Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 5 218 fois
  • 47 J'aime
  • 5 Commentaires

Mémoires d'un ex-puceau devenu libertin

Chapitre 3

Trash

Les années passent ; j’ai vingt-deux ans, un excellent boulot ; mais je vis toujours chez ma mère... Andrée a pris sa place dans ma vie. On a toujours des après-midi de baise intense mais ça ne m’empêche pas d’aller voir ailleurs avec son accord. Une seule condition : je dois tout lui raconter.


Elle a pris l’habitude de rabattre vers moi – « pour me marier dit-elle belle excuse ! » des jeunes filles, filles d’amies ou de connaissances. Elles ont mon âge ou souvent plus jeunes mais toujours majeures. Elle s’arrange pour qu’elles deviennent, comme moi je le suis avec elle, leur confidente. C’est une mine pour moi, car avant que je fasse quoi que ce soit, je sais par Andrée si je leur plais. Dans ce cas, je pars à l’attaque et je m’arrange pour, qu’avec son aide, elles finissent dans mon lit assez rapidement. Elle sait très bien les convaincre !


C’est comme ça que j’ai eu le plaisir de dépuceler une fille de mon âge que j’ai initiée aux plaisirs de l’amour et qui est devenue une fieffée coquine. Elle est devenue par la suite la femme d’un riche héritier d’un empire industriel. Le moins qu’on puisse dire c’est qu’il ne doit pas s’ennuyer avec elle. Elle est la championne de toutes les partouses de la région… Elle ne m’a pas oublié et, de temps en temps, elle veut que je la baise comme au bon vieux temps !


D’autres fois c’est moi qui les trouve. J’ai pris de l’assurance et je ne suis plus le jeune homme timoré que j’étais avant qu’André me dépucelle. Mon travail me facilite la tâche car je suis au contact permanent avec des jeunes femmes, souvent célibataires, avec qui, travail oblige, je dois discuter pour comprendre le problème qu’elles ont avec leur machine mécanographique.


Jusqu’au jour où Andrée me fit connaitre sa meilleure copine du moment, une belle femme brune de son âge, trente-huit ans. Mariée, sans enfants, elle s’ennuyait à la maison – son mari souvent en voyage - et avait trouvé Andrée à son goût. Oui ! Vous avez bien entendu : à son goût…


J’appris alors avec stupeur que ma douce, mère de mon meilleur copain, était bi. Elle me fit connaitre cette femme, Denise, lors d’un après-midi où elle l’avait invitée à prendre le café.

Elle était magnifique. Brune élancée, avec de profonds yeux verts, il émanait d’elle un charisme évident.

D’emblée je m’aperçus que je lui plaisais. Les présentations firent en sorte qu’il n’y eut aucune équivoque. C’est Andrée qui les fit.


— Marc mon amant, Denise mon amante dit-elle en embrassant sur les lèvres sa maitresse et en me mettant la main au panier. J’ai beaucoup parlé de toi à Denise. Je l’ai appâtée avec tes talents et elle aimerait beaucoup qu’on fasse l’amour ensemble. Elle est bi comme moi.


A cette annonce, je sens mon sexe gonfler dans mon caleçon.


— C’est moi qui te fait cet effet ! dit Denise en riant.

— Tu es très belle et je suis sûr que, si tu le veux bien et avec l’accord d’Andrée, je n’aurais aucun mal à vous faire l’amour à toutes les deux. Mon plus grand plaisir serait de vous faire hurler toutes les deux.

— Tu n’es pas un peu présomptueux ? rétorque Denise.

— Il ne tient qu’à toi d’essayer et de juger, direction la chambre !


En un tour de main elles se retrouvent nues au pied du lit. En guise de hors d’œuvre, elles se gouinent devant moi. C’est la première fois que j’assiste à un tel ballet de deux femmes en chaleur.

J’ai hâte de les rejoindre. Je me déshabille en quatrième vitesse, la queue bien raide. En position de soixante-neuf, elles se gougnotent allégrement. C’est Denise qui est au-dessus.

Je m’approche d’elle et je m’enfile dans son con déjà accueillant. Elle pousse un petit cri. Elle a l’air d’apprécier. Je n’ai aucun mal à atteindre les tréfonds de son antre tellement elle mouille suite au travail qu’effectue la langue d’Andrée sur son clitoris.


Je teste pour savoir si elle apprécie la sodomie en tentant une dilatation de son anus avec mon pouce. Elle ne bronche pas. Je sens que d’emblée je vais lui faire la totale. Je me retire de sa chatte et tente la pénétration anale. Elle a l’habitude car elle pousse pour libérer ses sphincters et faciliter l’intromission.


J’ai la surprise de sentir la bouche d’Andrée qui humecte ma verge avant qu’elle fasse son entrée triomphale dans le cul de Denise. Une poussée et je me retrouve à fond dans son rectum. Elle manifeste son contentement en réagissant de manière triviale :


— Oh putain que ça fait du bien de sentir une queue dans son cul. Ce n’est pas mon mari qui me baiserait comme ça. Oh ma chérie tu as trouvé le bon filon. Tu me le prêteras ?

— C’est à lui qu’il faut le demander. Il est libre ! Tu en penses quoi Marc ?

— Je pense que je me déciderais quand Denise m’aura montré qu’elle est une bonne baiseuse. En attendant je fais lui défoncer la rondelle. Tu es d’accord petite salope ? Quand elle sera bien éclatée je viendrai finir dans ta bouche. J’espère que tu t’es fait un lavement sinon tu vas bouffer ta merde.


Elle n’a pas le loisir de répondre car à partir de cet instant je ne lui laisse pas le temps de respirer. Je lui déglingue le fondement à la vitesse d’un marteau piqueur en m’accrochant de mes deux mains à ses seins qui pendent.

Je la fais crier d’autant qu’Andrée lui tête le clitoris ou lui bouffe la chatte quand elle n’est pas occupée à me prendre dans sa gorge quand je sors du cul de Denise.

Je la fais jouir trois fois quand, sentant monter la sève en moi, je me précipite devant elle. Elle a compris, ouvre la bouche pour que je m’enfile au fond de sa gorge. Elle hoquète, déglutit et avale mon gland qui crache son venin dans son œsophage.

Je crois que je vais accepter son invitation à lui rendre visite. Andrée ne s’y opposera pas. En plus, comme son mari n’est pas là je pourrai rester la nuit. Si elle a l’intention de dormir je crois qu’elle se trompe lourdement. Vu son physique il m’étonnerait que je n’aie pas envie de la sauter toute la nuit.


— Et bien ça alors jamais personne ne m’avait aussi bien enculée. J’ai hâte de t’avoir dans mon lit si tu es décidé.

— C’est d’accord ! Demain soir c’est OK pour la nuit ? Tu te joins à nous Andrée ?

— Non mon chéri, demain je ne peux pas, une soirée récréative à l’usine de mon mari.

— J’ai hâte de passer la nuit avec toi mon bel amant. On va se faire une soirée amoureuse coquine dont tu te souviendras longtemps ! répond Denise. Mais je ne dis pas non à une partie à trois plus tard… ajoute-t-elle d’un air égrillard.


Pour ponctuer cet accord, c’est à Andrée que je fais l’amour quelques minutes plus tard, ragaillardi par cet échange. Je la prends en missionnaire pendant que Denise lui bouffe les tétons. Elle ne tarde pas à partir dans un orgasme puissant.


Je n’ai pas fini. Je me retire alors de sa chatte et je réattaque le cul de Denise. Cette fois-ci je lui fais le coup : une bite dans le cul, une bite dans le con. Elle beugle que c’est trop bon. Quand elle a bien joui je vais finir dans la bouche d’Andrée qui me pompe avec ardeur afin d’extraire tout mon jus de couilles.


Fin d’après-midi sublime !

J’embrasse mes deux amoureuses - Denise me donne son adresse dans le seizième arrondissement de Paris et me dit qu’elle m’attend pour dix-neuf heures – et je rentre chez moi.

Le lendemain matin je passe en coup de vent chez Andrée. J’ai besoin d’un conseil. C’est la première fois que je vais passer la nuit avec une femme du même âge que ma douce. J’ai cru déceler de la soumission chez Denise et j’aimerai m’assurer qu’en la matant je suis bien sur la bonne voie.


— Tu as tout à fait raison mon chéri. C’est une soumise et tu dois la traiter comme telle. Fais-lui faire les pires choses et elle t’obéira j’en suis sûre. Je peux te dire, car je l’ai fait, que tu peux lui martyriser les seins ou la fesser, voire la fouetter. Elle adore ça. Ce sera une première pour toi. Je suis sûre aussi que tu pourras la livrer à d’autres hommes ou femmes. Sache simplement qu’il faudra que tu sois toujours là pour éviter les débordements.


Je quitte l’appartement perplexe. Ce sera une nouveauté pour moi.

Diffuse en direct !
Regarder son live