Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 1 028 fois
  • 4 J'aime
  • 0 Commentaire

Mariette

Chapitre 1

Lesbienne

Je suis une « housewife », mais pas « desperate ». Heureuse en ménage. Un ménage particulier, j’en conviens. Je vis avec mon amour Mariette. C’est elle qui travaille dehors, dans un bureau que je connais pour y avoir passé de fabuleux moment de plaisir. Depuis que nous sommes pacsées, le choix a été vite fait : je restais à la maison.

Il m’arrive souvent d’avoir des moments de repos. Au début je regardais la télé, puis, un jour, une scène m’a excité. Sans penser à mal je me suis caressée pour finir par un orgasme. Je recommence souvent seule, sans le dire à Mariette. Je ne sais même pas pourquoi je lui cache ce plaisir que je partage souvent avec elle. La seule raison est que mes fantasmes portent sur le même sujet : les débuts de notre liaison quand nous ne nous connaissions pas encore trop bien.

Pour moi c’était plus important que pour elle : c’était ma première fille alors que j’étais sa énième.

C’était chez un couple d’amis communs. Nous fêtions l’anniversaire de la maitresse des lieux. Les convives nombreux mettaient une folle ambiance de divertissement. Tout aurait pu être parfait si un des invités proposait de jouer à un jeu totalement con. A chaque erreur de réponse le perdant devait enlever une pièce de son vêtement. Je trouvais ça drôle quand je perdais sur une question de politique courante. Je devais enlever mon top. Me retrouver devant tous les seins nus, ne me plaisait pas tellement. C’est Mariette qui m’a sauvé en enlevant elle-même son corsage à ma place.

Pour la remercier je lui donnais un baiser sur la joue. Je ne sais comment nous nous sommes arrangées, nous avons les lèvres qui se sont retrouvées collées. L’habitude d’avoir une bouche sur soi faisait que nos langues ont commencé à se chercher.

La suite normale a eu lieu au moment de partir : elle m’a proposé de me ramener chez moi en voiture. Bien sur j’ai accepté son offre qui me semblait normale, sans penser que le simple baiser allait m’entrainer fort loin. Je ne pouvais faire autrement que de l’inviter à venir chez moi passer un moment ce qu’elle acceptât.

Nous commençons à bavarder comme des pies jusqu’au moment où à ma grande surprise elle m’embrasse encore. Cette fois je me laisse faire comme une gamine. Je réponds avec passion, ce qui la fait me prendre dans ses bras. Elle profite de l’instant d’abandon pour caresser mes seins à travers le peu de vêtement que je porte. C’est assez agréable, je me laisse faire, comme pour la suite.

Sa bouche descend vers mon cou : je penche la tête pour en profiter. Jusqu’à présent elle se comporte comme n’importe quel homme en plus doux. Sans un mot, elle défait ce que je porte pour sortir mes seins qu’elle caresse avant de les sucer.

Je défaille, même si ce n’est pas la première fois que quelqu’un me fait ça. Il me semble même qu’elle réussit mieux que mon dernier copain. J’aurais pu moi aussi chercher à la caresser : je n’arrive pas à le faire par timidité sans doute.

J’écarte mes cuisses dès qu’elle pose sa main sur les jambes. Je sais que j’aurais pu refuser, mais là, je suis dans l’excitation du moment, je refuse de me défendre. Je sais que j’ai la chair de poule sur mes cuisses pendant qu’elle les caresse lentement. J’ai hâte, tout en ayant peur, qu’elle arrive à ma chatte.

Enfin je suis sur un nuage quand Mariette trouve mon petit bouton, qu’elle le caresse lentement, comme j’aime, pour me faire jouir finalement trop vite. Depuis que je suis seule dans la vie, c’est la première fois que je suis masturbée par une autre main que la mienne. C’est à la fois bon et hors de mes mœurs. Je ne peux rien dire : sa bouche est sur la mienne. Je trouve que ce qu’elle me fait est aussi bon qu’une bite dans le sexe ou l’anus.

Elle me fait lever pour m’embrasser et me déshabiller. Je me laisse faire comme un bébé. Sa bouche est toujours sur la mienne. Nos langues ne chôment pas du tout. Je me retrouve nue contre elle qui se déshabille aussi. Elle est collée contre moi depuis ses seins jusqu’à son pubis. J’ai à peine le temps de voir le corps de Mariette avant qu’elle ne se colle à moi. J’apprécie la chaleur de son corps.

Elle se baisse devant moi, ouvre sa bouche sur ma chatte pour la dévorer. C’est bon de sentir sa langue fouiller mon intimité. Ses mains sur mes fesses se débrouillent pour passer dans la raie et descendre lentement vers mon rectum où elle caresse mon cul.

Je me décide à réagir en mettant moi aussi une main entre ses jambes. J’y trouve un coquillage presque trop humide. Je cherche un moment son bouton que je trouve : il est bien plus gros que le mien. Je le prends entre deux doigts pour la masturber. C’est comme une petite bite remarquablement bien sensible puisque je la sens jouir vite.

La voilà maintenant qui se couche, me couche sur elle, à l’envers. Sa bouche est contre ma chatte. Ma figue supporte à peine sa langue quand elle lèche. Elle me fait jouir trop vite à mon sens. Je suis encore nigaude pour la sucer, j’arrive quand même à prendre le clitoris dans mes lèvres pour le relâcher avant de recommencer. Je l’envoie au paradis : elle hurle son orgasme.

Pour mon premier 69 avec une autre fille, je pense avoir réussi mon examen de passage. Elle continue, je l’imite en tout, pour mettre un doigt dans le cul. Sa sodomie est moins bonne qu’avec une bite. Il n’empêche que je jouis encore.

J’en suis à bout de fatigue et pourtant elle continue son travail de sape. Je trouve qu’elle exagère sauf quand elle me donne encore le grand frisson en me faisant partir au ciel.

Nous passons la nuit ensemble sur mon lit. Nous nous réveillons plusieurs fois pour recommencer.

Le lendemain matin nous nous levons ensemble fatiguées, repues d’orgasme. Pourtant elle est sur le lit, elle écarte les cuisses pour me monter comment elle se fait du bien. Je la laisse faire en me branlant aussi.

Je ne sorts qu’à ce moment le gode dont je me sert souvent. Elle le prend pour me baiser en 69 : sa langue sur mon clito et le gode dans mon con. Elle sait bien se servir de cette fausse queue : elle me fait jouir plusieurs fois à la suite.

C’est à mon tour, je reste en 69, ma langue fait des ravages dans son abricot pendant que je l’encule. Elle part dans un immense orgasme qu’elle me dédie.

Quelques jours plus tard nous habitions ensemble. Nos baises devenaient pluriquotidiennes. C’est à la suite d’une nuit totalement dédié à la baise que le matin je ne pouvais plus me lever : j’ai arrêté de travailler. Nous nous sommes mises en pacs.

Maintenant nous vivons comme un couple normal avec des disputes des réconciliations sur l’oreiller. Nous avons agrandit la collection de jouets érotiques qui nous permet de connaitre tous les plaisir du sexe, y compris les boules de geisha : c’est-ce que je porte tous les jours et la cause de mes masturbations.

Diffuse en direct !
Regarder son live