Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 3 640 fois
  • 19 J'aime
  • 2 Commentaires

La Mariage

Chapitre 3

Gay

Mathieu me rejoint dans le salon vêtu d’un jean et d’un polo bleu marine qui met en valeur ses yeux clairs. Peut-être que je le vois différemment ce soir… Nous parlons de choses et d’autres et des détails de ce que j’ai prévu pour la soirée dégustation. Peu après 19H30 ses premiers invités arrivent. Un mélange de membres de la famille que je connais, d’autres que je ne connais pas puisqu’ils sont du côté de son père et que nous sommes cousins par sa mère, et d’amis qu’il s’est faits tout au long de sa scolarité, de ses études supérieures et aussi dans les premières entreprises où il a travaillé.

 

Si tous les invités qui ont accepté l’invitation sont présents nous serons une vingtaine. Le double séjour est assez grand pour nous accueillir tous. Mathieu gagne très bien sa vie dans la banque où il a l’air de suivre une carrière rapide. Il loue cet appartement hausmanien dans le XVème arrondissement depuis quelques années et l’on peut dire que Céline et lui sont bien installés.

 

Quand quasiment tous les convives invités sont arrivés, nous commençons à découvrir avec plaisir et gourmandise les Bourgogne blancs recommandés par Adrien. Les tapas à base de produits de la mer du traiteur sont au top et accompagnement merveilleusement les vins. L’ambiance est très amicale et détendue. Mathieu a fait en sorte que les différents invités en connaissent forcément d’autres ce soir de façon à éviter que les plus timides se sentent à l’écart ou aient du mal à participer à la conversation. Au début de la soirée ceux qui se connaissant se retrouvent et restent ensemble mais peut-être qu’avec une bonne ambiance de nouvelles rencontres seront possibles. Si ce n’est pas ce soir ce sera peut-être demain au mariage.

 

Les deux derniers invités à nous rejoindre sont Bastien et Luc qui viennent de Londres. Leur Eurostar a eu un peu de retard mais vers 21H00 nous sommes au complet. Je connais Bastien qui est un camarade de promotion de leur école d’ingénieurs à Lyon et Luc est à l’origine un ami de Céline avec qui Mathieu s’entend visiblement très bien. Je ne sais pas pourquoi mais quelque chose d’étrange émane de ce grand mec brun. Une vraie gueule de beau mec mais, alors que l’on pourrait s’attendre à ce qu’il manifeste beaucoup d’assurance, il me semble déceler chez lui une grande douceur et beaucoup de retenue. De la timidité aussi mais au fond je pense que c’est plus complexe que cela. Peut-être aussi se sent-il ce soir moins à l’aise que les membres de la famille ou les vieilles connaissances de Mathieu. Je le regarde rester un peu à part de la conversation. Bastien semble faire attention à ne pas le laisser s’isoler.

 

Nous aurons bientôt terminé la première partie de la dégustation oenologique et toutes les bouteilles de blanc livrées par Adrien ont été consciencieusement vidées. J’ai bien fait de passer compléter la commande, au-delà de la rencontre avec Julien qui me laisse dans un état de légèreté qui, combinée à l’ivresse procurée par le vin, me donne le sentiment de flotter un peu au-dessus de la réalité et me rend heureux.

 

Mathieu propose une pause cigarette pour les accros à la nicotine qui se retrouvent sur le balcon pour fumer. La température extérieure est douce et les conversations sont animées entre fumeurs. Je vois que Mathieu bavarde avec Luc. J’imagine qu’ils parlent de Céline. J’imagine un instant que Luc a peut-être été lui aussi amoureux d’elle et que ce soir son cœur se serre devant celui qui va demain en faire la femme de sa vie. 

 

En tant qu’organisateur je m’occupe de débarrasser les verres prévus pour les Bourgogne et le reste des tapas dans la cuisine. J’ai envie que Mathieu profite pleinement de sa soirée et je lui ai demandé de ne pas s’inquiéter du service. Je sors de leurs emballages les plateaux de charcuterie et de fromages, je coupe le pain et dépose le tout sur les tables du salon. 

Nous avons prévu une autre série de verres adaptés à la dégustation des rouges puissants. Tout me semble en ordre et appétissant pour cette deuxième partie de la soirée.


Un dernier passage dans la cuisine pour récupérer le tire-bouchon. Nicolas me rejoint. Je le connais depuis longtemps. C’est un ami de collège lycée de Mathieu dont mon cousin m’a souvent parlé quand nous passions nos vacances d’été en Bretagne dans la maison de mes grands-parents. Pour aller vite je pense que l’on peut dire qu’ils ont fait les 400 coups ensemble. J’ai rarement vu quelqu’un d’aussi extraverti que Nicolas, à l’aise dans n’importe quelles circonstances, aussi bien avec des amis de longue date que de parfaits inconnus. Sa vie d’aujourd’hui n’a plus grand chose de commun avec celle de Mathieu. Il s’est marié jeune et a créé une société de maintenance informatique. Ses affaires marchent bien mais il ne cherche pas vraiment à les développer, préférant profiter de la vie.

 

Je l’aime bien pour son côté sincèrement chaleureux et l’on peut toujours compter sur lui pour mettre de l’ambiance dans une soirée.

 


-       Alors tu vas bien mon lapin ?


 

Nicolas s’est toujours autorisé cette forme de familiarité. Pour lui les cousins de son copain Mathieu sont naturellement aussi ses amis. Il est fils unique et j’ai toujours pensé qu’il aurait adoré grandir dans une famille nombreuse.

 

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)


-       Super ta soirée, c’est une bonne idée les dégustations de pinard. 

-       Tu vas bien toi ? 

-       Oui, top. Bouffe sympa, ambiance sympa, bouteilles sympas.

-       Le « pinard » te convient ?

-       Du top. C’est toi qui as choisi ?

-       Oui. Avec le caviste du quartier. On va passer aux rouges maintenant.

-       Cool.

-       Comment tu trouves Mathieu, tu ne l’as pas vu depuis un moment je crois ?

-       Il a l’air super heureux. Ca me fait plaisir pour lui.

-       Oui. Il va bien je crois. 

-       Euh, je voulais te proposer un truc.

-       Oui, quoi ?

-       C’est quand même « un peu » un enterrement de vie de garçon, donc ce serait sympa d’organiser un petit jeu un peu…sexy. Tu vois ?

-       …Non… mais si tu as une idée sympa.

-       Oui j’ai pensé à un truc. Je voulais juste savoir si tu étais OK.

-       Pas de souci. Je sais que tu le fais pour Mathieu. Fais comme tu le sens.

-       Cool.


 

Je lui tends les dernières bouteilles à emporter et nous repassons dans le salon.

Nous commençons la dégustation des rouges du Languedoc et des Côtes du Rhône. L’idée de la soirée semble convenir à tous. Chacun y va de ses commentaires de dégustation tout en se jetant sur les plateaux qui se vident rapidement. Heureusement que j’ai vu grand. 20 jeunes mâles affamés n’allaient pas se satisfaire d’une soupe aux légumes bio.

 

Une certaine ivresse semble être partagée par tous les convives. Les conversations vont bon train, on rit beaucoup. Comme prévu, Nicolas prend l’initiative de proposer le jeu auquel il a pensé. Il demande le silence et finit pas l’obtenir avec beaucoup de difficultés.

 


-       Bon, les gars, je vous propose un petit jeu cool pour célébrer la décision de Mathieu de se marier. Moi j’ai pas regretté d’avoir épousé ma femme, j’espère que lui non plus.


 

Tout le monde rit.

 


-       La règle du jeu : une histoire vraie, une histoire fausse. On vote. Si l’assistance devine quelle est l’histoire vraie, et donc quelle est la fausse, gage pour celui qui raconte. Si l’assistance se trompe, celui qui raconte désigne quelqu’un pour qu’il raconte deux histoires à son tour. Tout le monde a compris ? Des questions ? Pour éviter la triche le narrateur note sur un papier quelle est l’histoire vraie avant de commencer.


 

Evidemment la question que tout le monde attendait arrive. Un des invités que je ne connais pas se lance :

 


-       On peut raconter n’importe quel genre d’histoire ?


 

Tout le monde a compris l’idée. Nicolas aussi.

 


-       N’importe quel genre oui. Et à tout seigneur tout honneur, je pense que tout le monde sera d’accord pour que Mathieu commence.


 

Je regarde mon cousin, plutôt amusé. Mathieu se lance dans deux histoires qui me semblent aussi délirantes l’une que l’autre. Nous votons une fois qu’il a terminé. Nous nous sommes fait balader. Il désigne un de ses amis rencontrés dans sa première entreprise pour prendre la suite. La soirée s’anime et les histoires racontées sont de plus en plus délirantes et sexuelles.

 

Mon tour arrive et je ne m’en tire pas trop mal. Je ne voulais, ne pouvais abordes des questions de cul, n’ayant aucunement l’intention de faire mon coming out général devant l’assemblée. J’arrive à berner tous les invités qui se trompent en choisissant l’histoire supposée être fausse et je désigne Nicolas pour prendre la suite.

 

Sa première histoire se passe dans son entreprise avec un client. Bien tirée par les cheveux j’ai tendance à penser qu’elle est totalement inventée mais depuis le début du jeu nous avons eu la preuve que la réalité dépasse souvent la fiction.

 

La seconde est plus étrange et capte tout de suite l’attention de tous les invités.

Nicolas commence.

 


-      Je me suis fait pomper à l’insu de mon plein gré.



Silence. Chacun veut visiblement en savoir plus. A-t-il mis le doigt sur une corde sensible chez beaucoup de mecs présents ce soir.

 

Il raconte.


« C’était pendant les vacances chez ma copine de l’époque, dans la maison de ses parents au Cap Ferret. Ils étaient partis pour le week-end chez des amis à Biarritz et nous avions la villa, superbe, pour nous deux. Nous vivions à poil quasiment en permanence et passions nos journées dans la piscine, à la plage ou sur la terrasse.


Le samedi après-midi nous faisions l’amour dans le jardin. Moi allongé sur un transat et Elodie, presque assise sur ma bouche. Je lui bouffe la chatte, elle adorait çà. Les mecs… je vous passe les détails mais c’était du hot. Elodie n’était, et à mon avis n’est toujours pas, du genre timide. Elle gémit grave et mouille à fond. Moi je bande à en avoir mal.


Dans le feu de l’action il me semble entendre quelqu’un plonger dans la piscine.


Je repousse un peu Elodie pour décoller sa chatte de ma bouche mais elle résiste et je n’arrive à rien voir d’autre que son sexe bien trempé à quelques centimètres de ma gueule. J’essaye d’en avoir le cœur net.



-      Il y a quelqu’un dans la piscine non ?



Elodie tourne la tête pour regarder derrière elle.



-      Non, personne, c’est chez les voisins.



Je reprends mon bouffage de chatte en règle. Et là, vous allez pas le croire, je sens une bouche sur ma queue. Mais un truc incroyable que j’ai jamais ressenti. Un fourreau doux et chaud qui descend sur ma queue.  A la première seconde mon réflexe est de me relever pour voir qui s’occupe de mon pénis sans ma permission, et immédiatement après j’hésite parce que c’est tellement bon que j’ai pas du tout envie que ça s’arrête. Et de toute façon Elodie est toujours assise sur ma gueule avec la langue collée à son minou. Elle sait ce qui est en train de se passer pendant que moi je suis dans le brouillard, mais un brouillard qui fait un bien fou à ma queue.

C’est elle qui réagit en premier pour me convaincre de ne pas bouger.



-      Bouge pas Nico. Prends ton pied. Lèche-moi et laisse-toi faire.



Je lui obéis, c’est vraiment trop bon. J’imagine qu’elle a monté un plan coquin avec une copine. Elle est encore plus excitée et mouille massivement à m’inonder la gueule.


La langue sur ma queue continue à me lécher, à m’avaler, et là je connais ma vraie première gorge profonde. Un truc de ouf ! De la bonne tétée en règle.

 

Nicolas s’interrompt pour boire une gorgée de vin. Il est conscient de l’effet qu’il produit sur l’assistance et j’imagine que plusieurs mecs bandent déjà dur dans leurs caleçons. Je croise le regard de Mathieu, qui semble amusé. Je me demande s’il ne connaît pas déjà l’histoire… auquel cas elle serait vraie… Il y a déjà eu pas mal d’histoires de cul ce soir, plus nous avançons dans la soirée plus l’ambiance devient chaude, mais là quelque chose de différent capte l’attention de tous.

 

Nicolas reprend.

 

« Donc la bouche sur ma queue me rend totalement dingue. Léchage de couilles, la langue de la nana descend même vers mon trou vu que je me tors de plaisir et qu’à un moment donné je lui ai presque offert l’accès à mon cul. C’est du gros délire et je sens que je ne vais pas tenir longtemps.


Elodie a l’air de bien s’amuser de la situation. J’étouffe un peu mais elle ne se décolle pas de ma bouche et je dois bien dire que j’ai pas trop envie de bouger. Je tiens plus et je finis par jouir. Je m’en souviens encore. L’éjac de ma vie dans la bouche de la copine que j’imagine ou moche, ou super salope, ou les deux. A la limite j’ai même pas envie de savoir. Enfin peut-être pas l’éjac de ma life mais dans le top 3 quand même. Je me suis vidé comme jamais.


Je reste dur un moment tellement ça m’a excité et je finis par débander. A ce moment-là Elodie se lève et je peux enfin me redresser pour voir la super copine qui vient de m’envoyer au 7ème ciel. Et là les mecs… vous allez pas me croire mais je vous jure que c’est vrai, je reconnais Romain, le frère d’Elodie. Le mec m’a sucé ! Le frère de ma copine m’a pompé ! Enfin ils ne sont pas vraiment frère et sœur.  C’est une famille recomposée mais ça fait déjà plusieurs années qu’ils sont élevés ensemble. Je manque de faire un arrêt cardiaque. Le mec a failli me rendre dingue les mecs ! Vous le croyez ?


Donc Romain se relève, je découvre son corps, il est à poil, c’est lui que j’avais entendu plonger dans la piscine et il bande à fond. Je fais bander le frangin, et pas gêné du tout le mec. Je me mets debout, face à Romain qui me regarde dans les yeux, avec un regard bien pervers, mais franchement je le trouve sympa. D’un côté j’ai envie de lui casser la gueule, mais en même temps j’ai encore le souvenir de sa bouche sur ma queue. Il m’a donné tellement de plaisir que j’ai du mal à lui en vouloir vraiment. Donc je suis grave paumé.



-      Tu m’en veux ?



Le ton de sa voix me paraît sincère et en même temps pas dupe du fait que j’ai vraiment pris mon pied.



-      Oui… euh non….si….en fait je sais pas.



C’est vrai que là j’étais bien perdu. J’avais mille trucs dans la tête.


Elodie vient à la rescousse.



-      Faut pas nous en vouloir. C’était pour s’amuser. Romain m’a dit qu’il avait flashé sur toi… alors je voulais pas être égoïste et te garder pour moi toute seule.



Elle vient se coller à moi et je m’aperçois que je recommence à bander.


Finalement je décide de voir les choses du bon côté. C’est l’été, on est tous un peu en rut. Et je n’ai pas vraiment réagi quand il était encore temps.


Bon voilà les mecs, ça c’est ma deuxième histoire ».

 

Nous passons aux votes. La majorité pense que Nicolas a inventé son plan bi avec le frère de sa copine…mais finalement c’était son histoire vraie.

 

Beaucoup le charrient ensuite en lui demandant s’il est devenu accro à la bouche des mecs et il se laisse taquiner de bon cœur. Rien ne l’obligeait à raconter cet épisode. Il l’a fait par provocation et assume. C’est tout lui. 

 

Mon regard croise celui de Luc qui ne me semble pas très à l’aise. Il se lève et sort sur le balcon. Je le rejoins parce que son expression est assez triste et j’ai peur qu’il ne se sente pas bien.

 


-       Ca va Luc ?

-       Oui…oui… je prends l’air. J’ai un peu trop bu je crois.


 

Il cherche à donner le change. J’essaye de lui faire comprendre que j’ai remarqué son malaise tout en restant aussi discret que possible.

 


-       Nicolas est assez extraverti….

-       Oui on peut dire ça…


 

Un silence s’installe mais ce n’est pas de la gêne. Nous sommes tout simplement bien à prendre l’air côte à côte.

Diffuse en direct !
Regarder son live