Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 5 493 fois
  • 56 J'aime
  • 5 Commentaires

Marie et Xenos

Chapitre 8

Zoophilie

Remarque: voici la fin. Désolé pour ceux qui ont trouvé mon texte trop long. Xenos69



Je me relève sans la quitter des yeux, lui donne ma bouche à lécher, puis j’appelle Xenos qui vient immédiatement me renifler les fesses. Pas besoin de lui expliquer très longuement. Je suis intimement persuadée qu’il a compris ce que j’attends de lui et de suite son museau cherche ma fente.

Je suis trempée, tremblante par l’excitation qui me prend le corps. Sans mot dire, je me mets à quatre pattes, puis les reins relevés, les fesses écartées, je lui présente mon sexe affamé et gluant.

Xénos lui aussi semble nerveux, il gémit, me sent puis me lèche. Hum quel délice!


Je tends davantage ma croupe à Xenos. Excité comme il est, le petit coquin ne met pas longtemps pour se mettre sur mon dos, donnant dans sa précipitation des coups de reins dans le vide. Je sens la pointe de son sexe cogner mes fesses et les premières giclées de sperme couler le long de mes cuisses. Je me cambre pour présenter l’entrée de mon vagin face à sa bite. Il s’énerve, saute sur le côté en m’envoyant un jet encore plus puissant sur les fesses.

— Aide le Nicole. Il ne trouve pas l’entrée.

— Je vais essayer de le maintenir et de le guider. Mais ce n’est pas facile, il gigote tellement… C’est dingue ce qu’il peut gicler!

— C’est tellement bon de sentir son sperme chaud sur mes fesses que j’en jouirais déjà sur le champ.

— Tu es vraiment une salope toi!

— Oui comme toi Nicole… espèce d’hypocrite! Allez, vite dépêche-toi, j’en peux plus, j’ai vraiment trop envie.

Xénos se replace de lui-même et me monte à nouveau, son sexe cherchant toujours l’entrée de ma chatte.

La tête posée sur mes avant-bras, je regarde entre mes jambes et je vois la main de Nicole attraper le fourreau d’où sort un bout du sexe du chien et le présenter enfin devant mes lèvres gonflées et impatientes. Au contact chaud de mon intimité, Xenos pousse violemment et rentre d’un seul coup toute la longueur de sa hampe en m’arrachant un cri de douleur, de surprise et de bonheur.

Nicole inquiète:

— Il t’a fait mal?

— Un peu, mais c’est surtout le plaisir total. C’est trop bon: il va falloir que tu essaies aussi Nicole. Tu as vu avec quelle force il m’a enfilé?

— C’est fou! Tu me fais mouiller comme une salope avec tes trucs de dingue!

Sa bite bien logée dans mon vagin, Xenos entame des va et vient frénétiques. Je sens sa barre de chair rentrer en moi, la boule gonfle progressivement à sa base. Je suis trempée par sa semence et ma mouille mêlées. À chaque entrée, il va encore plus loin poussant la pointe de son sexe fin et dure dans ma chatte en feu, son extrémité frappe avec une telle force mon utérus, que j’ai l’impression qu’il le traverse.

Je tremble sous le plaisir regardant mon sexe rejeter le trop plein de sperme qu’il déverse en moi et qui s’écoule le long de mes grandes lèvres avant de faire de longues traînées brillantes et gluantes le long de mes cuisses. Puis mon amant ne bouge plus: il vient de me faire prisonnière.

Je suis désormais sa chienne, il me possède entièrement, le museau contre ma nuque. Il vient d’entrer la totalité de son engin en moi, déversant à grands jets brûlants une semence épaisse au fond de mon vagin. Je le sens grossir encore, s’allonger me remplir intégralement le ventre. Je suis prise, collée à lui et la prochaine fois je le laisserais se retourner pour qu’il puisse me tirer de partout. Je sais que Nicole apprécie de me voir dans cette position.


Se détendre avant tout, je dois me détendre pour profiter pleinement de cette délicieuse saillie.

À présent son sexe pousse plus avant, pénètre ma matrice et je suis totalement possédée, comme je ne l’ai jamais été, pleine de sa chair brûlante. Sa boule presse délicieusement les muqueuses sensibles de mon intimité. Je sens à présent mon corps frissonner, trembler, comme pris de spasmes incontrôlables. Je gémis, râle, je couine mon plaisir. Nicole est éberluée par le spectacle qui lui est offert. Elle se caresse, se doigte aussi vite qu’elle le peut, hypnotisée par la saillie que me donne Xenos.

— Tu ne dis plus rien! Tu as mal?

— Non, caresse moi, vite, je ne vais pas tarder de jouir, lui ordonnai-je d’un ton qui n’accepte aucune contradiction.

Aussitôt elle se glisse sous mon ventre. Elle me gratifie de douces caresses sur les flancs puis entre les jambes, pince au passage mon clito gonflé à éclater.

La joue collée contre le carrelage du salon, je suffoque, je suis en nage. Xénos affalé sur mon dos me fertilise toujours et j’ai l’impression d’avoir des litres de sperme dans le ventre. Le salaud, comme moi il en avait une furieuse envie.

Est-ce l’odeur de Nicole en chaleur ou qui a ses règles et le fait de me saillir simultanément qui le rend aussi vigoureux ou alors simplement il a prit goût à me monter, le fait est, il me baise royalement comme jamais je ne l’ai été. C’est décidé: j’en ferais mon amant quand Catherine voudra bien me le laisser. Je me promets même de le prêter à Nicole de temps en temps, mais uniquement en ma présence.

Justement, les doigts de Nicole font en ce moment merveille. Je ne contrôle plus rien. Je ferme les yeux, me concentre sur mon plaisir immense, imminent, imparable : je vais jouir, c’est fort. Je sens la déferlante qui grossit… inexorablement.

— Ahhh, ahhh, ouiiiii !!! Nicole... Continue, c’est divin.

Mon cri déchire le silence qui n’était jusqu’alors rythmé par les halètements du chien. Je sens un voile noir arriver, des mouches dans les yeux, des picotements dans la tête qui descendent le long de ma colonne vertébrale et remontent de mon bas ventre en de longs papillons frissonnants.

Xénos continu de me baiser, en donnant de temps à autre quelques petits coups de reins afin de bien assurer la prise de ma croupe. Dans ma semi-inconscience, je regarde sa semence suinter de mon sexe et s’écraser sur le sol.

— Lèche le!

— Qui? Quoi? Toi ou le chien?

— Lèche moi, je te dis! Colle ta bouche à mon sexe.

Comme une bonne soumise, Nicole se penche sous moi, plaque sa bouche contre ma chatte toujours prise, ne pouvant éviter les précieuses gouttes de mon mâle qui lui coulent le long des lèvres. Par dessous, je la regarde laper, avaler le sperme qui dégouline de ma chatte distendue. C’est sublime, elle sait y faire la salope. Je suis à présent persuadée que ce n’est pas la première fois qu’elle lèche une femme.


Ce faisant, par la positon qu’elle a été obligée de prendre pour se glisser sous mon ventre, elle m’offre ainsi une vue imprenable sur sa toison pubienne, fort bien entretenue. Son sexe est ouvert, ses poils gluant de mouille: elle a visiblement aimé la représentation, peut-être même serait-elle prête à y participer? Je suis persuadée qu’elle n’en restera pas là, qu’elle demandera sa part.


Sa langue titille mon bouton, suçant, léchant aussi les lèvres et sans doute la tige de Xenos toujours plantée en moi. De loin, je sens arriver une nouvelle déferlante de plaisir, les premières vibrations me le disent.

Le sexe fiché en moi excite les parois de mon vagin. Les caresses buccales de mon experte partenaire ainsi que les odeurs musquées de sa vulve dans laquelle je viens de plonger ma langue avide m’amènent sans coup férir à l’apogée de la jouissance.

La précédente vague avait été sublime, mais celle-là s’annonce dantesque.

Xénos toujours imperturbable m’inonde de son jus: Nicole elle, se délecte du trop plein coulant de long de ma fente et moi je sens que je perds tout contrôle, mon bassin s’agitant frénétiquement à la rencontre du chien. Je le veux encore plus en moi, plus loin.

Sa pointe est fichée au plus profond de ma chatte, son bout tapisse mon utérus de puissants jets de sperme et sa boule écartèle mes lèvres. Mes seins sont tendus comme jamais, mes tétons hypertrophiés. Tout en moi n’est plus qu’une zone érogène.

Je dévore la chatte de Nicole qui me le rend bien. Elle geint comme une possédée. La situation lui a échappé à elle aussi. Les contractions dans mon anus et dans mon ventre précédent l’arrivée proche de l’orgasme dévastateur.

Comme une malade, je souffle, halète, gémis, grogne et crie enfin ma jouissance. Pour la première fois, je jouis grâce à un chien en présence d’une autre femme! C’est merveilleux. Tout mon être n’est que tremblements, spasmes, frissons de plaisir. Ma jouissance est si forte, que le sexe de Xenos est éjecté, laissant échapper par ma chatte béante, un torrent de sperme sur le visage de Nicole.

Elle n’a jamais vu pareille abondance. Ses cheveux maculés, la bouche gluante d’un mélange de salive, sperme, mouille, elle fixe l’énorme queue qui pend devant ses yeux et continue à déverser les dernières giclées sur sa bouche affamée.


Épuisée, je tombe inanimée sur le sol, parcourue par des décharges résiduelles, c’est à peine si je vois Nicole se précipiter sur Xenos, observer sa tige et la prendre en bouche goulûment.

— Prends la dans la bouche! Avale la, suce la!

Elle n’a pas attendu que je lui dise ce qu’elle a à faire. Sans dégoût, elle attrape l’énorme pénis entre ses mains et l’embouche, lui laissant lâcher les dernières gouttes de semence sur sa langue.

La taille de l’engin est toujours aussi impressionnante!

Je la regarde pomper comme si c’était le sexe d’un homme, léchant, glissant sa langue autour de la boule énorme. Je suis heureuse pour elle. Elle vient en moins de deux heures de m’embrasser, de me lécher, de se faire lécher par un chien et maintenant sans aucune gêne, sans aucun dégoût, elle le pompe avec avidité.

Nicole lâche sa proie et se tourne vers moi:

— Alors! Tu as aimé sa bite dans ton ventre? Et moi, trouves-tu que je me débrouille bien?

— C’était divin! Je ne sais quoi faire pour te remercier et pour ce qui est de tes prestations: à un moment, je me suis demandé si tu ne t’étais pas déjà servi d’un chien toi aussi.

— Je te jure que c’est la première fois, mais je ne regrette pas ma visite.

Je me lève, mais avant de foncer à la salle de bains, je me retourne vers Nicole et lui demande:

— Tu veux bien répondre à deux questions et me parler franchement?

— Lesquelles?! me répond-t-elle, ne relâchant toujours pas le sexe, le laissant s’écouler le long de ses seins.

— On recommence cette séance demain matin, et cette fois, tu te fais sauter?

— J’hésite, tu sais, mais si tu m’aides, comme je viens de le faire pour toi, je crois que je vais me laisser tenter! Tu m’as rendu complètement dingue! J’ai le ventre en feu maintenant.

— Je t’aiderais si tu en as envie, je te le promets. D’ailleurs, tu peux tout me demander, tu peux faire et essayer tout ce que tu veux avec moi désormais, je serais toujours partante. Même quand le chien ne sera pas là. Dommage qu’il ne puisse te saillir maintenant. Regarde le, le pauvre, il est complètement vidé…

— Ce n’est pas grave, je dois partir de toute façon. Mais je reviens demain matin, dès que ton mari sera parti.

— Tu ne perds rien pour attendre Nicole, demain, ça va être ta fête! Allez, viens dans la salle de bain faire un brin de toilette. Je vais m’occuper de toi. Après, il faut que je fasse un peu de ménage avant le retour de Philippe.

Ma voisine rassemble ses effets et nous nous dirigeons toutes deux vers la salle de bain, main dans la main, abandonnant notre Xenos à un repos momentané mais bien mérité.

Fin

Diffuse en direct !
Regarder son live