Le site de l'histoire érotique

Maîtresse Sybille et son soumis

Chapitre 1

8
4

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 7 897 fois

8

0

Mon nom est Paul, célibataire de 40 ans, brun aux yeux marron, je mesure 1 m85 et je suis de corpulence moyenne, je ne suis pas sportif. Sans être moche, je n’ai pas un physique de rêve. Je suis le prototype même de l’homme soumis. Je suis au service de Madame Sybille depuis quelques temps déjà ! C’est une Maitresse sévère mais qui sait récompenser quand on se comporte en bon esclave !


Madame Sybille doit avoir la quarantaine. Elle est formatrice en entreprise. Elle a le visage fin et autoritaire de la femme qui sait ce qu’elle veut ! Plutôt voluptueuse de corps, elle est blonde aux cheveux longs. Sa chevelure tombe sauvagement sur ses épaules et avec des yeux bleus et profonds, elle est magnifique!

Elle affectionne les mini-jupes noires et les chemisiers blancs. Elle ne porte que de belles cuissardes à très hauts talons noirs vernis, le tout avec des bas résilles! Elle possède, une poitrine généreuse mais qui semble ferme. Elle laisse souvent entrevoir, pour le bonheur de la gente masculine, son généreux décolleté. Les regards se tournent souvent vers elle ! Elle dégage une aura autoritaire de femme fatale qui subjugue !

Aujourd’hui, au bureau, la journée a été dure pour elle ….


Maîtresse, vous rentrez de votre journée de formation et vous êtes fatiguées. La journée a été pénible et vos cuissardes à talons hauts vous ont un petit peu faite souffrir toute la journée. Mais quel bonheur de voir tous les hommes à vos pieds à saliver devant des bottes aussi sexy et tellement empreinte du symbole de votre domination féminine.

Quand vous entrez dans votre appartement, je suis déjà là. Vous m’aviez envoyé un texto avant d’arriver chez vous pour que je me tienne prêt et dispo pour vous. Je suis donc là à genoux à même la moquette, simplement vêtu du string noir que vous m’aviez acheté. Il fait bien ressortir mes fesses que vous adorez tant meurtrir quand je ne suis pas assez sage pour vous.

Un sourire de satisfaction sur lit sur vos lèvres ! J’ai presque un orgasme à la vue de la joie que je Procure à ma maîtresse.

Vous refermez la porte et vous allez vous asseoir dans le grand fauteuil noir style Louis XV que vous affectionnez tant. Je vous suis, toujours à quatre pattes, pour montrer ma soumission à vos désirs.

« Enlève mes cuissardes immédiatement ! » votre ton est autoritaire.

Je m’exécute prestement pour vous libérer du supplice de ces magnifiques objets de tant de désir pour moi. Rien que d’effleurer le cuir des cuissardes que vous portez me donne des érections que je ne puis contrôler.

Je défais un à un les crochets qui maintiennent les lacets et délicatement je retire vos cuissardes et les pose religieusement à côté du fauteuil.

Alors apparaissent à moi vos jambes magnifiques ! Gainées de bas résilles noirs à large mailles, vous les frotter sensuellement l’une contre l’autre en faisant courir votre pied sur votre tibia. Cela vous délasse de ce qu’a fait subir votre journée à vos magnifiques jambes. Je suis en émoi de vous voir ainsi ! Je n’arrive pas à contrôler mon érection. Mon sexe sort de mon string qui est bien trop petit pour pouvoir contenir l’engin.

« Alors ça t’excite de voir mes jambes mon petit toutou ? Nettoie-moi un peu les pieds avec ta langue, ma petite lopette !»

Je n’en attendais pas moins ! Je commence à donner des petits coups de langue sur vos orteils qui dépassent des mailles de la résine de vos bas. Je passe délicatement ma langue sur vos magnifiques doigts de pieds manucurés, aux ongles peint en rouge vif ! Je les lèche, je les suce, je les aspire ! Le goût est fort et l’odeur un peu âpre mais quel plaisir de s’occuper de sa maîtresse et de lui rendre un tel hommage. Maintenant mon érection est à son maximum, c’est douloureux car j’ai les couilles bien pleines et serrées dans le string. C’est assez insupportable. Je gémis.

 Vous vous amusez de mon inconfort et délicatement avec votre autre pied, vous passez entre mes cuisses et vous caresser doucement mes testicules et mon pénis. Je n’en peux plus, je suis prêt à éjaculer ! Vous me connaissez bien et vous stoppez net vos attouchements.

Vous écartez alors lentement vos deux cuisses et telle une offrande au mécréant que je suis, vous me dites :

« Remonte un peu par ici et occupe-toi bien de ma chatte, j’ai envie que tu me donnes du plaisir pendant longtemps ! Et appliques-toi sinon gare! »

Je remonte lentement ma langue le long de vos jambes gainées pour atteindre le fruit de tous vos plaisirs ! Quand j’approche de votre vulve pulpeuse, je remarque qu’encore une fois vous êtes sortie sans culotte. Vous adorez ça ! L’air frais sur votre chatte décuple votre envie sexuelle. Et quand un homme pose un regard insistant sur vous, vous écartez légèrement les jambes, justes pour qu’il voit que vous n’avez rien en dessous votre mini-jupe ! Ça les troubles toujours et vous vous en amusez beaucoup!

Donc, j’arrive enfin jusqu’à votre chatte aux plis fins et délicats. Je commence par lécher l’intérieur de vos cuisses, juste à la lisière de votre vagin. Cela vous fait un peu frissonner, vous soupirez un peu ! Puis je m’aventure plus en avant. Je donne quelques coups de langue sur l’extérieur de vos lèvres charnues que j’alterne avec quelques baisers sur le pourtour de votre chatte ! L’odeur est forte, elle me monte au nez. Mais cela augmente votre excitation et mon envie d’y plonger ma langue plus au fond ! Mais je fais preuve de patience pour vous donner le maximum de plaisir ! Vous soupirez encore au contact de mes baisers ! Puis d’un coup, Vous basculez votre bassin au bord du fauteuil et vous passez vos jambes autour des accoudoirs et dans un souffle vous me lancez:

« Vas-y… »

Merci Maîtresse ! Je prépare alors une bonne dose de salive dans ma bouche et du bout de la langue je remonte de l’intérieur de votre vulve jusqu’au clitoris en déposant une grande quantité de bave bien chaude ! Vous vous cambrez sous l’effet de l’onde de chaleur qui vous parcourt ! Je recommence l’opération plusieurs fois… lentement en appuyant bien à la fin sur votre clitoris ! Vous gémissez ! Cela vous plait ! Moi je me délecte du gout de votre cyprine qui coule de votre chatte en flot continu !


Au bout d’un moment, je pose enfin ma bouche sur votre clitoris saillant et j’aspire goulument. J’alterne sucions et léchouilles ! Vous vous tortillez de plaisir ! Votre clitoris grossit sous mes lèvres ! Je le pompe comme on suce une petite bite ! Je le mordille, je l’agasse…vous gémissez de plus belle ! C’est alors que je décide d’enfoncer mes doigts au plus profond de votre vagin. Je pars à la recherche de votre point G. Quand je trouve enfin la vilaine bête, je le masse et le malaxe comme un forcené ! Vous avez le corps électrisé, pleins de spasmes ! …quel bonheur de vous voir prendre votre pied !

J’aspire de plus belle votre clitoris ! Et là, dans un orgasme terrible, avec dans un jet de mouille spectaculaire, vous m’inondez le visage ! Je plonge ma langue au plus profond de votre vagin trempé ! Quel goût ! Quel plaisir ! Je bande comme un bouc !

Enfin au bout d’un certain temps vous émergez de votre orgasme ! Vous me repoussez du pied…vous me lancez avec mépris :

« Va te laver esclave, j’aurai peut-être envie de baiser tout l’heure »

 Je me relève péniblement, j’ai la queue bandée à mort et les couilles pleines… pourvu qu’elle me les vident plutard….mais merci maîtresse pour tout ce jus….