Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 12 773 fois
  • 32 J'aime
  • 0 Commentaire

Mathilde dans tous ses ébats

Chapitre 3

Trash

Mathilde s’approche du petit manoir. Tout est noir à l’intérieur. La porte de la petite cuisine par laquelle elle s’est éclipsée est toujours ouverte. Elle espère ne croiser personne. Elle n’ose même pas regarder son reflet dans la fenêtre. Entre le foutre de Balsan, le cheval, sur son débardeur, l’urine et le sperme de Salt, le poney sur ses cuisses, elle n’imagine même pas le tableau. Elle-même, elle sent l’odeur de sexe qui l’entoure ou peut être que c’est son imagination. Peu importe, il faut qu’elle aille prendre une douche et surtout, elle a besoin de pisser. Jouir lui a toujours donné envie de pisser.


Elle sort de la cuisine dans laquelle des cadavres de bouteilles de bière et de champagne s’amoncellent et traverse le petit salon sur la pointe des pieds. Il semble que la fête ait continué après son départ. Sur un des canapés, une fille qu’elle n’est même pas sûr de connaître à la robe remontée au-dessus des fesses et dort en laissant s’écouler un filet de bave sur le canapé de la mère de Julie. Un drame à venir. Un des trophées de chasse a désormais un string sur la tête. Le tapis a l’air foutu. Un pote de Mathilde dort tout simplement dans le couloir, les jambes dépassant encore un peu dans le salon. De l’autre côté du couloir, c’est la salle de jeu. C’est là que Julie et Mathilde ont établi le dortoir. Un mélange de matelas, de coussins, de draps et de duvet abrite un empilement de corps plus ou moins couverts. Certains ne se sont tout simplement pas changés. Un type que Julie a invité dort dans sa veste déchirée.


Deux copines de Mathilde discutent à voix basse dans un coin. Mathilde est quasiment certaine qu’elles partagent le même sac de couchage. La voyant dans l’encadrement de la porte, les filles se taisent, la dévisageant. L’une d’entre elle lui fait un clin d’œil sous-entendant clairement : « Tu as l’air de t’être fait baisée dans les grandes lignes, petite coquine ». Mathilde s’éclipse.


Son envie de pisser ne s’est pas atténuée. Pour éviter de croiser qui que ce soit, elle décide d’aller aux chiottes de la chambre des parents de Julie. Seule pièce interdite du week end. Entrant dans la chambre, elle entend des voix venant de la salle de bain.

« Putain, la seule pièce interdite et y en a qui trouvent le moyen d’y aller. »

La salle de bain des parents de Julie est la plus belle que Mathilde connaisse. Du marbre, une robinetterie de luxe, une baignoire bouillonnante, une douche multijet, etc. Et un siège de toilette qui coute le même prix que le scooter de Julie. Mais en passant la porte, Mathilde ne voit rien de tout ça. Stoppée net dans son élan réprobateur, elle reste médusée par le spectacle insolite.


Cette salle de bain, elle y a vécu quelques épisodes de sa vie sexuelle. Elle ne saurait pas dire le nombre de douche ou de bain qu’elle a pris avec Julie mais surtout, elle ne saurait dire combien ont été un moment privilégié de caresses presque sexuelles. Julie qu’elle a toujours considérée comme une sœur l’a toujours un peu faite fantasmée. Mais pas maintenant.


Julie était vraiment bourrée quand Mathilde s’est esquivée dans le parc mais là, elle a l’air au bord du coma éthylique. A genoux devant la cuvette des toilettes, il semble qu’elle a raté sa cible plusieurs fois déjà. Le diner de Julie s’étale sur le carrelage tout autour des chiottes. En même temps, c’est pas si surprenant qu’elle ait eu du mal à viser. Derrière Julie, Cédric, l’ex de Julie, est en train de la prendre en levrette. Et il y va comme un forcené. Mathilde serait à la place de Julie, elle serait sûrement en train d’hurler de jouissance vu les coups de bite que lui met Cédric.

Au dessus de Julie, Arthur, le petit cousin de Cédric est en train d’enfourner sa bite dans la gorge de Julie chaque fois qu’elle essaye de reprendre son souffle entre deux vomissements. La bite d’Arthur est d’une longueur très normale mais son gland est énorme et la verge très large. Arthur ne laisse pas beaucoup de répit à Julie. Elle essaye de se dégager pour reprendre son souffle ou vomir, Mathilde ne sait pas trop mais Arthur continue d’enfoncer sa queue toujours plus loin.


Julie a l’air d’être sur le point de tourner de l’œil. Enfin, Arthur retire sa bite de la bouche de Julie qui gerbe à moitié sur la lunette. Cédric continue de lui défoncer la chatte et Julie n’arrive pas à viser la cuvette. En même temps, elle essaye de crier quelque chose entre le OUI de jouissance et un STOP. Arthur revient à la charge. Sa bite est pleine de vomi. Julie, qui porte toujours la petite robe blanche qu’elle avait pendant la soirée, ne semble même pas s’en soucier. Mathilde hésite entre écœurement et excitation. Elle vient de se taper un cheval et un poney, elle choisi l’excitation.


Arthur se retire à nouveau de la bouche de Julie. Il se tourne vers Cédric.

-Merde, j’ai envie de pisser.

-Ben alors, vas y.

Arthur dévisage Julie qui semble le regarder, implorante. Sans hésiter, Arthur se redresse. Prenant sa bite sale et pleine de vomi à la main, il vise le visage de Julie et commence à pisser. Un gros jet de pisse vient frapper le visage de Julie, s’insinuant dans sa bouche, arrosant ses cheveux. Julie essaye d’esquiver mais Arthur insiste, tenant Julie par les cheveux. Derrière elle, Cédric semble arriver au paroxysme. Ses coups de reins deviennent frénétiques, Julie est aussi au bord de la jouissance. Sans réfléchir, elle gobe la queue d’Arthur qui pisse encore. L’urine coule le long de son menton. Cédric ne tient plus, se retirant au dernier moment, elle éjacule plusieurs grosses giclées de foutre épais sur les fesses et la robe de Julie qui prend de son côté un mélange de foutre et de pisse de la part d’Arthur en pleine bouche. Dans un dernier spasme, Arthur enfonce toute son énorme bite dans la gorge de Julie. Sous le coup de ce dernier abus, celle-ci s’évanouit, à moitié étouffée et noyée dans le foutre, la pisse et le vomi.


Cédric se relève, essuyant sa bite à la robe de Julie pendant qu’Arthur essuie la sienne dans ses cheveux. Se retournant, ils découvrent Mathilde qui les regarde…

Diffuse en direct !
Regarder son live