Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 16 731 fois
  • 58 J'aime
  • 2 Commentaires

Je mate une femme en train de se faire prendre par son chien

Chapitre 1

Zoophilie

(récit réel et récent)



Nous sommes au mois mai, dans le sud de la France.

Je suis un adepte de golf, que je pratique le plus souvent en fin de journée ; cet après-midi, il a fait assez chaud. Le soleil commence à se coucher, et je rejoins ma voiture tout en faisant mes derniers swings.

Au loin, mon attention est attirée par un chien genre berger allemand et une femme qui joue à lui lancer une balle qu’il lui ramène en poussant quelques cris.

En m’approchant, je constate que la dame doit avoir une cinquantaine d’années ; elle est vêtue d’un petit short rose assez court qui lui moule particulièrement bien son cul, et d’un petit haut qui met en valeur sa poitrine pas très volumineuse, mais qui semble assez ferme pour son âge. Elle a de longs cheveux blonds : une assez jolie femme...


À un moment, regardant autour d’elle et se sentant seule, elle se met subitement à quatre pattes sur le sol ; son compagnon s’arrête de jouer et tourne autour de sa maîtresse en aboyant. Je les regarde faire sans me faire voir, un peu intrigué ; puis le chien saute sur le dos de la femme en s’arc-boutant, comme pour la pénétrer.

La blonde se relève et décide de s’enfoncer, suivi de son compagnon, dans la forêt avoisinante qui est assez épaisse à cet endroit.

Je m’approche rapidement de l’endroit approximatif ou ils sont rentrés ; il commence à faire sombre et je ne retrouve pas le passage qu’ils ont pris. Il n’y a aucun bruit. Dommage : j’aurais bien aimé voir la suite…

De peur de faire du bruit et de me faire repérer, je décide de partir en espérant ces jours prochains les retrouver, assister à leurs jeux et, qui sait, les voir s’accoupler !


Le lendemain, je suis sensiblement au même endroit ; je surveille leur arrivée éventuelle tout en jouant. Mais ce soir, personne ne viendra.


Les jours suivants, je revois le couple au même endroit ; je m’approche discrètement sans me faire voir, alors que le soleil est en train de disparaître. La belle blonde, qui ce jour-là est vêtue d’une mini jupe de tennis blanche, après avoir joué avec son chien pénètre dans la forêt avec à sa suite le berger qui lui passe sans arrêt son museau sous sa jupette.

Cette fois, je fais bien attention, et je trouve rapidement le sentier qu’ils ont pris ; j’avance prudemment sans faire de bruit. Il fait encore bien jour. Les apercevant, je m’arrête net : devant moi, à une bonne trentaine de mètres dans une petite clairière, je vois la belle blonde qui est assise contre un arbre.


Sa jupe est relevée ; ses cuisses sont grandes ouvertes, sa petite culotte blanche est légèrement écartée sur le côté, sa tête est renversée en arrière et son compagnon s’affaire à lui lécher le sexe. Je peux voir cette longue langue qui balaie toutes les parties génitales de la blonde, qui pousse des gloussements.

La belle semble prendre du plaisir, vu les petits cris qu’elle émet et les encouragements assez crus qu’elle adresse à son partenaire : « Allez, vas-y ! Mange bien la moule de maman ; mets-la-moi plus profond… Salaud, tu me lèches le trou du cul ! Qu’est ce que c’est bon… »


Se relevant, elle enlève sa petite culotte et écarte ses cuisses au maximum ; elle écarte ses lèvres et ses fesses avec ses mains pour permettre à l’animal d’aller plus en elle et lui donner ainsi davantage de plaisir.

Elle se soulève un peu pour permettre à la langue de passer dans la raie de ses fesses en les écartant avec ses mains.

Particulièrement excitée, elle se positionne à quatre pattes et pose sa tête à même le sol en cambrant son beau petit cul qui est maintenant bien en l’air ; l’animal continue de passer sa langue sur ses parties intimes.

S’impatientant, et désirant autre chose, elle tape sur ses fesses.

– Allez, Rex : enfile maman. Baise-moi ! Mets-la-moi bien au fond !


Sous le ventre de l’animal, un sexe imposant et tout rouge pointe. L’animal saute sur le dos de la blonde et tente de s’insérer dans son sexe ; après plusieurs essais infructueux, il parvient à enfiler la chatte de la mignonne qui pousse un « ah… » de soulagement.

Sitôt dans le vagin, il lime vigoureusement la femelle à un bon rythme, ce qui arrache des cris à sa maîtresse. Je peux voir les sexes emboîtés l’un dans l’autre qui gouttent abondamment.


Après l’avoir limée pendant un bon quart d’heure, le mâle se fige, la bouche ouverte et la langue pendante ; sa tige est profondément emmanchée dans la matrice de sa partenaire : il doit être en train de se vider dans le ventre de cette cochonne de femme.


Les deux amants se séparent ; un abondant liquide coule de la minette. Le chien la lèche de nouveau ; la femme ouvre avec ses mains son sexe d’où un liquide s’échappe en coulant sur les cuisses de la femelle.


C’est bien dommage que j’aie oublié mon portable, car j’aurais bien fait quelques photos…


En m’approchant, maintenant je peux dire que la dame doit avoir une cinquantaine d’années, elle est vêtue d’un petit short rose assez court et qui lui moule particulièrement bien son cul, un petit haut qui met en valeur sa poitrine pas très volumineuse mais qui semble assez ferme pour son âge, elle a de long cheveux blonds, une assez jolie femme...

A un moment regardant autour d’elle et se sentant seule, elle se met subitement à quatre pattes sur le sol, son compagnon s’arrête de jouer, il tourne autour de sa maîtresse en aboyant, je les regarde faire sans me faire voir un peu intrigué, puis il saute sur le dos de la femme en s’arque boutant comme pour la pénétrer.

La blonde se relève et décide de s’enfoncer suivi de son compagnon dans la forêt avoisinante qui est assez épaisse à cet endroit.

Je m’approche rapidement de l’endroit approximatif ou ils sont rentrés, il commence à faire sombre et je ne retrouve pas le passage qu’ils ont pris, il n’y a aucun bruit, dommage j’aurai bien aimé voir la suite.

Je décide de partir de peur de faire du bruit et de me faire repérer, en espérant ces jours prochains les retrouver et assister à leurs jeux et qui sait les voir s’accoupler !

Le lendemain je suis sensiblement au même endroit, je surveille leur arrivée éventuelle tout en jouant, mais ce soir personne ne viendra.

Les jours suivant, je revois le couple qui est au même endroit, je m’approche discrètement sans me faire voir, alors que le soleil est en train de disparaître, la belle blonde qui ce jour est vêtue d’une mini jupe de tennis blanche, après avoir joué avec son chien, elle pénètre dans la forêt avec à sa suite le berger qui lui passe sans arrêt son museau sous sa jupette.

Cette fois, j’ai bien fait attention, et je trouve rapidement le sentier qu’ils ont pris, j’avance prudemment sans faire de bruit, il fait encore bien jour, les apercevant je m’arrête net, devant moi à une bonne trentaine de mètres dans une petite clairière, je vois la belle blonde qui est assise contre un arbre.

Sa jupe est relevée, ses cuisses sont grandes ouverte, sa petite culotte blanche est légèrement écartée sur le coté, sa tête est renversée en arrière son compagnon s’affère à lui lécher le sexe.

Je peux voir cette longue langue qui balaie toutes les parties génitales de la blonde qui pousse des gloussements.

La belle semble prendre du plaisir aux petits cris qu’elle émet et aux encouragements assez crus qu’elle adresse à son partenaire : allez vas-y manges bien la moule de maman, mets me la plus profond, salop tu me lèches mon trou du cul qu’est ce que c’est bon…

Se relevant, elle enlève sa petite culotte, et écarte ses cuisses au maximum, elle écarte ses lèvres et ses fesses avec ses mains pour permettre à l’animal d’aller plus en elle et ainsi lui donner davantage de plaisir.

Elle se soulève un peu permettant à la langue de passer dans la raie de ses fesses en les écartant avec ses mains.

Particulièrement excitée elle se positionne à quatre pattes, elle pose sa tête à même le sol en faisant cambrer son beau petit cul qui est maintenant bien en l’air, l’animal continue de passer sa langue sur ses parties intimes.

S’impatientant, et désirant autre chose, elle tape sur ses fesses, allez rex dit-elle enfile maman, baise moi, mets me là bien au fond.

Sous le ventre de l’animal un sexe imposant et tout rouge pointe, il saute sur le dos de la blonde et tente de s’insérer dans son sexe, après plusieurs essais infructueux, il parvient à enfiler la chatte de la mignonne qui pousse un ah de soulagement.

Sitôt dans le vagin il lime vigoureusement la femelle à un bon rythme ce qui arrache des cris à sa maîtresse.

Je peux voir les sexes emboîtés l’un dans l’autre qui gouttent abondamment, après l’avoir limé pendant un bon quart d’heure le mâle se fige, le chien a la bouche ouverte et la langue pendante, sa tige profondément emmanchée dans la matrice de sa partenaire doit être en train de se vider dans le ventre de cette cochonne de femme.

Les deux amants se séparent, un abondant liquide coule de la minette, le chien la lèche de nouveau, la femme ouvre avec ses mains son sexe d’où un liquide s’échappe en coulant sur les cuisses de la femelle.

C’est bien dommage que j’ai oublié mon portable car j’aurai bien fait quelques photos.

Diffuse en direct !
Regarder son live