Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 10 553 fois
  • 151 J'aime
  • 6 Commentaires

Maman, que fait mon coach ici ?

Chapitre unique

Hétéro

— Bonjour, votre fils est convoqué ce dimanche pour un match de championnat. Est-il disponible ?

— Oui il sera présent pour le match ainsi que moi !


Voilà comment cette histoire a commencé. Je suis éducateur sportif au sein d’un club de basket-ball dans la région du centre de la France. Je gère une équipe d’adolescents, inscrite en championnat de jeunes. Je connais très bien les parents, car ça fait maintenant plusieurs années que je suis mon effectif dans plusieurs catégories. J’ai sympathisé avec les parents, c’est bonne ambiance entre nous. Nous discutons de tout et de rien, nous rigolons ensemble, nous organisons des apéros ensemble... une fine équipe de jeunes et de parents.


De temps en temps, nous échangeons par message ou sur les réseaux, rien de bien méchant, mais durant les vacances d’hiver, tout a basculé. Mes jeunes sont au repos, certains continuent de s’entraîner seuls sur un terrain, chez eux... d’autres sont partis en vacances. Ski, montagne, soleil, plage, chaleur. Je vois les photos de certains d’entre eux. Nous échangeons à ce sujet via Instagram, Facebook et Snap.


— Sympa cette piscine, grand soleil ! La chance ! Profitez bien de vos vacances.


Un message lambda au départ, rien de bien méchant. Je passe ma journée, je réalise les choses prévues sur mon planning. Je prends mon téléphone et je vois une réponse à mon message.


— Oui c’est très sympa comme endroit, en plus de ça, il fait beau et chaud, aujourd’hui vingt-neuf degrés. Que demander de plus ?


S’ajoute à ce message, une photo. Une photo envoyée via l’application Snap. Je clique dessus et je vois une photo de la piscine, ciel bleu, une partie du transat. Mais sur le transat, je vois les jambes de cette maman. Elle doit être en train de bronzer, j’imagine, car je vois les jambes dénudées de toutes pièces de tissus. Donc j’imagine qu’elle est en pleine séance de bronzette en maillot de bain au bord de la piscine.


— La chance pendant que d’autres sont au froid ! En effet, ça a l’air d’être un endroit sympa, séance bronzage ?


— Oui en pleine séance de bronzette, bien vu aha


À partir de ce moment-là, la discussion entre cette maman et moi ne s’arrête plus. Au fur et à mesure que les jours passent, nous nous échangeons de plus en plus de messages. Nous discutons de tout, d’un livre, du temps, d’elle, de moi... Dans certaines discussions, nous faisons des allusions à connotation sexuelle... pour rigoler, pour perturber.


Ce qu’il faut savoir, c’est que cette maman est accompagnée dans la vie, tout comme moi. C’est une maman qui s’habille très classe, tailleur avec chemisier ou robe, le tout accompagné de talons. Elle est maquillée et coiffée, c’est une femme qui fait attention à elle. Elle est âgée d’une quarantaine d’années, j’apprendrai plus tard qu’elle est plus proche des cinquante que des quarante. Mais pour une femme de son âge, elle ne les fait pas du tout. Au travers de ses habits, elle nous laisse entrevoir un corps encore bien sculpté, elle nous laisse entrevoir une poitrine généreuse par la fente de son chemisier ou par le décolleté de sa robe.


Nous discutons toujours par message, que ce soit la journée principalement, mais de plus en plus en soirée également. Les discussions les plus intéressantes ont eu lieu lors de soirées. C’est à ce moment-là que nous avons appris tous les deux et que nous nous sommes fait comprendre surtout tous les deux, notre attirance physique l’un pour l’autre, notre envie de nous amuser...


Les jours passent et se ressemblent, mais en positif, j’apprends à la connaître de plus en plus. Même si quelques années nous séparent, nous sommes sur la même longueur d’onde à ce sujet, le sexe. Elle me dit aimer le sexe oral, elle adore que l’on s’amuse sur elle avec la bouche, la langue. Elle aime pratiquer les fellations également. C’est une femme gourmande. Au fur et à mesure des échanges, j’ai le droit à quelques photos de Madame. Très, très intéressant de ce point de vue et surtout très sexy en ensemble.


À force d’échanger via les applications, nous avons décidé de passer aux choses sérieuses. Elle prend les choses en main, elle me fixe rendez-vous un matin, chez elle. Une fois que l’appartement n’est plus habité par son mari et ses enfants... Les jours passent et le jour J arrive. Je me prépare, je prends la route pour aller chez elle. Direction son appartement. Je sonne, je monte les cinq étages qui nous séparent et me présente à sa porte. Je toque, la porte est déjà ouverte, elle est entrouverte.


Je rentre chez elle, je traverse le couloir pour accéder à la première pièce qui se présente à moi. Le salon. Grand canapé d’angle, table basse, télévision... un beau salon, spacieux. Je reste là quelques instants, quand j’entends marcher. Le son provient de derrière, je me retourne pour regarder. Ce bruit je le reconnais, c’est le bruit de chaussures à talon. Le bruit se fait de plus en plus sourd, il se rapproche. Madame se présente à moi en robe, très courte qui arrive au-dessus des genoux. Laissant apparaître ses jambes habillées de talons. Sa robe laisse également voir un joli décolleté, une poitrine généreuse. Je ne suis pas déçu d’être venu, je sens que cette matinée va être sympathique !


Elle s’approche de moi, jambes élancées, très sexy. Plus que quelques mètres, quelques centimètres pour que le premier contact se fasse. Elle pose ses mains sur mes hanches, se colle à moi. Elle remonte une main vers ma nuque, je comprends ce qu’elle désire. Je penche ma tête vers elle, je pose mes lèvres sur les siennes et c’est parti. Le premier contact est franchi entre nous deux. Nos lèvres sont collées, elles s’ouvrent pour y laisser passer nos langues. Nous nous embrassons durant quelques minutes, nos mains se baladent, elles cherchent, elles trouvent les parties de nos corps. Je sens ses fesses, ses hanches, sa poitrine. Elle de son côté vient à la découverte de mes fesses, de mon sexe et de mon buste.


Je pense qu’elle n’a pas le temps d’attendre ou elle ne veut pas attendre, car ses lèvres quittent les miennes. Je la vois descendre, s’accroupir devant moi tout en laissant traîner ses mains sur mon corps. Elle accroche au passage ma ceinture, ni une ni deux, la boucle est enlevée. Mon pantalon ne tient plus qu’aux trois boutons. Clac, un bouton de sauté, clac clac, le deuxième et le troisième ne font pas long feu également. Mon pantalon est ouvert, laissant place à mon caleçon noir, déjà bien déformé... Ses mains se positionnent à hauteur de mon bassin, elle attrape l’élastique de mon caleçon pour le descendre. L’avant de celui-ci passe en dessous de mon sexe, le libérant complètement au passage. Me voici devant elle, le sexe à l’air, droit et dur... Elle est accroupie devant moi à le regarder. Quelques secondes suffisent pour voir disparaître mon sexe entre ses lèvres que j’avais il y a peu collé aux miennes. Madame est gourmande, mon sexe coulisse déjà bien entre ses lèvres. Je sens sa langue jouer sur mon sexe, je sens la chaleur de sa bouche. Je la laisse faire, elle suce tellement bien. Ce n’est pas sa première. Sa langue coulisse sur mon sexe, je m’enfonce de plus en plus dans sa bouche grâce à ses mouvements d’avant en arrière. Je reste ainsi quelque temps à me laisser sucer par cette femme. Mon sexe reste en elle, gorge profonde. Elle le fait tellement bien qu’il m’en faut peu pour sentir que je vais exploser. Je laisse échapper des bruits tellement c’est bon. Je ne tiens plus, je vais lâcher et elle a dû le comprendre, car elle enfonce encore plus mon sexe au fond de sa gorge. Je me laisse aller, c’est trop bon ! Mes premiers jets sont directement dans sa gorge, les derniers sont sur sa langue. Madame est tellement chaude, elle me regarde droit dans les yeux, me montrant ma semence sur sa langue avant de l’avaler.


Je la fais se relever après ce délicieux moment, je vois le canapé et je la dirige vers celui-ci. Quelques pas pour y aller, nous voici déjà à côté.


Je la prends par ses hanches, je la dirige sur le canapé. Elle se met assise en se laissant faire. Je m’accroupis devant elle. Avec mes mains, je la fais se reculer, se pencher au fond du canapé. Je dirige mes mains vers ses cuisses. Je fais glisser mes mains, je remonte le long de ses cuisses. Sa robe remonte en même temps que mes mains. J’arrive à hauteur de son bassin, de ses fesses. Surprise, madame n’a pas de culotte. Elle est nue sous sa robe, me laissant voir son entrejambe complètement nu.


J’avance mon visage, je la fais écarter ses cuisses pour me laisser la place. Mon visage est tout proche, ma bouche est quasiment dessus. Une dizaine de secondes suffisent pour que ma bouche, ma langue entre en contact avec ses lèvres. Je pose ma bouche dessus. Je commence à la découvrir doucement, délicatement. Je veux la découvrir, je veux savoir ce qui lui fait du bien. Je joue doucement sur ses lèvres, sur son petit bouton. Je l’écoute à chacun de mes passages, je ressens son corps. Je la découvre avec respect.


Ma langue monte sur son bouton, tourne autour, joue dessus puis elle redescend proche de son antre, déjà trempée d’excitation. Je joue autour, je passe dessus, j’entre et ressors. Madame me cache son bien-être à ce moment. Je l’entends respirer fort, au fur et à mesure du temps que je passe à m’occuper d’elle, sa respiration se fait de plus en plus rapide. Je sens son corps bouger, vibrer sous mes coups de langue. Elle pose même ses mains sur ma tête pour me faire comprendre de rester où je suis. J’accepte et je continue de la lécher. Quelques coups de langue suffisent à lui procurer du plaisir. Je l’entends gémir, ses cuisses se resserrent autour de ma tête. Madame se laisse aller, se libère. Elle est couchée sur le dos. Elle reprend ses esprits doucement sur son canapé.


Je suis toujours devant elle, j’enlève mon t-shirt pour être totalement nu. Elle se redresse, se met assise. Ses bras se croisent, attrapent le bas de sa robe et elle l’enlève. Au moment de passer à hauteur de poitrine, sa robe libère ses seins ! Elle n’avait rien en bas, elle n’a rien en haut. Sa robe met quelques instants à être enlevée complètement. Nous voici tous les deux nus face à face. Son corps est tellement beau, tellement attirant. Une poitrine généreuse s’offre à moi. Je pose mes mains dessus, je passe mes doigts sur ses tétons. Je rapproche ma bouche, je la pose dessus. J’adore sa poitrine et sa poitrine m’adore. Elle frissonne à mon contact. Il ne m’en faut pas plus pour repartir. Mon sexe se durcit. Elle l’a bien vu. Je vois sa main descendre à hauteur de son vagin. Trois de ses doigts entrent tellement facilement. Elle se doigte pendant que je joue avec sa poitrine. Ses doigts entrent et sortent. Je me reprends à lécher ses tétons. Je joue avec quelques instants puis je me redresse pour passer aux choses sérieuses. En me redressant, je vois que madame n’est plus dans son vagin, mais qu’elle continue de se doigter. Oui oui, elle est en train de jouer avec son anus !


Il ne m’en faut pas plus. Je me redresse, je l’attrape par les hanches. Je lui fais comprendre se mettre à quatre pattes sur le canapé. Chose qu’elle fait en une fraction de seconde. La voilà devant moi à quatre pattes à m’offrir une vue incroyable sur son vagin, mais surtout son cul. Je m’approche d’elle, je laisse tomber un peu de salive sur mon sexe. Je m’approche d’elle et surtout de son vagin. Je commence à entrer en elle, mais non, ça ne lui plaît pas.


— Mets-la-moi dans le cul !!


OK, pas de soucis pour moi, tu préfères une bonne sodomie avec plaisir ! Je me retire de son vagin, je place mon gland sur son anus déjà bien dilaté par ses doigts. Je pose mon gland dessus, j’exerce une légère pression, suffisante pour y entrer. Je coulisse doucement, je vois mon sexe disparaître entre ses fesses. J’arrive presque à m’introduire complètement en elle. Je reste sans bouger quelques instants, le temps que son cul m’accepte sans problème. Je suis planté en elle, c’est incroyable. Je commence à bouger doucement, légèrement d’avant en arrière. Pas assez rapidement pour elle, car je la vois et je la sens donner un rythme. Madame veut se faire prendre le cul. Elle est penchée en avant, limite son corps repose sur son visage m’offrant totalement son bassin, son cul. La vraie sodomie commence. Je ne me fais pas prier, elle veut, elle aura ! Je la prends, mes mains sur ses hanches, je lui donne des coups de bassin. Je fais des coups rapides, des coups plus lents, mais plus puissants... Je varie mes gestes pour lui procurer et me donner un maximum de plaisir. Tout en la sodomisant, je sens sa main travailler sur son bouton, dans son vagin. Elle continue à se doigter, à se toucher. Nous restons ainsi plusieurs minutes sur le canapé. C’est tellement bon.


— Aaaaaaaaaaaaanh... Vas-y... continue... oui comme ça ! Ça vient... je vais jouir, continue... oui... oui... oui... ouiiiiiiiiiiiiiiiiiii oh putaiiiiiiiiiin !


Ni une ni deux après ses mots, je ne peux me retenir au fond de son cul, je viens de me lâcher totalement en elle. Cette femme, cette maman est incroyable. Je viens de vivre une de mes meilleures sodomies de ma vie.


Nous restons sur le canapé quelques instants à nous regarder, à nous toucher, nous embrasser. Nous discutons également de ce qu’il vient de se passer quand un bruit nous fait revenir à la réalité. La sonnette de l’interphone. Nous n’avions pas fait gaffe à l’heure et à nos portables, surtout le sien. Son fils qui ne devait pas rentrer ce midi, à essayer de l’appeler pour la prévenir. Son prof est absent cette après-midi, du coup il est rentré ce midi. Nous prenons nos affaires, on essaye de se rhabiller rapidement. Je m’assois sur le canapé comme si rien ne venait de se passer quand je l’entends ouvrir la porte. Elle a juste le temps de cacher ses talons qu’il nous rejoint dans le salon.


— Maman, que fait mon coach ici ?

Diffuse en direct !
Regarder son live