Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 3 157 fois
  • 1 J'aime
  • 0 Commentaire

Le mariage de ma cousine Isabelle

Chapitre 1

Divers

Je vais vous raconter ce qui a provoqué chez nous, notre recherche de nouveaux plaisirs. Pour ceux qui ne nous connaissent pas encore, nous sommes un couple proche de la quarantaine, Cécile, 38 ans et mon mari Pierre 39. Je suis un peu exhibitionniste et mon mari étant un peu voyeur, nous étions vraiment faits pour nous rencontrer et ce petit penchant réciproque à provoqué le début de nos aventures.

    Nous étions, l’été dernier, invité au mariage d’une de mes jeunes cousines, Isabelle, que je vois assez rarement. Je dois préciser qu’entre nous (l’ensemble de mes cousines), il n’y a pas bien sur de problème mais il y a toujours eu une petite compétition à celle qui sera la plus belle et qui plaira le plus aux garçons ! C’est donc en ayant à l’esprit ce petit jeu que j’ai choisi avec Pierre ma tenue pour le mariage.

    D’un commun accord, nous avons décidé que je porterai une veste blanche relativement décolletée sur une minijupe noire moulante en satin. Cette minijupe très courte à la particularité de bien remonter sur mes cuisses lorsque j’ai les jambes croisées ! Pour compléter le tout, un caraco noir, un string noir et des bas noirs style Dim-Up. J’ai également acheté des escarpins avec des talons un peu plus hauts que ceux que je mets habituellement. En partant pour la mairie, je sentais dans les yeux brillants de Pierre que ma tenue allait beaucoup plaire aux hommes qui seraient présents.

    Dans la salle des mariages, Pierre me fit remarquer le regard appuyé que portait sur nous, un couple de nos ages, assis dans la même rangée que nous mais quelques mètres plus loin. En souriant je lui ai dit que je m’en étais aperçue avant lui et que j’avais déjà ressenti sur moi, le regard de l’homme lorsqu’en montant les marches menant à la mairie, il avait du distinguer de manière furtive le haut de mes bas. Amusée, je croisais un peu plus haut mes jambes. La femme arborait une veste noire sur une minijupe portefeuille et avait la main négligemment posée sur la cuisse de son mari. Tout à coup un détail attira mon attention. Je vis la main de la jeune femme glisser sur la cuisse de son mari et en remontant doucement, venir effleurer son entre-jambes. Excité par ce spectacle, Pierre posa à son tour la main sur ma cuisse et remonta légèrement ma minijupe jusqu’à ce que sa main touche la dentelle de mes bas. Je sentis très rapidement que Pierre était excité par l’attitude de la femme et moi par le regard de l’homme de plus en plus appuyé sur mes jambes. Je décidais donc de me mettre un peu sur le côté en les croisant très haut. Il ne pouvait plus ignorer que je portais des bas. Ma minijupe moulante remontait jusqu’au haut de mes cuisses.

    C’est alors que Pierre me dit que je commençais à perturber la cérémonie. En effet, le maire petit à petit bredouillait. Quand je décroisais les jambes pour mieux les recroiser, celui-ci devait avoir une vision imprenable sur mon string noir. Et je voyais alors son regard aller de la jeune femme à moi et de moi à la jeune femme s’en savoir où se poser... Je pose alors ma tête sur l’épaule de Pierre et lui sourit. Cette situation lui plaisait, j’en étais sur ! Et à moi aussi, car sous la pression des caresses de la jeune femme, j’imaginais que l’entrejambe de son mari devait bien durcir...

    Puis la cérémonie pris fin. En nous levant, Pierre en profita pour glisser une main baladeuse sur mes fesses et me glissa à l’oreille qu’il voulait se rapprocher de ce couple afin de pouvoir contempler la jeune femme de plus prés. Une fois à côté d’eux, je crus que Pierre allait avoir une attaque. En effet, la minijupe de la femme était tellement courte que par son mouvement, on pouvait deviner qu’elle portait un porte-jarretelles noir et des bas à coutures. Et le décolleté de sa veste dévoilait qu’elle ne portait pas de soutien gorge mais un redresse-seins qui les faisait pointer sous sa veste. Je me suis dit qu’elle exagérait un peu mais je devais avouer que je comprenais l’émoi de Pierre.

    En repartant vers les voitures, Pierre me fit part de son souhait de faire leur connaissance et pour cela d’attirer leur regard. Nous avions vu qu’ils étaient garés pas loin de nous et en arrivant à la voiture, après que Pierre m’a ouvert la porte, j’ai fait négligemment tomber un objet devant le siège. Je me suis donc penchée... Ma minijupe remonta alors très haut et dévoila mon petit string noir. Cela excita énormément Pierre qui fut en plus comblé de voir que tout en nous souriant, la femme monta dans leur voiture en écartant fortement ses cuisses et en nous dévoilant le fait... qu’elle ne porte pas de culotte. Dans la voiture l’atmosphère était particulière. Nous savions maintenant que nous allions faire connaissance et que la soirée s’annonçait... très chaude.

    Une fois dans la voiture, Pierre me disait pour m’exciter qu’il repensait à cette minijupe laissant dévoiler le haut des bas et à la vision que nous avions eue lorsqu’elle s’est installée dans leur voiture. C’est alors que nous avons doublé une voiture qui avait fortement ralenti, c’était eux. Et nous avons entrevu la chevelure de la femme derrière le volant et effectuant des mouvements de va-et-vient. Il n’y avait aucun doute de la fellation qu’elle pratiquait à son mari tout en roulant.

    Mais Pierre aussi, de me voir penchée en avant, leur dévoilant le haut des mes cuisses et mes fesses mises en valeur par mon string, l’avait mis dans tous ses états. Et dans le rétroviseur, quand il voyait la tête de la femme se pencher vers l’entrejambe de son mari, son excitation monta d’un cran. Son regard passait de moi à eux. Car après m’être penchée, je n’avais pas, comme je le fais d’habitude, réajusté ma minijupe. J’étais donc là, sous ses yeux, la mini retroussée très haute sur mes cuisses, laissant apercevoir mon string. Pierre n’a pu se retenir. Il a posé sa main sur ma jambe et a lentement caressé mon sexe qui s’humidifiait très rapidement. Afin d’augmenter mon plaisir, de temps en temps, il laissait un de ses doigts me pénétrer. Et je jouis alors sous les doigts de Pierre en pensant à l’homme se faisant sucer et que c’était moi qui avais du provoquer son besoin urgent d’être assouvi.


    En arrivant au pavillon, un employé était là pour nous indiquer où nous garer. Pierre m’a alors empêché de me réajuster et il s’est arrêté à côté de lui, faisant celui qui n’avait pas compris ses signes. Les yeux du jeune homme semblaient sortir de ses globes, lorsqu’il m’a vu. C’était un très bel homme. Gourmande, je passais ma langue sur mes lèvres en le regardant dans les yeux. Il bafouilla en nous indiquant notre place, je sus alors qu’il avait compris mes avances. Pierre m’a souri et fit durer les explications. L’employé lui a dit qu’il faisait un extra et qu’il serait là toute la soirée pour le service. Il l’a remercié et lui a dit que nous le verrions peut-être plus tard dans la soirée.

    La voiture garée, il me demanda de ne pas descendre tout de suite mais d’attendre l’arrivée de l’autre couple. Il bandait très fort. Comprenant que nous les attendions, ils se sont garés près de nous. Je sortis de la voiture, les jambes en premier comme il se doit, laissant encore malencontreusement apparaître le haut de mes bas. Et c’est la jeune femme qui s’avança spontanément vers nous et se présenta :

    - Bonjour, je suis Sophie L... et voici mon mari Xavier, nous sommes des amis du marié.

    - Oh Bonjour ! Je suis Cécile, une cousine de la mariée et voila Pierre mon mari. C’est un plaisir de vous rencontrer. Nous aimons toujours faire de nouvelles rencontres dans ce type de cérémonie. Nous nous installerons ensemble si vous voulez bien.

    La poignée de main de Xavier, ferme mais néanmoins délicate et son regard sur mon corps me troubla un peu. Ma poitrine se gonfla légèrement et le décolleté de ma veste ne put cacher mes petites pointes très dures, se dressant sous mon caraco. Quant à Pierre, le coquin, certainement encouragé par le spectacle, volontaire et non volontaire, que lui avait donné Sophie, a délicatement parcouru son corps du regard tout en lui présentant ces civilités. Puis il nous proposa de rejoindre la salle afin de trinquer à notre rencontre... et aux mariés, bien sur.

    - Pourquoi pas nous répondit Xavier, après vous.

    Sentant Xavier derrière moi et Pierre appréciant que je sois quelque peu provocante tout en restant raisonnable, je me suis déhanchée légèrement sur mes hauts talons. Je sentais qu’il guettait le moment où il pourrait de nouveau apercevoir le haut de mes bas. Nous avons rejoint le salon afin d’y boire quelques gouttes de champagne. Nous avons alors commencé à discuter de choses et d’autre. Xavier décida alors d’aller chercher quelques coupes afin de nous rafraîchir. Pendant sa courte absence, nous avons continué à bavarder. Pierre proposa alors à Sophie et moi de s’asseoir espérant certainement que nous allions en profiter pour nous dévoiler un peu plus. Nous nous installèrent sur deux canapés se faisant face, Sophie gardant une place pour Xavier et Pierre se mettant à côté de moi.

    Sophie croisa alors très haut ses jambes. Sa minijupe portefeuille s’entrouvrit et ne cacha plus rien de son porte-jarretelles et de ses bas. Pierre posa alors sa main sur ma cuisse et la remonta. Je sentis que Sophie avait compris son petit jeu, car quand je décroisais mes jambes pour laisser libre court à sa main, Sophie faisait de même en le regardant droit dans les yeux. Très rapidement je me suis retrouvée, la minijupe retroussée jusqu’à dévoiler mon string. Xavier arriva avec le champagne. Il découvrit une scène qui devait lui plaire.

    Sophie, tout comme moi, avait les jambes décroisées. L’une et l’autre nous avions notre jupe remontant suffisamment haut pour que l’on puisse découvrir nos cuisses et même plus. Il s’assit alors en face de moi et plus particulièrement de mon entre-jambe que je lui découvrais de plus en plus au fur et à mesure que la journée passait. Je remarquai que le regard des autres convives devenait de plus en plus insistant. Une pensée me traversa alors l’esprit. La posture de Sophie comme de moi pouvait faire penser à une soirée entre hommes, agrémentée de quelques call girl prenant leur travail très à c?ur. Et cela, bien que choquant, m’excita énormément.


E-mail: mviedf@yahoo.fr

Membre XStorySnap du jour
Flamme -
Suiveur -
Snap
Chatter avec
Webcam XStory du moment
Regarder