Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 36 528 fois
  • 365 J'aime
  • 18 Commentaires

Maman Prude

Chapitre 1

Inceste

Laissez-moi vous raconter le jour où ma mère et moi avons commencé notre relation incestueuse.


Je m’appelle Guillaume, et à l’époque, j’avais 19 ans. Étant à Paris pour mes études, je me suis éloigné de ma famille.


Ma mère Catherine 52 ans, pharmacienne et divorcée. C’est une très belle femme, mais son problème est qu’elle est très prude. Elle ne s’habille pas de façon sexy et met toujours son pull col roulé. Je ne l’ai jamais vu avec un décolleté ni même en short. Malgré toutes ces couches, on peut deviner qu’elle a des formes généreuses.


Malheureusement, ce fut la raison de son divorce. Mon père Yannick l’a trompée avec sa secrétaire, car il était frustré sexuellement. C’est à se demander comment j’ai été mis au monde.


De retour en Bretagne pour les fêtes de Noël, j’ai choisi de rester avec ma mère plutôt que mon père, car elle vivait seule, tandis que mon père s’était remarié.


— Mon Guillaume ! Ça va, tu vas bien ? Ça fait un bail. Tu as encore grandi !

— Oui. Et toi ça va ?

— Moi ? Ça va, tout va bien. Bon voyage ? Tu as mangé ?

— Oui c’est bon, je suis juste crevé, je vais aller dormir, on parlera demain matin, OK ?

— OK pas de soucis.


Le lendemain matin, je me réveille vers 7h par habitude, ma mère était déjà réveillée. Elle venait de promener le chien et elle préparait le petit-déjeuner.


— C’est calme ici, comparé à Paris.

— C’est encore plus calme depuis que tu n’es plus là. Heureusement que Bibim est là. (chien)

— Sérieusement, trouve-toi un mec, c’est pas trop tard maman. Tu es encore super fraîche. Sinon tu vas finir à vivre qu’avec des chiens.

— Comment tu parles à ta mère ? Surveille ton langage. Et puis je suis très heureuse comme ça. Et toi tu as une copine ?

— Moi non, juste des coups d’un soir.

— Hmm, tu es bien le fils de ton père.

— Dis-moi depuis Papa, tu as... Comment dire... Tu as... Tu sais... Fais l’amour ?

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

— Non, mais ça va pas ! C’est pas des questions que l’on pose à sa mère.

— Donc c’est un oui ou un non ?

— Non.

— Hein ? Attends, ça fait 3 ans que vous avez divorcé papa et toi !

— Bon arrête de parler de ça, j’ai pas envie d’en parler et encore moins avec toi et il n’y a pas que le sexe dans la vie.

— OK, je m’inquiète, c’est tout.

— Bon, je vais aller faire quelques courses. Tu veux quelque chose ?

— Non ça ira.


Elle a fui la conversation, prétextant devoir aller faire les courses.


Je m’empresse de fouiller la maison, j’allais dans la chambre de ma mère pour trouver des indices sur sa vie sexuelle. Je fouille les tiroirs, regarde les poubelles, mais rien. Je regarde aussi d’autres endroits de la maison, mais rien. Je tente ma chance sur le seul ordinateur de la maison qui fut le mien. Il a été déplacé vers le salon. Elle n’a pas changé mon ancien mot de passe, du coup je suis tout excité de trifouiller le contenu du pc, mon sexe commençait vraiment à durcir. Mais là aussi, rien de particulier, aucun site, vidéo de cul, ni même site de rencontre.


Cette fouille m’a vraiment foutue la gaule. Je me mets nue et je me branle devant une vidéo porno. Mais même pas 5 minutes après, j’entends le bruit d’une baguette de pain tomber sur le sol, je me retourne et c’était Catherine, 52 ans, ma mère stoïque, choquée de voir moi, son fils, en pleine action et de voir son gros membre se dresser devant elle.


Ma mère ne bougeait plus, elle fixa légèrement mon membre en érection et l’écran puis secoua la tête et commença à m’insulter.

Tout en remettant mon caleçon et essayant de fermer la vidéo, je disais à maman.


— Ce n’est pas ce que tu crois...

— Ah bon ? Mon fils n’était pas en train de se... donner du plaisir devant un porno dans mon salon un samedi matin ?

— OK, ça va c’est rien, toi aussi tu fais la même chose quand je suis pas là.

— Non pas du tout. Je n’ai pas ce besoin d’avoir un plaisir sexuel dans ma vie.

— C’est pour ça que papa est parti. T’es qu’une prude. Mme Sainte-nitouche.

— Comment oses tu me parler ainsi !

— Je dis simplement la vérité. Tu as déjà gâché ta relation avec papa alors dévergonde-toi un peu. Tu n’as qu’une vie et elle m’a l’air bien triste en ce moment.

— Quoi, tu veux que je devienne une traînée c’est ça ? Tu veux que je me tape tous les mecs du village ? Hein ?


En pleurs, ma mère monta dans sa chambre s’isoler. Quelques minutes plus tard, je montai la voir.


— Maman, je suis désolé de t’avoir parlé ainsi. Et aussi pour avoir assisté à ma séance olé olé.

— Sors d’ici. Je ne veux plus te voir. Va chez ton père et sa traînée.

— Vraiment ? C’est ce que tu veux ?

— Non. Reste.

— OK. Qu’est-ce que je peux faire pour toi ?

— Qu’est-ce que je devrais faire ?

— Tu dois plus t’ouvrir dans tous les sens du terme. Fais des rencontres, fais-toi plaisir, découvre ton corps... Habille-toi plus sexy... Par exemple.

— Tu sais c’est pas facile pour moi, j’ai eu une éducation très stricte et puis je n’ai connu qu’un seul homme dans ma vie et c’est ton père. Et sexuellement parlant, je ne ressentais rien quand on le faisait. Certes contrairement à toi, il a un tout petit membre, mais ça ne doit pas être là raison. Une fois, je l’ai laissé me doigter, mais là aussi, je ne ressentais rien.

— Attends, tu ressens rien quand vous faisiez l’amour ?

— Pas rien, mais pas de plaisir.

— Et quand tu te touches ?

— Je ne me touche pas mon chéri.

— Sérieux ? Je suis choqué. Tu devrais. Si tu veux, je te mets le site de cul que je regardais tout à l’heure et je te laisse choisir sur quoi tu veux te toucher. Et moi je sors faire un tour.

— Non, mais tu délires de plus en plus.

— Allez, ça te fera beaucoup de bien. Je suis sûr que tu vas aimer.

— Ça ne va pas la tête.

— Bon, fais ce que tu veux. Tu m’as demandé des conseils, je te les ai donnés. Moi, je vais finir de me branler en bas.

— Non, mais sérieux, tu te rends compte de ce que tu es en train de dire à ta mère !


Je ne la calculai pas et descendis au salon pour me branler. J’étais super excité. Le fait de parler librement de sexe avec elle m’a chauffé à tel point que je devais lâcher un bon coup. L’idée aussi que ma mère puisse descendre m’espionner ou de me rejoindre ne faisait presque que jouir. Je guettais les bruits de pas d’escalier pour savoir si ma mère était descendue. Pour l’exciter, je crachai sur ma queue pour augmenter le bruit de va-et-vient. Je poussai aussi quelques forts gémissements. Et ça a fini par marcher, j’entendis ma mère descendre et elle me dit :


— Bon, tu as fini ? C’est mon tour maintenant.



Fin chapitre 1.

Diffuse en direct !
Regarder son live