Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 63 337 fois
  • 97 J'aime
  • 2 Commentaires

La mère d'un copain de Foot

Chapitre 1

Hétéro
97
5

J’ai toujours été attiré par les femmes plus âgées que moi, même si je flirtais souvent avec des plus jeune. A cette époque je jouais au football et la femme du président du club était aussi la mère de mon meilleur copain. Elle est vite devenue un fantasme pour moi et il m’arrivait souvent de m’endormir le soir en pensant à elle. Dominique c’est son nom avait 45 ans, pas très jolie mais avec des formes très excitantes une bonne paire de seins (90C) un cul bien rebondi et de longues jambes. Malheureusement j’étais très timide, souvent dans les bals que le club organisait, elle m’invitait durant les slows et j’avais du mal a dissimuler une bosse naissante et apparemment ça la faisait sourire mais bon je pensais que ça resterait un fantasme...... Pourtant un jour, je devais aller chercher mon copain Sébastien chez lui afin d’aller à la piscine, j’arrive donc chez lui et c’est sa mère qui m’ouvre, elle était vêtue d’une minijupe et d’un chemisier assez transparent qui me dévoilait ses formes : ’ Bonjour, je viens chercher Sébastien pour aller à la piscine ’. Elle pris un air étonné : ’ Il ne t’a pas prévenu ? Il est parti pour la journée chez sa grand-mère ’. J’avais du mal à la regarder dans les yeux et je commençais à rougir : ’ bon tant pis je vais y aller. ’ ’ Mais non reste boire un verre, tu n’as pas fait tout ce chemin pour rien ’. J’acceptais vu la chaleur ! Son appartement était très coquet faut dire ils avaient les moyens le mari était cadre dans une grosse boite et elle était responsable dans un service hospitalier. Tout en buvant nos verres (jus d’orange) nous discutions des études, du travail, du foot ...Et on en vint au dernier bal : ’ Tu as aimé danser avec moi ’ me demanda-t-elle, très gêné je répondais : ’ oui, vu ma timidité j’ai du mal a inviter les filles a danser et heureusement vous êtes là. ’. Dominique : ’ j’ai remarqué ta timidité mais j’ai aussi senti que je te faisais de l’effet, qu’est-ce qui te plaît en moi ? ’. Je devenais rouge pivoine et regardant ma montre : ’ bon je vais y aller ’. Avec un ton beaucoup plus sensuel elle me répondit : ’ Non restes, je suis seule pour un bon moment et tu n’as pas répondu à ma question ’. Il était trop tard pour reculer et après tout c’est elle qui avait fait le premier pas : ’ben tout me plaît en vous vos seins, vos fesses, vos jambes il m’arrive souvent de me branler en pensant à vous ’. ’Je suis très flattée qu’un beau jeune homme comme toi se masturbe en pensant à une vieille comme moi ’. Tout en disant cela elle se lève s’approche de sa chaîne hi-fi et met un CD des meilleurs slows des années 80 puis elle revient vers moi et me demande de venir danser avec elle, je m’exécute. A la différence des slows que nous avions déjà dansés ensemble celui-ci était beaucoup plus serré de plus elle me tenait par les fesses et me les caressait elle me dit à l’oreille : ’descends tes mains sur mes fesses ’ j’hésitais et c’est elle-même qui plaqua mes mains sur son magnifique cul j’avais ma queue qui me faisait mal tellement je bandais et elle se frottait de plus en plus à moi, j’avais le cœur qui battait à 100K/h. Elle commençait à m’embrasser dans le cou ce qui me rendis plus confiant. Du coup je lui caressais ses fesses dont j’avais tant rêver au travers de sa jupe, je sentais son slip et elle se dandinait. Je descendais ensuite mes mains sur le derrière de ses cuisses elle ne portait pas de bas il faut dire qu’elle était déjà très bronzée, quel délice de caresser une peau aussi douce, je remontais lentement mes mains sous sa jupe pour revenir sur ses fesses en passant sous son slip en coton : ’hum ! Me murmurait-elle c’est bon ce que tu me fais ’ il faut dire que je lui malaxais les fesses dans tous les sens. Elle n’avait pas perdu son temps et elle avait glissé ses mains entre mon tee-shirt et mon short et elle aussi me tripotaient les fesses, ce qui décuplaient mon érection. Excité comme jamais je la plaquais contre le mur le plus proche en l’embrassant fougueusement, nos langues se mêlaient avec une vitesse jamais atteinte nous nous bavions presque dessus, d’un seul coup je lui déboutonnais son chemisier en faisant sauter ses boutons, ses seins avaient l’air comprimées dans son soutien-gorge je le dégrafais enfin je pouvais voir et surtout toucher l’objet de mes désirs, je les malaxais dans tous les sens, les embrassais, je mordillais ses gros tétons, les pinçais ’vas-y continu c’est bon, hum ! Je vais jouir ’ elle n’avait pas fini sa phrase que son premier orgasme intervenait. J’étais fier et je l’embrassais à nouveau sur la bouche tout en faisant tomber sa jupe et recommencer mes caresses sur ses fesses puis je descendais en l’embrassant, m’attardant sur son nombril des frissons la parcouraient. J’arrivais à son slip, je lui caressais son sexe au travers du coton que je sentais déjà bien trempé des petits sons rauques sortaient de sa bouche je décidais de lui ôter son slip et lui léchais sa chatte. Je commençais par lui titiller sa perle en lui suçant son clitoris, elle devenait folle appuyant ma tête contre son sexe je la sentais proche de l’orgasme....J’introduisais directement 2 doigts dans son vagin et commençais un va et viens elle écartait les cuisses pour me faciliter le passage, ces jambes tremblaient elle hurlait son plaisir : ’Ouiiiii ! ! ! Vas-y continu je viens ’ j’accélérais la cadence et au bout de peu de temps elle eut son deuxième orgasme et je du la retenir pour ne pas qu’elle tombe. Elle repris très vite ces esprits et me dit : ’Pour un débutant tu sais t y prendre ca fait longtemps que je n’ai pas joui comme ça, je vais te récompenser toi aussi tu vas prendre ton pieds ’ et elle me relève ’tu as déjà été sucé ? ’ ’ Non ! Et je suis même puceau ’ ’puceau ! ! ’ Elle paraissait encore plus excité à l’idée de donner du plaisir à un puceau et elle m’embrassât goulûment puis retirât mon tee-shirt. Elle se mit à me caresser le corps en commençant par mon torse et en descendant très rapidement au niveau de mon sexe au travers de mon short ’hum tu bandes comme un taureau mon salaud ’ elle glissât sa main dans mon slip en commençant une légère masturbation j’ai eu l’impression que mon sexe allait exploser. Elle fait descendre mon short et mon slip et engloutie totalement mon sexe dans sa bouche, elle joue avec mon gland en crachant dessus de temps en temps c’est vraiment l’extase c’est une vraie chienne elle caresse mes couilles délicatement je sens que je vais venir et je lui dis elle s’arrête reprend sa masturbation puis elle s’allonge sur le sol et elle me dit : ’ viens au-dessus de moi et place ta bite entre mes seins ’ je ne comprends pas très bien mais je m’exécute elle enserre ma bite avec ses deux gros nichons à l’aide de ses deux mains et me dit : ’ vas-y branle-toi ! ’ J’effectue un va et viens c’est vraiment trop bon et après quelques secondes j’éjacule par grande giclé un long flot de sperme. Elle nettoie avec sa langue ma bite : ’ hum ! C’est bon du sperme de puceau ’. Je ne voulais pas en rester là je désirais la faire jouir avec ma queue afin de vraiment me dépuceler. En un coup je la renversais pour repasser sur elle et je l’embrassais à pleine bouche ’tu en as pas assez apparemment. Viens dans ma chambre on sera mieux installé ’. Elle m’allongeât sur le lit tu connais la position 69 ’ ’je ne suis pas un demeuré quand même ’ Nous nous plaçons dans cette fameuse position en recommençant une fellation réciproque. Je la pénètre tout de suite avec deux doigts elle commence à ronronner moi aussi d’ailleurs je bande à nouveau et je l’arrête avant d’éjaculer. Elle se place à califourchon sur moi je dirige ma queue à l’entrée de son vagin et elle descend lentement elle est tellement mouillée que j’entre comme dans du beurre elle sort entièrement et redescends lentement comme ça cinq à six fois de suite, des frissons me parcourent tout le corps j’ai vraiment l’impression d’être l’esclave de cette femme. Maintenant le va et viens est régulier et sa respiration s’accélère ’hum! que c’est bon vas-y défonces moi ’, j’en profite pour plotter ses gros seins qui bougent dans tout les sens elle est aux anges et moi aussi je sens que je ne vais pas résister encore longtemps heureusement elle non plus et après quelques secondes de ce rythme infernal elle crie son orgasme puis elle se couche sur moi tétanisée par sa jouissance elle se redresse, accélère le va et viens et me dit ’vas-y c’est à toi maintenant ’ je ne peux résister et j’éjacule violemment en hurlant ma jouissance. Après avoir repris nos esprits nous nous embrassons puis elle me dit : ’ merci pour ce merveilleux moment ’ et je lui réponds : ’ merci à toi pour ce fabuleux dépucelage ’. Nous nous séparons en se promettant de se revoir ce qui ne tarda pas un soir de bal, mais ça c’est une autre histoire...............


Claude F.

Membre XStorySnap du jour
Flamme -
Suiveur -
Snap
Chatter avec
Webcam XStory du moment
Regarder