Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 75 540 fois
  • 297 J'aime
  • 12 Commentaires

Mais va te branler !

Chapitre 1

Inceste

Bonjour, je m’appelle David, j’ai 20 ans et si vous êtes parents d’une jeune fille, vous n’aimeriez pas que je lui traîne autour.


Pour tout dire, je suis le stéréotype du mec que les jeunes filles rebelles adorent et que les parents détestent. Brun, de taille moyenne (1m80), je ne suis pas spécialement musclé, mais la natation que je pratique deux fois par semaine me maintient dans une certaine forme. Ayant redoublé deux fois, j’ai tout de même trouvé le moyen d’être dans les mauvais de la classe, crânant devant les filles, et répondant aux professeurs. Bref, je me suis fait à nouveau viré de l’établissement scolaire. C’était pourtant ma dernière chance selon ma mère ; elle, qui m’avait envoyé en pensionnat pour élèves difficiles.


Ma mère... Parlons-en de ma mère ! Une vraie peau de vache qui m’en veut d’être né garçon et non une fille. Elle a toujours été très jolie et aussi curieuse que cela puisse paraître, elle en a beaucoup souffert.


Depuis la puberté qui avait fait d’elle une femme désirable, tous les hommes, tels des chiens, rôdaient autour d’elle pour avoir ses faveurs. Etant tombée de connard en ordure, elle avait finalement laissé sa chance à mon père... Comme résultat, elle s’était retrouvée enceinte à 17 ans, mis à la porte par ses parents, et évidemment, plus aucune nouvelle de mon père... Bref, elle n’aimait pas les hommes et me l’avait fait ressentir toute ma vie.


Lorsque ce fut mon tour d’entrée dans l’adolescence, mon esprit rebelle et les hormones aidant, j’étais devenu l’image des hommes que ma mère décrivait sans cesse : un coureur de jupons, multipliant les conquêtes ; car c’est cela être un homme, n’est-ce pas maman ?


Me voilà donc sur le palier de la porte de la maison familiale, à attendre que ma mère rentre du travail. Elle est chef d’entreprise d’une petite startup de lingerie. Car oui, autant elle n’apprécie pas les hommes, mais ce qu’elle adore par-dessus tout, c’est de leur faire miroiter ce qu’ils n’obtiendront jamais.


J’attends donc depuis maintenant deux heures lorsque j’entends une voiture se garer dans la cour. En sortant de son Audi, ses yeux lancent des éclairs :


— Le directeur de ton école m’a appelée, il m’a dit ce que tu as fait... Bravo ! J’espère que tu es fier de toi ! Elle ne va pas porter plainte, mais elle pourrait...

— Ca m’étonnerait beaucoup, je l’ai pas forcée, au contraire ! Si l’autre con ne nous avait pas dénoncé, tout ça parce qu’il...

— Silence, je ne veux pas le savoir ! Faire ça dans les toilettes des hommes ; mais tu es dingue ! Tu tiens vraiment de ton père... A ne penser qu’à ça ! Allez, rentre à la maison et file dans ta chambre... C’est le bordel à l’intérieur, mais j’avais pas prévu d’avoir de la visite... Il faut que je réfléchisse à ce que je vais bien pouvoir faire de toi.


D’un pas rapide, Sarah, ma mère, se retourne et ouvre la porte de la maison, et alors qu’elle s’engouffre dans la cuisine, je ne peux m’empêcher de la suivre du regard. Plutôt petite (1m60), cheveux châtains virant sur le roux, elle a de belles fesses qui semblent bien fermes quand elle marche avec ce léger déhanché que lui donne ses petites chaussures à talon noir. Très élégante dans sa robe tailleur rouge, je me remémore le léger décolleté que j’ai pu apercevoir lorsqu’elle est sortie de sa voiture un peu plus tôt. D’un air de fin connaisseur, j’estime son tour de poitrine à un bon 90C.


M’arrachant de mes pensées, je rentre lentement dans la maison et monte dans ma chambre directement. L’attente de dehors m’a frigorifié ; et je ne me sens pas d’enchaîner avec une nouvelle dispute. Cela attendra le repas sans aucun doute...


**********************************************************


— A table David.


Voilà... Rien qu’à la voix, je le sens, cela va mal se passer ! Honnêtement, cela me saoule déjà, qu’est-ce qu’elle va encore trouver pour me rabaisser à ma condition d’homme ?


Le repas se passe en silence, le journal de 20h en fond sonore nous dispense d’engager le combat directement.


Alors que je débarrasse la table, ma mère éteint la télé. Cela y est, c’est parti !


— David, écoute. Je ne sais plus quoi faire de toi. Vouloir coucher avec une autre élève dans les toilettes des hommes en plus ! Qu’est-ce qui te passe par la tête ? Tu as désormais 20 ans, tu n’as pas encore ton bac, et déjà, plus aucune école ne veut de toi ! Comment vas-tu trouver du travail ? Tu voulais faire de la photographie, c’est ça ? Mais pour ça, il te faut le bac, au moins !

— Pas forcement ! Tu peux très bien ouvrir ta boîte sans rien d’autre qu’un appareil photo, suffit d’être doué !

— Et qui va te le payer cet appareil ? Moi peut-être ! Non non, Monsieur. Tu veux jouer les grands qui n’ont besoin de personne ? Eh bien, débrouille-toi pour gagner assez d’argent et bon courage pour trouver une boîte qui veuille de toi !

— Je peux bosser avec toi, et justement bosser en tant que photographe. Ca ferait d’une pierre deux coups, je gagne de l’argent et de l’expérience !

— Sûrement pas ! Un mec comme toi ! Je ne te laisserais pas approcher des filles ! Nous sommes une boîte 100% féminine, modèle comme photographe !

— C’est juste parce que tu peux pas saquer les hommes.

— Exactement, vous êtes tous les mêmes. Tu en as fait la démonstration ce matin même à ton école, ce qui t’a valu ton renvoi !

— OK, c’était une connerie, mais j’étais pas seul, y avait Lucie aussi. Et Lucie, c’est une fille, j’ai vérifié, héhéhé... De toute manière, t’es juste une mal-baisée ! C’est pour ça que tu en veux aux hommes.

— Clac*


La gifle est partie, laissant une sensation de brûlure sur ma joue. Ce n’est pas la 1re fois que je me dispute violemment avec ma mère, mais la frustration de mon exclusion ainsi que ma frustration sexuelle (le pion avait débarqué beaucoup trop tôt, rapidement alerté par l’autre fouine de Batiste). Comme un barrage qui s’effondre, cette rage me fait balancer ce que je n’avais encore jamais osé dire en face, laissant le flot de mes émotions emporter toute raison.


— Mais va te branler, maman, ça te fera du bien, lâche-moi la grappe !

— Tu crois vraiment que c’est juste ça, David ? Que si je me "branle" comme tu dis, ça ira mieux, et les hommes cesseront d’être des salauds qui ne pensent qu’au sexe ?

— Non, mais au moins tu apprendras à prendre du plaisir en te faisant baiser !

— Clac *

— Tu es bien comme tous les autres hommes : ne penser qu’au sexe, qu’au plaisir et pas aux conséquences... Me "branler" ne changera pas ma vision des hommes.


La seconde gifle avait claqué, mais cette fois-ci, cela me donne de l’énergie, l’envie d’aller au bout ! Aller au bout de mes fantasmes de jeune adulte frustré par cette mère qui rabaisse les hommes à leur simple désir primaire. Je suis maintenant déterminé à l’amener au même niveau...


— Je suis sûr que je peux te faire aimer le sexe Maman ! Tu verras, toi aussi, tu ne penseras qu’au plaisir. Je...

— Clac *


Les larmes aux yeux, Sarah vient de mettre une nouvelle gifle à un jeune homme qu’elle ne reconnaît plus. Sûr de lui, fier comme un paon, il lui propose des obscénités avec une lueur de désir sauvage dans les yeux.


Parler de masturbation la trouble particulièrement, car oui, elle est frustrée, elle le sait, mais elle se l’impose... Elle ne sera plus faible face aux hommes...


Mais face à l’homme qu’est devenu son fils, devant sa fougue et son regard brûlant de désir, elle sent sa raison et sa volonté vaciller. L’atmosphère a changé et elle n’est pas sûre de pouvoir faire front très longtemps.


— Comment peux-tu proposer une telle chose à ta propre mère ?! Comment oses-tu ? Sors de cette pièce... Immédiatement.

— Non, Maman, non. Tu cherches encore une fois à fuir, à fuir les hommes. Je le vois dans tes yeux que tu hésites, que toi aussi tu désires la même chose que moi en ce moment... Faisons un pari : je tente de te faire jouir, si je n’y parviens pas, je ne te dérangerais plus jamais avec mes désirs d’homme, mais si j’y parviens... Laisse-moi te montrer qu’une femme peut prendre autant de plaisir qu’un homme.

— Ce que tu insinues... c’est mal, très très mal.

— Rien n’est mal tant qu’il s’agit de se faire du bien l’un l’autre...


Au gré de la discussion, je m’étais rapproché lentement, pas à pas, vers Sarah qui, le dos à la table, s’est résignée à m’attendre. Les fesses plaquées à la table de la salle à manger, je suis désormais à vingt centimètres d’elle. Je m’immobilise.


Plus petite que moi, Sarah lève la tête et me lance avec un regard de défi :


— Très bien, jeune homme, tente de me faire jouir, de me faire apprécier les hommes, mais si tu échoues, tu quittes la maison, je ne veux plus te voir.


Avec un sourire victorieux, je réplique :


— Et si je gagne, je ferais de toi ma petite salope.

— Ça part mal... Ce n’est pas en parlant comme ça aux femmes que...

— Finis le temps des bavardages, ma petite maman, tu as accepté le pari ! Soulève donc ta petite robe que je puisse voir quel genre de dessous une femme telle que toi porte...


A ma grande surprise et presque timidement, Sarah s’exécute, et remonte centimètre après centimètre le tissu pour, finalement, dévoiler un sage slip brésilien. J’aperçois d’un air ravi qu’une petite tache humide souille déjà la pièce de lingerie.


Toujours lentement, avec une assurance de façade, je pose mes mains sur les deux cuisses désormais nues de Sarah, me penche en avant et hume le parfum enivrant des effluves provenant de la matrice maternelle.


Mes mains se referment alors sur ses cuisses, et dans un mouvement d’une douce brusquerie, je soulève Sarah, l’invitant à s’asseoir sur le bord de la table en chêne. Les yeux dans les yeux, je remonte alors mes mains le long de ses cuisses, jusqu’au haut des fesses, puis doucement redescends, entraînant avec moi la petite culotte.


Sarah, le désir ayant depuis longtemps gagné la bataille sur sa retenue, soulève légèrement les fesses, les bras en arrière, laissant partir le dernier rempart de son intimité.


La sensation des mains de David sur ces fesses, ses cuisses, puis ses jambes et enfin ses pieds l’électrisent. Déjà, elle sent de la cyprine s’échapper doucement de son antre, coulant le long de ses cuisses pour se répandre sur le bois de la table.


La lenteur calculée de David l’irrite, mais elle ne veut pas perdre la face ; du moins, pas déjà ; pas tout de suite. Ainsi, par provoc, Sarah ne le quitte pas des yeux lorsqu’elle écarte légèrement les cuisses avec un regard condescendant et aguicheur, d’un air de dire : "Et la suite jeune homme ?"


Devant ce spectacle, je m’exclame alors :


— C’est pas comme ça qu’on parle aux femmes, peut-être, mais regarde dans quel état tu es.


Roulant la culotte de Sarah en boule, je fais mine d’éponger la cyprine pour au final venir frotter le tissu sur sa fente. De ma seconde main, j’écarte légèrement ses lèvres et fais passer le doux morceau de tulle de haut en bas, remontant ensuite doucement jusqu’au petit bouton de Sarah qui lâche alors un léger gémissement contenu.


Je pose alors le tissu détrempé sur le côté, lui passe une main sous les fesses, de l’autre, je lui insère lentement deux doigts, paume vers le haut ; au même moment, je penche ma tête, et pose ma langue sur le bouton dressé de Sarah. Une fois mes doigts entièrement insérés, je recourbe légèrement les doigts puis retire ma main sans la sortir, puis réinsère jusqu’au bout. Je répète l’opération de nombreuses fois, accélère légèrement la cadence. Ma langue ne reste pas inactive, suivant le rythme de mes doigts.


Sarah a fermé les yeux, concentrée pour ne pas laisser échapper de gémissement, pour ne pas perdre la bataille, pas encore. La cadence des doigts de David est maintenant infernale ; sa chatte fait désormais un bruit obscène au contact de la main de David, tant elle secrète de cyprine.


— AH !


Sarah lâche un cri. David vient de retirer vivement ses doigts, laissant son sexe en manque cruel de caresse. Elle sent ses lèvres vaginales palpiter, son cœur cogner dans sa poitrine. Elle rouvre les yeux et voit David, toujours avec son sourire et son regard fou de désir, qui lui replace lentement, très lentement ses doigts et reprend son massage interne. De plus en plus vite et encore une fois, les lui retire.


Il la met ainsi au supplice trois, quatre puis cinq fois, petit à petit une sensation monte dans son bas-ventre, un peu plus fort à chaque retrait des doigts de David...


La sixième fois, lorsque les doigts de David la quittent, Sarah sent comme une barrière en elle qui se brise, une sensation de délivrance. Dans un cri de jouissance qu’elle ne peut retenir, Sarah éjecte de sa vulve des jets de cyprine. Aussitôt, par réflexe, elle se contracte pour se contenir, mais David, de sa main libre, lui tapote alors le pubis. A chaque impact de la main, un nouveau jet s’échappe de sa chatte.


Tap ! Tap ! Tap ! Tape Tap !


Rapidement, Sarah rend les armes, expulse toute la cyprine et s’écroule, haletante


Quelques minutes passent dans un long silence. Je continue de lui masser tendrement le pubis et le haut du ventre de sa main couverte de sécrétion.


Sarah, allongée sur le dos à même la table, reprend peu à peu ses esprits. Jamais encore elle n’avait eu un tel orgasme. C’est vrai qu’elle était abstinente depuis de nombreuses années, mais de là à en avoir oublié la jouissance et le plaisir que l’on peut retirer du sexe. Honnêtement, elle n’en revenait pas. Et quel plaisir que l’on ne s’occupe que de son plaisir à elle ! Que l’on cherche à la faire jouir et pas juste à se faire jouir ! Une vraie révolution se déroule dans l’esprit de Sarah.


Insatiables, les mains de David continuent de remonter lentement, arrivant à la naissance des seins, lui dégrafant ce qu’il reste de sa robe-tailleur et faisant à nouveau naître un feu en elle.


Après cette accalmie, je reprends les choses en main.


— Et bien et bien ! Tu en as mis partout ! Je crois que j’ai gagné mon pari, ma petite maman. Tu es ma petite salope désormais.


Me redressant, je défais avec des gestes lents mon pantalon, puis sortant mon membre tendu de mon caleçon, je viens le présenter au visage de Sarah, toujours allongée.


Sarah, se redressant sur un coude, entreprit alors de me branler lentement, soufflant à demi-mot :


— Oui, il semble bien que je sois ta petite salope désormais.


D’un geste triomphant et possessif, je caresse la joue de ma mère, fais passer délicatement mes doigts le long de sa chevelure et lentement l’invite à me prendre en bouche.


Sans cesser de lui caresser les cheveux, j’imprime un léger mouvement de va-et-vient. La séance que je viens de vivre a mis à mal ma résistance. Je me contracte en laissant échapper mon sexe de la bouche baveuse de Sarah et j’expulse dans un râle de petits jets du sperme, maculant le visage et la robe défaite de Sarah.


— Haaaaaaaan ! Excuse-moi, maman, je t’en ai mis partout.

— Ecoute David, vu ce que l’on vient de faire, tu peux m’appeler Sarah. Et pour ce qui est de ça... Eh bien, je crois que j’en ai également mis partout. Allons-nous laver, on nettoiera ensuite.


J’espère que vous avez pris autant de plaisir à me lire que moi à écrire cette nouvelle histoire.

Diffuse en direct !
Regarder son live