut, t’es revenue ? Je te manquais ?

    - Oui

    - C’est gentil ça !

    - Non, c’est sincère…

Ma belle me sourit et je lui réponds du plus large de mes sourires…

Le cours se passe comme d’habitude avec quelques échanges de regards et de sourires. A la fin du cours, je m’apprête à sortir de la salle quand elle me dit :

    - T’es dispo pour un ciné ce soir ? Séance de 22H car je fini à 21H seulement.

    - Oui, pourquoi pas…

    - Alors on se rejoint à 21H15 à l’accueil, le temps que je prenne une douche et on ira boire ou manger quelque

    chose en attendant la séance.

    - OK, à tout à l’heure


21H15, je suis à l’accueil. J’attends. Je vérifie machinalement mon téléphone portable pour tromper mon angoisse. Elle arrive enfin et nous partons ensemble au cinéma. Une fois sur place, elle me propose un film d’auteur un peu à l’eau de rose dont je n’ai jamais entendu parler mais j’accepte. En attendant le début de la séance, nous décidons de prendre un café.

    - Tu souris tout le temps durant mes cours. T’as l’air sympa. J’avais envie d’apprendre à te connaitre. C’est rare les gens souriants de nos jours…

    - C’est vrai. Mais, sourire, ça aide à voir les bons côtés de la vie plutôt que les mauvais.

Elle sourit, puis :

    - Alors dis-moi, t’es marié ? T’as des enfants ?

    - Oui je suis mariée mais je n’ai pas encore d’enfant. Et toi ?

    - Pareil.

Après d’autres échanges d’informations sur notre travail, notre lieu de résidence et nos loisirs, l’heure de la séance est arrivée. Il n’y a pas grand monde ce lundi soir au cinéma et seul un autre spectateur, assis au premier rang est présent dans la salle. Nous choisissons de nous installer tout au fond en plein milieu de la rangé.

La lumière s’éteint. Nos bras son côte-à-côté sur l’accoudoir. Cette simple sensation de sa peau contre le mienne est délicieuse. Je tente une approche discrète en mettant mon petit doigt par-dessus le sien, tout en surveillant sa réaction du coin de l’œil. Rien. Puis après quelques secondes, elle bouge son petit doigt et vient l’enlacer autour du mien.

Après quelques minutes d’hésitation, je décide de placer ma main sur la sienne et de la caresser du bout des doigts. Là encore, elle attend quelques secondes puis sert ses doigts autour des miens et repli sa main.

Maintenant, je n’ai plus de doute : elle ressent la même chose que moi. Je vois du coin de l’œil qu’elle me regarde, je tourne la tête. Mes yeux plongent dans son regard si pétillant. Sans nous quitter des yeux, nous nous rapprochons et nous nous embrassons du bout des lèvres. J’ai l’impression que mon cœur va bondir hors de ma poitrine. Puis à nouveau un autre baiser, plus long et plus appuyé. Portée par l‘instant, je luis dis :

    - Ça fait des semaines que j’en rêve.

    - Pareil.


Nos regards se tournent à nouveau vers l’écran. Ma main s’aventure sur sa cuisse. Lentement je remonte vers son entre jambe. Elle écarte innocemment les jambes de la largeur du fauteuil. Je caresse doucement la couture de son pantalon et je la vois fermer les yeux et prendre une grande inspiration. Mon envie de lui donner du plaisir me donne des ailes. J’étale mon manteau sur ses cuisses et je me laisse glisser discrètement de mon fauteuil afin de m’agenouiller devant le sien. L’espace est exigu mais ma tête est juste à la hauteur de son entrejambe. Je reprends donc mes caresses et j’approche ma bouche afin qu’elle sente mon souffle chaud à travers ses vêtements. Ma main droite cherche le bouton de son pantalon pendant que ma main gauche lui caresse l’intérieur de la cuisse. Je défais le bouton de son jean et descend la fermeture éclair. Je tire sur les bords pour qu’elle comprenne que je veux qu’elle l’enlève. Elle fait alors glisser son jean et sa petite culotte au bas de ses fesses. Je m’en saisi et les descend jusqu’à ses genoux.

Je sens désormais le parfum délicat de son désir. Ma main caresse délicatement sa toison. J’approche ma bouche et mon souffle chaud la fait frémir. Ma langue caresse désormais son intimité. Elle s’insinue délicatement entre ses lèvres. Son clitoris gonflé de désir s’offre à moi. Je le lèche puis le suce lentement puis plus fort en scrutant la moindre de ses réactions. Je décèle qu’elle préfère les caresses indirectes. J’écarte donc ses lèvres afin de pouvoir faire tourner ma langue autour de son clitoris. Les petits mouvements de va-et-vient de son bassin accompagnés de quelques gouttes de cyprine me donnent raison. Ce délicat nectar fait monter le plaisir en moi. Un de mes doigts caresse désormais l’entrée de son vagin par petits cercles. Les mouvements de son bassin se font plus intenses. J’introduis délicatement mon doigt à la recherche de son point G que je ne tarde pas à trouver. Rapidement, j’en insère un deuxième et je masse avec volupté ce lieu de plaisir tout en continuant mes assauts indirects sur son clitoris tendu de désir. Ces mouvements s’accélèrent. Mon bassin bouge également frénétiquement. Elle retient ses émotions mais j’entends son souffle qui devient court, ce qui fait monter le plaisir en moi. Après encore quelques mouvement son corps se tend de plaisir puis retombe sur le fauteuil. Un orgasme m’envahit également. Je retire délicatement mes doigts et laisse ma bouche collée contre son clitoris encore quelques instants.

Je remonte alors sur mon siège et nous mettons toutes deux quelques instants à nous remettre de nos émotions avant de nous embrasser.


Toutes mes excuses au réalisateur du film que nous n’avons pas regardé….mais une belle histoire vient de naître….

Diffuse en direct !
Regarder son live