Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 28 135 fois
  • 192 J'aime
  • 6 Commentaires
  • Corrigée par l'équipe

Ma mère latina

Chapitre 4

l'explication

Inceste

Les jours suivants sont les pires de ma vie. Ma mère ne m’adresse plus un seul mot. Ne me fait même plus à manger. J’essaye de lui parler, mais en vain, elle me dit de ne pas lui adresser le moindre mot. Je regrette tellement mon geste. Si seulement je savais penser avec autre chose que ma bite.


Au bout de quelques jours en sortant de ma chambre, je trouve un plat préparé. Ma mère sur le canapé s’adresse à moi.


— J’ai fait des lasagnes, je t’en ai laissées.


Je suis hyper-heureux de l’entendre m’adresser la parole.


— Merci !


Je mange en silence pendant que ma mère regarde la télé. Je retente ma chance de m’excuser.


— Je suis tellement désolé si tu savais.


Elle ne me répond pas.


Au bout que quelques secondes, j’entends le son de la télévision qui s’arrête. Je regarde vers ma mère et la vois se lever et venir s’asseoir en face de moi sur une chaise. Elle me regarde, dépitée.


— Mais pourquoi tu as fait ça ?


Je ne sais pas quoi dire, que devrais-je faire ? Lui dire que c’était qu’un accident ou lui avouer le désir que je ressens pour elle ? Au lieu de ça, je bégaye et lui réponds :


— Je..., je..., je sais pas...

— Comment ça tu sais pas ? C’est tout ce que tu as à me dire ?


J’éclate en sanglots.


— J’ai pas de petite amie, j’ai des envies sexuelles et je suis tout seul, tu es magnifique maman, tu es mon modèle féminin, je suis sûr que tous les hommes fantasment sur toi, j’ai pas réussi à résister.

— Waw waw waw... mais qu’est-ce tu me racontes là, je suis ta mère !

— Je le sais très bien, mais tu es tellement attirante, je te vois aussi comme une femme.

— Mais tu peux pas me voir comme ça, tu dois me voir comme ta mère et puis c’est tout ! Putain de merde, j’avais l’impression ces derniers temps que tu posais des regards sur moi, des regards d’homme qui regarde une femme, mais je pensais que je me faisais des idées, quand on a dansé ensemble la dernière fois, j’avais l’impression que tu avais une érection, mais j’étais pas sûre, et me persuadais que c’était pas le cas. A la piscine quand je t’ai invité à me rejoindre, il m’a semblé que tu étais fixé sur mes fesses, mais là encore je me suis dit que tu rêvassais juste.

— Je suis désolé maman, tellement désolé...

— Je vais t’emmener voir un psy !

— Mais n’importe quoi, je vais bien !

— Non tu ne vas pas bien, tu as des désirs pour ta mère bordel ! Au final, tu es bien le fils de ton père, un gros chien galeux.


Elle éclate en sanglots.


Je me lève pour essayer de la réconforter. Je pose mes mains sur elle. Elle se relève et enlève ma main.


— Putain surtout me touche pas.


— OK OK, désolé, je voulais juste te réconforter.


Les jours suivants, l’ambiance est encore très tendue, ma mère s’adresse à peine à moi. Quelque chose s’est cassé définitivement à mon grand regret.


Un soir, ma mère qui est sur le canapé, m’appelle et me dit qu’elle souhaite me parler.


— Assis-toi.

J’ai bien réfléchi et je pense que j’ai aussi ma part de responsabilité avec ce qui s’est passé. Je n’ai jamais trop parlé de ces choses-là avec toi, et je savais pas que tu avais du mal à avoir une copine, j’étais fermée sur le sujet à cause de mon passé, et j’ai peut-être loupé quelque chose avec toi.


Je la regarde sans répondre, je la laisse continuer.


— Pour t’aider, j’aimerais t’apprendre à être plus à l’aise avec une fille, à t’apprendre comment leur parler, les séduire, je ne peux pas te laisser comme ça.

— Et tu vas faire comment ?


S’ensuit alors un long discours sur la façon d’aborder une fille, de les complimenter, de les séduire. Ma mère est très romantique et vieux jeu dans sa façon de voir les choses, j’aimerais lui dire qu’à mon époque, les filles s’en foutent du romantisme, elles ne sont attirées que par les bad boys, mais je m’en abstiens, car je suis déjà très content que ma mère s’adresse à moi et je la sens investie d’une mission qu’elle prend très à cœur.


— J’aimerais qu’on fasse une mise en scène pour voir comment tu te débrouilles, ce soir tu cuisines et tu m’invites à manger, les filles aiment les hommes qui savent leur préparer des bons petits plats et les surprendre.


Personnellement, je trouve ça un peu relou, mais je suis tellement content que ma mère me reparle que j’accepterais tout.


Je cherche des recettes de cuisine sur Internet et j’en trouve une sympa. Je vais vite fait faire des courses pour avoir les ingrédients et je me mets à cuisiner. J’ai aussi acheté de faux pétales de roses et des petites bougies pour faire une table digne de ce nom, je me prête à son exercice au moins que je l’impressionne.


J’installe la table, prépare un bon repas et appelle ma mère quand c’est prêt, qui était dans sa chambre.


Soudain, j’entends des bruits de talon et ma mère ouvre la porte.


Oh mon Dieu, je ne m’attendais pas à ça, elle s’est vraiment prêtée au jeu jusqu’au bout, et s’est mise en bombe. Elle a mis une robe moulante noire décolletée qui lui fait une poitrine à tomber par terre, ainsi que des talons noirs.


— Waw maman tu es superbe.

— Oui, je suis obligée de faire ça pour te mettre en condition.


Elle se dirige vers la cuisine et marque un temps d’arrêt devant la table.


— Waw, mais c’est qu’il s’est surpassé dis donc, bien la déco, tu marques un point, et en plus, ça sent super bon.


Ma mère s’installe et je lui sers le plat que j’ai préparé.


Je m’installe en face d’elle et on commence à manger.


Elle me raconte sa vie comme le ferait une fille que je viens de rencontrer et me pose des questions sur la mienne en me reprenant de temps en temps sur ma façon de m’exprimer ou de dire les choses, car apparemment, toute vérité pour séduire n’est pas toujours bonne à dire.


Pendant qu’elle blablate, je ne peux pas m’empêcher de plonger mon regard dans son décolleté.


Soudain, elle tape des points sur la table.


— Ca surtout pas !!! C’est ce que je voulais pas voir ! Surtout, regarde-moi dans les yeux et pas ma poitrine.

— C’est pas facile, ils sont tellement gros, pas sûr que mes prochaines rencontres en aient des gros comme ça, cela sera peut-être plus simple de résister.


Elle pouffe de rire, première fois qu’une remarque de ce genre la fait rire, tiens.


On finit de manger et elle m’annonce que la prochaine étape, c’est de s’installer devant la télé et de faire comme si on était au cinéma.


J’avoue que je reste un peu con, assis sur le canapé à côté d’elle, sans savoir quoi faire, le contexte est quand même bizarre.


— Alors tu attends quoi ?

— Heu de quoi ?

— Ben je sais pas, fais quelque chose, essaye de passer ton bras par-dessus mon épaule.


Je m’exécute.


— Voilà il faut pas que tu hésites, si tu plais à la fille, ça lui fera plaisir, si elle te laisse pas faire, c’est que tu lui plais pas, comme ça c’est clair, tu seras fixé.


Ma mère pose sa tête contre mon épaule, je sens la douce odeur de son shampoing parcourir mes narines. Je commence à beaucoup apprécier ce petit jeu de rôle, ma mère pense que c’est pour m’apprendre à gérer une fille, peut-être, en tout cas moi en cet instant, c’est elle que j’imagine gérer. Je baisse les yeux pour admirer ses jambes sexy dans sa robe, j’ai envie de lui caresser, mais je pense que je vais me reprendre une claque. J’en profite plutôt pour lui prendre la main avec mon bras libre et la caresser avec mon pouce. Elle paraît un peu surprise et sursaute.


— Ben quoi, c’est comme ça qu’il faut faire non ?

— Heu oui oui...


Je commence à lui caresser tendrement l’épaule et le début de son bras avec mon bras enrouler autour d’elle. Elle frotte sa tête contre moi, elle a l’air d’apprécier. Sa peau est tellement douce.


— C’est vrai que ça doit être bien d’avoir une petite amie.


Elle rigole ben oui.


Je n’arrive pas à décrocher mon regard de ses cuisses bronzées.


— Tu as des jambes tellement belles, maman, elles ont l’air tellement douces.


Elle me sourit.


— Merci mon fils, mais tu as pu le vérifier quand tu m’as massée l’autre jour.

— Non c’est pas pareil, j’avais l’huile.


Un silence s’installe entre nous.


— Ben vas-y caresse-les si cela te fait plaisir, il faut que tu apprennes à être en confiance avec le corps d’une femme.


Une incroyable excitation envahit alors mon corps, mon cœur se met à battre la chamade et ma bite se dresse dans mon pantalon. Je jette un coup d’œil aux jambes délicieuses de ma mère. Je n’arrive pas à croire qu’elle accepte que je lui caresse.


— Tu es sûre ?

— Vas-y avant que je change d’avis, c’est juste des jambes après tout.


J’avance ma main timidement vers ses cuisses et commence à la caresser. C’est encore mieux que ce que je pensais, quelle douceur ! Je savais que ma mère s’entretenait, mais alors là, je ne sais pas quelle crème elle met pour avoir des jambes douces comme ça, mais je pense que ça devrait intéresser plusieurs filles de mon lycée.


— Maman, tes jambes sont tellement douces !

— Merci, j’en prends soin.


Je continue mes caresses, passant sous sa robe pour pouvoir atteindre le haut de ses cuisses où c’est encore plus doux. Je bande comme un cinglé, j’ai tellement envie de la baiser, introduire ma bite entre ses douces jambes.


Je tourne mon buste pour pouvoir la caresser avec ma main opposée et me rapproche un peu plus de son visage. Elle est tellement belle, j’ai envie de lui manger les lèvres.


— Tu es magnifique...


Elle rigole.


— Tu es encore dans le jeu de rôle là ou tu t’adresses à moi directement.

— A toi directement.

— Je suis flattée que tu me trouves séduisante, mais n’oublie jamais que je suis ta mère.

— J’ai compris, je suis vraiment désolé pour la dernière fois.


Elle me prend alors dans ses bras pour me faire un gros câlin et me dépose un bisou sur la joue. J’ai envie de lui rendre la pareille et lui dépose aussi un bisou sur sa joue chaude et douce. Je n’ai pas envie d’en rester là, alors je continue à en faire, lui effleurant même le début de ses lèvres.


Ma mère relâche son câlin.


— Bon je crois que c’est bon pour notre petite mise en situation, et tu t’es très bien débrouillé, tu as tout pour arriver à séduire une fille si tu te débrouilles comme ça.


Elle se lève du canapé pour aller se coucher, l’occasion pour moi d’admirer une dernière fois son cul dans sa robe, je n’ai qu’une envie, c’est de la retenir et de lui enlever sa robe pour pouvoir la baiser. Je suis quand même content que notre bonne entente soit - je pense - rétablie, et d’avoir pu m’expliquer avec elle.

Diffuse en direct !
Regarder son live