Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 18 753 fois
  • 66 J'aime
  • 3 Commentaires

Un mauvais porno

Chapitre 3

Amusement mère-fille partie II

Inceste

Après avoir pris ma douche, je suis allée dans ma chambre afin de m’habiller. Avant même d’avoir à me poser la question de quels vêtements porter, je remarque qu’une tenue est pliée sur mon lit. Sans trop y réfléchir, j’enfile une culotte noire que je n’avais jamais vue auparavant, et qui semble un peu lourde. Sachant que ma mère m’attend, j’enfile le soutien-gorge rouge noir sorti, un minishort en jean, et un top très court laissant les bretelles du soutien-gorge visibles, ainsi que mon nombril apparent.


— Tu es magnifique dans cette tenue ma chérie.


La voix de ma mère me surprend. Je la vois habillée d’une robe très serrée, laissant apparaître ses formes qui rendraient jalouses de nombreuses femmes.



En descendant, je sens que le repas est déjà prêt, et l’odeur de pâte à la carbonara me titille les narines... Par contre, une seule chaise est présente, et toutes les autres sont rangées dans un coin. Avant que je puisse dire quoi que ce soit, ma mère s’assied dessus, face à une assiette seule. Elle me fait signe de venir sur ses genoux, et je m’assieds sur elle.


— Je tiens à ce que tu me donnes à manger. Et fais très attention à ne pas tacher nos habits.


En prenant quelques pâtes dans la fourchette, je comprends le problème. Jamais je ne pourrais amener ça jusqu’à sa bouche sans faire tomber une seule goutte de sauce. En y réfléchissant un petit peu, je n’imagine qu’une seule solution. Je prends la fourchette en bouche, y déposant les pâtes, avant de les donner à ma mère en l’embrassant. Une fois que sa langue est venue se servir entre mes lèvres, je prends une autre bouchée pour moi-même.


— J’imaginais ça moins embarrassant.


Elle me dit ça arborant un grand sourire avant d’ouvrir la bouche de nouveau. Une nouvelle fois, je porte la fourchette à ma bouche avant de la nourrir.

Manger de cette manière prend plus de temps que prévu, et je sens l’excitation monter en moi à chaque fois que je donne de la nourriture à ma mère.


Après avoir fini ce magnifique repas, qui ne m’a clairement pas laissé indifférent, ma mère et moi partons en voiture jusqu’à un centre commercial.


— Ma chère fille, à ton âge tu dors encore en pyjama, et tes sous-vêtements manquent de charme. Aujourd’hui, nous allons t’acheter de nouveaux vêtements.

— Mais c’est ton anniversaire ? On devrait faire quelque chose qui te fait plaisir.

— Ne t’en fais pas pour ça, c’est prévu.


Un sourire traverse son visage.


Après plusieurs minutes de routes, nous arrivons à un grand centre commercial. Ma mère m’emmène directement dans un grand magasin de lingerie.


— Je vais faire un tour dedans, je te laisse demander de l’aide à une vendeuse afin de savoir où se trouvent les vêtements de nuits...


Elle me fait un rapide baiser sur la bouche avant de disparaître dans les rayons, me laissant toute rouge devant le magasin. N’ayant pas vraiment le choix, je me dirige en direction d’une vendeuse libre afin de lui parler.


— Excusez-moi.

— Bonjour, en quoi puis-je vous aider ?

— Bonjour, je suis à laaaa...


D’un coup, je sens quelque chose vibrer au niveau de mon vagin.


— Hum. Vous allez bien ?

— Je cherche les nuisettes.


Je finis ma phrase rapidement, alors que les vibrations augmentent en intensité. Elle me montre une direction en me disant quelque chose que j’ignore en prenant la direction des nuisettes. Je traverse le magasin à grands pas alors que les vibrations s’atténuent. Ma mère arrive dans mon dos, et les vibrations arrivent à l’arrêt.


— Tu as trouvé ce que tu recherches ?


Je lui jette un regard contenant toute mon incompréhension.


— Oh, ça doit être à propos de ça. C’est mon cadeau de fête des Mères, j’espère que tu apprécies.


Elle me dit ça en montrant son téléphone sur lequel se trouve une sorte de barème avec un gros point rose dessus.


— Et, qu’est-ce donc que cela ?

— C’est tout simple. Tu te souviens de la culotte noire que tu as enfilée ? Eh bien, ça, c’est la télécommande pour la faire vibrer.


Maintenant, je comprenais pourquoi je trouvais la culotte aussi lourde.


— Tant que j’y pense, tu as été assez impolie avec la vendeuse de tout à l’heure.


En disant, je la vois glisser son pouce sur le téléphone, et la culotte se met à vibrer d’un coup, me forçant à me recroqueviller en mordant mon doigt afin de ne pas crier dans le magasin.


— Sinon, tu as trouvé une nuisette qui te va ?


Alors qu’elle dit ça, je sens les vibrations s’affaiblir, me permettant d’en choisir une tranquillement. Beaucoup de modèles sont disponibles, des longues, des courtes, des opaques, des transparentes, et plein de couleurs différentes. Alors que mes yeux se baladent sur tous ces tissus, trois modèles retiennent mon attention. La première est noire, complètement transparente, et le modèle le plus sexy que le magasin doit avoir. Le deuxième est bleu, avec le devant opaque et le derrière transparent, et j’apprécie ce côté ambivalent. Quant à la troisième, elle est rouge, plus longue que les autres en s’arrêtant au niveau des genoux, mais est ouverte sur les côtés.


— Tu préfères laquelle des trois ?


Je lui pose la question, mais je n’obtiens que trois longues vibrations en réponses. Je la regarde, attendant toujours une vraie réponse, et elle finit par s’approcher en prenant les trois.


— Trois suffiront pour l’instant. Mais n’oublie pas que tu devras toujours les porter pour dormir. Maintenant direction les culottes et soutien-gorge.


Elle marche en me tenant la main, me tirant à travers les rayons.


— Tu n’auras qu’à me donner les ensembles qui te plaisent. Je tiendrais le compte pour savoir à combien tu seras, et je te donnerais le signal quand ce sera bon.


À peine arrivée, que je sens de très légères vibrations au niveau de mes lèvres inférieures. Je commence à arpenter les culottes, essayant de voir lesquels je préfère, et pourrais plaire à ma famille. À chaque fois qu’un ensemble me plaît, je l’amène à ma mère qui augmente d’un cran les vibrations en réponse. Un deuxième ensemble, puis un troisième suivent, toujours accompagnés par ces vibrations s’intensifiant. Au bout du septième ensemble, faire un choix devient plus dur. Car j’ai pris tous ceux qui m’ont tapé dans l’œil, et que les vibrations se font bien trop fortes. En amenant le huitième, je supplie du regard ma mère que tout s’arrête. En réponse, elle me montre le téléphone, et pousse les vibrations au dernier cran. Même si j’arrive à ne pas crier mon plaisir, je suis sûr que les vibrations peuvent être entendues. En me voyant serrer les jambes, un sourire sadique apparut sur le visage de ma mère.


— Plus que deux. Mais je vais t’aider. Après avoir demandé leur avis aux deux hommes, laisse-moi te transmettre leurs messages. Ton père préfère lorsque le tissu est plutôt rare. Quant à ton frère, il aime quand ça sort de l’ordinaire.


Je commence par regarder la plus légère tenue, et je finis par en trouver un composé d’un string transparent et d’une simple bande en guise de soutien-gorge. Je le donne à ma mère qui semble satisfaite avant de chercher une pour plaire à mon frère. Je finis par choisir deux parties n’ayant pas de point commun, si ce n’est d’être d’un noir mat. Le bas est une culotte fendue, permettant un accès facile à mes parties. Quant au haut, c’est un soutien-gorge assez basique, mais avec de la dentelle faisant le tour du cou et des bras. Ma mère me le prend des bras, et arrête les vibrations avec un air satisfait. Nous sortons du magasin ensemble, et elle paie pour le tout, avant de m’emmener vers une crêperie.


Lorsque nous nous asseyons, une question me vient à l’esprit.


— J’ai des sous-vêtements pour mon père et mon frère, mais pas pour toi.


Elle me fait un nouveau sourire avant d’activer les vibrations, et s’amuse à les faire monter et descendre.


— Voyons, tu portes déjà les sous-vêtements qui te vont le mieux selon moi.


Le serveur arrive pour prendre nos commandes, avant de repartir.

Nous parlons de diverses choses en attendant les crêpes, avant de se jeter dessus et de les manger en silence. Pendant tout ce temps, les vibrations étaient désactivées, mais je sentais toujours un picotement dans mon entrejambe.


Après la crêpe, nous sommes retournés dans la voiture. Avant de partir, ma mère passe une main sous mon pantalon, et ressort ses doigts complètement humides.


— Il semblerait que tu aimes bien ça.


Je la regarde en rougissant, ne sachant pas quoi répondre.


— Très bien, pour le chemin du retour, je te laisse le contrôle partiel. Mais, attention, je compte sur toi pour mettre les niveaux que je te dis.


Le chemin se passe tranquillement. À chaque fois qu’elle me donne une nouvelle intensité, j’ai une demi-seconde de réflexion avant d’augmenter les vibrations en me mordillant la lèvre, ou bien un souffle de répit lorsqu’elle me dit un nombre inférieur au précédent. Les trois dernières minutes furent les plus violentes. Elle me demandait d’enchaîner entre aucune vibration, et le maximum, et je me suis sentie prête à jouir à de multiples reprises.

Une fois arrivée à la maison, j’ai rejoint ma chambre, ma mère derrière moi.


— Eh bien, il semble que je ne sois pas la seule qui ait apprécié cette escapade.


Je la regarde, pas sûr de savoir où elle veut en venir, et je vois son regard fixé sur une tache sombre au niveau de mon minishort.


— C’est à cause du chemin du retour. Ce que tu m’as fait faire était éreintant. Je suis ultra-sensible là.

— Ne t’en fais pas, je me charge de la suite.


D’un coup, elle baisse mon short, et retire la culotte vibrante, trempée par ma cyprine. Elle met son visage au-dessus du mien, et ses yeux attirent les miens. Puis, je sens trois doigts entrer en moi, m’amenant aux portes de l’orgasme, alors qu’un râle de plaisir s’échappe de ma bouche. Ma mère m’embrasse, visitant ma bouche avec sa langue alors que ses doigts sortent de mon vagin avant d’y entre une nouvelle fois, me faisant atteindre l’orgasme. Ma mère sort ses doigts, et je m’endors, la voyant se lécher les mains, un sourire satisfait sur le visage.

Diffuse en direct !
Regarder son live