Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 6 678 fois
  • 49 J'aime
  • 2 Commentaires

Un mensonge dur à avaler

Chapitre 1

Erotique
49
5

J’étais assis dans à mon bureau quand soudain Éric est venu frapper à ma porte :


— J’y vais patron !

— On n’a toujours rien sur cette affaire de trafic de drogue au port de Sète ?


Depuis quelque temps, moi et mes gars enquêtons sur un trafic et je suis persuadé que Rico Martinez, alias l’un des plus grands truands de cette foutue ville n’est pas étranger à cette affaire.


— Hélas, la seule source que nous avons c’est Rebecca Fox mais elle est introuvable...

— Tu ne pars pas sans raison, si tu ne te reproches rien !


Rebecca Fox était connue dans toute la ville pour ses spectacles en tant que stripteaseuse au « Mambo club » et elle fréquentait aussi les mauvais garçons dont Rico.


— Bon, bonne soirée Éric, t’a prévu quoi ?

— Je vais au Plaza avec ma copine, j’ai réservé un mois à l’avance !

— Ah ouais ? C’est super ! Y a une raison particulière ?

— Tu plaisantes j’espère ?


Un silence se crée ne comprenant pas à quoi Eric faisait allusion.


— On est le quatorze février !


Je réalise la boulette que je viens de commettre...


— Oh merde !!


En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

J’attrape mes affaires à toute vitesse, fonce dans ma voiture espérant à tout prix trouver un fleuriste ouvert à cette heure-ci.

Après avoir fait tous les fleuristes de la ville, j’arrive à la maison avec mon bouquet de roses rouges.


— Bébé, je suis rentré!


Pas un bruit, les lumières éteintes. Je me dirige vers le salon, pose le bouquet sur le bar et trouve un post-it avec écrit :


— Bonsoir chéri, tu as exactement une minute pour me trouver dans la maison, si tu veux ton cadeau. P.S : Tu n’as qu’à suivre les indices au sol.


J’allume le couloir et découvre un jean, je continue à avancer et trouve une chemise et enfin j’arrive à l’entrée de notre chambre, je trouve son soutien-gorge noir et son string rouge légèrement humide. Je franchis la porte mais le lit est vide...

N’ayant pas le temps de comprendre, je suis plaqué sur le lit et menotté de force.


— C’est quoi ce bordel ?


A ce moment, je suis tourné sur le dos et je découvre ma surprise.


— Monsieur, vous êtes en état d’arrestation car vous êtes trop sexy, tout ce que vous direz pourra vous retirer des privilèges !


Je n’en revenais pas, ma copine Eva s’est déguisée en policière sexy. Elle porte de longs bas résille, un short en jean déchiré et elle porte ma veste de policier avec la fermeture éclair ouverte à moitié, m’offrant une délicieuse vue sur sa belle et généreuse poitrine.

Cela fait à peu près sept mois que nous vivons ensemble, vous pensez sûrement que je l’ai sauvé lors d’une prise d’otage, qu’elle est tombée amoureuse de moi, que ce fut réciproque et que quelques semaines plus tard commençait une belle et grande histoire d’amour. Eh bien, vous avez raison. Je sais c’est très chevaleresque.

Eva est mannequin et je n’aurais jamais pensé le contraire, c’est une belle Italienne d’un mètre quatre-vingt avec une longue crinière noire, beaux cheveux ondulés, des yeux bleus magnifiques et un corps... n’en parlons même pas. Une poitrine dotée d’un bon quatre-vingt-quinze D et un fessier bombé et imposant qui attire le regard mais je m’en fiche car je sais que c’est ma copine !


— Je suis innocent Madame l’agent !


Elle prend son chewing-gum, le colle sur mon front.


— On va voir ça !


Elle me met debout contre le mur et commence à me déshabiller.


— Vous comprendrez que je dois examiner le niveau de sex-appeal.

— Je vous en prie Madame l’agent !


Elle commence à me caresser le torse et les abdominaux avec ses mains froides, mes tétons pointent.


— Je vous fais de l’effet Monsieur Mendes ?

— Toujours, vous le savez.


Elle déboutonne mon pantalon, et enlève en même temps mon caleçon.


— Oups, que je suis maladroite...


Elle me met des petites fessées puis m’allonge sur le lit, ma bite est raide, dure et veineuse.


— Cela vous intéresse de savoir ce que je porte en dessous ?

— Oh que oui !

— Dites-moi que vous êtes un vilain garçon et vous aurez votre récompense.

— Je suis un vilain, un très vilain garçon !


Elle commence à se déshabiller, je redécouvre avec un plaisir non dissimulé son corps dans le plus simple appareil.

Elle se colle à moi et me murmure à l’oreille :


— Laissez-vous faire !


Sa bouche vient se coller à la mienne, elle m’embrasse langoureusement puis descend sur mon torse tandis que ses gros seins frôlent mon entrejambe ce qui me procure une profonde excitation.

Sans se faire prier, Eva entame une branlette espagnole et mon gros pénis disparaît dans sa majestueuse poitrine qu’elle serre et agite de bas en haut.


— Oh oui, c’est trop bien !

— Tais-toi !


Je m’exécute et prends mon plaisir en silence.


Eva s’allonge le lit et écarte gracieusement ses longues gambettes et je me retrouve nez à nez face à son doux vagin tout intégralement rasé que je lèche en profondeur. Ce cunnilingus offre un plaisir inestimable à ma copine qui me tient la tête en poussant des gémissements intenses.


— Hmmm oui, vas-y. Ne t’arrête pas !


Ensuite elle entame la fameuse fellation et j’aime ma copine car elle est l’une des rares à réussir à rentrer les vingt-trois centimètres de ma grosse et longue matraque intégralement dans la bouche. Les bruits qui viennent de sa bouche m’excitent tellement !


— Glll Glll.

— Allez détache moi que je m’occupe de toi !

— Et le mot magique ?

— S’il te plaît...


Elle me détache et je l’attrape directement en la serrant contre moi


— Tu t’es bien amusée ?


Elle m’embrasse.


— Oh que oui !


Je l’allonge sur le dos et je commence de suite à la sodomiser, je l’attrape par les hanches et enfonce mon arme dans son étui, les allers-retours sont de plus en plus rapides et puissants, j’enchaîne par une bonne levrette des familles en agrippant ses majestueux seins qui se balancent au rythme de mes pénétrations et pour finir, ma chérie s’empale sur mon phallus en position du missionnaire avant qu’elle et moi lâchions la sauce.

Eva s’écroule à mes côtés, épuisée.


— Joyeuse St valentin mon chéri !

— Joyeuse St valentin mon amour !


Nous nous endormons collés l’un à l’autre.


Lendemain matin


Alerté par la sonnerie de mon téléphone et la tête dans le cul, je me lève sans réveiller Eva et me dirige vers la cuisine.


— Ouais allô?

— Bah alors Chef ? Cela fait une demi-heure que j’essaye de te joindre !

— Oui désolé, j’ai eu une nuit agitée. Qu’est-ce qu’il y a ?

— On a réussi à la trouver !

— Qui ça ?

— A ton avis ? Rebecca fox !

— Nan, sérieux ? Et elle est où ?

— Elle t’attend tranquillement en salle d’interrogatoire.

— OK ne bouge pas, j’arrive tout de suite !


En me retournant, je me cogne contre Eva que j’ai réveillée.


— Oh pardonne-moi mon amour, mais on a enfin la possibilité d’avancer sur cette enquête grâce à Rebecca Fox !

— La stripteaseuse ?

— En personne !

— Je n’ai entendu que des choses néfastes à son sujet !

— Ne t’inquiète pas, je sais me défendre.


Bisous mon cœur, je t’aime.


J’attrape mon manteau et fonce dans ma voiture direction le commissariat.

Membre XStorySnap du jour
Flamme -
Suiveur -
Snap
Chatter avec
Webcam XStory du moment
Regarder