Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 6 847 fois
  • 75 J'aime
  • 1 Commentaire

Maryse

Chapitre 5

La rentrée de ma mère Marie

Divers

19h00

Je rentre à la maison après cette journée pleine d’imprévus.

Les parents sont revenus, la voiture de maman est garée sur le trottoir.


« Bonjour maman, ces petites vacances sont terminées ? »

« He oui, papa est reparti au bureau prendre des nouvelles, j’avais hâte de te retrouver. Viens au salon et raconte-moi »



Maman s’était mise à l’aise toujours très excitante sous un déshabillé transparent. Bas, porte-jarretelles, string fleuri assorti à son soutien-gorge.

En s’asseyant en face de moi elle écarte négligemment les pans de son déshabillé m’offrant une vue plongeante de son entrecuisse



« Alors ma fille, tu t’es bien amusée pendant mon absence ? »

« Oh oui, j’ai fait des expériences mémorables »

« Dans quel domaine ? Des parties de cul ? »

« Tu vas voir, je vais te faire mouiller d’envie je pense :


*Première expérience :

Dans un café de la place Gambetta. J’avais repéré une belle femme à l’allure féline, très excitante. J’avais maté ses jambes au galbe harmonieux pendant qu’elle discutait avec une copine. Elle avait remarqué mon regard insistant vers ses cuisses dévoilées par sa jupe retroussée à cause de sa position assise. Je suis sortie pour voir si elle me suivrait mais non, rien !»

Déçue, j’ai essayé de la retrouver le lendemain et bingo, elle était à la même place seule devant une consommation.

Je lui ai déposé mon n° de portable sur sa table en m’asseyant un peu plus loin en face d’elle, et nous nous sommes excitées par SMS. J’avais mon mini gode télécommandé que je lui ai fait passer comme ça, j’ai pu la branler à distance. Tout c’était très jouissif et nous avons pris notre pied chacune à distance ».


« Attends, Maryse. Tu me dis que tu as un gode télécommandé ? »

« Oui c’est très pratique, tu peux te branler n’importe où sans attirer les regards »


*Deuxième expérience :

La serveuse avait remarqué notre manège et au moment de régler ma consommation, elle m’a surprise en me proposant de jouir avec elle à sa pause dans un local qui lui était affecté.


J’avais tellement envie de me gouiner physiquement et non plus par SMS interposé que j’ai accepté et me suis retrouvée face à elle habillée en gothique hyper bandante. Elle m’a indiqué que la condition pour une première fois était que je sois soumise à tous ses désirs.

J’ai accepté et nous avons eu une partie de feu de dieu. Elle m’a baisé avec un gode, j’ai eu droit à un flot de cyprine mais malgré ma demande de me faire enculer, elle a refusé en me promettant une autre fois de me faire découvrir autre chose. »



« Tu l’as revue depuis ? Moi aussi j’aimerais bien être soumise »

« Oui je suis revenue la voir, elle m’a à nouveau invité et là, une expérience inédite mais très spéciale. Je ne sais pas si tu apprécieras »

« Tu sais que suis assez salope, tu peux tout me dire »

« Bon OK mais je te préviens, c’est du hard »

« Vas-y je mouille d’impatience »


Prenant mon courage à deux mains, je me rapproche de maman et pour bien la préparer, j’écarte ses cuisses et commence à la branler.


« Tu te souviens, au tel quand je t’ai dit que je venais de me faire baiser comme une chienne ? »

« Oui j’ai pensé que tu t’étais bien envoyée en l’air et que tu étais épuisée »

« Oui c’était vrai mais je te dis « comme une chienne » tu comprends ce que je veux dire ? »

« Oui, je suppose, sans arrêt comme font les chiens »

« Oui c’est ça, je me suis faite baisée et enculée par le chien de la patronne de la serveuse. C’était ça qu’elle projetait au lieu de m’enculer avec son gode. Ça te choque ? »

« Je suis surprise. J’ai vu quelques fois des séances de zoophilie sur le net et j’avais bien l’impression que les filles adoraient mais pour monter un film porno, on fait un peu tout même si les filles font semblant de jouir. Je connais bien ça ! Alors qu’as-tu éprouvé ? »


Ces quelques mots « je connais bien ça » font tilt et je me remémore la vision de mon film de gouines où j’avais cru y voir maman.


« Je peux te dire que c’est merveilleux. Se faire sucer le clito par une langue râpeuse et se faire remplir le cul et la chatte avec le sperme de chien, c’est sublime. Surtout que celui-là était particulièrement endurant avec des jets puissants.

Si tu as envie d’essayer, je peux te proposer à Josy, c’est le nom de la serveuse. »

« Oh oui ! Regarde je suis trempée, je fantasme déjà, bouffe-moi pour me faire jouir »

« OK, je ferai la proposition mais attention, c’est une maîtresse donc c’est elle qui décide.


Mais je n’ai pas terminé, il y a une troisième expérience cette fois, avec ma patronne. C’est aussi très spécial mais je te raconterai une autre fois, j’entends papa qui rentre »



« Bonjour Maryse, tu ne t’es pas trop ennuyée sans nous ? »

« Non, pas spécialement, les jours passent très vite et j’ai fait quelques sorties avec des amis. »

« Tu as toujours une tenue très provocante, tu sors ce soir ? »

« Non, je rentre du boulot »

« Eh bien, tes collègues doivent te dévorer des yeux. Ta patronne ne dit rien ? »

« Non, personne ne fait de remarques sur la tenue des autres mais toi je sais que tu aimes et que ça t’excite. N’est-ce pas mon vieux papounet ? Te souviens-tu que tu as baisé ta petite Maryse et que tu t’es fait sucer par maman devant moi ? »

« Ne parlons plus de cela, c’était un moment d’égarement peut-être dû à l’apéro et à ton attitude provocatrice. J’en ai honte et je voudrais qu’on oublie ».


« Bon les filles, je ne reste pas dîner, j’ai récupéré un repas d’affaires. Je prends quelques dossiers et je file. Je vous laisse. Ne faites pas de bêtises ! »



Après son départ, maman me suggère d’aller dîner dans ce restaurant où j’ai fait ces rencontres. Je suis très partante mais sans lui assurer que ce soir l’occasion se renouvellera.


« Maman, habille-toi sexy, moi je reste comme je suis puisque j’ai aguiché papa. »


Quelques instants plus tard ; maman Marie revient. Tenue stricte, ensemble bleu marine, veste sur corsage entr’ouvert laissant deviner s une poitrine agressive, jupe très mini soulignant le galbe de ses fesses, fendue sur le côté laissant entrevoir le haut de se bas tenus par un porte-jarretelles, talons aiguilles. Maquillage discret mais visible.


« Il n’est pas dit que nous rencontrerons Josy pour une petite initiation Zoo je ne te promets rien »

« Ce n’est pas grave, nous nous amuserons à mater les filles bien foutues en imaginant une baise »



Arrivées au restau, nous choisissons une table permettant de bien voir les autres clientes mais apparemment Josy n’est pas là.

Si, elle est derrière la caisse elle remplace probablement sa patronne.


« Regarde Marie, Josy c’est la blonde qui est derrière le comptoir à la caisse. Je pense qu’elle m’a aperçue. »


Nous commandons notre dîner : entrée légère, fromage et dessert.

L’exploration des autres tables ne nous inspire rien de bien excitant et le repas se passe très calmement.


Arrivées au dessert j’aperçois Josy qui se dirige vers nous.


« Bonjour Maryse, bonjour Madame. Etes-vous satisfaites de votre repas ? »

« Bonjour Josy, c’était très bien. Je vous présente Marie ma mère et confidente. Je voulais lui faire connaître l’Etablissement. Je lui ai raconté notre dernière entrevue dans une activité qu’elle ne connaît pas et qu’elle aimerait bien découvrir »

« Maryse, nous ne pouvons pas parler librement mais je quitte mon service dans une demi-heure et si vous le souhaitez, vous pouvez venir me rejoindre dans mon appartement juste au-dessus du restaurant par la porte à gauche en sortant »

« OK, nous y serons »


Après avoir pris une infusion et un peu d’alcool pour nous chauffer, nous réglons l’addition et nous présentons devant la porte de l’immeuble.


Appel sur le portier.


« C’est Maryse". »

« Je vous ouvre montez au 3ème porte 38 »


Après l’ouverture de la porte d’appartement, Josy apparaît comme je l’avais vue la première fois. Tenue déshabillée gothique, bas noirs, porte-jarretelles, soutien-gorge noir ouvert sur les tétons majestueusement dressés, gants noirs, perruque rouge, maquillage blanc, cuissardes à hauts talons, tatouages sur tout le haut du corps.


« Alors, comme cela Madame souhaite s’initier à la baise zoophile ? »

« Maryse m’a dit que c’était à découvrir et que l’orgasme était merveilleux et que vous êtes maitresse dans l’art de diriger les ébats. De plus permettez-moi de vous dire votre tenue est particulièrement excitante »


Josy s’approche de maman, se plante devant elle.


« Tu sais que tu es bien foutue Marie, tu me sembles avoir des seins adorables, si ton cul est aussi joli, je sens qu’on va bien s’amuser. Laisse-moi te caresser pour te faire mouiller, j’appellerai Rex ensuite pour qu’il sente une femme en chaleur »


Josy défait lentement la veste de tailleur et le corsage de maman et en passant derrière elle, lui caresse abondamment les seins. Une main s’abandonne ver le bas de sa jupe et remonte jusqu’à la culotte et je suppose, à voir les mouvements, lui branle le clito. Marie a les yeux fermés et visiblement elle apprécie.


« Tu mouilles bien ma salope. Garde ta jupe, tu vas laisser Rex te fouiller. »


Pendant ce temps, je me suis assise sur le canapé et entreprends de me branler à mon tour.

Moi aussi je mouille comme une salope (que je suis devenue)


« C’est bon, j’appelle Rex »


Sortant d’une pièce à côté, l’animal se dirige directement vers maman. On aurait dit qu’i était dressé pour ça.

Sans se désemparer, Marie le laisse fouiller sous la jupe qu’elle relève. Rex tiraille sur le slip que Josy aide à enlever.


« Maryse, tu sais comment faire, caresse Rex pour le faire bander » me demande Josy.


A peine touché sur ses boules, que le dard de Rex pointe raide. Une belle queue au bout rouge.


« Marie tu vas le sucer et je l’aiderai à te pénétrer »


Très obéissante, Maman se couche sur le dos, jupe relevée, chatte béante luisante de mouille et Josy approche la queue de Rex sur la bouche de Marie, qui ingurgite la bite avec des mouvements de va et viens


« Retourne-toi Marie, mets-toi en levrette, il va te baiser. »


Les pattes avant posées sur le buste de Marie, aidé par Josy, Rex enfourne sa queue mouillée par la salive de Marie.


« C’est bon ! » s’exclame Marie

« Baise-moi Rex, vas-y défonce moi le con »

« Laisse-le te limer, je te dirai quand je me rendrai compte qu’il va jouir »

« Je ne veux pas qu’il sorte, c’est trop bon. Josy, peux-tu me donner ta chatte que je te suce en même temps, ton corps m’excite aussi. »

« Maryse, tu m’as dit que ta mère était ta confidente. Est-ce que vous avez fait l’amour ensemble ? »

« Oui Josy apparemment elle a l’habitude des femmes et je la trouve vraiment bonne »


En parlant, Josy s’est mise en position pour donner sa chatte à Marie, tournée vers Rex pour le surveiller.


« Suce-moi salope, tu vas me dire si mon jus est bon. Attention, je vois que Rex va jouir, tu vas sentir sa semence t’inonder le con »

« Oui, il accélère son pilonnage, ça y est, il part c’est bon, c’est bon je sens que je vais jouir moi aussi ? Je pars !!!!! »


Maman s’agrippe aux jambes de Josy et après un violent orgasme, tombe à la renverse ce qui fait ressortir la queue de Rex de sa chatte.



Je me souviens que j’avais gardé la culotte de ma patronne pour recueillir le sperme qui suintait de ma chatte. Il me vient une idée :


« Maman enfile ma culotte tu vas recueillir le sperme de Rex et tu me la rendras mouillée à la maison. »

« Tu es vraiment une chienne de salope Maryse » me lance Josy

« Oui mais tu aimes bien faire ce que tu veux de moi. Ce soir je n’ai pas eu mon compte mais je baiserai maman en rentrant avec sa chatte pleine de sperme. »


« C’est bon Marie vous pouvez vous rhabiller. Si un jour vous avez envie d’une bonne partie entre femmes, revenez me voir »


« Merci Josy. Cette expérience était merveilleuse. Vous m’avez également donné votre chatte mais j’aimerais jouer avec tout votre corps. Si vous en étiez d’accord, une autre fois nous pourrions faire une vidéo »

« Cela peut être une idée »


Ce dernier échange entre maman et Josy sonne bizarrement dans ma tête et je revois la vidéo sur internet qui a déclenché ma première approche de maman. J’en avais conclu que ça ne pouvait pas être elle mais maintenant j’ai des doutes.



De retour à la maison, papa n’est pas rentré.

Dès l’entrée dans le salon, je m’approche de maman en lui caressant les cuisses à travers sa jupe.


« Marie, ma salope de maman, redonne-moi ma culotte. As-tu fait ressortir tout sperme de REX ? »

« Oui, pendant le chemin j’ai senti qu’il s’échappait de mon cul, ta culotte est trempée »

« J’ai envie de te faire mouiller pour mélanger vos jus et si tu pouvais pisser dedans, ce serait complet. »

« Rien que ta demande me fait mouiller »


Effectivement, en passant ma main sous sa jupe je sens l’humidité abondante.


« Déshabille-toi, j’ai envie de te gouiner, je n’ai pas eu mon compte chez Josy »


Les vêtements tombés à terre, Marie n’a plus que la culotte maculée.


« Viens sur le canapé et écarte les cuisses que je suce tous ces jus »


Mon nez et ma bouche fouillent cette culotte à l’odeur particulière. Maman remouille par-dessus.


« Mets-la à ton tour et mouille dedans salope de Maryse »


Cette fois la culotte est archi trempe. Je la quitte pour nous la passer sur la figure. Tout ceci est très jouissif.


Nos mini-ébats terminés, j’interroge maman sur la vidéo d’internet.


« Oui c’est bien moi, c’est un secret je travaille quelques fois pour une société de production de films pornos ce qui me donne l’occasion d’avoir de multiples partenaires j’avoue que je suis nympho mais je crois bien que tu vas le devenir. Si j’ai proposé une vidéo à Josy c’est que j’ai une petite idée pour renverser les rôles dominant/dominé nous en reparlerons. »

« Promets-moi que tu ne feras rien sans moi »

« C’est promis. Mais tu m’avais dit avoir eu une troisième expérience avec ta patronne cette fois »

« Voilà papa, je te raconterai demain »


Le lendemain après le petit déjeuner, je demande à maman si elle peut venir me cherche au bureau à la débauche, nous irions ensuite dire un simple bonjour en tout bien tout honneur à Josy si elle est là.


18heures, maman se présente au bureau, mes collègues s’en vont un à un. Ma patronne arrive pour fermer les portes et j’en profite pour lui présenter maman.

Maman me glisse à l’oreille : « Elle est sexy ta patronne tu n’aurais pas envie de te la faire ?


« Madame Isabelle, je vous présente Marie, ma maman. J’aimerais que vous fassiez connaissance. Etes-vous d’accord ?


Je regarde fixement Isabelle pour voir si elle a compris mon désir.


« Ce n’est pas de refus, voulez-vous passer dans mon bureau ce sera plus sympa pour discuter ?»


Nous prenons chacune une chaise et je remarque que maman lorgne avec insistance sur la poitrine et les jambes d’Isabelle.


« Alors madame Marie, je peux vous dire que je suis très satisfaite de votre fille elle est très agréable et sérieuse dans son travail. De plus, elle est jolie et c’est important pour la clientèle. »


Maman se lance comme je commence à la connaître car j’ai bien vu que ma patronne lui avait tapé dans l’œil.


« Vous aussi vous êtes très jolie, j’ai plaisir à vous regarder, vous représentez bien ces jeunes cadres dynamiques dont la société a besoin si j’étais un homme, je vous trouverais attirante. »

« Mais vous êtes une femme et vous ne me trouvez pas attirante ! »


Nous partons toutes les trois dans un éclat de rire.


« Si, je le répète j’aime beaucoup votre tenue et les formes qu’elle souligne »

« Vous aussi vous êtes attirante comme votre fille, vous semblez avoir chacune une poitrine de rêve. Effectivement, je remarque que vous détaillez bien mon anatomie »

« Maryse vous a-t-elle dit que nous avions des rapports particuliers de Patronne à employée ? »

Je rectifie :

« Un rapport particulier Isabelle »

« Non, Maryse m’a dit qu’elle me raconterait mais comme nous échangeons souvent sur nos rapports sexuels, je suppose que vous l’avez conquise »

« C’est vrai et j’aimerais beaucoup vous conquérir aussi car j’ai remarqué que vous étiez attirée par mes jambes et mon décolleté »


Sur ce, Isabelle se lève et se place derrière Marie en commençant à lui caresser les épaules puis les seins qu’elle sort du corsage de maman. La scène commence à m’exciter mais je suis anxieuse de la suite. Maman se lève pour se frotter contre Isabelle, leurs bouches se collent l’une à l’autre et s’ensuit un french kiss endiablé.


Isabelle murmure à l’oreille de Marie assez distinctement pour que j’entende :

« Je suis transsexuelle veux-tu voir ma bite ? »


Une petite surprise se lit sur le visage de maman mais elle porte une main sur la jupe d’Isabelle et constate une bosse significative à hauteur de l’entrejambes.


« C’est la première fois que je caresse une trans mais j’ai terriblement envie de voir »


Isabelle dégrafe sa jupe et la laisse tomber à terre. Le membre dressé dépasse de son slip.

Marie l’empoigne et commence à le branler.


« Suce-moi, j’en ai très envie. Je peux te dire que ta fille est experte en ce domaine »

« Isabelle, ta queue est si épaisse et dure que je voudrais que tu la mettre dans mon cul »


N’en pouvant plus de les voir se gouiner, je demande à Isabelle de sucer également et de nous enculer toutes les deux tour à tour.

Au moment de jouir, Isabelle lâche tout son foutre dans le cul de Marie et cette fois, je ne le recueille pas avec ma culotte mais avec ma langue en demandant à Marie de ne rien retenir.

C’est chaud, c’est fade mais c’est bon


« He bien Madame Marie vous me semblez très salope comme votre fille. Avez-vous pris du plaisir ? »

« Oui salope d’Isabelle ; si j’avais eu un gode ceinture c’est vous que j’aurais enculée pendant que vous auriez sodomisé Maryse. Peut-être une autre foi ? »


Nous nous rhabillons ou mettons de l’ordre dans nos habits

Diffuse en direct !
Regarder son live