Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Lue 110 918 fois
  • 97 J'aime
  • 3 Commentaires

Ma mère et moi

Chapitre 1

Inceste

Je m’appelle Denis, j’ai 19 ans et vivant chez mes parents. Mon père est quelqu’un d’assez sévère et à cheval sur les principes, il part souvent en déplacement.


Tout a commencé lorsque ma mère a fait le nettoyage de printemps comme à son habitude, elle passe en revue toute les pièces de la maison mais elle évitait ma chambre car c’est moi qui m’occupais du ménage.

Je me suis absenté la journée pour laisser faire ma mère et ne pas être dans ses pattes, c’est une femme avec un corps dans la norme, 45 ans et qui ne m’avait jamais fait fantasmer, j’avais plus de délires fantasmagoriques avec les mères de mes copains dans mes rêves.


Quand je suis rentré dans la soirée ma mère m’annonça que papa

devait rester deux jours de plus en déplacement et que je ne pourrai pas aller voir le match de basket avec lui demain soir.

Pendant le dîner je sentis que ma mère était mal à l’aise, et je lui ait demandé ce qui n’allait pas, elle me répondit rien.

Un silence ce fît quand d’un seul coup elle aborda la question si j’avais une petite amie. Je lui dit non, et là commença une problématique pour ma part, elle m’avoua qu’elle avait fait le ménage dans ma chambre et qu’elle avait fait quelques découvertes déconcertantes.


J’ai commencé à me décomposer et à pâlir car j’avais compris qu’elle avait fouillé un de mes cartons dans ma penderie.

Elle me demanda si mentalement et psychologiquement j’allais bien et je lui répondis que oui.


Je n’étais pas tranquille car elle sortit le carton et le déballa devant moi, dedans il y avait ma collection de petites culottes, bas, strings, tangas, soutiens-gorges que j’allais prendre sur les fils à linges la nuit, ce sont ceux des mères de mes copains, je me masturbe régulièrement avec et j’éjacule dedans, cela me faisait bander comme un taureau.

Elle sortit aussi toutes mes revues et dvd porno que je regardais lorsqu’ils n’étaient pas là.


Elle me regarda et me dit :

Tu peux m’expliquer tous ça,je crois qu’il va falloir en parler à ton père car c’est inadmissible de ta part, il faut aller voir un psy.


Je lui répondis que non je ne pouvais l’expliquer.

Par contre je compris que j’allais prendre une grosse branler par mon père et qu’il allait me faire la morale pendant des jours et qu’il faut que je trouve une solution pour m’en sortir.


Ma mère posa le carton au coin de la table de la cuisine et commença à faire de la vaisselle, c’est une pièce un peu étroite et il n’y a pas beaucoup de place entre l’évier et la table. Pendant ce temps là mon cerveau cogitait à deux cents à l’heure. Mon père ne revenait que dans deux jours.


Ma mère était habillée d’une jupe noire s’arrêtant au dessus du genou et d’un chemisier blanc qui ne laissait rien entrevoir, j’étais assis toujours à la table et commençai à regarder ses fesses et son corps, et d’un seul coup il me vient une idée qu’un jour j’allai peut être regretter, c’était de faire l’amour à ma mère et de la faire chanter.


Je partis chercher mon caméscope et le plaça face à la cuisine de façon que ma mère ne s’en aperçoive pas et je pouvais alors commencer mon diabolique scénario.


Je pris un torchon pour essuyer la vaisselle et je passai délicatement derrière ma mère en me frottant légèrement sans qu’elle remarque quoique ce soit ce léger frottement me fît de l’effet et je décidais de recommencer en appuyant un peu plus fort, elle ne s’aperçut de rien et je recommençais une fois de plus en appuyant encore plus.


Elle remarqua mon manège et me dit :

A quoi tu joues?


Je lui répondis à rien et que je rangeai la vaisselle et je compris qu’il fallait agir encore plus vite.

Je pris un livre porno dans le carton et l’ouvris sur la table sans qu’elle s’en aperçoive à une page où on voyait une femme se faire prendre par deux hommes;


Je passe à la vitesse supérieure et me place derrière ma mère et la plaque contre l’évier en me frottant contre elle, elle fut surprise et elle essaya de se dégager mais je la tenais fermement et je lui dis à l’oreille:


Je vais te baiser comme une véritable salope, ton cul m’excite comme un dingue et je n’en peux plus, je vais te prendre sur la table de la cuisine, et à ce moment là j’attrape ses cheveux et la retourne vers la table les yeux rivés sur la page ouverte de la revue.

Comme j’ai réussi à bien la bloquer je commence à caresser sa jambe avec ma main et à remonter le long jusqu’à sa petite culotte, cela m’excite de plus en plus mais je l’entends me dire :


Non, non ne fais pas sa, je suis ta mère;

Je réponds et alors tu m’excites salope et là j’arrache violemment sa culotte et commence à fouiller son entrejambe qu’elle serre un maximum pour éviter que je fouille son fruit défendu, je lui enlève son chemisier et arrache son soutien-gorge et je pétrie ses seins tout en me frottant toujours contre elle ce qui augmente toujours mon excitation et suis obligé de me déshabiller tant bien que mal car il faut que la tienne toujours.

J’arrive au bout d’un moment à franchir le passage secret et je lui titille le clitoris et je sens qu’elle commence à se relâcher et se détendre et je lui dit:


Maman que c’est bon de sentir ton clito se détendre et elle commença à prendre du plaisir.


Oui mon fils vas y que c’est bon enfonces tes doigts plus loin que je sente la chaleur de tes doigts

Oh oui encore vas y?

Elle mouille tellement que j’en suis surpris et décide de la pénéter car je n’en peux plus, je suis tendu à l’extrême.


Je la pénètre rapidement et je m’enfonce comme dans du beurre et la je l’entends dire :


Vas y bourre ta mère comme une chienne je suis toute à toi, défonce moi, ta bite m’excite et me fait du bien, vas le plus loin possible que je te sente,

Oh oui que c’est bon continue?

Oh oui, oui encore, oui je vais jouir vas y mon fils j’en peux plus éclate moi oh je viens je jouis?


Elle se laissa tomber par terre effondrée par l’orgasme qu’elle a eu mais je n’avais toujours pas joui;

Je la fît remettre debout et je l’ai sodomisé d’un coup violent et en moins de 30 secondes j’ai jouis tellement intensément que j’ai cru m’évanouir.


Ayant tout les deux repris nos esprits elle me regarda et me dit:


Ce n’est pas bien ce que nous venons de faire et que cela ne se reproduira pas.


Et là je lui dit:

Maman je nous ai filmé et donc tu es à moi aujourd’hui pour toujours car sinon je diffuserai le film et je le donnerai à papa, imagine ce qu’il risque de penser de toi?


Elle me dit : Salop


Et je lui répondis :


Tu le prend comme tu veux ,la semaine prochaine j’ai deux copains qui viennent à la maison et tu vas assouvir tous leurs fantasmes. On va bien s’occuper de toi.


    DOLPHIN

Diffuse en direct !
Regarder son live