Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 7 072 fois
  • 27 J'aime
  • 6 Commentaires

La Mariage

Chapitre 11

Gay

Après cet intermède au cours duquel la plupart des convives sont allés prendre l’air, tous les invités se retrouvent pour accueillir cette pièce montée totalement spectaculaire. Les mariés commencent à la partager et chacun peut se régaler de la qualité des choux à la crème confectionnés par une star de la pâtisserie parisienne. Les parents de Céline n’ont pas lésiné sur la qualité de ce repas de mariage qui nous laissera d’excellents souvenirs.

 

Je vois que Jean-Baptiste a repris sa place à la table des parents des mariés et son air convenable de jeune prêtre innocent. Je peux voir également Bastien qui évite de croiser mon regard et semble un peu absent. Je comprends qu’il soit un peu troublé par ce que nous venons de vivre ensemble.

 

Luc me rejoint avec un peu de retard. Il a l’air un peu essoufflé.

 

-       Ca va ?

-       Oui…top…

-       Tu as couru ?

-       Euh oui….j’étais parti un peu loin…


 

Je comprends au ton de sa voix qu’il ne s’est pas contenté d’aller prendre l’air. Je croise son regard animé d’une étincelle qui ne trompe pas.

 


-       Tu t’es bien amusé ?

-       Oui…et toi ?

-       On peut dire ça.

-       Tu racontes ?

-       Là tout de suite je ne peux pas…mais tu sauras tout…enfin peut-être…

-       Tu étais avec Bastien ?


 

Je me demande pourquoi il pense à son coloc londonien qui pour tout le monde est l’image du parfait hétéro.

 


-       Pourquoi tu demandes ça ?

-       Comme ça…une idée… il a l’air bizarre non ?

-       Il a surtout l’air fatigué je crois ? Nous avons tous un peu bu…

-       Alors Bastien ou pas Bastien ?

-       Bastien.

-       Cool ! Je le savais ! Tu as vu comme il nous regardait dans la chambre tout à l’heure. Il bandait dur notre Bastien.


 

Je n’ai pas envie de lui donner plus de détail dans l’immédiat.

 


-       Et toi ?

-       Le petit maitre d’hôtel

-       Ah oui…celui qui sert la pièce montée là ?

-       Celui-là même.

-       Il est mignon.

-       Oui…et très chaud… Il faut que je te demande un truc d’ailleurs

-       Quoi ?

-       Je me disais que ça pourrait être sympa de lui proposer de venir dormir avec nous.


 

Sur le moment je suis un peu étonné. Luc est décidément insatiable…mais l’idée me plait…

 


-       OK, pas de souci, on récupérera demain quand nous serons rentrés.


 

Nous continuons à parler de tout et de rien avec les autres invités à notre table. Nous ne pouvions pas continuer notre conversation à deux plus longtemps sans paraître grossiers.

 

Bastien nous rejoint. Il évite mon regard et s’adresse à Luc.

 


-       Je voulais savoir si tu passais à l’appart demain pour rendre les clés ou si tu veux que je le fasse. Auquel cas il faudrait que tu me les donnes.

-       Tu rentres à Paris ce soir  ?

-       Je pense oui. Il y a des cousins de Céline qui m’ont proposé de me ramener.

-       Sinon…


 

Luc me regarde dans les yeux et je comprends le sens de son demi-sourire.

 


-       Sinon ?

-       Sinon tu pourrais peut-être dormir avec nous si ça te dit ? Ça ne t’embête pas Raph ?


 

Evidemment que l’idée me séduit mais je ne veux pas mettre Bastien mal à l’aise.

 


-       Non, c’est une super idée, mais Bastien a peut-être envie de rentrer…


 

Je sens bien que Bastien est un peu perdu. Luc reprend la parole.

 

 


-       Euh….pour ne rien te cacher… on a prévu de s’amuser un peu avec le petit maître d’hôtel sexy…mais on te laissera dormir tranquillement si tu veux…


 

Je ne vois pas bien comment Bastien pourrait dormir…mais l’alcool aidant…

 

Pendant quelques secondes les yeux de Bastien croisent les miens. J’y lis des sentiments contradictoires, un certain désarroi mais aussi me semble-t-il une lueur de curiosité, et peut-être même de désir.

 


-       OK, je suis crevé, je préfère m’éviter la route.


 

Luc semble ravi.

 


-       Super alors !


 

Luc se dirige vers le jeune maître d’hôtel et lui parle à l’oreille pour lui confirmer que nous l’attendrons dans ma chambre après son service. Je le regarde et je dois bien avouer qu’il est bandant, des traits fin et réguliers, cheveux bruns bouclés coupés courts et des yeux verts qui pétillent d’intelligence. Je l’imagine déjà à poil dans notre lit et je recommence à bander.

 

La soirée dansante bat son plein dans une tente montée dans le parc à proximité de l’Orangerie. A partir de deux heures du matin les invités commencent à partir. Je préviens Luc que je ne vais tarder à monter dans notre chambre. Je cherche Bastien qui a montré de  véritables talents de danseur toute la soirée. Aurait-il cherché à oublier sa première expérience avec des mecs ?... Je l’appelle :

 


-       Bastien !

 


Il quitte la piste de danse et me rejoint.

 


-       Je vais dans la chambre.

-       OK. Tu veux que je vienne avec toi ?

-       Comme tu veux, si tu préfères rester danser…

-       Non c’est bon…je suis crevé…

-       OK. On y a alors.


 

Arrivés dans notre chambre, Bastien enlève rapidement sa veste de costume et sa cravate.

 


-       Je peux prendre une douche ?

-       Bien sûr


 

Il continue à se déshabiller devant moi comme si nous étions des amis de longue date. Au moment où il retire son caleçon et me fait face totalement nu, il me regarde. Je ne sais pas quoi faire. Je m’approche.

 

Je lui caresse la joue.

 


-       Ça va ?


 

Il ne répond pas mais pose sa tête sur mon épaule. Je lui caresse les cheveux. Nous restons silencieux. Ce geste d’abandon et de tendresse me dit toute la complexité de l’orage de perceptions et de sentiments qui agite son cerveau depuis notre rencontre dans le noir.

 

Il se dégage et toujours silencieux va prendre une douche réparatrice. Je me déshabille à mon tour, engoncé dans mon costume et heureux de m’en libérer. Je vais retrouver Bastien dans la salle de bain qui est en train de se sécher. J’admire son corps finement musclé et me souviens du plaisir intense que j’ai ressenti à sucer sa belle queue épaisse.

 

Je prends ma douche et je le retrouve assis dans un fauteuil, sa serviette autour de la ceinture.

 


-       Je vais dormir ici

-       Non…viens dans le lit

-       Non…je m’incruste…je ne vais pas t’empêcher de dormir en plus.

-       Pas du tout…il y a de la place pour tout le monde…


 

Nous nous glissons à poil sous les draps et je me dis qu’il doit ressentir le même épuisement que moi après cette journée mouvementée. Après quelques minutes je comprends qu’il s’est endormi et je repense aux événement de la journée. Je finis moi aussi par sombrer.

 

Dans un demi-sommeil j’entends du bruit dans la chambre. Je ne sais pas où je suis mais j’entends deux voix qui murmurent. Je ne sais pas si je suis en train de rêver ou si je reviens lentement à la réalité.

 


-       Ouiiii….elle est bonne ta queue

-       Tu aimes ça hein ?...

-       Ouiiiii

-       Fais moins de bruit tu vas les réveiller…

-       C’est trop bon…prends bien ma chatte…


 

Je reprends mes esprits et me relève dans le lit. La pleine lune éclaire la chambre et je discerne rapidement le corps nu de Luc qui pénètre un jeune mec, penché en avant, un pied posé sur le canapé pour donner le meilleur accès à son anus à mon ami.  Le pénis de Luc que j’ai pu moi-même grandement apprécié est enfoncé jusqu’à la garde dans son intimité. Les mouvements du bassin de Luc sont profonds et rapides et j’imagine les sensations fortes ressenties par le petit maitre d’hôtel très bandant en train de se faire posséder avec vigueur.

 

Le spectacle m’excite, je bande et l’envie de dormir me passe rapidement. Je me lève sans mouvement brusque pour ne pas réveiller Bastien dont j’entends la respiration douce et régulière. Je rejoins les deux garçons en train de baiser. Luc m’accueille gentiment.

 

 


-       Hello Raph ! Donne-lui ta queue !


 

Je comprends le message et vient me poster devant Antoine, puisque c’est ainsi que se prénomme notre compagnon de jeu nocturne. Il prend ma queue dans sa main droite et la guide entre ses lèvres qui me font immédiatement sursauter. Sa bouche chaude est un vrai paradis. Il n’a qu’à se laisser pilonner par Luc pour que sa bouche opère sur mon sexe un va-et-vient divin au rythme des coups qu’il encaisse avec visiblement beaucoup de plaisir. Le fond de gorge prodigué par Antoine me réveille complètement et je me dis que cette journée décidément dense finit en beauté.

 

Le petit mâle en rut en veut davantage. Il abandonne ma verge et se redresse pour faire comprendre à Luc qu’il a quelque chose à lui dire. J’entends leur échange :

 


-       Je vous veux tous les deux 

-       Tu veux dire une double ?

-      Oui !

-      OK boy ! Raph ? Tu as entendu ?

-      Oui j’ai entendu !

-      Ca te va ?

-      Ouiiii


 

Les deux m’excitent à fond. Peut-être aussi la situation, avec Bastien qui continue à dormir tranquillement.

 

Luc s’allonge sur le dos sur un pouf qui prolonge le canapé. Antoine ne perd pas de temps pour venir s’asseoir sur le sexe dressé à la verticale de mon ami. Puis il se penche comme pour l’embrasser et je comprends au bruit que j’entends que leurs lèvres se sont effectivement trouvées. J’ai trouvé la boite de préservatifs sur le tapis et je commence à poser mon gland en feu contre l’anus déjà bien rempli d’Antoine. J’ai peur de lui faire mal, je ne le connais pas et j’ignore à quelle fréquence il s’amuse à se faire baiser par deux mecs en même temps.

 

J’appuie sur la verge dure de Luc avec la mienne pour me frayer un chemin. Je caresse les fesses fermes d’Antoine dont mes doigts adorent la douceur. Son cul est couvert d’un duvet de satin qui me trouble profondément. Sa raie est garnie d’une fourrure de mec assez dense et je n’ai plus qu’une envie, m’y enfoncer avec délice.

 

Mon gland avance doucement en disparaît dans l’orifice offert. Puis nos deux queues glissent l’une contre l’autre sans difficulté. Je sens l’élasticité du corps d’Antoine se faire à ma présence et m’entourer de chaleur et de plaisir. Je vais en viens doucement dans cet anus plus qu’accueillant pour ne pas blesser notre hôte.

 


-       Ca va ?

-       Ouiiii c’est trop bon…Vas-y

-       Tu n’as pas mal ?

-       Non…. Bourre moi bien… baisez moi à fond les mecs…. !


 

Tout se passe bien. Luc et Antoine s’embrassent. Quand le beau petit maitre d’hôtel se redresse Luc joue avec ses tétons et j’entends, aux couinements de plaisir qui brisent le silence de la nuit que ces caresses produisent un effet certain sur le petit mâle que je suis en train de pénétrer.

 

A ce rythme nous tenons plusieurs minutes mais nos corps en feu vont bientôt arriver à leurs limites. C’est alors que j’entends du bruit derrière moi et que je comprends que Bastien est réveillé. Il se lève à son tour et nous rejoint.

 

Il fait trop sombre pour que je puisse lire dans son regard. Il reste près de moi immobile pendant que je continue mes mouvements dans la chatte d’Antoine qui m’électrise de la plante des pieds au cerveau. Je sens la queue de Bastien se dresser jusqu’à venir cogner contre ma cuisse gauche. Je suis content qu’il apprécie la situation.

 

Je me penche vers lui et murmure à son oreille :

 


-       Donne-lui ta queue. Il suce comme un dieu.


 

Bastien semble hésiter, mais il comprend peut-être que nous approchons de la délivrance et qu’il n’a pas de temps à perdre. Il fait le tour du pouf où nous sommes installés et face à moi, offre sa queue horizontale à la bouche d’Antoine qui se jette dessus aussi voracement que possible. Voilà Antoine comblé, deux pénis dans l’anus et un troisième dans la bouche. Il ne regrettera pas sa journée de travail au château.

 

J’aime l’idée que le fourreau de la bouche d’Antoine suce Bastien au rythme de mes coups de rein. J’ai un peu l’impression de le sucer un seconde fois comme plus tôt dans la soirée dans la réserve. 

 


-       Oh putain les mecs…. Vous allez me faire jouir… !


 

Antoine ne peut s’empêcher d’exprimer sa satisfaction. Je ralentis un peu pour que Bastien profite bien de la situation. Plusieurs fois je manque d’éjaculer mais je m’arrête juste à temps pour faire durer le plaisir du dernier compère à nous avoir rejoint. J’aime l’idée que Bastien profite à fond de ces plaisirs encore inconnus avant cette nuit.

 

Et puis j’atteins ce point de non-retour où ma volonté n’a plus de prise sur mon corps. Je me vide dans le préservatif enserré dans le cul d’Antoine et à la même seconde je ressens les contractions de la queue de Luc qui jouit lui aussi, parfaitement synchronisé avec moi. Ma queue est massée à la fois par les entrailles d’Antoine et par le sexe puissant de Luc qui se contracte à chaque jet de sperme. Je ne me souviens pas avoir ressenti un tel plaisir depuis longtemps.

 

Antoine interrompt sa fellation sur Bastien le temps de nous prévenir :

 


-       Je viens !


 

Puis il éjacule sur le ventre poilu de Luc et à nouveau ma queue toujours au fond de lui connaît une extase parfaite à chaque contraction de son corps qui expulse sa semence généreuse sur les poils si doux du ventre de mon ami. J’aurais presque pu jouir une deuxième fois tant les sensations sont intenses.

 

Antoine a abandonné la queue de Bastien pour s’effondrer d’épuisement sexuel et de fatigue sur Luc qui le serre contre lui. Je comprends que Bastien est lui aussi près du plaisir. Il se masturbe énergiquement deux ou trois fois puis, sans l’ombre d’une hésitation, lâche de longs jets de sperme qui viennent s’écraser sur le dos d’Antoine. Le plus puissant arrive jusqu’à moi et je sens sa semence chaude couler sur mon pubis. Je suis à deux doigts de devenir fou. 

 

Je n’ai pas envie de bouger. Je grave cette image dans ma mémoire. Puis je dois me résoudre à me retirer de l’anus d’Antoine, silencieusement reconnaissant pour le plaisir indicible qu’il m’a donné en m’offrant l’accès à son intimité de jeune mec doué pour le sexe.

 

Antoine se libère de la queue de Luc et Bastien reste debout face à moi, ne sachant pas trop comment réagir à ce qui vient de se passer.

 

Antoine se dirige vers la salle de bain.

 


-       Il faut que je rentre !


 

Luc s’inquiète.

 


-       Tu es sûr ? Tu ne veux pas rester dormir un peu ?

-       Je peux pas. Sinon mes parents vont s’inquiéter.

-       OK.


 

Le jeune mâle qui aime donc le sexe au moins autant que nous se douche rapidement et vient se rhabiller. J’adore son corps bien dessiné et sa toison assumée. Il se rase les couilles et taille sa toison pubienne mais le reste de ses poils est à l’état naturel et le rend totalement sexy. Maintenant qu’il est rhabillé il semble subitement un peu timide.

 


-       Euh, et bien…. Merci ! C’était cool.

-       Merci à toi ! Rentre bien.

-       Bonne nuit à tous les trois !


 

Chacun de nous trois lui souhaite une bonne nuit. Luc va également se doucher pour se débarrasser du sperme dont Antoine l’a généreusement aspergé.

 

Je m’approche de Bastien. Immobiles, nous sommes nus face l’un à l’autre. Je l’embrasse. Il ouvre les lèvres et me rend mon baiser. Puis sans un mot nous nous glissons dans les droits. Luc nous rejoint et nous nous endormons rapidement. Je donnerais cher pour connaître les rêves de mes trois complices de la soirée.

Diffuse en direct !
Regarder son live