Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 9 076 fois
  • 158 J'aime
  • 6 Commentaires

Max et Liza

Chapitre 1

Tromperie

Hétéro

Tromperie


Max et Liza forment un jeune couple. Ils sont ensemble depuis le lycée et, depuis, ils ne se sont jamais quittés. Ils sont respectivement âgés de 25 et 26 ans. Il y a quelques années, ils ont décidé de s’acheter une jolie petite maison où ils pourraient vivre tranquilles tout en fondant une famille. Malheureusement pour eux, c’est le contraire qui s’est produit. La passion s’est envolée et a rapidement donné la place à une routine ennuyante. Au début, ils prévoyaient de se marier, d’avoir des enfants et même des animaux de compagnie, mais depuis quelque temps, plus rien. Le couple ne se parle pratiquement plus. Il ne se voit pratiquement plus. Bref, la passion a donné le pas à l’ennui. C’est comme s’ils ne formaient plus un couple, mais étaient devenus simplement colocataires.


Max est un beau jeune homme à l’allure athlétique. Il fait beaucoup de sport et considère son corps comme un temple. Il a des muscles bien fournis et cela a toujours attiré Liza. Âgé de 25 ans, c’est un jeune homme aux cheveux noirs assez longs, lui descendant jusqu’aux épaules. Il a les yeux marron et est vraiment agréable à regarder. Il travaille comme pompier dans la ville et adore son métier. Lorsqu’il ne travaille pas, soit il sort faire le party avec ses amis ou bien il fait du sport. C’est le quotidien de Max, au grand dam de sa petite copine, Liza.


Liza, elle, est également une très belle jeune femme. Elle a 26 ans. Elle est rousse avec des yeux d’un vert à faire tomber tous les hommes. Elle est tout simplement magnifique. Elle a un corps plutôt bien formé, une poitrine saillante et des fesses bien rondes. Beaucoup étaient jaloux de Max, étant en couple avec une si jolie jeune femme. Liza travaille comme comptable dans une grande entreprise et gagne très bien sa vie. Des deux, c’est elle qui semble la plus attristée de la routine ennuyante qui s’est installée entre Max et elle. Elle veut remédier à ça.


Nous sommes le vendredi. Le soleil commence légèrement à disparaître, laissant place à la nuit. Comme à tous les soirs de semaines, Max rentre du boulot, en sueur. Il a dû faire face à un énorme feu durant la journée. En entrant, il sent aussitôt la bonne odeur de poulet qui provient de la cuisine. Il enlève ses bottes et se dirige lentement vers celle-ci où il voit Liza, la main à la pâte.


— Qu’est-ce que tu fais ? demande Max, l’air surpris.



Liza se retourne vers son petit copain, l’air aussi surprise que lui à cause de sa question.


— Je prépare le dîner, répond sèchement Liza. C’est quoi cette question ? On en a parlé pourtant ? On est vendredi, on s’était dit qu’on mangerait ensemble. En amoureux.



Le regard de son petit copain envoie aussitôt un signe à Liza qu’il a complètement oublié.


— Bordel, Max, fit Liza. Ne me dis pas que tu avais oublié ?

— Heu... Commence Max. En fait, si...

— T’as déjà mangé ? demande Liza, l’air fâchée.

— Non, répond Max. Mais Jason est censé venir me prendre. On va aller manger dans un petit restau et aller à la salle de sport après. Et ensuite, on avait pris d’aller dans un club...

— Mais tu te fous de moi !? se fâche alors Liza. On avait prévu ce dîner depuis une semaine, Max ! Une semaine !?

— C’est pas grave, fait Max. On se reprendra. Demain ?

— Mais bien sûr, répond Liza. Le dîner est en cours de route. Pourquoi ne pas annuler la soirée entre amis ? Mais noooon ! Suis-je bête !? Autant annuler la soirée avec ma petite amie !

— Oh, allez, fait Max, prenant une mine exaspérée. Tu en fais toujours, des caisses. Allez, je monte prendre une douche le temps que Jason arrive.

— Moi j’en fais des caisses !? dit Liza en haussant le ton. Moi j’en fais des caisses !?



Max est déjà parti, montant les escaliers menant à l’étage. Liza le suit.


— Ouais c’est ça, va prendre ta douche ! Espèce de connard !



Liza entend simplement la porte des toilettes claquer. Puis, elle entend l’eau se mettre à couler.


— Qu’il aille se faire foutre, dit Liza à elle-même.



Une quinzaine de minutes plus tard, Max redescend les escaliers. Il se dirige vers la cuisine, le sourire aux lèvres. Liza l’ignore complètement, dos à lui, continuant la préparation du repas qu’elle finira par manger toute seule, comme d’habitude.


— Allez, ne fais pas la gueule, dit Max, prenant sa petite copine par les hanches.



Celle-ci envoie alors un coup de fesses au corps de Max pour l’intimer de la lâcher.


— Lâche-moi ! vocifère Liza. Je ne veux même pas que me touches, goujat.

— Très bien ! répond sèchement Max. L’ambiance pue la merde par ici. Je vais aller attendre Jason dehors.

— C’est ça, casse-toi ! hurle Liza.



En vitesse, Max enfile ses souliers, ouvre la porte et la claque derrière lui. Liza bouillonne sur place. Elle pense sérieusement à le quitter. Il n’y a strictement plus rien entre eux. Simplement que de la baise, les fois où Max en a envie.


— Je vais te faire payer ça, sale con ! bougonne Liza.



Quelques minutes plus tard, le repas est prêt. Liza l’enlève de sur le feu, sort une assiette afin d’y mettre une portion lorsque l’on sonne à la porte. Liza, croyant que c’est Max, se dirige d’un pas décidé vers la porte, les yeux qui lancent des couteaux.


Elle ouvre la porte à la volée. Elle se fige, surprise. Ce n’est pas Max.


— Jason ? fait Liza.



C’est le meilleur ami de Max, Jason. Comme Max, c’est un passionné des salles de sport. Il est plutôt beau gosse, grand et avec des yeux d’un bleu azur à en faire tomber plus d’une.


— Ça va, Liza ? demande Jason.

— Ouais, ça va, répond Liza en jetant un coup d’œil à l’extérieur. Où est Max ?

— Heu... Je ne sais pas ? Je suis venu le chercher, justement. Il n’est pas rentré ?

— Oui, affirme Liza. Il est sorti t’attendre dehors. Il est peut-être allé faire un tour du quartier.



Liza jauge Jason des pieds à la tête. Puis, elle se mord les lèvres. Ce geste n’échappe pas à Jason qui sourit d’un air gêné.


— Tu es sûre que ça va, Liza ? demande-t-il encore.

— Oh, très bien, fit Liza, lui rendant un sourire ravageur. Allez, viens l’attendre à l’intérieur.

— Tu es sûre ? demande Jason.



Liza empoigne Jason par le bras et le tire à l’intérieur, refermant la porte derrière lui. Alors qu’il lui tourne le dos, elle prend bien soin de verrouiller la porte, espérant que Max n’ait pas ses clés. Puis, elle s’avance lentement vers Jason, le regard enjôleur.


— Dis-moi, Jason, fait Liza. Comment me trouves-tu ?



Jason recule, surpris par l’attitude de la petite-copine de son meilleur ami.


— Qu’est-ce que tu veux dire par là? demande Jason, faisant mine de ne pas comprendre. Tu es la petite copine de mon meilleur ami.

— Oui, mais comment tu me trouves ?



En continuant de reculer, Jason se retrouve acculé dos au mur. Liza colle ses seins contre son torse en passant ses mains sur ses hanches.


— Moi, fait Liza. Je te trouve incroyablement sexy.

— Liza, commence Jason, gêné. On ne peut pas faire ça. Tu es la petite copine de Max ! Mon ami d’enfance ! Et oooooh...



Liza vient de mettre la main dans le caleçon de Jason qui se laisse faire, n’offrant aucune résistance aux avances de Liza.


— Tu ne peux pas faire ça ? fait Liza. Pourtant, j’ai quelque chose ici qui me dit que tu en as vraiment envie.



Jason tente de résister, mais c’est plus fort que lui. Sans hésitation, il embrasse Liza à pleine bouche. Celle-ci lui rend ses baisers avec passion. Cela fait des années que Max ne l’a pas embrassée comme ça. Rapidement, l’idée de vengeance disparaît complètement de son esprit. Elle s’abandonne tout simplement aux bras de Jason, oubliant complètement Max.


Jason enlève le chandail de Liza et le jette sur le côté. Il lui malaxe tranquillement les seins en lui donnant des baisers dans le cou, titillant son appétit sexuel. Elle ferme les yeux, profitant du moment. Puis, Jason fait glisser tranquillement ses mains dans le dos de Liza, lui dégrafant la brassière. Liza sourit. Elle enlève sa brassière, dévoilant sa proéminente poitrine. Jason se croit au paradis. Il commence à l’embrasser dans le cou et sur les seins.


À son tour, Liza enlève le chandail de Jason. Il a un corps de Dieu, les pectoraux bien carrés et les abdominaux ressortant du ventre. Elle passe ses mains sur son corps et s’agenouille devant lui, commençant à défaire son pantalon. Elle le baisse d’un coup sec. Puis, elle approche sa bouche de son entrejambe qui, à travers son caleçon, est bien visible. Elle donne quelques baisers et lui descend le caleçon.


— Oh putain ! s’entend dire Liza.



Elle ne peut pas le cacher. La bite de Jason est monstrueuse. Encore plus grosse que celle de Max. Et elle est bien raide. La surprise passée, Liza l’empoigne d’une main et se met à la branler, tranquillement. Jason se colle la tête contre le mur et ferme les yeux. Il profite du moment. Les deux amants ne pensent même plus à Max. Max n’existe plus. Il n’existe que la passion.


Jason sent alors la bouche de Liza se mettre autour de sa bouche. Il serre les poings et les dents. C’était trop bon. En transe, il porte sa main à la tête de Liza qui se met à le sucer encore plus vite.


Liza se régale de la bite de Jason. Elle remplit bien toute sa bouche, l’ouvrant entièrement pour se l’empiffrer.


Après quelques minutes à sucer la verge de Jason, celle-ci se retire et se relève. Elle embrasse Jason à pleine bouche. Celui-ci lui malaxe alors sa merveilleuse poitrine. Puis, il passe sa main dans les culottes de la jeune femme, lui mettant deux doigts. Elle est déjà complètement mouillée.


Jason lui baisse son pantalon et sa culotte et continue de la masturber. Puis, il la soulève et l’amène dans le salon qui est juste à côté. Il la laisse tomber sur le canapé et lui embrassant le cou, puis les seins, et le bas-ventre jusqu’à lui passer la langue au niveau du clitoris. Liza se met aussitôt à avoir quelques spasmes, sentant la langue de Jason qui lui passe sur le clitoris. Elle ferme les yeux, s’adossant complètement sur le canapé. Elle se réjouit du moment. Puis, Jason lui met quelques doigts, lui faisant émettre un petit soupir de jouissance.


— Allez, rentre-moi là, fait Liza, comme en transe. Défonce-moi avec ta grosse queue !



Jason ne tient plus. Il se relève, se positionne devant la jeune femme et, en posant une main sur son sein, il lui enfonce doucement sa bite dans le vagin. Liza ouvre aussitôt de grands yeux surpris, laissant échapper un puissant cri de jouissance.


— Oh mon Dieu ! fait-elle. C’est trop bon. Continue !



Jason commence à faire des va-et-vient du bassin, de plus en plus vite, faisant jouir la jeune femme de plus en plus fort.


— Aaaaah ! Aaaaaaah !! Aaaaaaah ! Putain que c’est bon !!



Jason enfonce entièrement sa bite dans son vagin, lui donnant de puissants coups de bassins. Liza hurle de plus en plus fort. Elle s’accroche au tissu du canapé, mais le plaisir d’avoir la queue de Jason en elle est tellement immense qu’elle le transperce de ses ongles. Elle le sent. Jason la baise avec passion. Pour le moment, elle n’y pense pas, mais Max ne l’a pas touchée ainsi depuis des années. D’ailleurs, elle ne se rappelle pas de s’être fait baiser aussi bien de toute sa vie.


— Je vais jouir ! Je vais jouir ! fait Liza. Attends ! Enlève-toi !



Liza repousse Jason avec ses pieds et se relève aussitôt. Elle le prend par les hanches et le fait asseoir à sa place sur le canapé. Puis, elle grimpe par-dessus lui. Elle prend, positionne la bite de Jason vers son trou et se l’enfonce dans le vagin, commençant à le chevaucher sur le canapé, hurlant comme jamais.


— Putain que c’est bon !! OuiiiI !! Ouiiiii !!!! Ah ouiiiiiiii !!!!



Puis, Liza se met aussitôt à avoir des spasmes et sembla manquer de souffle. Elle atteint l’orgasme en hurlant à tue-tête. Elle ne le sait pas, mais au même moment, Jason éjacule également en elle. Après le double orgasme, Liza pose sa tête sur l’épaule de Jason, à bout de souffle.


— C’était... Wow... fait-elle.



Puis, soudain...


— Mais bordel de merde qu’est-ce que c’est que ça !?



Ils ont complètement oublié Max ! Coupables, les deux amants se tournent vers la porte d’entrée. Max les dévisage, ses clés à la main, l’air horrifié. Il les a pris complètement sur le fait...


À SUIVRE...

Diffuse en direct !
Regarder son live