Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 11 774 fois
  • 55 J'aime
  • 2 Commentaires

Un mauvais porno

Chapitre 4

Visite chez mon frère

Inceste
55
5

Aujourd’hui, je suis en chemin pour rejoindre mon frère à son université. Il habite dans un petit appartement avec un colocataire qui n’est pas là, et il m’a invitée à y passer la nuit. Évidemment, j’ai compris pourquoi il m’invite réellement. Alors, je me suis bien préparé, demandant de l’aide à ma mère pour m’épiler entièrement. J’ai mis la tenue que j’avais achetée pour lui, avec la culotte fendue, et le soutien-gorge avec de la dentelle. Par-dessus, j’ai un short très court en jean bleu, et un haut blanc, assez court, avec un cœur penché dessiné dessus.



Après un bon trajet en voiture, je sonne à la porte, et je vois mon frère m’accueillir, avec un sourire sadique sur le visage.


— Tu arrives au bon moment. J’ai fini de te préparer une surprise. Au fait, j’ai des amis qui vont passer et manger avec nous, j’espère que ça ne te dérange pas.

— Ça ne me dérange pas.


Bien que je réponde ça, je suis frustrée de savoir que l’on va devoir attendre. Je rentre dans le petit appartement de mon frère. Il est composé de trois pièces ; une salle de bain assez petite, une cuisine qui sert aussi de salon avec une table et quatre chaises, et une porte menant sûrement vers la chambre. Mon frère se met à côté, me montrant la seule chaise cachée par la table du doigt.


— Tu ferais mieux de t’asseoir avant que les autres invités arrivent.


En m’approchant de la chaise, je remarque un truc bizarre. Deux dildos sont scotchés dessus, et au vu de la lumière les rendant plus brillants, je me doute qu’ils sont lubrifiés. Je m’apprête à dire quelque chose à mon frère, mais le bruit de la sonnette l’attire vers la porte. Je le vois me regarder devant la porte, attendant que je m’assieds afin de pouvoir leur ouvrir. Je lui montre mon short, indiquant que je ne peux pas m’asseoir dessus, et il me fait un signe de ciseau avec les doigts, avant de pointer la table. En voyant un couteau posé dessus, je comprends ce qu’il sous-entend. Je pense à refuser ça, mais il se met à parler à haute voix.


— J’arrive, deux secondes.


Je n’y réfléchis pas plus, descendant légèrement mon short, et faisant deux trous dedans avec le couteau, avant de le remonter, et de m’asseoir sur les sex-toys. Grâce aux lubrifiants, leurs bouts rentrent facilement dans ma chatte et mon cul. Je les sens chauds, entrer lentement en moi, faisant attention à me baisser doucement dessus. Mais je le vois ouvrir la porte, révélant deux hommes juste derrière, ne me laissant pas le temps d’y aller doucement. Je laisse mon corps s’effondrer sur les jouets, les faisant pénétrer tout entier en moi, me brûlant l’intérieur avec les frottements des jouets et le lubrifiant, ce qui me fait lâcher un petit cri. Heureusement, ils semblent être en pleine conversation, se disant bonjour, alors qu’ils arrivent vers moi. L’un d’entre eux porte deux cartons de pizza, sûrement notre repas du soir. Il vient les déposer, me regardant dans les yeux.


— Tiens, je ne savais pas que ta sœur était présente aujourd’hui.

— C’est sa sœur ? Je croyais que c’était sa copine qui devait être ici.


Je les regarde, n’étant pas sûre de quoi répondre.


— Regarde, ils se ressemblent comme deux gouttes d’eau, c’est ta sœur n’est-ce pas ?


En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

Tous les regards convergent vers mon frère, attendant sa réponse. Pendant ce temps, il s’avance lentement, et vint sceller ses lèvres sur les miennes, forçant l’entrée de ma bouche avec sa langue, avant de jouer avec la mienne. Lorsqu’il retire sa bouche, je peux me sentir être toute rouge, mes deux trous serrés sur les jouets.


— Alors ?

— Tu pouvais juste dire que c’était ta copine, pas besoin de faire ça devant tout le monde.


Je me sentais légèrement mal à l’aise, mais je ne pouvais pas bouger.



Après ça, nous avons mangé les deux pizzas, discutant de tout et de rien, et buvant de la bière en même temps.



Le soir était bien avancé lorsque les deux amis de mon frère nous laissèrent seuls. À peine sortis, je me lève, révélant les deux jouets couverts de mes jus, et me dirigeant vers les toilettes, laissant le plaisir de débarrasser ça à mon frère. Lorsque je reviens dans le salon, il était assis sur le canapé.


— Alors, ça t’a plu ?

— Tu aurais pu me prévenir. J’ai tellement honte d’avoir embrassé mon frère devant des inconnus.

— Cela ne t’a pas excitée ?


Je préfère ne pas répondre, et changer de sujet.


— Et ce n’était pas agréable de manger avec des jouets en moi. Surtout que j’ai l’impression qu’ils sont encore ouverts et qu’ils ne se refermeront jamais.

— Tu veux quelque chose pour les boucher ?


Il n’y a aucune subtilité dans son sous-entendu, mais je suis trop excité pour refuser. Alors j’enlève mon short et mon haut, révélant mes sous-vêtements, avant de me diriger vers la chambre, suivie de très près par mon frère. Mon frère ferme la porte derrière nous, nous laissant seuls dans une petite chambre contenant deux lits superposés.


— Le mien est celui du dessus, ne t’en fais pas, il supporte notre poids et nos mouvements.

— Tu ne penses vraiment qu’à ça. T’as de la chance que je sois aussi tordue que toi.


Il monte en premier, avant de m’aider à le rejoindre. Une fois en haut, j’ouvre sa braguette, révélant son boxer déformé par son sexe.


— Tu as l’air déjà prêt.


Je dis ça en baissant son boxer, révélant son pénis, et en prenant le bout en bouche. L’odeur est forte, et le goût tout autant, mais j’aime ça. Je commence mes va-et-vient doucement, le prenant de plus en plus profond dans ma bouche, jusqu’à ce que je sente le bout toucher le fond de ma gorge. Il se met à émettre des petits bruits qui ne font que m’exciter encore plus. Tout en bougeant, j’utilise une de mes mains pour masser ses boules, les sentant lourdes dans mes mains. J’essaie de prendre mon temps, savourant l’instant, lorsque le bruit d’une porte qui claque me fait arrêter mon mouvement.


— Ne t’en fais pas, les murs sont juste fins, c’est tout.


Il pose sa main sur l’arrière de ma tête, me faisant continuer mes mouvements, allant un peu plus vite, sentant sa bite durcir dans ma bouche, et être de plus en plus chaude. D’un coup, un filet de lumière emplit la pièce, alors que le colocataire de mon frère ouvre la pièce lentement. En réaction, mon frère balance sa couette par-dessus moi, alors que j’arrête complètement mon mouvement.


— Je croyais que tu ne rentrais pas ce soir ?


Je suis surprise d’entendre mon frère parler, mais j’ai surtout peur d’être découverte.


— Tout s’est mal passé. Je devais passer ma soirée à retrouver ma copine revenant d’un mois à l’étranger, mais il s’avère qu’elle a un nouveau copain.

— Ah désolé...

— Ce n’est pas grave. Je vois que vous êtes occupés, je vais vous laisser tranquille.


Il fait demi-tour, sortant de la pièce. Mon frère retire la couette, me regardant dans les yeux.


— On fait quoi ?

— Je ne sais pas. Continuer me paraît étrange, mais je suis bien trop excité pour m’arrêter là.

— Je peux te demander quelque chose d’osé ?

— Vas-y...


Je ne sais pas ce qu’il veut proposer, mais j’ai très peur de l’entendre.


— Je me sens mal pour lui. Je sais qu’il ne s’est pas touché du mois pour elle, et qu’il attendait ça.


En l’entendant dire ça, je m’énerve et hausse le ton.


— Non non non, il en est hors de question. Je ne vais pas le faire avec quelqu’un que je ne connais pas.

— Ce n’est pas tout à fait ce que je comptais te demander. Juste que si je m’occupe de ta chatte, je ne pourrais pas jouer avec ton cul. Alors qu’il pourrait aider, en portant une capote bien sûr.

— Non... je...


J’essaie de trouver des arguments, mais il me fait des gros yeux, me faisant me sentir mal. De plus, le fait d’avoir eu deux jouets en moi me fait me demander ce que deux bites donneraient.


— Bon d’accord... mais tu me revaudras ça.

— Bien sûr. Je te laisse lui demander si ça l’intéresse.


Je descends du lit, sentant mes jambes humidifiées par ma mouille. J’entrouvre la porte, et je vois le colocataire assis à table, un verre d’eau à la main. En me voyant arriver en sous-vêtement, je vois ses yeux s’écarquiller.


— Waw, j’ai vraiment trop bu.

— J’aimerais te demander quelque chose. J’ai envie de tester avec deux bites en même temps. Du coup, je voudrais savoir si tu souhaites te joindre à nous. Tu pourras me prendre le cul si tu le souhaites. Et que tu portes une capote.

— Ça me va. Mais ça ne dérange pas ton copain ?


Mon frère sort à ce moment, et part s’asseoir sur le canapé. Il tient sa bite dans la main, faisant attention à rester dur tout en répondant.


— Si elle souhaite avoir deux bites en elle, alors je la laisse faire. Après tout, j’ai confiance en ma sœur.

— S... sœur ?


Je me retourne vers mon frère, les yeux grands ouverts, n’arrivant pas à croire ça. Je m’approche de lui afin de lui parler à voix basse.


— Pourquoi tu lui dis ça ?

— Voyons, il a tellement bu qu’il pensera avoir rêvé de ça. Allez, viens t’asseoir.


Je jette un coup d’œil vers l’autre homme qui semblait perdu dans ses pensées, avant de m’avancer devant mon frère. Avec une main, je guide sa bite, tandis qu’il ouvre ma chatte. Je m’abaisse dessus, le faisant rentrer lentement en moi. Une fois en place, je prends de grandes respirations relaxant mon corps. Mon frère me regarde dans les yeux, avant de me faire un signe vers son colocataire. Évidemment, je comprends son sous-entendu. Avec les mains, j’écarte mes fesses, montrant mon trou à cet inconnu.


— Si tu veux, tu peux venir.


À peine ai-je fini ma phrase, que je l’entends se lever, et s’approcher.


— Merci beaucoup.


Mon frère commence à m’embrasser, ce qui me fait complètement oublier tout ce qui se passe autour. Je sens la bite de mon frère commencer à bouger en moi, ce qui m’excite encore plus. D’un coup, je sens la bite de l’inconnue rentrer dans mon cul lentement. C’est mignon comme il prend son temps pour ne pas me faire mal. Et il a aussi pensé à se protéger. Je lui aurais bien fait un compliment en remerciement, mais ma bouche est occupée par la langue de mon frère. Je commence à bouger, m’empalant sur les deux grosses bites. Lorsque mon frère lâche enfin ma bouche, je peux enfin prendre une grande respiration.


— C’est si bon. Vous êtes tous les deux si gros.

— Peut-être que tu vas aimer ça alors.


C’est le colocataire qui me répond, alors qu’il commence à prendre mes tétons entre ses doigts, afin de jouer avec eux. Ils continuent leur mouvement, allant de plus en plus profond en moi, alors que je commence à gémir de plus en plus fort. Mes mouvements se font plus lentement, mais l’inconnu commence à bouger lui aussi. Je ressens un plaisir si gros, avec leurs deux bites en moi. Mon frère commence à m’embrasser le cou, faisant plein de suçons dessus.


— C’est si bon, je crois que je vais jouir dans ma sœur.


J’étais bien trop occupé à gémir pour faire attention à ce qu’il voulait dire, alors que j’approche de l’orgasme.


— Ta sœur est si bonne. Je vais aussi jouir.

— Aahh... ahhh.


Je n’arrive plus à penser, puis, d’un coup, je sens mon frère lâcher sa semence en moi, me faisant jouir au passage, et serrer les trous. Ensuite, c’est l’inconnu qui retire sa bite. Je m’attendais à le sentir jouir en moi. Mais avant que je puisse dire quoi que ce soit, il s’écrie.


— Je jouiiiis !!


Il lâche tout sur mon dos, recouvrant mes fesses de sperme. Je me relève, laissant le sperme de mon frère couler hors de ma chatte, et sur mes jambes. Je m’écroule sur le sol, les voyant tous les deux encore durs. L’inconnu approche sa bite de moi, comme s’il voulait que je le suce.


— J’ai encore besoin de jouir. Puis-je recouvrir ton visage avec ma semence.


Je le regarde, avant de sourire.


— Avec plaisir.

— Je me joins à vous.


Mon frère vient se mettre de l’autre côté, et chacun se met à se masturber en me regardant. Afin de les aider, je masse leurs bourses, tout en les regardant à tour de rôle dans les yeux.


— Je vais jouir à nouveau.

— Moi aussi.


Le colocataire avait du mal à se retenir, je pouvais le voir à ses yeux, mais mon frère accélère le rythme afin de pouvoir lancer son jus en même temps. Je lâche mes seins, entourant mon visage de mes mains, prêt à tout recevoir.


— Oui, recouvrez-moi de votre sperme. Déversez votre foutre sur mon visage.


Je ferme les yeux au moment où je sens leurs liquides chauds venir s’écraser sur mes joues et mes paupières. Leur odeur emplit mon nez, et je reste sans bouger, profitant du moment. Ils allèrent tous deux s’asseoir sur le canapé, respirant lentement, alors que j’étale tout ce sperme sur le visage avec mes mains.

Quelques secondes passent avant que la pression retombe, et que je me dirige vers la douche. Alors que l’eau coule le long de mon corps, je ne peux qu’être impatiente de ce qui se passera la prochaine fois.

Membre XStorySnap du jour
Flamme -
Suiveur -
Snap
Chatter avec
Webcam XStory du moment
Regarder