Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 5 272 fois
  • 39 J'aime
  • 1 Commentaire

Le mariage.

Chapitre 1

Gay

Bonjour à tous,



Cela fait un petit moment que j’ai envie de partager cette histoire, que je l’ai en tête sans en avoir vraiment parlé. J’ignorai par quel moyen je pouvais la confier jusqu’à ce que je découvre ce site où il est possible de découvrir des histoires vraies, fantasmes sans censure, aussi je me suis dit que c’était le lieu parfait. J’ai pu d’ores et déjà livrer mes premières fois, alors autant continuer avec d’autres expériences :).



Peu après la fin de mes études, durant lesquelles j’avais rencontré celle qui est devenue ma meilleure amie, cette dernière m’annonça son mariage. Je connaissais très bien le futur époux et valeureux patient (petit clin d’œil taquin à Elodie, si tu lis cette histoire). Je ne vais pas ici vous décrire nos aventures estudiantines et encore moins les préparatifs logistiques du mariage, les premières en manquant toutefois pas de piment.


Aussi, nous voici arrivés au mois d’août et au week-end du mariage. J’avais décidé d’arriver quelques jours avant afin de profiter de la ville et me reposer un peu. L’hôtel réservé était plutôt agréable, j’adore me poser dans les salons et observer les touristes arriver et imaginer leur vie. C’est ici que je repérai un homme environ la cinquantaine a priori seul, mais que je recroisai plus tard accompagné d’un homme plus jeune. Cela me fait sourire, je n’étais pas là pour ça, mais je devinais bien que ces deux-là allaient profiter d’une chambre confortable. Les hôtels doivent être remplis d’histoires d’adultère, d’amants officiels et officieux et autres nuits libres.


J’appelai Elodie, lui racontant et laissant aller mon imagination. Comme d’habitude, elle ne fut pas la dernière pour alimenter les idées. Cela sembla la détendre, elle m’avouait être stressée pour le lendemain, mais heureuse en même temps. Elle me glissa qu’elle était heureuse que je sois là et que c’était important. C’est quelque part la première fois qu’on se disait combien on s’aimait, et ce malgré nos aventures.


J’étais fier et avais simplement hâte de la voir vivre ce jour. Le jour tant attendu arriva, et je dois avouer que je fus ému de la voir si belle, j’avais promis de bien me tenir (je dois avouer que je suis porté sur la chose, mais bon ça je pense que cela doit se deviner).


Une journée magique s’annonçait et à plusieurs titres. Car en effet quelle ne fut pas ma surprise quand je constatai que le bel homme de l’hôtel était également invité au mariage. Ce dernier était d’une élégance incroyable et je me mis pour objectif de finir dans sa chambre. Pendant le cocktail, je m’empressai d’aller à la pêche aux renseignements. Il s’agissait d’un des oncles du marié, fraîchement divorcé, homme d’affaires en toute-puissance. Elodie me confia qu’elle ne l’aimait pas trop, car assez fier et disons suffisant. Tout l’archétype du mec conscient de son charisme, ce qui peut être excitant au lit. Elle me fit rappeler mon engagement. Bien entendu, j’ignorais comment le respecter tant je trouvais ce mec magnétique.


Je n’avais aucun doute sur son goût pour les hommes plus jeunes, son compagnon n’étant d’ailleurs pas parmi les convives, et il n’avait pas de fils.

Bien qu’habitué, je ne savais pas comment l’aborder. Mais je n’eus pas à trop chercher, il n’hésita pas à venir me voir, de manière très simple :


— Bonjour, nous nous sommes déjà croisés à l’hôtel, il me semble ?

— Oui en effet, 2 fois si je ne me trompe pas,


Il ne cacha pas son léger sourire, et enchaîna :


— Il est fort probable que nous nous y recroisions.

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)


En l’espace de quelques secondes, il avait clairement fixé ses objectifs, et je devais me résigner à ne pas respecter mon engagement. Je ne pouvais donc pas laisser passer l’occasion.


— En effet, j’y reste encore 2 jours je pense, et vous ?

— J’ai prévu de repartir lundi matin, cela me laisse le temps d’apprécier le voisinage.


Il était visiblement talentueux pour les sous-entendus et de clairement être sûr de lui. Il savait pertinemment qu’au moindre claquement de doigts, je faisais ce qu’il me disait. Ce dont j’étais persuadé, c’est que je n’allais pas partir sans l’avoir sucé. Et plus je le regardais plus la machine à fantasmes était en route.


Il se rapprocha alors de moi et très discrètement fut beaucoup plus direct et me dit à l’oreille "tu sais très bien que nous allons baiser, alors autant commencer à jouer, je vais me changer, rejoins-moi "


Il partit, et j’ai toujours un souvenir très clair de ces quelques mots et de l’effet produit.


Quelques minutes plus tard, je décidai de partir vers l’hôtel et l’y trouvai à l’accueil. Sans rien dire, je le suivis dans l’ascenseur, je pris l’initiative de m’approcher pour l’embrasser, mais il me bloqua :


— Tu crois que tu vas avoir droit à ma tendresse, tu vas d’abord devoir bien m’exciter...


Je dus attendre patiemment d’arriver à la porte de sa chambre pour avoir une première main au cul, bien appuyée qui me fit me cambrer. J’étais entre lui et la porte et il n’hésita pas à me pousser en avant une fois la porte ouverte. Il avait de la force et je sentais bien que je ne pouvais pas résister à peine la porte fermée, il m’indiqua que nous avions peu de temps et m’ordonna de le sucer. Je me vis vite à genoux et me hâtai de sortir son membre de son pantalon. Ce que je découvris fut très épais, un gland déjà humide que je me mis à aspirer de toutes mes forces. Je sentis son sexe durcir et grossir au fur et à mesure de mes va-et-vient et jeux de langue. Je ne cherchais qu’une seule chose, le faire jouir, qu’il lâche totalement prise dans ma bouche.


Mais cela était sans compter son endurance et son envie de faire de moi une vraie salope. Il commença par me tenir la tête pour bien me faire avaler entièrement sa queue, et de manière brutale me faire sentir que je devenais sa lope. Il m’ordonna alors de commencer à me déshabiller pendant qu’il me baisait la bouche et de bien montrer ma queue.


Il me pilonnait lentement puis plus sèchement et je perdais totalement contrôle de moi même. Je me retrouvais très vite torse nu, mon pantalon au niveau des genoux et une érection ultra-puissante. Je me caressais et me doigtais au fil de ses demandes. Puis soudain cessa et m’ordonna d’allonger sur le lit en m’offrant bien.


Je sentais sa bestialité, et cela m’excitait, je me doigtais et branlais en le regardant se déshabiller, tout en humidifiant mes lèvres et en gémissant, je voulais le sentir me pilonner.


Il prenait très clairement du plaisir à voir que j’étais totalement à lui, il s’approcha et ouvrit le tiroir de sa table de chevet, pour y prendre une capote et du lubrifiant. Il avait un regard des plus enragés, je le sentais fort et dans cette envie de me prendre pleinement, sans ménagement. Il me suça brièvement le temps de mettre sa capote puis me lubrifia l’anus abondamment. Je levais les cuisses et le supplier de vite me baiser.


A peine avais-je terminé ma phrase, qu’il m’empala d’un coup sec et fort, me faisant trembler, j’en criai fortement, tant ce fut intense. Il cala mes jambes sur ses épaules et commença de longs et bons va-et-vient en me fixant dans les yeux. Je le regardais, n’avais qu’une envie l’embrasser, lui faire comprendre que j’étais à lui. Je caressais son torse très musclé tout en gémissant et en l’encourageant de me prendre. Il contemplait mon corps et ma queue mouvant sous ses assauts. Il me prenait avec force et intensité. Je ne pouvais plus me contenir et me mis à juter abondamment.


Ceci eut pour effet de l’exciter. Il me fit goûter alors mon propre sperme sur le bout de ses doigts que je léchais et aspirais. Je le sentais ne plus pouvoir se contenir, et ses spasmes furent d’une force incroyable, il lâcha des râles de plaisir. Il se retira avec délicatesse, je me sentais ouvert et avais encore envie de lui. Je lui ôtai son préservatif pour délicatement lui lécher le gland.


J’eus droit à une pelle des plus profondes et il m’invita à prendre une douche avec lui, le week-end était lancé et nous devions repartir festoyer. Mais je sentais bien que quelque chose se passait et que nous n’allions pas en rester là.


Peut-être une autre histoire...


bise.

Diffuse en direct !
Regarder son live