Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 6 101 fois
  • 46 J'aime
  • 2 Commentaires

Mais qu'est-ce qu'il m'arrive?

Chapitre 1

Inceste

Je me présente : je m’appelle Emma, je suis étudiante. A l’époque, je vivais avec mes parents. Mon père était quelqu’un d’assez violent et de très difficile et notre relation n’était pas au beau fixe. A ce moment-là, je venais d’avoir 18 ans. Après une énième dispute avec mes parents au sujet de mes études, je pris mes affaires et décidai d’aller habiter chez mon frère. Mon frère, Hugo, 4 ans de plus que moi, vivait en coloc avec un autre garçon, Nathan. Comme ils étaient tous les deux gays, je les soupçonnais d’être en couple.

Je sonne chez mon frère. Il ouvre, surpris : « Emma, qu’est-ce que tu fais là ? »


— Je me suis encore pris la tête avec les parents, répondis-je. Je peux squatter chez toi quelque temps ?

— Bien sûr, sœurette, entre.



Hugo m’emmène poser mes affaires dans la chambre d’amis et nous allons ensuite dans le salon pour boire une bière.


— Bon alors sœurette, c’est grave cette fois ?

— Oui, papa est de plus en plus violent.


J’explique à Hugo qui comprend bien le problème, ayant lui-même quitté la maison pour la même raison.

— Il a piqué une crise quand il a vu mes notes et m’a attrapée par les poignets. J’ai réussi à me débattre et à aller prendre mes affaires, et je suis directement arrivée ici.

— OK, bon il se calmera sûrement d’ici quelque temps, me rassure mon frère. Je pense que ça ne posera pas de problèmes à Nathan que tu squattes ici aussi longtemps que tu en auras besoin. Par contre, il faut que je te dise, nous avons une règle à l’intérieur de cet appart, c’est que nous vivons nus. Nous sommes tous les deux adeptes de naturisme et avons d’un commun accord décidé que nous n’allions pas nous embarrasser de vêtements. Du coup, tu n’es pas obligée de suivre cette règle, mais je préférais te prévenir pour que tu ne sois pas choquée de nous voir déambuler à poil.

— Ah non, pas de problèmes. C’est assez drôle, je ne t’imaginais pas naturiste, d’ailleurs t’es habillé là ?

— Oui, comme je n’attendais pas ta visite, pour ouvrir la porte, j’enfile en général une tenue, m’explique Hugo. On est naturistes, pas exhibitionnistes ahahhah.

— Ahah OK. Bon en fait si vous êtes tous les deux nus, je peux bien tester également. En plus, vous êtes gays tous les deux, je me sentirai moins gênée.

— Comme tu veux.


Plusieurs jours se passent, je continue d’aller en cours et je rejoins le soir mon frère et Nathan qui est un gars vraiment charmant. Les premiers jours sont un peu perturbants, il me faut un peu de temps pour passer par-dessus ma pudeur et ne pas fixer certaines parties du corps de ces deux mecs, mais je m’y habitue. Je vois également qu’ils me jettent parfois certains regards, peut-être peu habitués au corps féminin. De plus, je dois dire que je suis une assez belle femme, 1m70, de longues jambes, cheveux noirs longs, de beaux seins (90C).

Un vendredi soir, nous fêtons la fin de la semaine en sirotant quelques bières. L’ambiance devient très détendue et je me sens un peu pompette. Les deux garçons commencent également à être un peu chauds et la conversation dévie sur des sous-entendus sexuels. Je file aux toilettes, et en revenant, je croise mon frère dans le couloir. Il me regarde avec un drôle d’air, presque animal, ce qui me chamboule un peu et m’excite en même temps. Je reviens au salon et nous discutons jusqu’assez tard dans la nuit.

Au moment d’aller se coucher, je retrouve Hugo dans le couloir, et il me fait d’abord une blague où il m’empêche de passer plus loin. Je rigole et j’essaye de le contourner. Hugo me plaque alors contre le mur et presse son corps contre le mien.


— Hum sœurette, tu penses aller où comme ça ?


Je rigole encore mais sentir son corps contre le mien me perturbe. Mon frère est grand, un beau torse avec des muscles bien dessinés et je sens alors que sa queue est complètement au garde-à-vous. Il la frotte gentiment contre moi. Je sens des papillons dans mon bas-ventre et je respire de plus en plus bruyamment.

— Hugo... murmuré-je

Mon frère me fait alors un minuscule bisou sur le nez et s’écarte doucement.


— Allez-y princesse, vous pouvez passer.


Je rejoins ma chambre, encore toute tourneboulée par ce moment intense. Mais au lieu de ressentir de la gêne ou de la colère envers mon frère, je me sens complètement excitée. D’avoir senti sa queue contre moi m’a donné envie de la sentir encore plus prêt. Je me glisse sous les draps et ma main descend sur mon bas-ventre qui palpite encore. Je descends encore et caresse mon clitoris gonflé. En passant un doigt sur mes lèvres, je sens que je suis complètement mouillée... Mais qu’est-ce qu’il m’arrive ?

Diffuse en direct !
Regarder son live