Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 24 372 fois
  • 60 J'aime
  • 0 Commentaire

La meilleure des mamans

Chapitre 1

Hétéro
60
5

Je me présente je m’appelle Frederic. Je n’avais jamais fantasmé sur cette femme, car c’était ma mère et bien entendu, je la respectais en tant que tel. j’avais 17 ans quand cela s’est passé et ma mère Cécile, assez bien conservée et mariée à Francois, un homme d’affaire souvent en voyage à l’étranger en avait 45. Lors de mon eveil sexuel, je regardais plutot les autres filles, je suis d’ailleurs particulièrement attiré par les filles plantureuses, en effet les grosses poitrines me font vraiment kiffé. Comme tout les autres adolescents, j’ai regardé des films porno et je me suis branlé en matant des journaux erotiques. Ma mère était elle aussi pourvu d’une grosse poitrine que je matais toujours un peu en vacances à la plage lorsqu’elle se mettait delicatement en maillot de bain ou justement lorsqu’elle l’enlevait pour bronzer ce que j’aimais beaucoup car cela revelait ses seins lourds aux gros tétons, mais malgrè cela je ne l’avais jamais vu nue. Elle était assez belle : son ventre plat, ses fesses rondes attiraient beaucoup le regard et son visage n’était pas laid loin de là, elle était brune avec des yeux noisettes, un petit nez et une bouche magnifiquement modelée.

Un jour je rentra plus tot que d’habitude dans l’après midi car mes cours avaient été annulé, je pénétrais dans la maison en silence, ce qui me permis d’entendre des cris. Pris de panique,je m’apprétais à bondir, pensant que ma mère avait des problèmes, mais je compris vite que les cris étaient des cris de jouissance et que ma mère s’envoyait en l’air. Mais mon père étant parti depuis deux jours et ne devant rentré que l’après lendemain, je commenca à douter sur l’identité de son partenaire sexuel. Je m’approchai alors à tatons, poussa un peu la porte de la chambre de mes parents, et decouvris ma mère, sur le lit, à quatre pattes, en train de se faire labourer le cul par un inconnu. Cette vision me heurta tout d’abord et me choqua, j’était en effet un peu revolté de savoir que ma mère, cette femme si affectueuse et gentille trompait mon père et dans la maison familiale en plus. Puis je pris plaisir à la voir baiser, ses gros seins m’excitaient beaucoup, moi qui était puceau. Ce mouvement de ballancement de sa poitrine et ce cul si beau, aux formes rondes et dans lequel s’introduisait le sexe de cet homme par accoups violents, me donnaient une érection qui me faisait presque mal. Je resta pendant 5 minutes à la regarder se faire prendre en levrette, et ne sachant quoi faire, et étant trop excité, j’alla d’abord me branler pour pouvoir reflechir au clair. Puis après 2 minutes et une grosse éjaculation, j’alla chercher la caméra numérique de mon père et filma l’adultère de ma mère avec un certain plaisir d’ailleurs. Je ne savais même pas ce que j’allais decidé mais savais que ce film serait néamoins une pièce de ma collection de films porno. Je me rendis alors dans le jardin pour filmer à partir d’un endroit où je ne serais pas repérer ce qui me donna en même temps une seconde occasion de me branler. La sodomie de ma mère en étant tout de même choquante était aussi très bandante à regarder, elle se carressait les seins en se tripotant ses tétons devenus très durs. Elle aimait particulièrement sentir cette queue rentrer dans son orifice si étroit, et elle poussait de longs cris sauvages : ’Oh OUIIII ! Vas Y prends moi mon salaud j’aime que tu m’encules !! Jouis dans mes fesses !!’. Je découvrais alors une autre face de ma mère que je n’avais même pas imaginé et qui me faisait maintenant revé. J’imaginais ma mère en actrice de porno vétu de cuir avec un soutien gorge ouvert sur le devant soutenant sa lourde poitrine se faisant prendre par 3 mecs et criant de jouissance. Ma mère me faisait en effet terriblement envie; sur le coup, je pense que j’aurais aimé la baiser sauvagement. Puis après 5 minutes et un orgasme fulgurant qui la parcouru, l’homme lui éjacula dans la bouche alors qu’elle le sucait violemment. Elle se carressait la chatte et étalait ce sperme chaud sur son corps encore tremblant alors que l’homme, lui, lui tripotait les seins.

Enfin après 1/4 d’heure de sexe, l’homme parti et moi j’avais découvert une nouvelle mère, une salope, une chaude. J’imaginais d’ailleurs les pires scénarios avec des gens de notre entourage des amis même le idées les plus folles me venaient à l’esprit.

Le temps passa, mon père revint et j’était toujours très troublé de cette histoire.

Quand mon père reparti à l’étranger, j’eu l’idèe d’en parler à ma mère. Mais je la regardais différemment maintenant, je la matais tout le temps et me branlais le soir en pensant à elle, en repensant à cette scène où j’aurais aimé être à la place de l’inconnu. Je regardais en boucle la vidéo, et le soir je fouillais dans ses affaires. Un soir après l’avoir vu en nuisette presque transparente qui dévoilait ses gros seins et les moulait, je decidais d’aller chercher dans le linge sale une petite culotte à elle et me branlant comme un forcené je lui salopait ses dessous. Un soir, quand elle fut couché, je pris à nouveau la caméra, alla dans sa chambre et la trouva endormie dans un sommeil profond. Elle était en string et en soutien gourge pour dormir, apres avoir verifié qu’elle était endormi je souleva la couverture et filma avec la torche ma mère et pris des photos.

Mais ma mère de son côté qui comme d’habitude en rangeant mes affaires, fouinait un peu dans ma chambre, trouva les tirages papiers que j’avais fait de cette fameuse vidéo et la vidéo elle-même qu’elle prit un certain plaisir à regarder en m’imaginant mater la scène, allant même jusqu’à se masturber sur mon lit, dans mes draps. Elle était aussi informé de mon goût pour les gros seins aux vues de mes magasines et ne m’ayant jamais vu avec une fille, elle déduisit facilement que j’étais puceau. A partir de là, elle commenca un petit jeu qui l’excitait; car comme elle me l’avoua plus tard, le fait que je sois au courant de tout, la troublait et l’excitait à la fois.

Durant un habituel voyage à l’étranger de mon père, un matin, elle vint me réveiller pour le petit déjeuner comme d’habitude. Mais en fait ca n’était pas exactement comme d’habitude car elle était en nuisette presque transparente, le genre de fringue que l’on met avant de faire l’amour, la petite lingerie quoi. Et alors, en se penchant sur mon visage je senti ses seins frotter longuement sur mon corps, ce qui accentua de facon nette la petite erection du matin. Puis après m’avoir secoué sans succés elle sortit de ma chambre en me disant de venir dejeuner. Je pu me branler alors car le contact de ses seins matinal m’avait déja mis d’appoint. Après m’être soulagé, je descendis prendre le petit dejeuner dans la cuisine et à ma grande surprise, elle était toujours en nuisette pour me servir mon café et mes tartines. Elle me servis le petit dej avec un érotisme profond. En me passant les tartines se courba de facon à ce qu’à mon niveau j’eusse un vision complète de sa poitrine pendante à la vue de laquelle mon erection revint de plus belle. En effet ces deux loches lourdes pendantes sous mon nez m’excitait et me fascinait. Puis lorsqu’elle fit exprès de faire tomber un filtre à café par terre, elle le ramassa, se courbant de nouveau mais cette fois ci du côté du dos. Sa nuisette remonta alors au dessus des fesses me dévoilant à quelque centimètres de mon nez ce cul, si beau et cette chatte si bien faite que vous ne pouvez vous retenir de la pénétrer.

Puis faisant comme si de rien était elle alla sous la douche, et je pu voir la voir à travers l’entrebaillement de la porte se deshabiller dans le couloir juste avant de rentrer dans la salle de bain, sa grosse poitrine pointant vers l’avant.

Un autre jour, elle me proposa d’aller à la plage avec elle. J’accepta et vers 14h30 nous y arrivâmes. Elle chercha un petit coin tranquille au soleil et étala sa serviette. Je fis de même, mais en me retournant, je constata qu’elle avait retiré le haut de son maillot deux pièces, dévoilant son oppulente poitrine dont les tétons étaient déjà dressés. Elle prit alors l’huile solaire et me demanda de lui en mettre dans le dos, ce que je fis doucement presque en la carressant; puis elle se mit sur le ventre et se mit elle même de l’huile sur la poitrine, faisant briller ses deux enormes mamelons aux soleil, les faisant rouler dans ses mains pratiquement glisser par l’huile dont ils étaient enduits. Elle le fit avec un érotisme toride, se carressant meme les tétons. Je n’en pouvais plus de ce spectacle, l’erection, qui tendait mon sexe eclatait presque les elastiques de mon maillot de bain; je cru que j’allais le faire, j’étais prêt à lui sauter dessus, à lui sucer ses seins, mais elle s’arrêta et je me repris. J’eus tout de même le besoin d’aller me branler dans un coin tranquille de la plage pour me calmer. Plus tard dans l’après midi, elle alla se baigner pour se rafraîchir et me demanda de l’accompagner. Une fois dans l’eau à la hauteur des boués, elle pretexta qu’elle avait senti quelque chose le long de sa jambe pour me sauter au coup et de nouveau me coller ses seins nu au visage ce qui provoqua une nouvelle erection que ma mère sentit, car elle alla jusqu’à se frotter contre moi; mais cela n’alla pas plus loin.

Nous rentrâmes alors à la maison prendre notre douche elle y alla la première et moi pendant ce temps je me reposais dans le salon en regardant la télè. Mais au bout d’un quart d’heure, elle m’appella et me demanda de venir dans la salle de bain, j’arrivai aussitot et la découvrit dans la baignoire nue, elle me demanda alors de lui apporter une serviette parce qu’elle n’en avait plus, pour sortir; ce qu’elle fit devant moi. Je decouvrit son corps complétement nu ruisselant de partout d’eau qui modelé son corps. Je lui donnai la serviette et restait là sans rien faire, elle se sécha devant moi, se tournant pour me montrer son cul magnifique qu’elle frottait langoureusement. Puis après s’être pratiquement carréssé le corps devant moi en se sechant, elle me dit que c’était à moi d’aller me laver.

Alors devant elle, je me mis nu, mon sexe tendu vers le plafond et alla dans la douche pendant qu’elle, toujours nue, se maquillait à peine devant la glace trop occupé à observer ce que je faisais. Je la matais alors comme un fou et n’en pouvant plus, me decidais à me branler dans la baignoire debout derriere la vitre opaque, jetant parfois un coup d’oeil rapide sur elle.

Elle le remarqua tout de suite et commenca à se toucher les fesses. Puis après une minute elle se retourna poussa la glace et me regardant continuer à me branler me dit :

— Tu ne veux pas que la cochonne que tu aimes épier le fasse pour toi mon minou ?

Je ne répondis rien, je fixais de nouveau ses gros seins pendant, alors elle monta alors dans la baignoire, se mit à genou devant moi et commenca une fellation dont je me souviendrais toute ma vie : elle prit ma queue dans sa bouche et me lécha tout d’abord doucement le gland. Puis, lors de ses mouvements de va et vient, elle fit rouler sa langue sur mon prépuce avalant les filets de jus pendant qu’avec son autre main elle me carressait les testicules. Moi je lui touchais les seins, et accentuer le geste en mettant ma main sur sa tête pour enfoncer ma verge au plus profond de cette bouche dont les lèvres douce frottaient sur mon sexe. Je ne me retins pas très longtemps car elle se débrouillait tellement bien. D’un côté elle me suçait en enfoncant ma queue tout au fond de ma gorge et de l’autre me branler rapidement entre deux prises en bouche mais essayait de retenir mon éjaculation précoce ce qui n’eut pas vraiment de succés car je lui éjacula violemment dans la bouche trois jets de sperme en criant :

— Avales ca salope vu que t’as l’air d’aprecier le sperme !

Elle aimait apparement ca puisqu’elle me nettoya le sexe à coup de langue.

Puis elle se leva devant moi, la douche chaude nous coulait dessus augmentant les effets des carresses. Elle se mit en face de moi, pris dans chacune de ses mains un sein qu’elle malaxait. Je me jeta alors sur sa poitrine et lui bouffait ses mamelons comme un fou, je les sucais carrément et avec ma main les pressais, les carressais; je passa mon autre main sur son corps tout d’abord sur ses fesses fermes puis entre ses fesses. J’aimais la taille de ses seins, leur douceur au toucher je les léchais de partout, je les rendi rouge par ses sucions prolongées, j’étais tellement excité que sous les incitations de ma mère à continuer mon erection revint rapidement.

Après cela je la fis s’étendre dans la baignoire sur le dos et moi sur elle je continuais à toucher ces ballons de plaisir que j’essayais presque d’avaler. Elle aimait beaucoup cela et je sentais monter en elle un orgasme qui la fit crier de plaisir, placant ses mains sur ma tête et criant :

— Oh oui petit vicieux tu me fais jouïr, continue !!!

Alors je descendi sur son corps en sueur, trempé et vibrant et commenca a lui lécher la chatte. Elle était très mouillé et encore plus que precedent à cause de l’orgasme. je lui écartai les lèvres utilisant ma langue comme substitue de sexe et avec ma langue je m’amusais avec son clitoris.

J’introduis ensuite un doigt dans ce sexe magnifique, ce qui la fit se trémoussé de plaisir. Puis au bout de 2 minutes de cuni intense elle jouït une main sur ma tête comme pour me pousser dans cet otrifice et l’autre accompagnant ma main pour peloter ses seins. Elle se leva alors, j’avais retrouvé une certaine solidité au niveau de mon sexe qui lui fit comprendre que j’avais envi de continuer. Je la suivi, m’entrainant dans sa chambre, face au grand lit conjugual où elle se coucha, les jambes écartées, me disant :

— Maintenant tu vas découvrir les vraies joies du sexe ! Tu vas me penetrer par tout les trous que tu veux et me faire ce que tu voudras, je te suis soumise !

Je ne savais par quoi commencer et m’avancant à 4 pattes sur le lit j’arriva jusqu’à elle et commenca à lui lécher le corps faisant suivre à ma langue les traits de ses formes arrondies pour arriver après ses seins où je m’attardai de nouveau à son visage et l’embrassa à pleine bouche roulant ma langue avec la sienne, mes mains parcourant et pelotant son corps de tout ces endroits, pendant qu’elle, avec sa main me prit le sexe et me branla un peu. Je lui dit qu’avant tout je voulais qu’elle me branle avec ses seins.

Je me mis alors au dessus d’elle, placant mon sexe entre ses deux globes qu’elle pressa sur celui ci. Nous étions tellement excité par la tension sexuelle qu’elle me criait des saloperies pendant que je lui répondais à mon tour des insanités comme : -Alors salope on couche avec d’autres mecs??

C’est pas bien ca Vicelarde !

Elle aimait cela et continuait sa branlette avec beaucoup de sensualités prenant parfois le bout de ma queue dans sa bouche et la sucant. Soudain, sentant l’orgasme venir je lui lachai tout sur ses 2 obus sur lesquelles elle étala le sperme et mit son doigt dans sa bouche pour le lécher avec un erotisme torride. C’était vraiment une salope, une obsedée sexuelle que je baisais et j’aimais ca car je l’aimais elle et tout chez elle : sa poitrine, son cul sa bouche et sa chatte. Elle n’était toujours pas fatiguée, couchée sur le lit elle se répandait tout mon sperme sur le corps allant même jusqu’a la chatte qui s’ouvrit devant moi.

Je voulu alors la prendre en levrette comme l’homme avec qui je l’avais surprise, elle se laissa faire écartant meme ses lévres pour laisser passer mon membre que je faisais rentrer dans toute sa longueur tout doucement jusqu’à l’extreme, poussant pour la penetrer du plus profond d’elle même. Je commenca alors un va et vient nos deux sexes se claquant dans un bruit qui m’excitait encore plus, frappant de plus en plus fort et tantot lui soutenait ses seins et les tripoter ou tantot lui faisait lécher mes doigts.

C’était bon, à la fois chaud et humide par toute la mouille qui s’y trouvait, elle se trémoussait doucement poussant de petits cris et parfois accelerait le rythme jusqu’à l’éjaculation. Puis au bout de 5 minutes j’éjacula littérallement dans sa chatte alors que presque en même temps elle eut un orgasme qui accentua notre plaisir. J’étais alors épuisé et tomba sur le lit, mais elle véritable nympho se leva et se mit sur moi. Elle me dit alors :

— je parie que tu préfère ca à tes vidéos mon chéri, dorenavant ma chatte et mes seins que tu aimes tant seront à ta disposition. Tu sais si j’ai trompé ton père, ca n’est pas parce que je ne l’aime plus, mais c’est parce qu’il ne comble plus mes desirs, il est tout le temps en voyage et ne me fait jamais jouïr. Mais maintenant que tu le remplaces si tu veux ca va changer.

Je te ferai tout connaître sur le sexe et toi tu me feras monter jusqu’au 7ème ciel autant que tu peux.

— Je suis d’accord ! lui repondis-je. mais j’impose les règles et tu es obligé d’accepter sinon...

— D’accord je serai ta petite salope.

Depuis ce temps, lors des voyages de mon père l’ambiance est beaucoup plus cool. Je dors avec ma mère le soir et nous baisons presque tout les jours, elle m’a d’ailleurs fait decouvrir la position du missionaire et m’a réellement appris à faire jouïr les femmes par le cuni et l’intromission de doigts, elle, de son cotê me sucait quand j’en avais envie. Mon kif lorsque j’étais avec elle c’était ses seins, en effet j’adorais sa poitrine du 100D qui m’excitait à chaque fois que je la voyais et que je pelotais au moindre instant. Ce qui était bien aussi c’était de pouvoir faire l’amour n’importe quand et n’importe où car c’est vraiment une vraie obsedée qui aime baiser; j’ai decouvert des photos erotiques d’elles mais aussi hardcore prises avec mon père ou avec d’autres hommes (certains que je connaissais d’ailleurs).

Mais le mieux c’est qu’elle a vraiment beaucoup de matos pour assouvir tout nos fantasmes. L’ambiance est plus libre aussi; maintenant, elle se plaît à se balader toute nue dans la maison et moi aussi d’ailleurs. Un jour que j’allais sur le net, elle me surprit sur un site de cul où apparaissait une femme habillé de cuir se faisant sodomiser. Elle tourna alors le dos et s’en alla vers sa chambre. je continuais à regarder ces images quand tout à coup ma mère revint. Elle était habillé d’une combinaison de cuir comme sur la photo, qui moulait ses formes genereuses, en particulier la poitrine découverte soutenue par le dessus. Puis elle s’enfuit de nouveau dans la chambre en me lancant un regard torride. Je monta alors les escaliers pour la suivre, avec une sacrée erection et je la decouvris à quatre pattes sur le lit ecartant ses fesses avec un doigt qui jouer avec son anus et me lancant :

— mon chéri si tu veux decouvrir les joies de la sodomie viens voir ta mère plutot que ces sites X! allez viens me mettre ta grosse bite dans le cul! je suis sur que tu en as envie !! et n’hésite pas, défonce moi, j’aime ca! Vas y petit salaud encules moi comme jamais!!’ Je n’hésita pas, je m’approcha de ma salope de mère, commenca avec mes mains à lui écarter ses belles fesses rondes, et lui lécha avec ma langue tendu comme un dard son petit trou pour l’humidifier et y introduit d’abord delicatement un doigt puis deux. En même temps, je me deshabillais, sorti en premier ma bite avec difficulté tellement elle était bandée et d’un coup sec je lui défonca l’anus en la pénétrant ce qui la fit crier, puis je lui labourais les fesses à grands coup de butoir, posant parfois mon ventre sur son dos pour la carresser, la peloter et surtout lui faire sucer mon doigt. C’était encore une fois incroyablement bon, j’adorais ce trou chaud et reserré sur ma queue. Je la sodomiser avec force comme elle me l’avait demandé, elle aussi aimait ca.

Elle me criait : ’j’aime ta queue mon bébé! défonce moi je suis ta salope, vas y!’ je suivais ses relances et au bout de quelques temps, sentant l’éjaculation montée en moi, je la retourna et lui éjacula à la face. Puis elle me nettoya le sexe à coup de langue se repandant le sperme sur son corps. Vu qu’elle en voulait encore après s’être caressés mutuellement, elle me plaqua sur le dos et monta sur moi. Elle empala pratiquement sa chatte sur ma queue d’un coup, d’abord doucement, puis par ses mouvements l’enfoncait avec une violence et une grande rapidité s’appuyant parfois pour ne pas perdre l’équilibre. Parfois elle se baissait comme pour se reposer sur moi en posant ses mammelons pendant, sur mon visage. Je les introduisais un à un dans la bouche que j’introduisais au maximum dans ma bouche et les lécher à grands coups de langue avant de les malaxer. J’adorais cette sensation du cuir sur la peau et elle aussi car elle se touchait de partout, faisant courir ses mains sur son corps pour s’exciter. Lorsque son second orgasme vint, après mon éjaculation qui vidait définitivement mes couilles pour la journée, elle s’affala sur moi poussant un long cris de jouissance, me remerciant de ce plaisir en m’embrassant à pleine langue.

Si Vous Voulez me faire part d’impressions sur cette histoire incesticide2001@caramail.com

Membre XStorySnap du jour
Flamme -
Suiveur -
Snap
Chatter avec
Webcam XStory du moment
Regarder