Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 9 124 fois
  • 73 J'aime
  • 3 Commentaires

La mécanique du plaisir

Chapitre 2

Lesbienne

2 Dans tous mes états

 

Caroline Ferrandini attirée par les nanas ? Considérant ses rapports conflictueux avec les hommes, la violence de ses propos envers ces derniers, plus le fait qu’elle ne parlait jamais d’eux dans le privé, cette éventualité me surprenait à peine, une image de lesbienne pure et dure collait parfaitement au personnage de pasionaria de la littérature féministe. Ce n’était pas mon cas, du moins pas dans le domaine de l’attirance sexuelle. Je retins mon souffle les jours suivants, angoissée à l’idée de voir les frangines revenir à la charge. Heureusement, le travail regonfla une admiration sans borne pour la patronne, il suffisait de surveiller ce qu’elle buvait.

Sa sœur peinait à garder ses distances au contraire, Fabienne avait visiblement flashé sur moi. Elle restait sur la réserve, alors j’en prenais mon parti. Et puis ça me rassurait de savoir que je pouvais plaire, moi, l’étudiante insignifiante qu’on n’invitait jamais à sortir, à prendre un verre, encore moins à danser en boîte de nuit à cause d’un physique quelconque. Les seins pas assez gros, les hanches trop larges, le ventre flasque et les fesses molles, le tout ajouté à une timidité maladive, difficile de prétendre à une vie amoureuse avec autant de handicaps. J’avais des copines à la fac parce que les profs vantaient mon travail, certainement pas grâce à mon charisme.

Depuis trois jours, on planchait sans relâche sur le nouveau manuscrit attendu par sa maison d’édition, l’histoire d’une nana coincée entre l’amour pour ses parents et le désir d’émancipation. J’ignorais que les auteurs à succès travaillaient souvent sous la pression d’un commanditaire, une réalité à méditer en vue de la carrière d’écrivaine à laquelle je me destinais. Ma mission consistait entre autres à retoucher le texte après impression, la version sur papier révélait des fautes et des incohérences qui passaient inaperçues à l’écran. Je me sentais privilégiée de découvrir ces lignes en avant-première, peut-être une œuvre majeure dans l’univers controversé de la patronne.

En face de moi, le regard serein de celle qui connaissait par cœur le processus de la création littéraire, Caroline effleurait le clavier de l’ordinateur portable avec délicatesse, excepté la touche « Suppr » qui subissait ses foudres à intervalles irréguliers. De temps en temps, elle relevait le nez et me souriait, on avalait quelques gorgées de thé glacé en silence, comme si le besoin de reprendre notre souffle se faisait sentir, puis on se remettait au boulot d’un commun accord sans se concerter. La complicité se passait de mots, je me sentais utile pour la première fois, je faisais partie d’un projet d’importance, quelqu’un comptait sur moi.

Soudain, les mains croisées en guise d’appui-tête, Caroline s’affala dans son fauteuil, les battements désordonnés des paupières derrière les verres polarisants des lunettes de vue à fines montures trahissaient un début de fatigue. Son sourire satisfait me soulagea d’un poids, on venait d’enchaîner quatre bonnes heures de travail sans nous en rendre compte. Contrairement à la ville où les sons de la rue rythmaient la journée, la notion de temps s’évanouissait dans un espace aussi épuré. Fabienne nous rejoignit, on aurait dit qu’elle avait guetté l’instant propice.

– Ça avance ?

– Plutôt bien. Mais oublions un peu le boulot, il est temps d’initier notre jeune amie aux plaisirs de la Côte d’Azur, ça nous changera les idées.

Je n’avais rien contre le principe de sortir un peu du cadre, de voir du monde, mais il y avait peut-être un sens caché dans le mot initier, une connotation que je n’étais pas pressée de découvrir.

 

♀♀
 

J’avais imaginé un petit resto sympa en bord de mer, une balade sur la plage, un pot ou deux dans un bistrot pittoresque dépeint par Marcel Pagnol, c’était mal connaître les sœurs Ferrandini. Un taxi nous déposa à mi-chemin entre Théoule-sur-Mer et Nice vers 20 heures, à la porte d’une grande maison à deux étages dissimulée derrière une rangée de cyprès de Provence. Des fontaines illuminées éclairaient le parking à moitié plein, je pensais y voir des voitures luxueuses, des signes de richesse, mais non. Alors pourquoi j’avais l’impression de débarquer dans une planque des services secrets ?

Le resto au rez-de-chaussée se voulait de bon ton sans être chic, l’espace entre les tables donnait une impression d’intimité sympa ; ça changeait des gargotes auxquelles j’étais habituée, et au moins c’était propre. En fait, la véritable surprise fut de constater l’absence d’hommes, y compris parmi le personnel composé de nanas d’une vingtaine d’années auxquelles j’aurais voulu ressembler. Peut-être dans une autre vie. Le sourire de la serveuse me fit fondre, bienveillant à l’excès ; mes accompagnatrices eurent droit à une version plus commerciale. Fabienne anticipa la question qui me brûlait les lèvres.

Le Candide est réservé aux femmes le premier vendredi de chaque mois. On y fait de belles rencontres, crut-elle utile de préciser.

Les célébrités en goguette m’avaient attirée dans un repaire de gouines, j’avais moins faim tout-à-coup, effrayée à l’idée de leur servir de plat de résistance. Caroline effleura ma main nerveusement accrochée à la table.

– Respire, Camille, respire. Tu ne crains rien.

Mouais, mon cœur battait quand même la chamade, la patronne buvait sec depuis la fin du travail, de mauvaise augure pour la suite. La serveuse posa une bouteille dans un seau à glace, on allait dîner au champagne. À notre droite, une quadra offrit le morceau de fruit qu’elle tenait entre les dents à sa copine, visiblement aux anges. La situation passa de comique à troublante quand cette dernière reçut l’offrande dans sa bouche d’un coup de langue appuyé. La béquée se termina bientôt par un long baiser baveux, brûlant. Les clientes autour souriaient, charitables, quelques unes certainement excitées.

– Tu devrais te détendre, ma belle. Bois un coup, ça t’aidera.

Fabienne avait raison, ce n’était pas plus glauque que dans les soirées étudiantes, tant qu’on ne me demandait pas de participer, comme la fois où j’avais sucé des mecs devant tout le monde pour mon bizutage. Le champagne avait meilleur goût.

 

♀♀
 

L’ambiance du club à l’étage était plus feutrée que celle d’une discothèque classique. Quelques couples se dandinaient sur la piste de danse, la musique restait supportable au niveau des décibels ; d’autres flirtaient plus ou moins gentiment à leur table, certaines se donnaient carrément du bon temps sans se préoccuper des spectatrices. Aucun doute, on m’avait amenée dans une boîte échangiste. Caroline nous entraîna dans une alcôve après avoir passé commande au comptoir.

À côté, séparées de nous par un treillage de bois ajouré, deux femmes se comptaient fleurette à coups de gestes tendres et de mots sucrés, une vieille et une jeune. Celles-là semblaient prendre le temps de se séduire. Les deux avaient déjà parcouru un bout de la route pavée d’intentions douteuses, les mains tendrement enlacées en témoignaient ; une alliance brillait à l’annulaire de la vieille, son mari la pensait peut-être au club de bridge du quartier, en train de jouer aux cartes avec des copines de son âge.

La serveuse, encore une jeune beauté, accapara notre attention le temps de servir les shoots d’alcool et les chopes de bière brune. Rien de tel qu’un peu de whisky écossais pour rehausser la saveur de la Guinness d’après Caroline, de quoi rouler sous la table. À côté, les vêtements tombaient un à un tandis que les bouches échangeaient un baiser langoureux. Chaque caresse me tirait un frisson involontaire, comme trois jours plus tôt en regardant Fabienne se masturber.

Perso, l’envie me venait sans raison, pas très souvent, mais jamais devant un film de cul. Une fois, j’étais tombée par hasard sur une vidéo soi-disant amatrice française. Trop dégueulasse, trop délirant aussi. Il n’y avait rien d’excitant dans la vulgarité des acteurs, et les hurlements des actrices prêtaient plus à la désolation qu’au raffinement érotique. Quant à la scène de gouines, j’avais trouvé ridicule d’entendre gémir de plaisir une nana affublée d’un énorme gode-ceinture pendant qu’elle limait sa copine. Si le sexe entre femmes se résumait à de telles conneries...

– Applique-toi.

Le ton sec dans l’alcôve à côté retint mon attention. La vieille, adossée à la cloison afin qu’on ne perde rien, maintenait la jeune entre ses cuisses d’une pression derrière la tête, cette dernière n’avait pas le choix que de brouter le minou. Pourtant, on aurait dit qu’elle acceptait d’être rabaissée, de recevoir des ordres, que ça faisait partie de leur jeu intime. Je me demandai comment elle pouvait respirer avec le nez dans l’épaisse touffe de poils sombres. Une main, certainement celle de Fabienne, glissa sur ma cuisse.

 

♀♀
 

Il faisait bon dans la maison à 1 heure du matin, la température idéale pour dormir, au moins pour trouver le sommeil après une longue soirée bien arrosée, le ronronnement  du ventilateur rotatif qui retenait la chaleur derrière la baie vitrée me berçait. Caroline ne l’entendait pas de cette oreille. Installée derrière l’ordinateur de bureau, elle taquinait le clavier avec sa délicatesse habituelle malgré l’état d’ébriété avancé. Quelle santé ! On aurait dit que l’alcool boostait son imagination.

Assise dans son dos à sa demande, je suivais sur l’écran les péripéties de l’héroïne du roman sur lequel on travaillait le jour, des aventures parallèles qui auraient fait passer La vie sexuelle de Catherine M. pour un livre de messe, loin de la retenue réclamée par l’éditeur, encore plus par la censure. Oh ! il n’y avait rien de vulgaire dans les scènes, ni de moralement déplacé, seulement un abus de détails intimes dont j’ignorais l’existence. Je me sentis soudain toute excitée.

Silencieuse, aussi chamboulée que moi par la lecture, Fabienne cajolait sa sœur dont la créativité se nourrissait des gestes tendres. Il y avait plus que de la simple complicité entre ces deux-là, leur relation était fusionnelle, symbiotique, poussée à l’extrême. Une pensée horrible me traversa l’esprit, se pouvait-il qu’elles aient noué une histoire d’amour taboue dans l’intimité de leur refuge ? Ou c’était peut-être purement sexuel. Non, je devais me faire un film. Caroline rompit le charme.

– Allez, à poil ! On va se prendre un bain de minuit.

Là, j’étais loin de partager leur enthousiasme, on avait bien trop bu pour piquer une tête dans la piscine. Le temps de réfléchir à la liste des risques potentiels, les fringues des frangines jonchaient le sol, piétinées comme les convenances sociales. Mon envie de résistance les amusa un instant ; puis, confrontées à mon entêtement, elle prirent les choses en main. J’en sentis quatre me libérer de ma robe et de ma culotte, porter un soutien-gorge ne s’imposait pas, excepté en maillot de bain.

 

♀♀
 

L’éclairage permettait de voir aussi bien qu’en plein jour, même dans l’eau grâce à des projecteurs au fond du bassin. Les sœurs, rattrapées par la prudence, avaient choisi le spa sur la terrasse, moins risqué que la piscine. Je me calai dans un angle, les jambes à moitié pliées par manque de place. Caroline s’installa en face, à un petit mètre. Fabienne aurait pu s’asseoir à côté, elle préféra se mettre entre nous.

Les bouches collées dans un long baiser sensuel, elles flirtèrent sans se préoccuper de moi, esquissant des caresses volages sur un sein, une hanche, entre les cuisses. Je restai là, étourdie par le spectacle qui me laissait sans voix, davantage que celui du club. Il ne s’agissait plus d’inconnues, mais de ma patronne et de sa frangine, d’une relation que j’avais du mal à concevoir.

Caroline abandonna bientôt la bouche de Fabienne pour embrasser sa poitrine, si près de moi que ses cheveux chatouillèrent mon bras. J’allais m’écarter quand une main me retint fermement. Merde ! Ce n’était pas au programme. Je la regardai lécher un sein sur toute sa surface avant d’agacer le téton avec sa langue. Enfin elle le goba, et la frangine soupira, transportée de bonheur.

La caresse s’éternisa, Caroline se régala des deux poires mûres au point que Fabienne donna plusieurs fois l’impression de lâcher prise, si une femme pouvait vraiment jouir d’un orgasme mammaire. Incapable de contenir le désir envahissant, je palpai mes seins sensibles malgré leur petitesse, jusqu’à sentir les bourgeons durcir entre mes doigts. Un sourire encourageant de Fabienne fit grimper encore ma tension.

Cette dernière se libéra de l’emprise, offrit à sa sœur un baiser fiévreux, et s’assit sur le bord du jacuzzi à quelques centimètres de moi, une main lascive sur ma joue pour me faire comprendre son désir de me savoir près d’elle, ou son besoin. Légèrement de biais, je regardai en gros plan la touffe de poils sombres s’égoutter sur la fente complètement épilée, saisie de stupeur, un peu effrayée aussi.

À quatre pattes dans l’eau, Caroline embrassa tendrement les chairs nues, comme par dévotion, puis força l’entrée de la pointe de sa langue. Fabienne gronda de plaisir, la main crispée sur ma joue. Ce n’était pas la première fois qu’elle se faisait lécher le minou, et ça la comblait. Pour ma part, j’observai chaque détail de l’étrange rituel, à la recherche du comment autant que du pourquoi, car les deux appréciaient.

Le soir de mon arrivée, Caroline s’était empressée de sucer ses doigts trempés de ma mouille après m’avoir branlée. De là à se régaler directement à la source, surtout à celle de sa frangine, il y avait une sacrée marge. Une femme pouvait aimer ça ? Sans doute, je la voyais déglutir avec un plaisir évident. Soudain, elle attrapa mon poignet, la fermeté me surprit plus que le geste.

La patronne amena mes doigts sur son minou. Oups ! Entre la crainte de la décevoir et la trouille bleue de la toucher là, le choix fut vite fait, je commençai à la masturber. À la vérité, elle se servait de moi pour se branler, chacun de mes gestes étaient guidés par sa main autoritaire sur mon poignet. Je frictionnai son clito saillant, espérant l’amener rapidement à un plaisir libérateur, pour elle comme pour moi.

Diffuse en direct !
Regarder son live