Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 10 348 fois
  • 62 J'aime
  • 1 Commentaire

Le mâle Alpha

Chapitre 1

mon fantasme

Voyeur / Exhibition

LE MALE ALPHA. 1


— Un homme ne connaît réellement sa femme que lorsqu’il l’a vue faire l’amour avec un autre.


(Arthur Miller)



Lui

Depuis des années, j’ai un fantasme. J’imagine ma femme avec d’autres hommes. J’ai fini par lui en parler. Je me suis fait traiter de tous les noms. Mais l’idée qu’elle puisse prendre du plaisir avec un autre homme, qu’elle s’autorise des choses qu’elle s’interdit avec moi, qu’elle engloutisse un sexe plus grand que le mien dans sa bouche me met dans tous mes états. Mais elle n’a aucune envie que mon imagination débordante devienne réalité.


A force de temps et d’entendre mes désirs de candaulisme, l’idée fait son chemin dans son esprit et elle commence à admettre que ça l’excite terriblement. Elle me promet de passer à l’acte à l’occasion, mais il faut que j’arrête de lui mettre la pression.

Il faut maintenant qu’elle trouve un amant pour satisfaire mon fantasme. Ma seule condition, c’est que celui qu’elle me présentera soit bien membré, car j’ai un sacré complexe de ce côté-là.


Elle

Comment un mari peut-il avoir une telle idée ? Mais ça commence à tourner à l’obsession pour lui. Je me suis donc mise en chasse. Pas facile quand on est une femme fidèle.

J’ai fait deux ou trois essais, mais j’en suis revenue très déçue, ce n’est pas si facile de trouver un pigeon qui soit aussi un étalon, l’emballage étant souvent trompeur.

C’est sur une piste de danse avec un cavalier inconnu un peu entreprenant que tout a vraiment débuté. Quand j’ai senti sa main frotter le bas de mon dos, je l’ai laissé faire. Il a la quarantaine, assez grand et plutôt bien foutu, je le laisse continuer son petit manège, me frottant discrètement contre lui pour lui montrer mon intérêt. J’aime sentir ce corps viril se presser contre moi et sa main me caresser délicatement les hanches. Il s’enhardit, mais ça commence à aller trop loin pour aujourd’hui.


Je le laisse et rejoins mon amie à sa table, jetant de temps en temps un œil vers lui. Il est grand et costaud avec un charisme animal se dégageant de lui. Quand nous partons, quelqu’un agrippe mon bras, c’est lui, il me donne une carte avec son numéro puis s’en va sans un mot.


Quelques jours passent. Mon mari revient à la charge régulièrement avec son fantasme, si bien que je me décide à appeler l’inconnu rencontré en boîte de nuit. Lui ou un autre...

Je lui envoie un SMS et il me répond en me donnant un RV à l’hôtel avec une date. Il ne doute vraiment de rien, mais je m’empresse de lui répondre, me rappelant cet homme, son allure de mâle dominant.

C’est ce soir, j’ai prévenu Sébastien que je vais me faire prendre par un autre que lui dans quelques heures. Je me suis habillée de façon très sexy et suis sortie en lui souhaitant une bonne soirée.


Je suis la première et monte dans la chambre d’hôtel, mais prise d’une crise d’angoisse, j’ai soudainement envie de m’enfuir.

Trop tard... La porte s’ouvre et mon inconnu entre dans la chambre. Aussitôt, il s’approche et m’embrasse sur les lèvres en silence, un rapide... Je ferme les yeux et ouvre la bouche, nos langues se mêlent. A son contact, mon corps s’embrase en un instant, déjà tout à lui.


Il m’enserre dans ses bras, mais une main baladeuse resserre son étreinte sur mes fesses. Je sens déjà son sexe durcir, devenir de plus en plus dur, de plus en plus grand à travers son pantalon. Je n’ose pas toucher son membre, mais il s’écarte de mois, attrape ma main et la colle sur son membre à l’étroit dans son pantalon.


Je le caresse à travers le tissu. Doucement, il me pousse vers le lit et nous nous allongeons en continuant à nous embrasser. Je le repousse enfin pour déboutonner son pantalon et m’emparer de son sexe. Bingo !!!


J’ai enfin trouvé un chibre grand et épais et je suis flattée de l’avoir déjà mis dans cet état. Je caresse le membre toujours plus grand, peut-être même un peu trop. Ma bouche le gobe et celui-ci prend possession de toute la place disponible, butant au fond de ma gorge.


Il se saisit de mes cheveux pour imprimer sa volonté. Je déteste ça, mais le laisse faire de peur qu’il devienne brutal. Le rythme est pris et son engin va-et-vient dans ma gorge.

Je me surprends à y prendre de plus en plus de plaisir. Je ne me savais pas si salope. J’ai du mal à respirer, mais ne peux rien faire pour m’extraire de son étreinte. Je réalise seulement maintenant qu’il ne me force plus, mais que c’est moi qui engloutis ce sexe du plus loin que je puisse.


Il faut que je refrène mon envie sinon il va jouir dans ma bouche. Je retire doucement sa verge de mes lèvres pour contempler ce chibre. Il est plus grand et plus gros que celui de mon mari, ça, c’est sûr.


Je veux connaître la sensation de prendre possession d’un tel pal dans mes entrailles.


— Prends-moi !



Il m’obéit sans dire un mot, m’aide à me déshabiller et je fais de même pour lui. Il reprend ses baisers, dans mon cou d’abord, puis sur mes seins, avant de descendre de plus en plus bas, jusqu’à mon sexe. Il commence à lécher ma fente et mon clitoris, me faisant cambrer de désir puis se redresse et me prend sans ménagement.


Nous faisons l’amour passionnément. Il pénètre si profondément en moi que je pousse un puissant râle de plaisir. Chacun de ses coups de reins est une décharge d’adrénaline qui parcourt tout mon corps. Comme un métronome, ses coups de boutoir sont puissants, mais lents et réguliers.


Mon plaisir est intense et se ponctue par un orgasme violent. Il arrive lui aussi au plaisir.

Après quelques minutes pour retrouver mes esprits, je m’apprête à me rhabiller, mais la soirée n’est pas terminée pour lui. Sébastien devra attendre plus longtemps mon rapport ...

Je me découvre plus libérée sexuellement que je le croyais, débarrassée des entraves de notre civilisation comme si un double de moi avait pris ma place. Est-ce le fait de réaliser les fantasmes de Sébastien ?


Mon récit de cette aventure a rendu littéralement fou de désir mon mari et nous avons fait l’amour comme à nos premiers jours de mariage.

Après une douche, je me plonge nue et toute fraîche dans le lit conjugal. Lui aussi est nu et me caresse doucement, tellement excité à l’idée d’entendre le récit de ma soirée. Il prend ma main et la pose sur son pénis pour m’inviter à le branler. Je le caresse avec douceur, mais il veut que je lui raconte :


— Il est beau ?

— Pas spécialement, mais il est attirant, il est assez grand avec un corps de sportif musclé.


Sa main est dans ma chatte et nous nous donnons mutuellement du plaisir ponctué de gémissements. Je continue à caresser son sexe, mais il veut connaître la suite.


— Comment est sa queue ?

— Oh... Plus que correct, un beau morceau.

— Plus grande que la mienne ?

—...............

— Réponds-moi ! Tu as trouvé ce que je t’ai demandé ? Dis-moi si sa bite est plus grosse...

— Pourquoi ça t’importe tant ? Oui... plus grosse et plus grande !


Je me remémore avec émotion la belle taille de la verge de mon amant. Je suis toute excitée et on dirait que lui aussi en pensant que je me suis fait prendre par un homme bien membré...


— Tu l’as prise en bouche ? Tu as aimé ça ?

— Oh ouuuiii, mmmh ! Quel effet de sentir au fond de sa gorge une telle bite ... bien au fond, mmmh ! ... Il me tenait par les cheveux pour caler tout au fond de ma bouche son énorme bite.


Il reste sans voix en s’imaginant ma bouche déformée par une belle queue.


— Tu as aimé sa grosse bite au fond de ta gorge ? T’as pas essayé de l’en empêcher ? Pourtant tu détestes que je bloque ta tête avec mes mains quand tu me fais une fellation. Pourquoi tu l’as laissé faire lui ?

— Ben ! J’ai pas osé lui dire non... Je ne sais pas si j’avais peur de sa réaction ou pour l’effet que ça me faisait. Il était si fort et sa teub si grosse...

— T’as aimé ça ? T’as aimé qu’il te baise la bouche ?

— Oui j’ai aimé ça... Sa grosse bite entre mes lèvres. C’était trop bon et je te rappelle que c’est toi qui le voulais.

— T’es une belle salope ! Tu aimes sa bite ?..... Est-ce que tu aimes sa bite ? Tu la veux encore ?

— Mmmhhh... oui... oh oui... J’aime sa bite !


A suivre...

Diffuse en direct !
Regarder son live