Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 14 313 fois
  • 84 J'aime
  • 6 Commentaires

Marine et sa famille

Chapitre 2

Inceste

Marine est devenue une experte en sucettes et caresses en tout genre. Elle sait comment faire jouir son père ainsi que sa mère qui le lui rendent bien. Cela dure depuis environ deux ans. Elle ne s’en lasse pas, ni ses parents. La fin de semaine est un rendez-vous incontournable entre eux. Marine aimerait que cela arrive plus souvent. Elle regrette que les séances érotiques soient limitées aux week-ends. En semaine le soir elle a beau se trémousser sur les genoux de son père ou câliner sa mère, ils restent intraitables. Bien que Philippe en meure d’envie, il respecte l’interdit que sa femme a instauré.

— Prendre du plaisir ne doit pas être ta seule préoccupation. Penses à tes études, aux autres distractions, à tes amis.

Les amis parlons-en. Marine a bien pensé partager son savoir avec eux, avec ses copines en particulier, mais elle n’ose pas. Elle a trop peur qu’on lui demande d’où elle tire ses connaissances. Elle sait que ce qu’ils font en famille est contraire à la moralité publique et ses parents n’ont pas eu besoin d’insister pour qu’elle garde le secret.

Autre sujet d’insatisfaction : son père ne veut pas lui faire l’amour. Elle a conscience que les caresses aussi agréables soient-elles, n’apportent qu’un plaisir incomplet et que la pénétration est l’aboutissement de toutes relations sexuelles. Malgré ses demandes persistantes il persiste à éluder :

— Tu as le temps. De toute façon je refuse d’être le premier à te faire femme…


« Je refuse d’être le premier », cette phrase lui ouvre des horizons nouveaux : Cela veut dire que si elle n’était plus pucelle il accèderait à sa demande ! Marine commence à regarder d’un autre œil les garçons de sa classe. Avec lequel osera-t-elle franchir le pas ? Elle jette son dévolu sur Kevin, grand blond coqueluche des filles de terminale. Elle décide qu’il fera parfaitement l’affaire. A force de lui tourner autour elle attire l’attention du garçon. Flatté, il l’invite, d’abord à prendre le café puis à aller en boite. Philippe et Nathalie ne sont pas fâchés de la voir entamer une relation extra familiale. Ils lui laissent la liberté de sortir. De toute façon elle presque majeure et comme elle ne refuse pas les caresses…

Marine s’affiche avec Kevin. Elle n’est pas peu fière de deviner les regards d’envie de ses consœurs. Elle a réussit là où tant d’autres ont échoué : devenir la petite amie du garçon le plus en vue du lycée ! Une redoublante lui prédit que cela ne durera pas et que si elle persiste elle sera déçue. Pure jalousie d’une rivale évincée pense la jeune fille.

Un soir Kevin suggère qu’au lieu de rejoindre la discothèque ils se rendent chez lui : ses parents sont sortis, ils seront tranquilles pour discuter. Pas dupe elle comprend que le grand jour est arrivé. Bien que ce soit le but recherché, paradoxalement elle a un peu peur. Pour se donner du courage elle se persuade que c’est la meilleure chose qui puisse lui arriver. Elle suit Kevin dans son appartement.

La porte de la chambre refermée, il ne s’embarrasse pas de fioritures. Un baiser puis tout de suite il commence à se déshabiller et lui demande d’en faire autant. Marine aurait aimé un peu plus de romantisme mais obéit. Une fois nus, il la fait rentrer dans le lit et se couche sur elle…

Qu’il lui a fait mal ! Si encore il l’avait caressé ! Mais non, tout de suite il l’a pénétré sans ménagement ! Quelques allers et retours ont suffit pour qu’il se vide à grands renforts de gémissements. Heureusement qu’elle prend la pilule sans quoi elle risquait la grossesse ! Si c’est ça l’amour !

Après avoir tiré son coup, Kevin lui demande de partir.

— Mes parents vont rentrer. Il vaut mieux pour toi qu’ils ne te rencontrent pas.

Il ne l’a même pas raccompagné chez elle où elle s’est enfermé dans sa chambre pour pleurer tout son soul. Quelle idiote, mais quelle idiote elle était ! Elle aurait du suivre les conseils de la redoublante. Sûr qu’elle était passée par là et connaissait le bonhomme ! Pourtant pendant que Kevin la malmenait elle avait cru ressentir un début de plaisir mais il l’avait trop vite laissé en plan. Marine se rappelle la figure extatique de sa mère quand son père lui fait l’amour. Saura-t-il lui faire découvrir la jouissance suprême ? Elle en est persuadée.

Au lycée elle remarque tout de suite Kevin entouré de sa cour d’ados boutonneux. Les regards salaces et les ricanements des garçons lui font craindre le pire : il s’est vanté de sa bonne fortune !

— Bienvenue au club, l’apostrophe la redoublante !

— Quel club ?

— Celui des laissées pour compte par le beau Kevin. Tu n’es pas la seule.

— Je ne vois pas ce que tu veux dire.

— Ne fais pas l’idiote. Il est clair que tu as couchée avec lui et comme il a obtenu ce qu’il voulait, tu n’as plus d’intérêt. Laisse-le lui et sa bande de tarés, ils n’en valent pas la peine.

Le soir pour oublier, Marine se plonge dans les leçons. Sans succès. Toujours lui reviennent en mémoire les grognements d’animal en rut que Kevin poussait lorsqu’il la besognait. Elle décide d’avouer sa faute à ses parents. Peut être la consoleront-ils. Elle a besoin de leurs caresses…


Son père et sa mère font l’amour. Ils entendent frapper et avant qu’ils aient pu avertir, Marine entre. Ses parents se délient rapidement.

— Pourquoi nous déranges-tu, interroge Philippe d’un ton acerbe ?

— Est-ce que je peux venir ?

C’est prononcé d’une si petite voix que Nathalie devine le trouble de sa fille.

— Monte dans le lit et raconte-nous tes ennuis.

Elle fait une place entre eux. Marine s’y glisse.

— Je vous ai déjà parlé de Kevin.

— Oui, c’est le garçon avec qui tu sors. Il t’a fait des misères ?

— Il… il m’a… Je croyais que c’était seulement pour parler.

— Qu’est-il est advenu ?

— Euh… Il m’a invité chez lui… Ses parents n’étaient pas là.

— Tu es inconsciente ma parole, tonne Philippe ! Dis-moi qu’il n’en a pas profité !

— Euh… Je ne voulais pas (C’est faux, elle avait tout fait pour que cela arrive !)… Il m’a fait mal vous savez…

Nathalie la serre contre elle.

— Ainsi tu es devenue une femme. On aurait préféré pour toi que cette première fois se passe autrement mais ce qui est fait est fait. Quelques caresses vont te consoler, n’est-ce pas Philippe ?

Elle embrasse sa fille.

— Ôte cette chemise de nuit, elle t’encombre !

Marine se trémousse pour enlever le vêtement. Les deux femmes s’enlacent. Marine ferme les yeux. Les caresses de sa mère sont délicieuses comme à l’habitude. Elle se décontracte peu à peu.

Lui n’a pas débandé. Après l’étreinte interrompue ce n’est pas la proximité du corps de sa fille qui l’a calmé ! C’est pire depuis qu’elle s’est dénudée ! Maintenant qu’elle n’est plus vierge, il aura encore plus de difficultés à se retenir de lui faire l’amour… Bien que… Si elle demandait il n’aurait plus de raison de refuser ! Pourvu qu’elle veuille encore après sa mauvaise expérience !… Et que Nathalie ne lui interdise pas ! Il se colle contre le dos de sa fille pour lui faire sentir son désir.

Une grosseur presse sur fesses de Marine. Qu’est-ce que c’est ? La queue de son père, devine-t-elle ! Tout d’un coup elle se rappelle pourquoi elle a enduré Kevin. Son père ne peut plus éluder si elle lui demande de lui faire l’amour, elle a payé assez cher pour cela ! Elle bouge de manière que la verge se positionne dans la raie et frotte son cul dessus. Elle espère qu’il comprendra sans qu’elle ait besoin de préciser !

Il n’ose croire en sa chance. Il faut que Marine place elle-même la queue entre ses cuisses pour qu’il saisisse qu’elle accepte l’étreinte. Une pensée le retient : Nathalie sera-t-elle d’accord ? Pas question de se fâcher avec sa femme !

Les mouvements de sa fille étonnent celle-ci. Tout à coup elle comprend : Marine frotte ses fesses contre la queue de son mari, elle a envie qu’il lui fasse l’amour ! Un soupçon de jalousie l’effleure, vite effacé : n’est-ce pas la suite logique des caresses familiales ? Elle empoigne la hampe entre les jambes de sa fille et positionne le gland à l’orée du vagin.

— Vas-y mon chéri, elle ne demande que ça !

Un gros poids disparait de la poitrine de Philippe. Rassuré il pousse doucement le sexe. La verge pénètre sans efforts dans l’orifice. Marine est suffisamment excitée pour que les parois soient bien lubrifiées. Qu’on est loin de la brutalité de Kevin ! Elle sent la progression de la queue dans son vagin. Cela n’en finit pas, la tige semble moins longue lorsqu’elle la suce ! Les testicules touchent le postérieur et le gland l’utérus. La hampe a pénétré en totalité. Elle ne pensait pas être capable de l’absorber en entier !

Philippe s’arrête un instant en bout de course. Sa paume épouse la forme d’un sein et ses doigts titillent le tétin.

— Est-ce que ça va ma chérie ? Puis-je continuer ?

— Oh oui !

Il entame la danse d’amour…

Nathalie caresse le clitoris, les lèvres du sexe de sa fille. Elle touche au passage la verge de Philippe qui entre et sort de l’orifice voisin. Dire que c’est cette même queue qui la propulse au septième ciel ! Elle souhaite que sa fille connaisse un tel bonheur.

Marine emprisonne la main qui malaxe le mamelon contre la poitrine de Nathalie. Que c’est doux d’être coincée entre ses parents ! La langue de sa mère virevolte dans sa bouche, un doigt excite le bouton d’amour et le frottement de la verge dans son vagin développe en elle des ondes de bien-être. Elle n’a jamais été aussi bien.

Philippe laboure sa fille d’amples coups de rein. Les doigts de sa femme l’électrisent. Il résiste contre l’envie d’accélérer. Il faut que ce moment magique dure le plus longtemps possible.

Nathalie mesure la progression du plaisir chez son enfant aux tremblements et frissons qui la secouent.

Marine ne s’imaginait pas éprouver une telle jouissance. A chaque pénétration elle pense qu’elle atteint le niveau maximum, que cela ne peut être plus intense et la suivante est encore meilleure.

Philippe n’en peut plus de se retenir. Il pilonne sa fille, augmentant la cadence des coups de rein. Marine extériorise son émoi par de longs gémissements qui se transforment en cris lorsque l’orgasme éclate. Simultanément son père inonde le vagin de sa semence…

Ils mettent plusieurs minutes à récupérer. Nathalie réconforte sa fille par de douces caresses, presque innocentes.

— Alors ma chérie ?

— C’était… C’était… Je vous aime !

Philippe transporte sa fille dans son lit. Il la couvre tendrement et lui souhaite bonne nuit. Marine est encore sous le coup de l’émotion. Faire l’amour avec son père est encore meilleur qu’elle imaginait. Elle ne regrette pas l’épisode Kevin. Elle s’endort bercée par des rêves d’étreintes passionnées dans les bras paternels.


Nathalie apostrophe son époux dès son retour.

— Tu as eu ce que tu voulais, n’est-ce pas ?

— Que veux-tu dire ?

— Ose prétendre que tu ne rêvais pas de cet instant !

— Oui j’en rêvais ! Oui j’attendais ce moment ! Mais je ne lui aurais jamais fais l’amour si tu n’avais pas été d’accord !

— Je le sais bien grosse bête !

Il se glisse dans les draps. Sa femme l’enlace.

— Si nous reprenions là où nous en étions quand cette écervelée nous a interrompus ?

— Euh… Tu peux attendre quelques minutes ?

— Je connais un moyen de rétablir ta forme !

Nathalie disparait sous les draps, un sourire illumine la figure de Philippe. Quelques instants plus tard elle réapparait.

— Ai-je bien fait mon travail ?

— Tu es un amour.

Elle place la verge à l’orée du vagin, et lance son ventre à la rencontre du sexe…

Un moment après ils gisent essoufflés.

— Je ne me lasse pas de ton corps, lui murmure-t-il.

— Pas plus que de celui de ta fille, n’est-ce pas ? Avoue que tu as envie de renouveler la séance de ce soir !

— Euh… Tu en as profité toi aussi.

— Mais oui on recommencera ! Mais seulement les week-ends.

Philippe fait la moue. Nathalie insiste :

— Seulement les week-ends ! Nous avons imposé ce rythme. Ce n’est pas parce que tu ne te limites plus aux caresses que nous devons changer !

Marine fut plus dure à convaincre. Elle a cru un moment avoir le soutien de son père mais sa mère est restée intraitable.

— N’oublie pas que tu as le baccalauréat en fin d’année scolaire !


Au lycée, le beau Kevin fort de son succès auprès de la jeune fille, a cru pouvoir le rééditer avec une autre jeune lycéenne. Malheureusement pour lui la donzelle a des frères à qui elle s’est plainte. Un soir ils ont interpellé le jeune homme qui rentrait chez lui et lui ont flaqué une rouste mémorable. L’événement a fait le tour du lycée et Kevin est devenu la risée de l’établissement. Marine n’a pas été la dernière à se moquer.

Le bac en poche elle s’est inscrite à la faculté locale. Elle a pris un studio en ville mais elle continue à passer les week-ends à la maison pour sa dose d’amour hebdomadaire. Parmi les étudiants elle n’en a pas trouvé qui baise aussi bien que son père. Elle a cru découvrir un jeune homme acceptable. Il est venu habiter chez elle quelques temps mais s’est révélé d’une jalousie féroce et ne voulait plus qu’elle rencontre ses parents. Elle l’a rapidement mis à la porte. Pour le moment les fins de semaine en famille et les passades occasionnelles suffisent à la contenter…


A suivre…

Diffuse en direct !
Regarder son live