Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 11 452 fois
  • 128 J'aime
  • 2 Commentaires

Matures, nylon et talons

Chapitre 4

La mère d'un ami

Erotique

 Louise est une femme mariée de cinquante-deux ans avec un mari peu sympathique. Ses deux fils sont tous les deux à l’université. L’un d’eux, Marc, son fils cadet est un de mes amis depuis plus de dix ans. J’habite à quelques rues de leur maison. Elle possède une grosse poitrine et s’habille de façon classique avec la plupart du temps des talons et nylons avec des jupes moulantes des des chemises laissant apercevoir un décolleté qui attire le regard de tout homme. J’étais souvent avec Marc dans leur jardin et ces derniers temps, mes envies pour elle devenaient des fantasmes récurrents.


Son mari et elle étaient sortis manger il y a quelques semaines dans un restaurant italien où je me trouvais. Ils se sont installés à la table voisine et nous avons parlé pendant le repas. Durant la conversation, j’avais souvent les yeux qui fixaient son décolleté plongeant. Je ne me souviens pas exactement comment c’est arrivé, elle et son mari m’ont invité pour dîner le weekend qui venait. J’acceptais avec joie et nous avons échangé nos coordonnées. Je lui ai demandé de m’ajouter sur Facebook pour communiquer.

Le week-end arrivé, après une bonne séance de masturbation d’une heure, j’étais toujours aussi excité. Je pensais à l’opulente poitrine de Louise, la mère de mon ami. J’avais un message envoyé il y a une quinzaine de minutes. Louise me demandait si j’étais disponible pour le diner de ce soir. Elle me proposa une pizzéria et demandait si cela me convenait. Je lui répondis immédiatement que cela était parfait pour moi et que j’étais disponible pour cette invitation. Je me disais que j’aurais l’occasion d’admirer sa poitrine qui me faisais tellement bander.



Elle me dit qu’elle était seule que son mari aidait son frère à réparer quelque chose chez lui . Pourquoi me disait elle cela, j’allais devoir me masturber à nouveau pensant qu’elle me titillait. Quelques minutes plus tard, j’ai vu une notification de Facebook sur mon téléphone indiquant qu’elle portait qu’un soutien-gorge avec talons et des bas avec porte-jarretelles.



-Voilà, j’ai pris une photo.



J’ai reçu sa photo, je ne pouvais y croire! Une minute plus tard, un autre message de Louise me disant qu’elle avait envoyé "accidentellement" cette photo.



-"Oh mon dieu. Je suis tellement gênée. Ton nom est juste en dessous de celui de mon mari !! S’il te plaît, ne dis à personne que j’ai envoyé ça !! "



-"Je ne le dirai à personne, mais je ne vais pas non plus la supprimer."

Je tremblais. J’étais tellement excité. J’ai répondu:



-"Si jamais vous voulez m’envoyer une photo ou plusieurs moins sages, ce sera notre secret.



Une minute suivante j’ai reçu trois photos ou elle m’exposait ses seins sur la première et deux autres où elle avait les jambes relevées avec ses nylons et talons et sa chatte rasée bien visible au centre des images.



-Ce sera notre secret. Et j’ai osé envoyer : "Les photos sont sympas mais j’aimerais voir en vrai. Intéressée ?"



La réponse ne se fit pas attendre. Elle m’invitait carrément à la rejoindre.



-"La porte est déverrouillée. Nous avons deux heures."



Je suis arrivé dix minutes plus tard et elle m’attendait dans le salon ne portant que ses sous-vêtements, nylon et talons, sa poitrine en main qu’elle malaxait de façon lubrique. Mon érection était totale. Je me suis approché lentement vers elle.



Elle a dirigé ses mains et j’ai entendu la fermeture éclair de mon pantalon et elle a fait glisser mon vêtement vers le bas en penchant sa tête vers mon entre-jambe. Elle a sorti ma bite et l’a directement prise en bouche.



J’avais la honte et le plaisir en même temps et cela m’a fait rougir. Elle m’a dit que j’avais une très belle queue et qu’elle se sentait particulièrement salope. Je regardais sa bouche aller et venir sur mon sexe, j’étais aux anges. Elle m’aspirait la bite avidement, avec envie.  Qu’elle salope et quelle chance de me faire sucer par cette femme.



 Je lui ai dit à quel point je rêvais de faire ça chaque fois que je la voyais depuis des années où j’étais encore adolescent. J’avais maintenant vingt ans et mon rêve se réalisais.



J’ai pris son sein droit avec ma main et je voulais pincer et tirer sur ses tétons. Elle me pompait quasiment avec acharnement, j’allais pas tenir longtemps avant d’envoyer mes giclées dans sa bouche avide et accueillante. Je baisais maintenant sa bouche en poussant à la limite et en lui tenant les deux côtés de la tête.



J’y étais et lui ai dit que j’allais venir. Elle m’a regardé d’un regard lubrique me disant de jouir sur sa bouche ouverte. J’ai pris mon membre en main et me suis branlé vigoureusement. Sa bouche offerte après quelques mouvements j’ai commencé à jouir tentant de viser l’intérieur de sa bouche. Elle a tout pris semblant se délecter de mon offrande. Mon sperme épais lui a plu à ce que je pouvais voir.



-J’aime ton jus, humm c’est bon!



Toujours bien dur je lui ai demandé de se retourner sur le sofa. Elle m’a offert sa croupe et je l’ai pénétré sans attendre dans sa chatte lui écartant ses lèvres et poussant ma bite doucement et au fond. Elle se mit à gémir de mes mouvements de bassin. J’y allais à une cadence lente puis plus rapide jusqu’à devenir plus sauvage. Je tapais son cul et elle faisait des cris de plaisir qui m’encourageaient à y aller encore plus fort.



Je baisais cette chatte serrée qui s’étirait à la mesure de ma grosse bite.



-haa vas-y, plus fort c’est bon!!



Je la bourrais depuis plusieurs minutes j’allais de nouveau jouir et lui remplir sa chatte de mon foutre. J’essayais de me concentrer à retarder mon éjaculation. Je lui ai dit que j’allais la remplir de sperme.



-Non, donnes la moi à nouveau! J’aime cette crème, je veux chaque goutte de ta semence.



Elle s’est mise à genoux et a pris ma queue en main pour l’amener à sa bouche. Elle me branlait rapidement le gland dans sa bouche. Je sentais qu’elle aspirait fortement et je poussais ma bite plus loin dans sa bouche provocant un excès de bave qui coulait hors de ses lèvres. C’était comme un film, une salope en train de me besogner pour obtenir ma semence.



-T’arrêtes pas!



Elle absorbait complètement ma queue dans sa bouche et je lui pratiquais des va-et-vient de plus en plus rapides. Je ne tarderai pas à éjaculer en saccades au fond de sa bouche.



Je suis tout troublé, elle me regardais la bouche ouverte me montrant mon sperme qu’elle avala dans sa totalité.



J’ai repris mes esprits à ce moment, et elle me dit :



-Faudra venir souvent, j’ai pas eu de relations depuis des années.



 J’ai eu des relations sexuelles avec la mère de mon ami d’enfance des dizaines de fois depuis lors. Elle m’envoyait un message dès qu’elle avait quelques heures libres où son mari était absent. J’allais la baiser chez elle et parfois je l’amenais en voiture pour me faire sucer plusieurs fois dans un endroit discret.


Diffuse en direct !
Regarder son live