Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 15 960 fois
  • 16 J'aime
  • 0 Commentaire

La maman de Michel

Chapitre 6

Hétéro

’matinée’


Bonjour, je m’appelle Michel, j’ai 19 ans, vous avez pu faire

connaissance dans les épisodes précédents.


En cette fin de matinée d’automne, j’ai nettoyé le jardin (ramassage de

feuilles mortes), ma mère est à la cuisine quand je rentre dans la

maison. Elle prépare le repas, elle ne s’est pas encore changée, elle

porte sa robe de chambre satinée bleu foncé, attachée à la taille par

une ceinture nouée de couleur rouge. La blancheur de sa peau contraste

avec le vêtement sombre. Je la regarde un peu de dos, ses fesses remuent

en même temps que le mouvement des mains qui épluchent les légumes, la

robe de chambre lui arrive juste au dessus des genoux. Je rentre dans la

cuisine.


moi : - Ca y est maman, j’ai fini le jardin, je vais me doucher.

maman : - Oh ! Tu m’as fait peur Michel, je me croyais seule.


Elle a laissé tomber un torchon, elle s’accroupit pour le ramasser, les

pans de sa robe de chambre s’ouvrent et je peux apercevoir sa culotte

noire, la ceinture s’est un peu relachée, elle ne porte pas de sous-tif,

je mate les masses blanches que forment ses gros nénés, je vois même les

tetons. Je m’accroupis moi aussi, face à elle, pour faire semblant de

vouloir ramasser, elle n’est pas dupe et me sourit. Ma mère écarte un

peu plus les cuisses et me prenant par le poignet, enfile ma main

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

droite entre ses jambes et la pose sur sa culotte.


maman : - Ca te plaît ?

moi : - Bin.... oui bien sûr maman, ça me fait triquer.


Je sens bien sa motte touffue, ça fait un petit renflement, quelques

poils dépassent, elle ne s’épile pas, laissant sa jungle foisonner. Je

pose ma main gauche sur sa cuisse droite et me plaçant un peu plus de

profil, je glisse un doigt sous l élastique latéral de la culotte juste

pour que mon pouce puisse glisser de haut en bas dans les boucles de ses

poils, ainsi je peux également masser sa fente, avec la tranche de la

main, par dessus le tissu avec mon index, je sens bien cette fente dans

laquelle la culotte rentre un peu, je caresse en appuyant assez fort,

une humidité se dépose sur mon doigt, maman commence à mouiller. Je

continue à passer mon index sur toute sa longueur de bas en haut sur sa

fente, je décide de lui caresser avec ma main gauche, ses gros nénés qui

sortent presque du vêtement très échancré.


moi : - Ohhh maman tes nichons ! Tes nichons, qu’ils sont beaux, qu’ils

sont doux.

maman : - Hummm ! Ils te plaisent les gros nénés de maman hein ?

moi : - Ils sont magnifiques.


Maintenant très excité, je me mets à la peloter avec les deux mains, je

palpe, je masse, je pétris, je joue avec les tetons qui durcissent, je

serre fort, la peau devient rose, on voit les marques de mes doigts, je

suis en train de peloter ma mère, mes fantasmes commencent à se

réaliser. Il faut maintenant changer de position, ainsi accroupi, j’ai

mal aux cuisses, je me relève, ma mère aussi. La ceinture de sa robe de

chambre s’est dénouée, les pans du vêtement sont complétement ouverts,

ma mère est presque nue devant moi. Elle se colle à moi, enlève mon

t-shirt, sans un mot elle se penche en avant et en me léchant les

tetons, elle fait descendre mon short et mon caleçon en même temps, j’ai

une trique terrible, ma bite est à la verticale.


maman : - Ca fait longtemps qu’on ne s’est pas amusés.

moi : - Oh oui maman, environ 3 mois.


Elle m’enlace et en appuyant une main contre ma nuque, elle m’attire

vers elle, approche son visage du mien ; elle ferme les yeux, ouvre la

bouche et sort la langue à plat, je sors la mienne et nous jouons ainsi

à tourner autour de nos langues, et d’un coup sec elle appuie fermement

sa bouche grande ouverte sur la mienne, faisant tournoyer sa langue dans

ma bouche, je la lui aspire, nous nous bouffons la bouche, nos joues se

creusent puis se gonflent là ou nos langues s’amusent. Je sens ses

tetons durcis contre ma poitrine, ma queue verticale est plaquée entre

nos deux ventres, je fais monter et descendre légérement mes reins,

frottant ma queue contre la peau douce de son ventre.


maman : - Tu as envie mon petit chéri ?

moi : - Regarde dans quel état tu me mets maman.

maman : - Qu’est ce qui te plairait Michel chéri ?

moi : - Enlève ton peignoir maman stp.

maman : - Allons mon petit chéri, pas de stp. Tiens les voilà les gros

nénés de maman.


Elle se tient debout face à moi, fait glisser son vetement sur ses

épaules et le laisse tomber au sol, la voila simplement vetue de sa

culotte noire, des poils de sa touffe fournie dépassent sur les cotes.


moi : - Baisse ta culotte st... heu non excuse pas stp.

(sur un ton autoritaire maintenant) : - Baisse ta culotte !


Avec les pouces elle fait descendre sa culotte sur ses cuisses, en se

penchant en avant ses gros nichons ressemblent à des mamelles qui

ballotent. Elle se redresse et me regarde en souriant, sa touffe est

impressionnante, noire, drue et frisée.


moi : - Caresse tes nichons !

maman : - Voila Michel chéri, maman se masse les seins, ca te plait ?

Continue mon chéri , lache-toi.


Elle les soupèse, les caresse tendrement et joue avec ses tetons, en

passant la langue sur ses lèvres, je ne me branle pas car je jouirai

tout de suite tellement elle m’excite. Elle baisse la tête et s’aide de

ses mains pour soulever ses gros nénés pour les approcher de sa langue,

elle se liche les têtons en me fixant dans les yeux.


moi : - C’est vrai m’man, je peux... heu..... te parler comme je veux ?

maman : - Bien sur mon chéri, vas - y.

moi : - Tu veux bien faire ma ......salope ?

maman : - Tout ce que tu veux Michel chéri, tu sais, tout ca m’excite

aussi, tu trouves des trucs nouveaux que je ne fais pas avec papa.


Je n’osais pas trop entreprendre avant d’etre sur qu’elle soit d’accord,

maintenant ça va mieux on va s’amuser. je m’approche d’elle, la prend

par les aisselles toujours parfaitement épilées et je la fais asseoir

sur le plan de travail de la cuisine, je lui fais poser les pieds

également sur le plan, ainsi elle est complétement écartée, la culotte

hyper tendue entre ses cuisses.


moi : - Salope ! t’as pas honte de te déculotter devant ton fils et de

lui dévoiler ta foune poilue !

maman : - Oh non, mon petit chéri je t’aime trop.

moi : - doigte toi !


Maman s’appuie le dos contre le mur et s’aide d’un coude pour se

maintenir semi-couchée et de sa main libre elle caresse sa touffe, et

glisse un doigt dans sa fente. Je me branle lentement en la regardant,

ses lèvres roses se détachent bien de tout le noir qui entoure sa chatte

et son ventre, quelques poils ornent aussi sa raie. Elle fait entrer et

sortir son médius en fermant les yeux et insinue aussi son index, elle

se touche à deux doigts et accélère en gémissant. Quelle joie ! Ma mère

se branle devant moi, culotte baissée.


maman : - Hummm ! maman se caresse pour toi mon chéri.


Je décide de lui enlever complétement sa culotte, tandis qu’elle se

doigte je fais descendre cette culotte que j’enlève. Je la passe sur sa

fente, et avec sa mouille je me la passe sur le visage et lèche la bonne

mouille de maman. Je garde la culotte en main et plonge la tete entre

ses cuisses, je commence à lécher sa chatte, toute humide ; je léche

d’abord de bas en haut la langue à plat pour bien recueillir la mouille

puis en pointe j’enfonce ma langue dans sa foune, je la fais entrer et

sortir en changeant la cadence, maman se caresse les nichons et me

laisse faire, je décalotte son petit clito bien caché par de petites

lèvres rose clair et pose juste la pointe de la langue dessus, tout de

suite elle réagit en avancant son bassin sur ma bouche, à ce moment je

prends son clito entre les lèvres et je l’aspire, elle gueule ! !


maman : - Mon dieu ! mon dieu ! Ca part !! je ne peux pas..... ! je ne

peux pas ........ ! Ahhhhhhhh je pisse chéri !


Elle lache tout, elle se met à pisser, ne peut se retenir, d’abord une

cascade puis un filet jaune clair, je continue de lecher son clito me

prenant sa pisse sur le visage, j’en avale un peu, dans l’acte ca n’est

pas écoeurant, mes fantasmes se réalisent un par un, maman est

magnifique ! Pour la sécher je passe sa culotte sur sa fente et la

renifle longuement.


moi : - Je vais te baiser maintenant ma salope chérie.

maman : Oh ouiii Michel chéri, prends moi ! Ta queue .........


Je la fais avancer un peu le bassin devant le plan de travail de la

cuisine ou elle a pris place, je me mets sur la pointe des pieds et

approche mon gland de sa foune. C’est trop haut, elle s’empale dessus en

dirigeant ma bite d’une main , elle s’accoude alors sur le meuble et les

fesses dans le vide je la lime la tenant par les cuisses, elle est

trempée, je me retrouve comme si je charriais une brouette sauf que la,

je baise maman. Elle m’enserre les reins avec les jambes, on est bien

fixés et on gémit, elle réagit en bougeant les fesses, ses nichons vont

dans tous les sens au rythme de mes coups de reins.


maman : - Ouiiiii  ! Ouiiiii ! encore mon chéri !

moi : - Tiens! tiens salope ! Je te baise, tu mouilles ! tu mouilles

salope !

maman : - Et toi tu bandes salaud ! Tu remplis la chatte de maman.

moi : - La ferme, descends maintenant ! Accoude-toi .

maman : - Tu vas... tu vas....

moi : - Mets toi en position, fais moi un beau cul, oui ! oui ! je vais

t’enculer ma cochonne ! Je vais prendre le cul de ma maman ! Elle adore

se faire mettre le cul hein salope !

maman : - Vas-y mon chéri, oui encule moi, encule maman !


Je vais accomplir maintenant le supreme de mes fantasmes, sodomiser

maman. Elle s’appuie bien fermement au rebord du plan de travail et me

donne sa croupe en creusant les reins, elle rentre la tete dans les

épaules attendant l’assaut.


moi : - Regardez moi ca ! Ma maman qui réclame d’etre enculée par son

fils chéri.


Je fais monter et descendre mon gland le long de sa raie plusieurs fois

puis le pose sur sa pastille, petite auréole marron, ma bite est bien

lubrifiée par sa mouille, je pousse un petit coup, le gland entre, ca

force un peu, ca tire sur le frein, j’enfonce encore jusqu’aux couilles

lentement, ca y est j’y suis à fond. C’est merveilleux j’encule maman

comme j’en ai toujours revé.


moi : - Tu la sens ma queue dans ton cul de salope ?

maman : - Hummmmm, encore ! encore bourre ! Ta salope adore !


Je m’agrippe à ses hanches et je lime de plus en plus fort et de plus en

plus vite; à 19 ans j’encule une femme de 54 ans c’est extra, un rêve

qui se réalise. Je bourrique aussi fort que je peux, j’ai l’impression

que le frein de ma bite va péter, ca frotte, mais heureusement l’anus de

maman s’élargit bien et je l’encule à un rythme régulier, je vais

bientot gicler. Je regarde en permanence ma bite entrer et sortir du cul

de maman, je pense aux films pornos que j’ai pu visionner, aujourd’hui

je réalise moi-meme et j’ai le role principal, (hormis que j’ai pas la

bite qu’il faut pour etre acteur de porno).


moi : - Ohhhhhh m’man je vais juter ! Je vais juter dans ton cul  !

maman : - Donne donne ! lache tout ton bon jus, ouiiii dans le cul de

maman, mon chéri !

moi : - Ahhhhhhhh ouiiiiiiiiiiiii je giiiiiiiicle !


Je lui largue quatre giclées en m’enfonçant à fond jusqu’aux couilles,

je m’agrippe à ses hanches elle gueule, tant je la serre pendant mon

orgasme, je laisse m bite ainsi enfoncée dans le cul de maman jusqu’à

l’apaisement puis me retire lentement. Ma bite glisse dans le conduit

plein de foutre, qui coule comme de la lave d’un volcan épaisse et lente

jusqu’à sa fente et sur ses cuisses. Je prends un morceau de papier

essuie tout pour la nettoyer, je termine par ma bite. Maman reste dans

sa position et se met 3 doigts dans la chatte, elle se branle

énergiquement.


moi : - Attends m’man, tu n’as pas joui je m’en occupe.

maman : - J’en peux plus, mon chéri, j’en peux plus !!


Je prends une courgette dans la caissette à légume et tenant maman par

le cheveux toujours appuyée sur le plan de travail de la cuisine et je

lui enfonce doucement dans le cul, et je commence un lent va et vient.

Elle continue de se branler en gémissant de plus en plus fort.


maman : Ouiiiiiiii petit chéri enfonce je veux jouir, c’est

boooooonnnnnnn !

moi : - Tiens ! Tiens maman chérie je te gode le cul avec la

courgette, tu la sens ?

maman - Ouiiiii enfonce enfonce ! Encore !!


Tout en continuant à l’enculer avec la courgette je lui malaxe ses gros

nichons qui pendent, comme des mamelles, je lui pince les tetons, elle

est folle de plaisir, elle gueule n’importe quoi.


maman : - Ouiiiiiiiiii mon cul , ma chatte !! Aïe !! mes seins ! je

veux jouir !


Je continue à l’astiquer jusqu’à ce qu’elle vienne et enfin ça y est,

après quelques minutes de ce traitement elle jouit en hurlant.


maman : - OUiiiiiiiiiiiiiiii je vien! Je viens ! Ahhhhhhhhhhhhhh !


Elle a un violent orgasme, qui a du s’entendre dans tout le lotissement.

Elle se relache un peu je sors la courgette de son cul et lui roule un

patin en la tirant par les cheveux.


moi : - Maman tu es merveilleuse, quel cul ! quelle salope !! Je t’aime.

maman : - Hummmmmmmm j’ai joui comme pas souvent, que c’est bon avec toi

mon petit chéri ; tu as toujours de bonnes idées, je

    t’aime moi aussi.

moi : - J’adore te regarder te branler jusqu’au plaisir final.

maman : - Tu sais c’est très bon de se masturber meme pour une femme

mure comme moi.

moi : - Je ne t’ai pas fait trop mal ?

maman : - Non mon petit chéri c’était merveilleux, j’adore me faire

presser les seins.

moi : - On recommencera ?

maman : - Bien sur mon chéri.


Eusèbe

***************************************

bracounet@ifrance.com (stop ou encore  ??)

***************************************

Membre XStorySnap du jour
Flamme -
Suiveur -
Snap
Chatter avec
Webcam XStory du moment
Regarder