Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 8 636 fois
  • 3 J'aime
  • 0 Commentaire

Maroc très chaud

Chapitre 1

Divers
3
2

Mes vacances au Maroc cette année ont été très très hot. Avec un ami, nous avons décide de partir en célibataire, bien décide à mettre le plus de femmes et d’hommes dans notre lit.

Eh oui c’est un concours très con, mais bon.


A peine arrivée, nous sommes déjà à la chasse. Pour ceux qui ont lu DU SOLEIL ET UN AGRICULTEUR, vous nous connaissez déjà.


Notre petit hôtel au coeur de Marrakech est splendide, et le personnel accueillant. J’ai déjà repéré le bagagiste, qui me parait légèrement efféminé. Je descends en réception, pour demander de m’indiquer les lieux de rencontrès un peu chaudes de la ville. Le réceptionniste n’a pas l’aire de comprendre ce que je cherche, tant pis.


Le bagagiste, qui se prénomme Aziz, m’interpelle, et me dit, ? et m’sieur, tu cherche quoi comme lieu de rencontre ? ?


après quelques minutes de discutions, j’avais plusieurs adresses dites HOT.


Pour remercier Aziz, je lui ai demandé de me suivre dans les toilettes de l’hôtel. Il ma suivi sans broncher, et nous sommes entrer dans une cabine de wc. Ce petit salaud, a défait sont pantalon, et sortie sa bite. Belle queue fine et mate, les bourses lise sans un poil. Je m’agenouille et enfourne sa bite dans ma bouche. Elle a une odeur d’urine et de moite, sont corps sens la transpiration, cela m’excite. Ce petit gars gémis comme une femme, ont dirai sa première pipe. Il m’agrippe la tête, et m’encule la bouche avec des vas et viens très rapide, puis me lâche sont sperme dans la bouche. J’ai eu beaucoup de mal a tout avalé, et je me suis relève pour lui rouler une pelle avec le restant de sperme, qu’il a avalé. Surpris, il me retourne, et me pénêtre directement. Je cris de bonheur et me penche plus en avant pour le laisser rentrer au maximum. Il m’encule bruyamment en faisant claquer sont ventre contre mes fesses ainsi que ces couilles qui frappes les miennes. Il fait chaud dans les wc, nos corps coulent de sueur sur le sol, je glisse et me retrouve au sol, le cul en l’air et une bite bien planté profondément dedans. Il fini par sortir sa bite de mon cul, et me joui sur le dos. Je me suis essuyé avec du PQ, et Aziz est parti en me disant à bientôt.


J’entrouvre la porte de ma chambre, et j’aperçois mon copain qui baise déjà avec une femme de ménage. Il la prend en lèvrette. Belle brune qui ma l’air d’avoir 20, 25 ans. Je ferme la porte pour les laisser tranquille.


Au bout d’une heure mon pote me rejoint au bar, et me dit qu’il a marqué 1 point, je le regarde en souriant, et je lui dis que moi aussi grâce au bagagiste.


Mon pote vexé me traite de sale PD, je m’approche de lui, et mets ma main sur son sexe, il se laisse faire. Les salons du bar sont très spacieux et désertique a cette heure la. Je zip sa braguette, et lui sort sa bite. Il ne bronche pas. Et commence à le sucer doucement. Le bagagiste arrive vers nous, je continue de sucer, il me voit, et nous proposent de participer à une petite soirée Bi demain soir, qui normalement est réservé uniquement au Marocain. Je fait un signe de tête, et la mon pote me joui dans la bouche. J’avale tout et lui dit, pour moi ça fait deux !


Le restant de l’après midi, nous avons visité les souks et la place Jema el Fna. Les Marocains sont très vicieux, pour eux l’homosexualité est un vice, mais en cachette des autrès, ils la pratiquent quand même. Dans une petite boutique, j’aperçois des djellabas, je rentre pour en essayer une. Dans une cabine, j’enlève mon tee short et mon bermuda, et me retrouve nu. J’enfile la djellaba, et sort pour me regarder dans une glace. Le vendeur qui me regarde fixe l’endroit de mon sexe, qui est en érection et déforme le tissu. Il me sourit, et dit que je devrais la laisser respirer. Je le prend au mot, et soulève le tissu pour faire apparaître mon sexe. La il appelle en arabe, et une jeune femme arrive. Elle me regarde, me sourit, s’agenouille devant moi, et prend ma bite dans sa bouche. Elle me suce tout en douceur, me donne de petit coup de langue sur le dessus, puis descend jusqu’au bourse. Elle se lève, je l’embrasse, et la retourne pour la pénêtrer. Mon corps bien en avant pour la prendre en profondeur, je sens derrière moi une présence. Je devine que c’est le vendeur qui a envie de m’enculer. Je m’immobilise quelques secondes, le temps qu’il enfonce sa grosse bite dans mon cul. Je me retourne et voit que c’est mon copain François qui est profondément dans mon cul. Le salaud.


Je ne bouge plus, mais c’est mon pote qui mène la cadence, et a chaque coup de bite dans mon cul, mon sexe rentre de plus belle dans la chatte de la petite Marocaine qui a pris en bouche le sexe du vendeur.


Au bout de quelques minutes, ni tenant plus nous avons tous joui et nous sommes rhabillé.


En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

Je ne sais pas si nous avons été vue ou entendue, mais des touristes sont passés devant la boutique, et personne n’est entré ! .


Et ben les vacances s’annoncent super bien ! .


Nous voici de retour à l’hôtel pour une nuit de repos bien méritée.


Le lendemain matin, nous continuons par la visite des tombeaux Saadiens, puis du jardin de Majorelle. Notre guide personnel n’est autre que notre petit bagagiste Aziz. Il a insisté pour nous guider, et nous a dit que nous pouvions tous lui demander.


Vers 11 heures, nous décidons avec Aziz et François d’aller se restaurer. Installé confortablement dans une calèche, notre chauffeur nous a fait faire un petit tour dans la palmeraie avant d’aller au restaurant.


Aziz ce petit coquin, qui apparemment avait une faim plus sexuelle, commence à me peloter les couilles a travers mon short. Ma bite évidement a réagi de suite. Il sort mon paquet, et a commence à sucer doucement. François, lui se caresse le gland et passe la main dans les cheveux d’Aziz. Il me suce délicatement, tout en évitent de me faire jouir, il s’arrête, reprend au moment où notre chauffeur se retourne et nous vois a moitié a poil. Il stoppe la calèche et parle en arabe à Aziz. Puis Aziz me dit qu’il est d’accord que l’on continue à condition que quelqu’un le suce. Ni une ni deux, François enjambe la banquette, et soulève la djellaba pour sucer notre chauffeur qui se remet en marche.


Aziz baisse sont jeans, et s’empale sur ma bite bien dur et lubrifié par sa salive. Il est face a moi, nous nous embrassons sans nous arrêter, nous reprenons a peine notre souffle, pas la peine de bouger, les secousses de la carriole nous procurent des sentions extrêmes. Mon sexe est pris au piège dans sont anus étroit et chaud. Sa langue toujours dans ma bouche joue avec ma langue. Je le regarde droit dans les yeux, le sert fort dans mes bras, continue à l’embrasser, et la, je joui de toute mes forces dans sont petit cul de Marocain. Je sais cas la fin du séjour, je vais avoir beaucoup de mal à le laisser.


Quand à François, il a toujours la bite de notre chauffeur dans la bouche, et avale, nettoie tout le sperme qu’il vient de lui lâcher en grande quantité.


Nous nous retenons de continuer, car ce soir, nous avons une soirée assez hot de prévue.


20h30 Aziz viens nous chercher vêtue d’une djellaba noire, comme celle que nous devions porter intégralement nu dessous. Aziz nous roule une pelle à chacun et rien que de penser a cette soirée, j’en ai déjà la trique.


Un taxi jaune tout pourri nous attends devant l’hôtel. Nous roulons en direction du nord de Marrakech pendant 30 bonnes minutes. A une intersection, notre chauffeur bifurque sur un petit chemin de terre d’où l’on aperçoit une maison éclairée par des torches.


A notre arrivée, nous devons relèver notre capuche de notre djellaba sur nos têtes, et se fondre au milieu des convives. Doucement je me dirige vers le bar pour prendre un petit whisky. Y a t’il que des hommes ? Ou femmes et hommes.


Dans le jardin, je distingue une personne a genoux qui s’active a pomper un énorme sexe. Cela me plonge directement dans l’ambiance, et en m’appuyant contre une balustrade, je sens une main sur mon épaule, le mec me dit avec un accent arabe, ne te retourne pas, comme tu est ici c’est que tu et consentant.


Ce cochon, lève ma djellaba, m’écarte les fesses et me pénêtre d’un coup. Surpris je cris, des gens se retournent, et une personne s’assois sur la balustrade et tire ma tête entre ses jambes pour une fellation ? Non c’est une femme !


Je commence à lui lècher le clito, qui a vraiment l’odeur d’une moule. Mais je suis tellement excité, que je lui bouffe, puis j’introduis ma langue à l’intérieur. J’ai l’impression de sentir du sperme. Il me semble qu’elle c’est déjà fait sauter, et que je bouffe le sperme d’un autre. C’est pas grave c’est tellement bon cette situation.


Pendant ce tant la, le mec me ramone toujours. C’est devenue brutale et j’aime ça, il me joui dans le cul, enlève sa bite et se casse sans rien dire.


Au moins ici pas besoin de discuter 1 heure pour tirer un coup.


Pour me remettre de mes émotions, je retourne au bar boire un autre whisky.


La, le barman très mignon me demande poliment de le branler discrètement. Bien que le personnel n’a pas l’autorisation de participer, je lui chope sont manche, et l’astique une dizaine de minute avant qu’il ne jute dans ma main. Etant très gourmand, je porte ma main a la bouche et suce mes doigts pour récupérer tout sont sperme. Il me regarde et me sourit.


Je décide de descendre au sous sol, la le couloir est très sombre je distingues tout juste des formes.


Je me déshabille, et commence a avancer dans ce labyrinthe, une odeur très forte de sperme ce fait sentir, beaucoup de gémissements. C’est le paradis. Des mains me frôle, me touche, me branle. Quelqu’un m’agrippe, je tombe sur le sol ou il doit y avoir plusieurs personnes. Et la je ne suis plus maître de mon corps. Une bouche me suce, un doigt s’introduit dans mon cul, une bite cherche ma bouche, que j’avale aussitôt. Je suce avec plaisir une bite assez longue et fine, pas un poil, et a l’odeur agréable. Mais d’un coup, nous recevons un liquide chaud, mais le con, il nous pisse dessus. Je me mets a quatre pattes et je cris arrête connard, mais de toute façon impossible de voir le coupable. Les autrès visiblement excité, gémissent de plus en plus, et un mec me chevauche et m’encule. Il a joui en trois minutes, mais un autre mec me retient et m’encule a nouveau. Il n’a pas eu trop de mal en passant en troisième position, mon cul est lubrifié par le sperme. J’ai été enculé par 7 mecs de taille et de grosseur différente, mon cul commençait à ne plus vouloir et je décidai donc de quitter ce fameux labyrinthe. A la sorti, une personne m’accosta et voulu que je la suive. Je refuse, et j’entends une petite voix me dire avec un accent arabe ? j’ai envie de me faire sauter par un Français ?.


Enfin une femme, je vais enfin pouvoir vider mes couilles dans une bonne chatte.


A même le sol dans l’herbe, je lui relève sa djellaba, et la prend comme une chienne par derrière. Elle souffle fort, elle apprécie, mais malheureusement pour elle, je ne suis pas long à lui jouir dans la chatte. Elle se retourne m’embrasse et me demande, si je suis d’accord avant mon départ pour la France, de lui faire l’amour dans un lit.


De retour à l’hôtel, j’ai bu un dernier verre avec Aziz et mon pote. Ont c’est raconter nos différent exploits puis nous sommes monté nous coucher et nous doucher tous les trois dans notre chambre d’hôtel. Bizarre nous sentons tous les trois l’urine.


Les jours suivant ont été un peu plus calmes, et nous avons baisé que tous les trois. Je n’ai jamais revu la fille de la soirée hot.


Notre retour en France ma fendu le coeur, j’ai eu du mal a laisser Aziz dans son pays. Il a pleuré, et je lui et promis de le faire venir un jour en France.


Votre avis m’intéresse.

Laulaut71@wanadoo. Fr

Membre XStorySnap du jour
Flamme -
Suiveur -
Snap
Chatter avec
Webcam XStory du moment
Regarder