Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 34 712 fois
  • 128 J'aime
  • 13 Commentaires

Le mariage de Victoria

Chapitre 1

Une découverte bouleversante

Inceste

— Arrête de me regarder comme ça s’il te plaît.

— Pourquoi ?

— On dirait que tu vas me bouffer.

— C’est que ...

— ... oublie ce que tu viens de voir sur moi.

— Je pourrai jamais !


La discussion s’était finie comme ça il y a quelques heures, en pleine nuit. Les derniers mots que j’avais prononcés avant qu’elle s’enfuie dans le couloir.


Pour plus de clarté, il faut savoir que je m’appelle Matthew. 1 mètre 81, 84 kilos, 32 ans. Je vivais à l’étranger pour le travail, mais j’étais de retour en France depuis peu pour assister au mariage de ma petite sœur, Victoria. Une jeune fille de 1 mètre 65 pour 52 kilos, tout à fait charmante du haut de ses 22 ans. Gracieuse, pétillante, inventive, intelligente, élégante, et j’en passe... Sauf que cette description n’est plus d’actualité. Depuis cette nuit de mercredi à jeudi à 2h22 précises, la vision de ma sœur allait changer pour toujours ! Jamais plus je ne pourrai la qualifier de douce, de sage, de respectueuse, ou même de digne.


Enfermé dans mon ancienne chambre, que ma mère avait réaménagée de manière spartiate pour l’occasion, je pouvais entendre des bruissements, comme des bruits sourds, venant de la chambre voisine, les deux murs étant conjoints. Ma sœur était là aussi pour l’occasion. Forcément, puisque c’était elle, la future mariée. Mais à deux jours du mariage, disons qu’elle et mon futur beau-frère avaient décidé de consommer le mariage un peu en avance.


Je sentais le bruit du lit en métal qui frappait contre le mur et le grincement des vis qui frottaient contre la ferraille. Le son était tout bonnement abominable ! Imaginer Victoria faire la pute juste à côté alors que moi j’étais célibataire depuis plus d’un an et attendais comme un con à m’astiquer le poireau tout seul ! Trop ! Vraiment trop !


J’avais décidé de me glisser furtivement dans le couloir pour écouter de plus près, et c’est là que ça s’est passé. J’ai glissé mon œil sur la serrure de la porte et ce que j’y ai vu allait me hanter à jamais ! La petite salope qui pompait son copain, de profil à moi. Je la voyais enrouler ses douces lèvres autour du membre de William, sa main triturant les bourses de ce connard. Et elle suçait ! De haut en bas, elle dévorait cette queue comme si sa vie en dépendait ! Les bruits de succion étaient tellement indécents ! J’en aurai joui si j’avais sorti ma queue. Mais je ne pensais même pas à me branler, trop obnubilé par ce qui se passait juste devant mes yeux !


Victoria partait maintenant en gorge profonde ! Et son mec appuyait ses deux mains sur sa tête pour la faire étouffer ! Elle avait l’air de suffoquer et grattait ses cuisses, jusqu’à lui donner des coups de poing dans le ventre après plusieurs secondes. L’enfoiré relâcha son étreinte et Victoria prit une grande goulée d’air, rouge et hagarde. Je la voyais telle une jument qui hennît pour reprendre ses esprits. Mais pas le temps de souffler, William lui asséna une grande claque qui la fit tomber du lit. Elle se retrouva sonnée au sol comme une chienne !


Et c’est là que je fus jaloux. William se jeta sur elle et sans prévenir lui perfora la chatte ou le cul, impossible de savoir quel trou il besognait de là où j’étais. Je crus d’abord qu’il la violait et qu’elle voulait se débattre, mais au contraire, elle l’encourageait !!!


— Vas-y ! Baise-moi ! Défonce-moi la chatte !


Je n’en revenais pas, elle prenait son pied, la pute ! Comment était-ce possible ?! La petite Victoria... Ma petite sœur adorée, promise à un homme bon, un gars attentionné, gentil et doux comme un agneau. Quelqu’un qui aurait pu la traiter avec respect et la combler comme la princesse qu’elle est. Mais non ! Elle préférait être rabaissée comme la dernière des salopes ! Je n’en pouvais plus ! Mon esprit faisait barrage à tant de violence, d’injustice et d’humiliation.


Je fixai à nouveau mon attention sur la scène qui se déroulait et je vis alors William tirer Victoria par les cheveux et la mettre à genoux devant lui.


— Non, ça, j’aime pas, tu le sais ! répliqua-t-elle.


Pour seule réponse, elle reçut une monumentale baffe du gauche qui la projeta au sol. William la releva une nouvelle fois par les cheveux, mais cette fois-ci, dut la tenir pour ne pas qu’elle s’évanouisse. Il branla activement sa queue de l’autre main et expulsa plusieurs jets de sa semence sur son beau visage. Je voyais ma petite sœur se faire asperger comme une putain d’actrice porno ! J’étais anéanti ! La voir humiliée et souillée de cette manière me retournait le cœur ! Mais malgré moi, je me rendis compte que tout cela me retournait autre chose ! Ma queue était tendue comme un bambou dans mon pantalon et je m’étais même joui dessus sans m’en rendre compte ! Mon Dieu ! Comment avais-je pu ?


Comment avais-je pu laisser Victoria sortir avec ce taré ? Comment avais-je pu laisser ma sœur sous le contrôle de cette enflure ? Et comment avais-je pu accepter qu’il la demande en mariage !?


Je me relevai, déboussolé, et marchai vers la salle de bain comme un ahuri. Je me passai de l’eau sur le visage, livide. Mais sans pouvoir arrêter le cauchemar, je sentis quelque chose derrière moi. La porte s’était ouverte, et Victoria se tenait devant moi.


— Oh ! Désolée, je savais pas que... s’excusa-t-elle en essayant de ressortir.


Je la saisis juste à temps pour la retenir.


— Vica ?! fis-je, choqué. Mais qu’est-ce qui t’est arrivé ?


Faire l’innocent était la meilleure des solutions, pensai-je.


— Rien, rien, laisse-moi passer s’il te plaît.


Elle me bouscula rapidement et alla se rincer le visage au lavabo. Elle avait encore le visage tuméfié de la grosse main de son fiancé et des traces de son foutre.


— Attends ! Me dis pas rien, t’as vu ton état ?!


C’est là que je pris conscience qu’elle n’avait enfilé qu’une petite nuisette rouge qui lui recouvrait à peine les fesses, et laissait deviner ses tétons qui pointaient.


Victoria se retourna en s’essuyant le visage et me fixa d’un air honteux. Je vis que des traces de bave et de foutre recouvraient sa nuisette. Ses seins pointaient à travers le tissu mouillé.


— Arrête de me regarder comme ça s’il te plaît.

— Pourquoi ? demandai-je en détaillant son corps.

— On dirait que tu vas me bouffer, fit-elle en baissant les yeux.

— C’est que...

— Oublie ce que tu viens de voir sur moi ! s’énerva-t-elle.

— Je pourrai jamais !


Sur ces mots, je la vis s’enfuir vers sa chambre, son temple de la soumission et de l’humiliation, en matant ses petites fesses qui rebondissaient au rythme de ses pas.


C’est là que le déclic était venu. Une espèce d’instinct. Le réveil du carnivore. La bête cachée au fond de moi. Celle qui avait désormais faim ! Faim de Victoria. Faim de son corps, faim de son esprit. Je devais prendre le contrôle sur elle. Cet homme ne pouvait en être le maître. C’était mon rôle, ma destinée ! Mon plus grand dessein désormais.


Tout cela s’imposa à moi en quelques secondes, telle une violente tempête qui me frappait soudainement. Je devais réagir. Mais pas seul. Je ne pouvais tenir l’autre brute en respect seul, il était bien trop fort ! J’avais besoin de renforts, de soutiens. Qui plus est, pour dresser ma salope de sœur, il me faudrait de l’aide. Je songeai alors à la seule personne qui pouvait m’aider.


Je retournai dans ma chambre et me jetai sur mon téléphone. Ma main trembla lorsque la sonnerie tinta à mon oreille.


— Allô, fit une voix embrumée par le sommeil.

— Papa ?

— Ouais, qu’est-ce tu veux, Matt ? T’as vu l’heure qu’il est, bordel ?!

— Je sais, mais j’ai besoin de toi. Et je peux pas demander ça à personne d’autre.

— J’t’écoute.

— ... C’est à propos de... Victoria.

Diffuse en direct !
Regarder son live