Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 80 251 fois
  • 152 J'aime
  • 1 Commentaire

Maman Salope

Chapitre 1

Inceste

C’était un vendredi soir, il était 23 heures et Benjamin rentrait chez lui dépité. Il venait de rompre avec sa petite amie. Quand il arriva sa mère, Jeanne, était assise sur le canapé devant la télé.

-Et bien tu rentre tôt ! dit-elle.

Benjamin ne répondit rien et s’affala sur le canapé en poussant un long soupir.

-Quelque chose c’est mal passé ? demanda Jeanne.

-C’est finit… se lamenta Benjamin.

-Vous avez rompu ?

-Oui.

-Ho mon chéri, raconte-moi ce qui s’est passé.

Jeanne passa ses mains autour du cou de son fils pour lui faire un câlin. Celui-ci ne put s’empêcher de laisser s’échapper une larme. Il faut dire que sa première aventure amoureuse venait de se terminer, et qu’il était resté tout de même un an avec cette fille, ce qui est long quand on a dix-huit ans. Il raconta à sa mère comment tout était merveilleux au début de leur relation, puis comment cela s’était dégradé au fil du temps, comment lui et sa copine avait fini par s’ennuyer ensemble, et enfin comment ce soir, alors qu’ils étaient allé ensemble au cinéma, elle lui avait dit que rester ensemble ne servait plus à rien désormais et qu’elle voulait le quitter.

-Ho tu es tout triste ! dit la mère. Je n’aime pas te voir comme ça !

Elle serra un peu plus son fils contre elle.

-Ne t’inquiètes pas mon chéri, tu en retrouveras une. J’en suis sure.

Ils étaient joue contre joue. Ce contact et le parfum de sa mère qu’il sentait commençaient à troubler Benjamin. Jeanne continuait de lui parler gentiment pour le rassurer.

-Ne t’inquiète pas… Ça va aller…

Une mèche de la crinière blonde de Jeanne vint se poser sur le visage de son fils. Celui-ci sentait une sensation étrange monter de plus en plus en lui. Les deux étaient vraiment très proches à présent, et Benjamin pouvait sentir un des seins de sa mère contre son torse. L’étrange sensation avait encore monté d’un cran quand le garçon compris ce que c’était, c’était de l’excitation sexuelle ; il s’était aperçu que son sexe dans son pantalon était complètement rigide. Il avait du désir pour sa mère ! Cette dernière continuait à lui dire des mots tendres :

-Tu en retrouveras une, tu sais. Une avec qui ça marcheras, tu verras.

-Merci, répondit Benjamin. Je t’aime Maman.

-Moi aussi je t’aime mon chéri.

Cette dernière phrase finit d’exciter Benjamin. Son pantalon commençait presqu’à lui faire mal Sa mère qui le serrait dans ses bras, la douceur de sa peau, de ses cheveux, son parfum enivrant, tout cela sema la confusion dans la tête du garçon. En temps normal il n’aurait jamais osé dire cela à sa mère, mais c’est pourtant ce qu’il fit.

-Et pourquoi ce serait pas toi ma copine ?

-QUOI ? cria Jeanne en se reculant brusquement.

-Ben oui ! Tu es célibataire toi aussi. On pourrait faire ça ensemble !

Le fils se pris une grande gifle, puis la mère se leva du canapé en hurlant :

— NON MAIS ÇA VA PAS DE DIRE DES TRUCS PAREIL ! FILE DANS TA CHAMBRE !

Benjamin ne dit rien, il s’exécuta. Il se coucha dans son lit les yeux plein de larmes. Il eut du mal à trouver le sommeil, se demandant comment il avait put dire ça à sa propre mère.


Le lendemain, Benjamin se réveilla à 10 heures. Il se rendit au salon, il n’y trouva personne. Pareil à la cuisine. Sa mère dormait encore. Il se dit que c’était tant mieux, il n’était pas pressé de retrouver face à elle après l’événement de la veille. Il prit son petit déjeuner, puis alla dans la salle de bain pour prendre sa douche. Était-ce un coup de pouce du destin ? En tout cas, il oublia de fermer la porte à clef. Il se déshabilla puis monta dans la baignoire. Il prit le pommeau de douche ; et au moment où il allait tourner le robinet, la porte s’ouvrit ! C’était Jeanne en robe de chambre qui venait de se lever ! Elle resta bouche bée. Son fils lâcha le pommeau et mit les mains devant son sexe. Mais trop tard ! La mère avait eu le temps de tout voir. Après s’être remise de ses émotions, au lieu de sortir de la salle de bain, elle referma la porte, au grand étonnement de Benjamin. Aucun mot ne pouvait sortir de sa bouche, tant il était pétrifié par la situation actuelle. Jeanne ne dit rien non-plus, elle se contenta d’enlever sa robe de chambre. Elle ne portait rien en dessous. Le fils commençait à ressentir la même sensation que la veille et son sexe durcissait sous ses mains. Sa mère monta dans la baignoire et déclara :

-Tu sais la nuit porte conseil, et cette nuit j’ai réfléchis. Ce n’est pas facile pour une mère élevant seule son enfant de trouver un homme, et c’est vrai que ça fait un bout de temps maintenant que je n’en ais plus eu. C’est vrai aussi que je t’aime et que tu es la personne qui compte le plus au monde pour moi. Je sais aussi que tu es seul désormais, et triste. Tu es mon fils et je veux ton bonheur. Alors si ton bonheur doit passer par coucher avec moi j’accepte.

Benjamin n’avait pas bougé mais ses mains ne cachaient plus grand-chose à présent, il bandait à fond ce qui faisait dépassé son gland. Jeanne continua :

-Mais il y a trois conditions que tu devras accepter : Premièrement, ce sera notre secret et tu ne le révéleras à absolument personne. Deuxièmement, même si l’on couche ensemble, je suis toujours ta mère. Par conséquent, tu devras continuer à m’appeler Maman. Troisièmement, tu ne dois pas te contenter de moi, ce serait malsain. Tu dois vivre ta vie, et donc continuer à rencontrer des filles et à sortir avec, dans la mesure du possible. Acceptes-tu ces trois conditions ?

-Heu… Oui, Maman. J’accepte, grommela Benjamin.

-Tu peux enlever tes mains maintenant, dit la mère en souriant.

Le fils s’exécuta. Jeanne pris la verge dans une main.

-Tu as une belle bite, mon chéri.

-Merci Maman.

Elle approcha sa bouche de l’oreille de son fils, pour susurrer :

-Je t’ai fais mal avec la gifle hier ?

-Ben oui. Enfin, un peu quoi.

-Je vais me faire pardonner.

Là-dessus, elle s’agenouilla. Elle s’approcha du sexe et lui fit un baiser sur le gland. Elle sortit ensuite sa langue et la fit tournée autour du gland, puis descendre le long de la verge. Elle arriva aux testicules qu’elle lécha pendant de longues secondes. Pendant se temps, Benjamin commençait à pousser des soupirs et des gémissements. Jeanne qui avait toujours la main sur le sexe se mit à masturber son fils. C’était divin pour lui, se faire branler et lécher les couilles en même temps ! Il se dit que de sentir la langue de sa mère sur ses parties intimes était la meilleure chose qui lui soit arrivé dans sa vie. Celle-ci finit par remonter le long de la hampe et prit le sexe de son fils en bouche. Quel régal pour Benjamin ! Jeanne le suçait avec force. Tétant, aspirant, essayant d’aller le plus loin possible sur ce sexe. Elle fit des va et viens avec sa bouche de plus en rapides. Elle pompait frénétiquement son fils. Depuis le temps qu’elle n’avait plus fait l’amour, elle était assoiffée ! Elle voulait donner le plus de plaisir possible à son chéri. Elle lui malaxa les testicules de sa main libre, l’autre tenant fermement la verge. Elle suçait et elle aimait ça. Elle aimait sentir cette colonne de chair sous ses lèvres, le gout du gland sur sa langue. Le garçon respirait de plus en plus fort et poussait des râles.

-Ça vient Maman, ça vient ! finit-il par dire.

A cette annonce, Jeanne accéléra encore. Elle ne tarda pas à sentir du sperme chaud couler sur sa langue puis dans sa gorge. Ensuite, elle se retira lentement su sexe de Benjamin. Puis elle finit d’avaler sa semence.

-C’était vraiment génial Maman ! s’exclama-t-il. On ne m’a jamais sucé comme ça.

-En même temps tu n’as connu qu’une seule fille dans ta vie, répondit la mère en se relevant, fière d’elle.

-Oui c’est vrai. Elle ne voulait jamais avaler.

-Elle ne sait pas ce qui est bon, dit Jeanne dans un sourire.

Diffuse en direct !
Regarder son live