Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 8 270 fois
  • 75 J'aime
  • 7 Commentaires

Maman, papa et moi fils amoureux

Chapitre 5

Inceste

Après m’avoir consulté, Roman demande à sa maman si elle veut connaitre autre Chose sexuellement. Surprise, elle qui croyait avoir fait le tour complet de la chose, s’étonne qu’il puisse y avoir d’autre pratiques sexuelles.

Elle rougit et dit :


— Jusqu’à présent c’était l’amour à la pépère, mais avec vous deux, j’ai deja bien évoluer  !


S’il y à d’autres choses à connaitre je suis partante !

Je lui fais un grand sourire, et lui dit :


— Tu ne vas pas être déçue ma chérie, et peut-être le regretter !


Elle fronce les sourcils, et ajoute :


— Je vous fais confiance pour cela, je commence même à être impatiente !


C’est prévue pour quand cette mise à niveau ?


— Eh bien maman chérie, le temps de faire quelques emplettes, après tu seras comblée, repose-toi bien tu en auras besoin  !



De retour, Léna fixe avec interrogation la valise que nous avons avec nous. Roman la pose sur la table et l’ouvre, curieuse sa maman s’approche. Elle pousse un cri de surprise, écarquille les yeux en découvrant le contenu. Elle sort un à un les jouets, godes, vibros, rien ne manque. Elle les aligne sur la table du plus petit au plus grand, et les triture pour en connaitre la texture. Ils y en a deux énormes parmi le lot avec de grosses veines apparentes monstrueuses, les engins sont munis de testicules impressionnants remplis d’un liquide visqueux qui ressemble à sperme. Au fond de la valise, se trouvent des menottes, une cravache un martinet, une badine très fine en bambou, des pinces à tétons et une à clito. Pour parfaire la panoplie une pompe à mamelons et une à clito, Léna y prête moins d’attention.


Léna ne quitte pas des yeux les deux engins monstrueux, elle appuie à la base de l’un d’eux sur un bouton, l’engin se met à vibrer et à onduler, de temps en temps, le gland gigantesque fait des rotations et envoie des giclées de liquide. Ma femme me regarde un peu inquiète et me dit :


— Mais jamais il n’entrera en moi ce machin-là !

— Mais oui ils entreront et les deux seront en toi un dans chaque trou, tu vas jouir comme une dingue, nous allons bien te préparer ne t’inquiètes pas  !

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)


Léna fait une grosse moue puis, disparait dans la salle de bain, ses ablutions faites elle revient nue.


— Voilà nous pouvons commencer, mais dès que je dis stop il faut cesser vous avez compris mes cochons !

-Pas de problème ! Que nous répondons en chœur.



Nous la plaçons sur la table basse du salon, avec un gros coussin sous les reins, Roman lui replie les jambes et les sangles pour que sa maman ne puisse pas les étendre. Moi, je lui menotte les mains aux pieds de la table. Léna me regarde étrangement ainsi écartelée, elle s’inquiète. Son enfant lui caresse les seins, le bougres sait comment faire dresser les bouts. Ensuite il place sur les mamelons la pompe et en actionne la marche, petit à petit les bouts enflent, ils deviennent monstrueux, la succion sur ses tétons font couiner la maman soumise. Les bouts épais prennent encore du volume.


Je décide d’y mettre fin. Je roule entre mes doigts les bouts énormes, je les presse de temps en temps pour faire cabrer ma femme. Je me saisis de la badine, Roman, écarte avec ses mains les grandes lèvres et dégage le clito. Je tapote doucement la perle, Léna s’agite en grognant la boule de chair devient violacée, elle enfle affreusement. Je jette la badine et place la pompe sur sa chatte, les grandes lèvres doublent de volume deviennent, le clito et méconnaissable. Je retire la pompe, la chatte de ma femme et gonflée atrocement, sa perle et devenue rouge vif.


— ça va ma chérie ? Que je demande.

— Mon Dieu je suis en feu, je sens plus ma chatte, je ne parle pas de mes tétons, mais ça peu aller !



Roman dévore la chatte à sa maman, la coquine s’agite en grognant de plaisir, lorsqu’il gobe la perle elle pousse un cri de douleur, mais le coquin tète et suce longuement le bouton d’amour avant de le délaisser. Il enfonce un gode de petite taille dans chacun des deux orifices de sa maman, et la ramone. Moi je lui pose sur le clito douloureux un vibro, et actionne la vibration, je le maintiens bien appuyé pendant tout le ramonage que pratique notre fils. Léna pousse des gémissements, je l’entends déglutir fortement. Soudain elle se cambre et jouit, sa cyprine gicle sur nos mains ainsi que sur le sol. Les petits godes sont remplacés par de plus importants, le ramonage devient plus féroce, Roman fait geindre sa maman en enfonçant les godes jusqu’a la garde dans les orifices malmenés.


Léna gicle une nouvelle fois en grommelant, son corps est secoué de frissons, elle marmonne des mots inaudibles. Roman retire les engins, je lui tends le tubes de lubrifiant. Il prend soin d’enduire les orifices encore entrouverts. Il étale abondamment le produit sur la chatte et le cul de sa maman qui sursaute au contact des doigts de son enfant pénétrer en elle, ils tournent dans les gaines de chair en les dilatant le mieux qu’il peut. Il prend le monstre de silicone, l’enrobe de gel et le présente à l’anneau ridé. Il pousse en faisant faire à l’engin des quarts de tour. Lentement l’anneau avale le monstre, le gland monstrueux et entré dans sa gaine anale. Distendue à l’extrême Léna grogne en soufflant fortement, Moi je lui frotte doucement le clito, je le caresse un court instant avant de le branler énergiquement. Roman enfonce sans aucun arrêt la bite factice dans le rectum de sa maman, elle a l’impression qu’elle va éclater. Mais irrémédiablement, les vingt-cinq centimètres de l’engin prennent place dans les entrailles de sa maman.



Léna a les yeux grands ouverts, son fondement dilaté est sur le point d’éclater. Je m’approche de son visage je lui donne un baiser bruyant sur les lèvres, et actionne l’engin. La vibration et les ondulations dans le corps de ma femme sont phénoménales, elle râle comme je ne l’ai jamais entendu râler. Les rotations du gland dans sa gaine anale la font délirer. La bête n’a pas encore envoyé son venin, il faut qu’il soit à température. Je place sur ses mamelons les pinces spéciales et entreprends de serrer, les bouts s’écrasent, je me laisse une marge de manœuvre. Léna est en transe, soudain elle pousse un cri de bête prise au piège, l’engin vient de lui envoyer une première décharge. La sensation doit être terrible car ma femme se cabre et jouit en poussant des !


— Mon Dieu, mon, dieu je meurs de plaisir ! Je serre les pinces au maximum, Léna grimace mais supporte la douleur.



Il est temps de mettre l’autre monstre en action. Roman est chargé de le faire pénétrer dans la vulve dégoulinante de sa maman.

Diffuse en direct !
Regarder son live