Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 16 697 fois
  • 72 J'aime
  • 4 Commentaires

Ma maman chérie

Chapitre 3

Inceste

Charlotte

 

Charlotte se couche sur moi à l’envers, je sens ses seins s’écraser en bas de mon dos, ses mains m’écartent les fesses, sa langue se pose sur ma rondelle pour la lécher. Elle descend jusqu’à mon périnée pour me le mordiller, je commence à bouger du bassin, j’ouvre mes jambes pour lui faciliter l’accès. Sa langue se glisse sur ma rondelle pour finir une nouvelle fois sur mon périnée, j’en ressens un merveilleux frisson. Je sens l’odeur de sa cyprine, son sexe est juste au-dessus de ma tête, mais je suis sur le ventre, je ne peux rien faire. Elle lève sa tête, j’en profite pour me retourner sur le dos et lui saisir les fesses pour plaquer son sexe contre ma bouche. Je me délecte de son jus d’amour, elle ruissèle littéralement, je suis submergé mais j’adore et j’avale avec délice la preuve de son excitation. C’est vrai qu’elle est liquéfiée, elle dégouline de cyprine, je me régale. Mais sa langue est d’une rare efficacité, je pars dans un sublime orgasme qui m’amène là où je ne suis jamais allé. Je plane, je vol, je suis éparpillée dans l’univers, je me raidi et lui mords les lèvres. Je la sens vibrer sur moi, elle aussi elle jouit, ça augmente encore mon extase, mon cœur est au bord de l’explosion, c’est le trou noir.

 

Je me réveille sous les baisers de Charlotte, elle me regarde, ses yeux de biche sont inquiets, elle me sourit.

 

–Ça va ma chérie ?

–Oui, ne t’en fais pas, juste une petite perte de conscience, mais c’est de ta faute, tu m’as trop faite jouir. 

–Et je compte bien recommencer encore plusieurs fois.

–J’y compte bien.

 

Je suis un peu fatiguée, le lever a été matinal, j’ai envie de m’allonger sur mon lit avec Charlotte, je veux la sentir contre moi et dormir dans ses bras. Je me lève, la prends par la main et l’amène dans ma chambre. En passant devant la porte de la chambre de maman, je la vois allongée sur le dos, les jambes ouvertes, elle dort profondément. Je remarque que son sexe brille, mais je ne vois pas comment elle a pu s’exciter. Charlotte la voit aussi, elle me regarde.

 

–Ta mère est très belle, comment se fait-il qu’elle soit seule ?

–Simplement parce qu’elle en a marre des hommes, mais ne t’en fais pas, elle a beaucoup de copines, elle devait être un peu fatiguée ce matin n’est-ce pas ?

–Oui, je l’ai trouvé un peu ailleurs, mais elle assure quand même.

–Elle venait de passer la nuit chez une de ses copines, elles font l’amour toute la nuit quand elles sont ensemble.

–Je comprends mieux.

 

 Je l’allonge sur mon lit, elle se laisse faire avec un plaisir évident, elle me tend les bras, je me laisse aller dedans, j’aime sentir ses seins contre les miens, son ventre sur mon ventre, son pubis frotter le mien. Je suis bien dans ses bras, mes yeux se ferment, je ne veux pas résister au sommeil qui gagne sur moi.

 

–Dors ma chérie, je suis là, je veille sur toi.

 

Je ne réponds pas, Morphée me prend lui aussi dans ses bras, je suis bien, je m’endors sereine veillée par Charlotte. Mon sommeil est peuplé des corps de Charlotte et de maman, je me vois faire l’amour avec les deux, mais je vois aussi Charlotte faire l’amour avec maman. J’ai un pincement au cœur, en fait, je suis jalouse des deux, de voir Charlotte avec quelqu’un d’autre me serre le cœur, mais de voir maman avec elle me serre le cœur aussi. Je me réveille au bout d’une bonne heure de sommeil, Charlotte me tient toujours dans ses bras, j’ouvre les yeux sur son magnifique visage qui me sourit.

 

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

–Alors chérie tu as bien dormi ?

–Oui, mais j’ai fait des rêves étranges ?

–Ah bon, tu as été pourtant très calme, tu n’as pas bougé d’un iota.

–J’ai rêvé qu’on faisait l’amour toutes les deux, mais aussi avec ma mère et toi aussi.

–Avec ta mère ?

–Oui, toutes les trois ensemble, ça me rendait jalouse.

–De qui.

–Toi avec elle, j’étais jalouse, je ne te voulais que pour moi, mais toi avec maman, j’étais jalouse car je la voulais que pour moi. 

–Tu ne serais pas un peu possessive par hasard ?

–Oui, je suis très possessive en amour, mais malgré ça, je ne suis pas un modèle de fidélité, je te préviens.

–Je tacherais de m’en souvenir, moi, en général, je suis fidèle quand j’aime quelqu’un, et je crois que c’est le cas pour toi. 

–Je dois dire que j’éprouve un étrange sentiment vis-à-vis de toi, ça ne m’est jamais arrivé, je ne sais pas si c’est de l’amour, je ne l’ai jamais vraiment connu.

–L’avenir nous le dira, laisse-moi t’embrasser ma chérie.

 

Elle se penche sur moi pour poser ses lèvres sur les miennes, je me donne totalement à ce baiser, à chaque fois que sa bouche touche la mienne, mon cœur s’emballe, mes tripes se nouent, je ne suis plus la même. Je n’ai jamais connu un tel sentiment, mais il ne m’effraye pas, je reste réceptive, je veux voir ce que ça va donner. Elle me caresse tendrement avec sa main droite, je ne bouge pas, je reste inerte, seule ma langue est active dans sa bouche, je laisse mon corps à la main de Charlotte, c’est trop agréable. Elle finit par arriver sur mon sexe, j’ai déjà les jambes ouvertes, je reste dans ma position. Un doigt vient se lubrifier entre mes lèvres inondées, il vient titiller mon clitoris, là, mon bassin bouge un peu, elle s’en réjouit. Elle quitte mes lèvres.

 

–Quand même, tu bouges un peu. 

–Oui, mais continu, j’aime trop tes lèvres sur les miennes.

 

Elle repose ses lèvres sur les miennes, sa main continue d’explorer mon sexe, son doigt inquisiteur s’enfonce dans mon vagin, il rencontre une résistance, elle réalise que je suis vierge, le doigt se retire pour aller agacer mon clitoris. Toutes ces manœuvres sur mon sexe finissent par déclencher un sublime orgasme, mon corps explose dans un gigantesque feu d’artifice, je ne suis plus un être vivant mais un nuage planant au-dessus de tout le monde, une onde de plaisir parcourant mon corps. Je ne peux m’exprimer, sa bouche m’empêche de hurler. Lentement je reviens à moi sous ses caresses aériennes, j’ouvre les yeux pour voir ce merveilleux visage me sourire. 

 

–Ça va mon amour ?

–Oui, merveilleusement bien, je crois que moi aussi je t’aime ma chérie.

–Eh bien, on peut dire que ça a été rapide.

 

C’est maman, nue dans l’encadrement de la porte qui nous regarde.

 

–Tu es là depuis longtemps ?

–Suffisamment pour t’avoir vu te donner corps et âme à ton amour et jouir, tu es magnifique quand tu jouis ma chérie, transcendée.

–Je ne regrette pas de t’avoir accompagné chez toi Eléanore, je crois que j’ai rencontré la femme de ma vie et j’espère qu’il en est de même pour Lili. 

–Vous êtes libre de vous aimer, je n’y vois pas d’inconvénient, vous êtes adultes.

–Je crois que moi aussi j’ai rencontré la femme de ma vie, mais rien ne nous séparera maman chérie.

–J’y compte bien, mais j’aimerais prendre une douche, tu viens me laver ?

–Te laver ?

–Je ne vois pas comment je peux faire avec ces bandages.

–Ok, j’arrive. 

–Non, pas tout de suite, je vais aux toilettes, je t’appelle.

 

Charlotte referme ses bras sur moi.

 

–Tu reste mon jouet, je m’occupe de toi.

 

Sa main recommence son voyage sur mon corps, elle va de monts en vallée, en passant par une plaine plate et lisse. Une nouvelle fois, son doigt se glisse entre mes lèvres pour se lubrifier et venir titiller mon clitoris d’une caresse aérienne, il l’effleure.

 

–Tu es vierge ?

–Oui, toujours.

–Et tu comptes le rester ?

–Je ne sais pas, j’ai horreur des mecs et je ne vois pas comment le perdre sans eux.

–Moi oui, comme moi, avec un gode.

–Tu as été déflorée avec un gode ?

–Oui, j’ai été défloré par ma sœur avec un gode, j’avais envie de voir ce que donnait un engin dans le vagin, et je dois dire que je ne regrette pas du tout. Je me gode régulièrement, j’ai cinq godes différents, elle a même fait la même chose avec ma petite rondelle.

–Elle t’a mis un gode dans le cul ?

–Oui, et je recommence très souvent, je suis très sensible de l’anus, c’est une zone extrêmement érogène chez moi.

–Tu fais l’amour avec ta sœur ?

–Je faisais l’amour avec ma sœur, mais maintenant elle est à Paris, elle vit avec une fille, elle aussi est lesbienne comme moi, on ne se voit pratiquement plus.

–Et tu l’as vécu comment ?

–Relativement bien, j’ai eu beaucoup de copines, moi aussi je ne suis pas fidèle quand il n’y a pas d’amour, mais je te promets qu’avec toi, c’est différent, toi, je t’aime, je t’aime comme une folle.

 

Son doigt me titille toujours le clitoris, je finis par jouir de nouveau, mais cette fois, je m’exprime.

 

–Ah oui, oui, ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, je t’aime, je t’aime.

 

Quand j’ouvre les yeux, c’est pour voir maman dans l’encadrement de la porte, elle me regarde attendrie, elle me fait signe.

 

–Allons-y chérie.

–Vas-y chérie, mais occupe-toi bien de son corps, elle n’attend que ça, vas-y, je ne serais pas jalouse, et profites en toi aussi.

 

Charlotte ouvre ses bras, je me lève et suis maman dans la salle de bain. Je règle l’eau, elle écarte les bras et se glisse sous la cascade pour se mouiller. Je savonne mes main pour la laver, elles glissent sur sa peau, je n’avais pas réalisé que j’allais en fait la caresser. Je passe sur le dos, le ventre, les jambes, mais il va bien falloir arriver à ses fesses, ses seins, son sexe. Elle me regarde droit dans les yeux.

 

–Lave moi complètement chérie, je veux être nickel.

 

Je commence par ses fesses, je les écarte un peu pour lui laver la rondelle, elle donne un petit coup de rein en arrière. Je la rince et monte vers ses seins. Je les enveloppe avec mes mains, mais c’est plus fort que moi, je ne peux toucher des seins sans les caresser, même ceux de maman. Mes mains les caressent tendrement, je vois qu’elle ferme les yeux, elle se donne à moi, je peux faire ce que je veux. Je les rince pour finir sur son pubis. Maman réagit à mes mains sur son corps, mais moi aussi je réagis, mon sexe ruissèle de cyprine. Je me savonne une main et la glisse entre ses cuisses, elle les ouvre au maximum possible, mes doigts glissent sur ses lèvres, je sens son clitoris gonflé, un doigt s’enfonce un peu dans son vagin, elle ondule du bassin. Je ne peux plus résister, j’ai envie de ce sexe, je la rince et m’agenouille devant elle, mes mains lui agrippent les fesses pour plaquer son sexe contre ma bouche. Ma langue s’active sur son clitoris et ses lèvres, je me goinfre de sa cyprine, c’est ma maman que je vais faire jouir, je suis moi aussi au bord de l’orgasme. Elle finit par se raidir et jouir.

 

–Oh oui ma chérie, c’est merveilleux, oui, oui, ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii.

 

Je ne me redresse que quand je la sens de nouveau détendue, elle me regarde.

 

–Sers moi fort ma chérie, j’ai envie de sentir ton corps contre le mien.

Diffuse en direct !
Regarder son live