Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 30 998 fois
  • 37 J'aime
  • 0 Commentaire

Ma mère et moi

Chapitre 2

Inceste

Après une salve de mouvements rapides sur son slip pour apaiser mon désir;

J’enlève en toute hâte la soie et me jette sur ma mère.

De mon pied entre les siens je l’invite à s’ouvrir. N’y tenant plus, quitte à être irrévérencieux ou déplacé ; en une fraction de seconde, maman est chevauchée, écartelée et plaquée sur le lit. Je m’allonge dessus et plante de tout mon poids mon bistouri dans la chaire rose et délicate de cet endroit.

Comme toutes les mères attentionnées pour leurs enfants, maman se sacrifie un peu. Pour ce cas elle se laisse prendre sans intervenir, me laissant pratiquer à ma guise. Elle se laisse pénétrer docilement, affectueusement en me regardant. Son regard est plein de tendresse, plein d’amour. Je ne peux pas réprimer une aspiration d’air lorsque je suis au fond de son ventre. Maman est visiblement fière de me faire cet effet. Avec un large sourire elle prend mon visage dans ses mains et me donne des baisers sur ma bouche. Le plaisir d’être à nouveau enfoncé dans son ventre me chavire quelque peu. Je débute tout doucement ma navigation en ne faisant que de petits mouvements. Maman devait attendre un peu je suppose, que je sois revenu de mon excitation pour poser ses main sur mes hanches et m’inviter à bouger. Elle commence par des lentes oscillations de son bassin, puis exprime de plus en plus ses envies.

-Allez viens s’il te plait ...!

-Je voulais simplement être dans ton ventre sans bouger, uniquement pour avoir le plaisir de te savoir pénétrée!

-Cà m’ennuierait de m’arrêter maintenant déplore-t-elle!!

-Continue maman, continue si c’est bon...!

Je laisse ma mère se faire son plaisir. Je veille à ce qu’elle jouisse, mais elle préfère rester dans cet état de plaisir à venir sans le consommer; d’être lentement frottée lui convenant parfaitement.

-Il faut que je revienne à la réalité dit-elle.

Je la laisse se lever et elle disparaît à la salle d’eau. Très peu après elle sort complètement nue.

-Je n’ai pas monté ma petite malette! As-tu une brosse ronde ou un peigne? Regarde la tête que j’ai, tu m’as mise dans un état!!

-Je n’ai qu’un peigne à te proposer! Il faut que je sorte mes affaires...

-Mais tu as encore la forme? Excuse-moi, mais tu n’avais fini? Je ne t’ai pas entendu prendre du plaisir? Tu n’en as pas eu?

Maman me prend la main et me reconduit à nouveau au lit en me faisant asseoir puis m’allonger.

-Il ne faut pas rester dans cet état, ce n’est pas bon et de plus, tu es inassouvi!

-Maman m’enjambe, se pose à cheval sur moi. Prend dans sa main mon objet et le flatte de caresses. Puis pensive elle me dit :

-Jamais je n’aurais pensé çà...

Puis en suivant du regard nos sexes, elle s’embroche elle-même lentement. Elle s’essaie à plusieurs postures, goutant chacune d’elles, pour son plaisir; puis posant derrière elle ses mains sur mes tibias, écartant au maximum ses genoux, sa tête au plafond et les yeux fermés, elle monte et descend sur moi. Penchée en arrière, sa poitrine tendue, pointant vers moi, attire mes mains. S’accompagnant d’une respiration bien significative, son massage interne dure un bon moment puis elle s’allonge sur moi, en m’imposant presque aussitôt de me remettre en mouvement, en s’accrochant bien à moi par mes hanches pour que je ne sorte pas de son ventre.

-Viens, je sens que çà va venir! Tu peux te soulever un peu?

Je m’allège pour, qu’au prix d’une petite série de reptations, cela lui permette de se recentrer sur ce petit lit. Très vite maman entame le début de sa jouissance.

-Viens avec moi! Coule dans mon ventre!

-Tu es sûr que tu ne crains rien?

-Non mon chéri, détends toi, laisse-toi aller, laisse couler tout ton plaisir dans mon ventre! Subitement emmenée par je ne sais quel démon elle s’empare de ma bouche et lui fait subir toutes ses fantaisies. Elle me suce les lèvres, les mord, vole ma langue qu’elle aspire en la tétant puis caresse l’intérieur de ma bouche en mélangeant nos langues et nos salives.

Nous sommes emportés par la même vague déferlante. Après les Rugissants et les Hurlants, la tempête faiblit et la sérénité revient sur lit. Apaisés, calmés, vidés, maman veut me dégager. J’ai la conviction que plus je reste dans le ventre de maman plus le souvenir sera intense et ineffaçable. Mes frottements sur elle sont un moment d’extase.

Au terme de plusieurs minutes je retire très lentement de son anatomie, la mienne en regardant mon sexe quitter lentement celui de maman. Une fois libérée de ma contrainte, une main entre ses cuisses et les jambes serrées elle marche à petits pas vers la salle d’eau.

De retour maman lève devant elle sa robe, puis la pose à plat sur mon lit

-C’est ce que l’on appelle une robe à plis, elle est dans un de ces états! Dis maman en riant, je ne voudrais pas devoir expliquer pourquoi!

-Tu veux que je fasse du café?

-Excellente idée, tu avais pensé à en prendre!?

-Moi non; c’est mémé qui pense!

-Après les bons moments...les autres ...!

-Mouais!! Tu feras attention sur la route?

-Ne t’inquiète pas mon chéri! Tu m’accompagnes en bas?

-Pour tes dentelles je trouverai une copine qui viendra avec moi! Et je te l’enverrai!

-Tu es sûr d’avoir ce qu’il faut, pour les acheter?

-Pépé y a pourvu, il m’a donné une grosse enveloppe!

Maman prend son sac et ses vêtements sur son bras et nous sortons de mon logement. En bas elle range ses affaires dans son coffre, puis change ses chaussures.

-C’est mieux comme çà j’avais l’air de quoi, en short et talons hauts.

-Dis maman? Tu vas faire la paix avec papa? ... sexuellement je veux dire!

-Non, et je te l’ai déjà ce sont des choses entre ton père et moi!

Réflexion faite: ce n’est pas pour jeter le discrédit sur lui mais je ne voudrais pas, maintenant, que tu te culpabilises envers lui. Au début de l’été j’ai appris que ton père avait fait quelque chose d’affreux. Malheureusement, çà arrive. Ce serait arrivé avec quelqu’un d’autre, cela aurait été son choix je me serai résignée! Mais là, je ne pardonne pas, sûrement pas!!

Un soir comme bien souvent nous étions tous à table; à bien manger et aussi à boire un petit peu. Myriam ne boit pratiquement pas d’alcool, mais ce soir, on ne sait pas pourquoi, elle a été malade d’un seul coup, comme c’est arrivé à moi d’ailleurs! Et ton père propose de la raccompagner chez elle, puis il revient! Bien sûr il revient..., mais assez longtemps après. Pendant ce temps il tentait d’abuser de ma sœur qui était à demi consciente.

-Te souviens-tu au début de l’été cette petite altercation avec elle?

-Oui je me souviens très bien!

-Vous plaisantiez, Myriam et toi, mais lorsqu’elle à ouvert son short pour que tu l’admires, je ne sais pas ce qui m’a prit, j’ai vu rouge en pensant que c’était une manœuvre de séduction de sa part. J’ai pensé que c’était elle, la fautive de ce qui lui arrivait.

-Mais maman, elle était en maillot de bain dessous ...!!

-Nous étions presque toutes en maillot de bain, c’est uniquement lorsque vous êtes arrivés que l’on s’est vêtues. Ce que je n’ai pas apprécié, c’est le geste, ce n’est pas le maillot qui était dessous qui me dérangeait!

Tu connais quand même ma sœur, elle n’est pas du tout méchante, elle n’est pas vicieuse, pas calculatrice et jamais elle n’a été déplacée envers ton père, à lui, je lui reproche çà, pour moi il a violé ma petite sœur! Tu l’as vu, au lac, elle est très bien faite et ton père n’a pas résisté devant cette aubaine, c’était une proie très facile pour lui

-Enfin voilà mon garçon! Je ne voulais jamais te raconter çà, tu vois que moi aussi j’ai dérivé!!

-Ma pauvre tantine...! Comment a-t-elle réagit?

-Ma foi...! Dit maman en haussant les épaules, avec beaucoup de sagesse... de philosophie...!

-Bon, mon chéri, c’est le moment...!!

-Sois prudente maman! Tu fais une bise à tout le monde en arrivant?

Maman ferme la portière et baisse sa vitre. Je pose mes deux mains sur l’ouverture en me baissant un peu. Je regarde à nouveau ses cuisses et son décolleté, pour bien imprimer dans ma mémoire toutes ses formes. Ma mère me sourit, passe ses mains à l’intérieur de ses jambes vers son bas ventre en se laissant glisser le long du siège puis elle les caresse jusqu’à ses genoux, tend ses bras comme pour s’étirer et les écarte en posant ses deux mains l’une sur l’autre entre ses cuisses sur son sexe en se frottant délicatement.

-C’était vraiment très agréable; mon chéri! Dit-elle en tendant ses lèvres pour que je les embrasse une dernière fois.

Sa tête toujours levée vers moi, elle pose sa main droite sur une des miennes et me dit:

-Lorsque je suis allée à la buanderie, l’autre jour, je vous ai entendu, vous recherchiez le vocable pour qualifier le niveau de filiation d’Amélie. Je vais te donner une petite indication...!

Tu sais, quand pépé et papa partent en bringue le vendredi soir? Ils restent ensemble ou pas, peut importe...! Pépé je sais bien qu’il a d’anciennes petites amies avec qui il fait: on ne sait pas ...? Ton père; je sais qu’il a donné quelques coups de canif dans le contrat... J’ai appris il y à très peu de temps, qu’il a même eu une relation suivie pendant deux trois ans avec une femme. Mais aujourd’hui c’est fini...! Ils se sont séparés juste avant la naissance d’Amélie!

Elle démarre en me clouant sur place.

Le temps de reprendre mes esprits, je fais les quelques mètres qui me séparent du coin de la rue pour la voir s’arrêter au feu rouge un peu plus loin, derrière d’autres voitures. Je fais de grands signes et d’un seul coup me vient une envie irrésistible de revoir maman, de la toucher, de la sentir, d’entendre sa voix. Je me mets à courir comme un malade vers elle, pour voir le feu passer au vert et voir disparaître ma mère derrière la haie du campus en tournant à droite. Même si elle ne me voit plus je lui fais encore un signe et lui envoie des bisous.

Je reviens, anéanti, vers l’entrée de mon bâtiment; je n’ai pas envie de monter... je n’ai envie de rien. Je marche au milieu de la rue encore assez déserte, je réalise tristement que les vacances à la ferme sont finies et bien finies.(..molose)


Diffuse en direct !
Regarder son live