Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Lue 6 450 fois
  • 29 J'aime
  • 0 Commentaire

Où me menera mon exhibition

Chapitre 1

Avec plusieurs hommes

Ou me mènera mon exhibition


Il m’apparaissait plus qu’évident que quelque chose allait survenir de cette après midi où pour la première fois depuis que j’étais mariée soit : 24 ans, je me suis surprise à répondre de cette façon à un regard aussi appuyé qu’effronté.


J’étais attablé à une terrasse avec Denis mon mari. Profitant du soleil nous étions à siroter un verre en regardant les gens passer devant nous et en discutant de tous et de rien. Tout en discutant, mon mari me fit remarquer qu’en face de nous, se trouvait l’homme que nous avions croisé dans le corridor de l’hôtel en sortant de notre chambre. Selon mon mari cet homme ne faisait que regarder en notre direction, surtout disais t’il en ma direction. Je lui faisais remarqué de mon côté qu’en ce bel après midi ensoleillé, ce monsieur avait bien d’autres dames plus jeunes et plus jolies à admirer sur cette terrasse. Il me dit être d’accord sur le fait qu’il se trouvait ici plusieurs jolies jeunes femmes mais comme à son habitude il considérait que j’étais certainement la plus belle et la plus sexy et qu’à mon age je n’avais rien à envier à ces jeunes beautés.


Tout à notre conversation j’avais oublier l’homme en face mais mon mari me rappela sa présence en me demandant pour prouver ses dires, de vérifier moi-même afin de constater comment il disait vrai. Je n’osais pourtant pas de peur d’être surprise par celui qui selon mon mari m’épiait. Cependant, devant l’insistance de mon compagnon, je tournais un peu la tête vers la table de ce monsieur et effectivement il me regardait. Je m’aperçu que son attention se portait tantôt vers mon visage, tantôt sans gène beaucoup plus bas. Au moment où je m’aperçus qu’il lorgnait de dessous la table, il releva la tête et nos regards se croisèrent.


Dans un geste à peine perceptible, il me fit un signe de la tête et lentement comme pour me le faire voir, son regard repris la direction de mes jambes. Mon mari qui aime quand je m’habille de vêtements sexy avait été heureux de mon choix de porter une jupe cette journée là. De toute évidence, il n’était pas le seul. Pour faire plaisir à mon mari et pour mieux profiter de la chaleur j’avais en effet enfilé une jupe pas spécialement courte, elle m’arrivait au dessus des genoux et une chemisette assortie. Sous ma jupe, comme à mon habitude un string de couleur saumon comme mon soutien gorge qu’on devinait au travers mon chemisier légèrement transparent.



Je le trouvait un peu effronté et j’allais en faire part à mon mari quand soudain il me regarda à nouveau et discrètement en ouvrant les mains je compris qu’il me demandait d’ouvrir les jambes. J’étais abasourdi de son audace mais je ne sais ce qu’il me prit, j’obéissais à sa demande. Gênée de ma hardiesse, je n’osais plus le regarder et retournais rapidement à ma conversation avec Denis. Malgré que je sois un peu honteuse, je n’ai pas refermé les jambes et au contraire les ouvrit un peu plus. J’avais tout à coup très chaud et mon mari s’en aperçu et me demandait si tout allait bien et si j’avais besoin de quoi que ce sois. Comme cela m’arrive quelquefois depuis que j’ai commencer ma pré ménopause, je lui expliquait que j’avais comme un coup de chaleur et que j’allais me rafraîchir un peu à la salle de toilette et que tout irait bien ensuite.


En me levant, tout à mon audace, je ne me reconnaissais plus, je déplaçais ma jambe gauche sans faire suivre la droite ce qui fit remonter ma jupe et donnait une vue imprenable sur ma culotte. Mon voisin de table n’en manquait pas une miette et me le fit savoir d’un nouveau regard. Je me levais, tirais un peu sur ma jupe et me dirigeais vers la salle de toilette. J’avais les jambes en coton mais j’essayais de ne pas le faire voir en prenant une démarche assurée.


Arrivée à la toilette, je refermais vite la porte pour enfin reprendre mes esprits. J’avais très chaud et je m’aperçu que j’étais dans un tel état d’excitation que ma culotte était toute trempée. Pour vérifier jusqu’à quel point elle l’était, je touchais du bout des doigts et ce simple geste me donna une décharge électrique et je ne pus m’empêcher de me caresser un peu. Je ne pouvais pourtant rester trop longtemps Denis aurait tôt fait de s’inquiéter et de me rejoindre. Mais j’étais tout aussi exciter qu’à mon arrivée et je ne sais pourquoi je décidais d’enlever ma culotte et de la mettre dans mon sac.


Arrivée à ma table Denis qui ne me trouvait pas meilleure mine me demanda si je voulais rentrer à la chambre. Je lui fis savoir qu’au contraire je me sentais parfaitement bien et que je reprendrais bien un autre verre. Soulagé, mon mari s’empressa de me commander un verre de vin blanc. En sortant de la salle de toilette j’avais bien remarquée que notre voisin de table était toujours là. Sans me l’avouer, j’en étais bien heureuse et encore plus excitée. Je décidais donc de continuer de jouer le jeu et reprenait la même position.



Pendant que Denis s’occupait de payer les consommations, j’ouvris les jambes non sans regarder discrètement la réaction de mon voyeur. Celui-ci ne tarda pas à reluquer mon entrejambe croyant revoir les fines dentelles de ma culotte. Il releva la tête comme ne pouvant pas croire ce qu’il voyait.

Rabaissant le regard, il semblait scruter sous ma jupe pour se confirmer ce qu’il avait vue. Je me sentais à ce moment là inondé. Il fallait bien m’avouer que j’aimais bien cette sensation nouvelle que me procuraient mon exhibition et cette excitation d’être ainsi épié. Probablement en raison de mon propre culot, à la vue de ma chatte qui je dois le préciser est toujours parfaitement épilée, mon voyeur pris de l’assurance et se caressait par dessus son pantalon, ce qui ne fit qu’augmenter mon trouble.


Je fermais et rouvrais les jambes chaque fois un peu plus pour ensuite les refermer quand même un peu. J’avais à ce moment là la main sur la cuisse de mon mari et sans trop m’en rendre compte je me suis mise à le caresser du bout des doigts. Je me permis même de relever le bord de ma jupe jusqu’à ce que du bout des doigts je pu constaté l’humidité de mon entre jambe.


Mon mari à ce moment me fit remarquer que notre voisin de table avait l’air de bien aimer le spectacle que je lui faisais, évidemment lui aussi avait tous remarquer. Il me pris la main et la mis franchement sur son pénis et me dit voit qu’elle effet tu me fait aussi. Il était dur, sa queue lui déformait le devant de son jeans, comme j’aimais. Mon mari est très bien pourvu par la nature et moi j’apprécie beaucoup son gros membre. Encore plus excitée, je pris la culotte dans mon sac et la déposait sur la table en lui disant qu’effectivement notre voisin appréciait le spectacle. Tout de suite mon mari alla vérifier sous ma jupe et me trouva toute trempée et me le fit remarquer en me traitant de petite salope.


Depuis le temps que je te le demande me dit-il, tu acceptes enfin de t’exhiber. Je lui dis que j’aimais bien et que cela m’excitait énormément et que j’étais à ce point mouillée que j’avais peur que ma mouille ne coule sur ma jupe. Il me recommanda alors de m’asseoir les fesses directement sur la chaise en relevant le derrière de ma jupe. Celle-ci était assez ample pour le permettre sans que le devant ne remonte trop, alors je le fis mais c’était à la limite de l’indécence. La sensation du siège de la chaise sur mes fesses décuplait mon excitation.



Lui aussi était très excité et je ne parle pas de notre voisin qui ne se gênait plus du tout voyant bien que mon mari était au courant de mes agissements. Mon mari me caressait l’intérieur de la cuisse et au même moment le serveur déposa une carafe de vin blanc sur notre table en nous disant que ça venait de la table à coté.


Je précisais qu’on ne pouvait accepter en lui disant que notre voisin pouvait s’imaginer ainsi pouvoir aller plus loin que ce que je lui offrais en ce moment et dans un réflexe de pudeur je refermais les jambes coinçant la main de mon mari entre mes deux cuisses et en lui signifiant que le jeu était terminé. En tirant doucement sur ma cuisse, mon mari me demanda alors si j’avais vraiment envie d’arrêter, pour toute réponse, je rouvris les jambes. Encouragé, mon mari fit signe de sa main libre à notre inconnue pour le remercier. Celui-ci prenant cela pour une invitation vint nous saluer en nous demandant si il pouvait se joindre a nous. Sans me demander mon avis mon mari lui offrit la chaise à ma droite.


Sans plus attendre Francis, c’est son nom pris place avec nous, me salua en me prenant la main et se présenta à nous. En s’adressant plus particulièrement à Denis, il lui précisa qu’il était choyé d’avoir une aussi belle femme. Mon mari le remercia non sans lui préciser que j’avais aussi des charmes cachés qu’il avait assurément eu le bonheur d’entrevoir. Francis acquiesça en hochant de la tête et ajouta que si ce qu’il avait entrevue trop rapidement à son goût était à l’image du reste, il ne doutait pas du tout de mes charmes, mêmes de ceux cachés. Je me sentis rougir et mon mari, prenant Francis à témoin me dit d’un ton taquin que le rouge m’allait très bien.


En me disant cela, Denis soulevant un peu le coté de ma jupe, fit remarquer à Francis qu’une partie de mes charmes était sans obstacle, déposée directement sur mon siège. Du fait de ma position, j’avais toujours les jambes ouvertes, Francis avait une vu imprenable et de très prêt sur une partie de mes fesses mais aussi sur mon entrejambe et ma chatte de plus en plus humide. Un peu surpris par le geste de mon mari, Francis ne pu retenir son émoi en s’exclamant qu’en plus d’être très joli, tous cela avait l’air extrêmement doux.



Mon mari lui répondit qu’en effet il ne saurait si bien dire puisqu’à sa connaissance, pas beaucoup de femme avait la peau aussi douce que moi. Un peu gênée par ses propos flatteurs, je traitais mon mari de charmeur invétéré et lui demandais de ne pas exagérer. Il me dit alors qu’il n’exagérait pas, que j’avais la peau douce comme un bébé et demanda à Francis de vérifier pour voir qui de nous deux avait raison. À ce moment là, je savais qu’un pas décisif venait d’être franchit mais je ne savais pas encore ou tout ça nous mènerait.


La suite après ma séance de masturbation. Vous raconter tout cela, notre aventure qui s’est réellement passé ma terriblement excitée.


Hélène

Diffuse en direct !
Regarder son live