Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 4 990 fois
  • 29 J'aime
  • 2 Commentaires

Le Maître des Poupées

Chapitre 1

SM / Fétichisme

Jeune chercheur de 28 ans, célibataire, travaillant dans un laboratoire pharmaceutique à la recherche de produits hypnotiques pour faciliter les interventions chirurgicales. J’ai trouvé un produit qui empêche tout mouvement de la personne mais augmente ses sensations. Le laboratoire a suspendu ces recherches pensant ce produit inutile.


Après avoir gagné une forte somme au loto, j’ai racheté le brevet au laboratoire. Ce dernier ne voyant pas quelles applications en faire me l’a cédé facilement pour une somme raisonnable. J’ai pu continuer mes recherches chez moi dans mon laboratoire privé et ai développé le produit de façon à ce qu’il ne soit pas dangereux et que ses effets durent 24h chez un humain adulte. Je l’ai appelé le Poupéifiant.


Pour la suite de l’histoire, je vais un peu mieux me présenter :

Comme déjà dit, j’ai 28 ans au début de cette histoire, je suis physiquement normal, un peu plus de 1,8m avec un léger embonpoint du fait de ma sédentarité et de mon goût pour les bons repas. Sexuellement, j’ai une bonne expérience, ayant eu des copines pendant les études. Et sans me vanter, j’étais classé dans les "bons coups" du cercle d’étudiants dans lequel je gravitais.

J’ai toujours eu un côté dominant dans mes relations sexuelles. Je suis bi, bien que je n’aime pas me faire pénétrer par un autre homme. Mais je n’ai rien contre une fellation de sa part ou de la mienne. En revanche avec les femmes j’aime toutes les pratiques. Du fait d’aimer la domination, je fréquente plusieurs sites internet traitant de ce sujet.


Alors que mes recherches touchaient à leur fin, j’ai commencé à me créer un pseudonyme : "Le Maître des Poupées" sur plusieurs de ces sites et à rechercher des personnes ayant le fantasme de se trouver utilisées comme des poupées.

Après plusieurs semaines à trier parmi les demandes parfois farfelues, j’ai reconnu un pseudonyme que je connaissais comme étant celui d’une femme d’environ 30 ans. L’ayant déjà rencontrée lors d’une soirée dans un cercle privé. Je la trouvais attirante et l’aurais bien courtisée, si elle n’avait pas été accompagnée par un gorille lui servant de compagnon à ce moment là. Selon mes souvenirs, elle mesure environ 1,70m est brune au cheveux longs et a un très joli visage d’ange. Lors de la soirée elle était présentée comme dominante par notre hôtesse du jour. Dans son message, elle m’avouait son envie de tester mon concept. Elle laissait aussi entendre qu’elle serait intéressée par plus si mon idée lui plaisait.


Rendez-vous est donc pris pour tester mon concept de la poupée à sensation le week-end suivant. Le vendredi après-midi prévu, je vais la chercher à la gare de la ville voisine et lui bande les yeux pour ne pas qu’elle sache ou nous nous rendons. Une fois chez moi et bien installée, je lui dit de boire et de manger avant de lui faire l’injection, car elle ne pourra plus le faire pendant 24h. En revanche, l’élimination se fera naturellement. Seuls les muscles moteurs volontaires étant inhibés par mon produit.


Une fois le repas passé, en parlant de tout et de rien, nous abordons le sujet principal pendant le dessert. Je lui demande quels sont ses fantasmes et ses attentes lors de ce test. Elle me répond donc qu’elle rêve de devenir une des poupées avec lesquelles elle jouait étant petite : habillée, déshabillée, coiffée, lavée. Elle me décrit comment à la puberté elle a continué à jouer avec ses poupées en leur faisant avoir des relations sexuelles parfois très osées, les attachant, leur faisant avoir des relations homo, bi ou hétéro selon les jours.


Après avoir discuté de tout cela, elle me décrit ce qu’elle attend de cette première fois. Elle veut que je joue avec elle comme une poupée ordinaire. Elle accepte l’introduction d’objets dans son intimité mais aucune relation sexuelle.

Une fois les règles fixées, nous nous rendons dans le salon où je lui fais l’injection qui la rendra inerte, mais lui augmentant ses sensations. Je la vois se détendre puis dans ses yeux je vois qu’elle ne peut plus bouger. Je commence à lui caresser le visage en regardant ses réactions. Aucun mouvement, comme prévu, en revanche ses yeux semblent dire qu’elle attend la suite.


Je décide de la dévêtir pour voir ce qu’elle porte sous son tailleur strict. Elle a le corps moulé dans un body porte-jarretelles noir en tulle et dentelle des plus sexy qui soit. Je commence à jouer avec ses tétons à travers le body et les pince légèrement pour voir sa réaction. Je vois dans ses yeux qu’elle a un peu mal mais qu’elle aime ça.


J’entreprends donc à jouer avec ma nouvelle poupée, je cherche une brosse, défais son chignon et commence à lui brosser les cheveux et à la coiffer comme cela m’amuse. Quand vient le moment de la déplacer, je m’aperçois qu’il me faut quand même un peu forcer pour cela. Il faudra que je me trouve des assistants assez musclés pour faire office de porteurs de poupées. Je finis par réussir à la porter là où je veux, dans ma chambre. Une fois sur le lit king-size, j’entreprends de finir de la dévêtir en me notant quelque part qu’il faudra que j’achète des vêtements pour mes futures poupées. Une fois son tailleur enlevé, je lui ôte son body puis ses bas. Elle est parfaitement épilée ne gardant qu’un ticket de métro au dessus d’une fente entrouverte et d’une chatte déjà bien humide. Je ne sais si elle l’est parce qu’elle est excitée par la situation ou par ce que j’ai commencé à lui faire. Je lui demanderai lorsqu’elle pourra me répondre.


Je cherche dans un tiroir de la table de nuit où je range certains jouets, que j’aime utiliser avec certaines de mes partenaires, et en sort un œuf vibrant ainsi qu’un plug de petite taille.


Je passe en premier le plug sur son sexe, jouant un peu avec son clitoris. Puis je le lubrifie avec ses sécrétions intimes avant de le présenter sur son œillet encore fermé et pousse lentement pour l’y faire rentrer. J’humidifie ensuite l’œuf et le rentre dans sa chatte bien ouverte. Je prends ensuite la commande de l’œuf et commence à le faire vibrer doucement. C’est alors que j’entends un gémissement s’échapper de ma poupée. Visiblement, elle prend son pied à sa situation. Je finis de l’équiper en lui mettant un bâillon gonflable et donne quelques coups de pompe pour bien lui remplir la bouche. Je la laisse ainsi et la couvre d’un drap, la nuit ne sera pas trop fraîche et cela devrait lui suffire.


Je me couche sur le lit après avoir retiré mes vêtements. Dans notre accord pour cette première fois, pas de relations sexuelles. Il ne me reste donc que ma main pour soulager la tension accumulée dans cette soirée. Ce que je fais en prenant soin tout de même de vider mon trop plein sur la poitrine de ma poupée d’un jour. Après quoi, je me mets sous les draps et m’endors. Je ne sais ce que fait ma poupée, elle ne peut pas fermer les yeux volontairement.


Au petit matin, je me réveille avec une main coincée sous les fesses de ma poupée et l’autre sur un de ses seins, agréable sensation avec la gaule matinale. Je profite de ma position pour la caresser un peu et constater que l’œuf vibrant est toujours en action et le sexe de ma poupée dégouline de mouille. Malgré notre accord, je ne peux m’empêcher d’y porter la bouche et de boire ce nectar si agréable. Après avoir joué un moment avec ses lèvres et son clitoris, tout en augmentant la vitesse de vibration de l’œuf, un gémissement me permet de comprendre qu’elle prend son pied sous mes coups de langues.

J’arrête l’œuf et vais l’installer sur les toilettes avant de lui retirer le plug anal. Bien m’en a pris, car le sphincter dilaté toute la nuit ajouté à l’impossibilité qu’elle a de se retenir, elle se vide, ce qui déclenche aussi sa miction.


Après l’avoir nettoyée, je la ramène dans la chambre, habillée avec ma chemise de la veille uniquement et l’installe sur une chaise pendant que je prépare mon petit déjeuner en caleçon avec la bite bien tendue. Le restant de la journée passe en lui mettant un nouveau plug un peu plus gros et en jouant avec l’œuf vibrant dans sa chatte et en regardant ses réactions. J’aime voir ses yeux s’embuer quand le plaisir monte. Mais je ralentis les vibrations dès que je la sens trop proche du plaisir, lui interdisant cette libération. Je sens dans son regard sa frustration. Je fais cela pour me venger de cet accord m’interdisant les relations sexuelles avec elle dans sa position de poupée. Accord qui me frustre grandement. Mais je m’interdis de me branler, je ne veux pas lui montrer ma frustration.


La journée passe vite, je fais un peu de ménage et de rangement. Dans l’après-midi je m’amuse à lui remettre son body et ses bas puis à les lui enlever en la caressant et pour finir, je lui remets ma chemise pour seul vêtement.


J’attends ensuite son retour à la réalité en la laissant couchée sur le lit avec les yeux fermés, l’œuf bien enfoncé vibrations au minimum et le plug en place.


Son retour parmi les gens mobiles se fit d’abord au niveau de la tête. Quand elle peut parler, elle m’appelle pour me demander de lui sortit l’œuf de la chatte et lui fourrer mon bite tellement elle en a envie. "Tant pis pour notre accord demandant de ne pas avoir de relations sexuelles" me dit-elle. Je ne lui laisse pas le temps de revenir sur ses paroles, je prends un préservatif dans la table de nuit pour m’en équiper, soulève le bas de la chemise, sors l’œuf après l’avoir arrêté et plonge directement ma queue dans sa chatte trempée. Elle peut enfin exprimer son plaisir et elle le fait bruyamment, jouissant une première fois à mon intromission. Je ne lui laisse pas le temps de se détendre et commence à la besogner furieusement. Au fur et à mesure que je la pistonne, elle arrive de plus en plus à bouger, d’abord ses mains avec lesquelles elle commence à se caresser la poitrine, puis ses jambes qui s’entourent autour de ma taille pour que je m’enfonce plus profondément en elle. Son plaisir arriva une nouvelle fois assez rapidement. Plaisir dans lequel je la suis, tout-deux bien excités par ces dernières 24 heures, et je me vide dans la capote tout en exprimant ma jouissance par un grognement rauque pendant qu’elle hurle son plaisir.


Après quelques minutes pour retrouver nos sens, nous nous relevons, je remets mon caleçon et elle garde ma chemise. Elle se précipite aux toilettes pendant que je vais préparer rapidement un repas. Nous nous installons dans la cuisine pour manger, elle est affamée après ces 24h immobile.


Une fois sa faim apaisée, nous commençons à discuter de son expérience.

La première chose qu’elle me dit est que lors de notre première rencontre, je lui avais beaucoup plu mais que comme je l’avais ignorée, elle avait cru que je ne m’intéressais pas à elle. Je lui explique que c’était son gorille qui m’avait rebuté, ce qui la fait bien rire. Elle me répond que c’était un soumis qui l’accompagnait parfois à des soirées quand elle était seule. Quand elle avait vu que je cherchais quelqu’un pour tester mon produit et mon idée elle avait été très intéressée pour tenter l’expérience de poupée vivante. Mais surtout elle voulait attirer mon attention.


Elle me décrit les sensations ressenties et qu’elle avait beaucoup aimé que je m’occupe de ses cheveux et de son corps. Elle avait très mal dormi tellement elle était excitée par la situation, l’odeur de mon sperme sur sa poitrine et les jouets dans ses orifices. Mais surtout, elle avait adoré le cunnilingus de ce matin et avait espéré que je rompe notre accord à ce moment là. Le reste de la journée elle m’en voulait de l’avoir frustrée, approchant de la jouissance sans l’atteindre, parfois d’une fraction de seconde me dit-elle. Elle n’en a que mieux jouit le soir. Elle est ravie de ce qu’elle a ressenti.


Une fois les sensations vues, nous faisons un point sur le reste. Elle m’avoue avoir adoré cette journée et surtout la fin. Elle veut vivre avec moi, partager ma vie et m’aider à exploiter mon idée. Nous avons passé une nuit calme mais au réveil, nous avons fait l’amour comme deux amoureux, ce que nous sommes.


Le dimanche, nous faisons une liste de ce que nous devrons faire pour développer le jeu des poupées. Ce jour là elle devient "la maîtresse des poupées" dans notre cercle privé et ma fiancée officielle pour nos familles.

Diffuse en direct !
Regarder son live