Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 21 272 fois
  • 57 J'aime
  • 0 Commentaire

Maman, ma soeur et moi

Chapitre 3

Inceste

Au repas du midi, lorsque je descendis, tout était normal ou presque mis à part que Clothilde et Amandine étaient vêtues de façon identique, genre collégienne polissonne. Un tee shirt court, laissant voir leur nombril et très fin car on voyait par transparence leurs tétons qui pointaient. Une mini-jupe mais vraiment mini et des bas auto fixant blancs dont le liseré de dentelle arrivait tout juste au bas de leur jupe. Pour terminer des talons aiguilles d’au moins 10 cms de haut terminaient le tout. Il fallait rajouter un maquillage poussé et toutes les deux avaient nouées leurs cheveux en queue de cheval. Le tableau était stupéfiant. Je ne dis rien et nous passâmes à table. Je voyais bien entendu leurs regards se poser sur moi pour essayer de m’aguicher, mais je faisais celui qu’y n’y prêtait pas attention.

En début d’après-midi, je leur annonçais que je partais chez un copain pour faire de la console mais que je serais rentré pour le dîner. J’avais une petite idée derrière la tête mais pas seulement à cet endroit la! Je passais par ma chambre récupérer mon caméscope et partis en disant au revoir assez fort. Vu le vacarme que faisait mon scooter mon départ ne pouvait passer inaperçu ce qui me rendait bien service. Au bout d’un bon quart d’heure à traîner en ville, je téléphonais à mon copain que j’aurais une heure de retard car j’avais un truc à faire en ville et que s’il avait besoin il pouvait me rappeler sur mon portable.

Je retournais donc sur mes pas et me garais à 100 mètres de la maison sans cette fois faire de bruit. Je rentrais dans le jardin par le portillon de derrière et, rasant les murs, j’arrivais à côté de la porte fenêtre du salon. Et là, bingo, ce que j’avais imaginé se produisait en effet sous mes yeux: ces deux petites chiennes se gouinaient sans retenue sur le canapé en 69 et utilisaient leurs jouets. Elles en avaient chacune un dans la chatte et un dans le cul en étant entièrement nues. Bien que la porte fenêtre soit fermée, j’entendais leurs cris et les mots orduriers qu’elles se disaient: tu es vraiment une grosse salope, espèce de sale chienne qui se fait mettre par tous les trous etc. Pendant ce temps-là, l’objectif de mon caméscope n’en perdait pas une miette et je faisais des gros plans ou on voyait très nettement leurs chattes dégouliner de mouille. La dernière phrase que j’entendis fut prononcée par ma belle Maman Clothilde qui disait à Amandine: tu vas voir espèce de salope ce que tu vas dérouiller ce soir quand Cédric va te mettre son chibre dans le cul, tu vas le sentir passer.

Mon petit reportage terminé, je filais chez mon copain et rentrais vers 118 h 30 chez moi. Je criais que j’étais rentré et je montais dans ma chambre ranger mon caméscope mais gardais le cd avec moi.

Lorsque j’entrais dans le salon, je les trouvais installées à regarder la télé comme deux petites étudiantes toujours aussi perverses. C’était je ne sais quel navet qu’elles avaient dû mettre au hasard pour se donner une contenance. Je leur dis qu’on ferait mieux de regarder un cd et que j’avais télé-chargé un super film sur le net. Je me marrais à l’avance … J’allais donc mettre le cd en place et mis le lecteur en route avant de m’installer dans un fauteuil et j’attendis. Au bout de quelques secondes, je vis la tête de mes deux « petites femelles lubriques » changer et me fixer avec insistance. Clothilde me demanda ce que je comptais faire de « ça » mais je la rassurais bien vite et je répondis que c’était juste pour leur montrer à quel point elles étaient excitantes. Je sentais qu’elles poussaient un ouf de soulagement.

Quant au bout de 30 bonnes minutes le cd fut terminé, je le récupérais alors et en passant à côté d’Amandine, je lançais négligemment: alors, il parait que tu vas en prendre plein le cul ce soir ma Chérie? Je remontais vite fait dans ma chambre dissimuler le cd et redescendis. Je leur dis que pour les remettre de leurs émotions j’allais leur préparer un super cocktail multicolore. Après avoir savouré notre boisson, nous avons dîné et une fois terminé je leur dis que j’allais prendre une douche pendant qu’elles rangeaient. Clothilde crut bon de me préciser qu’une fois douché, je n’avais qu’a les attendre dans sa chambre.

A suivre ...

Diffuse en direct !
Regarder son live