Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 63 077 fois
  • 330 J'aime
  • 9 Commentaires

La mère de mon copain nous rend visite.

Chapitre 1

Inceste

Je m’appelle Nancy et je viens d’avoir 24 ans. Je suis une jeune femme blonde assez grande et plutôt mince avec de beaux petits seins haut perchés,un joli cul bien ferme et de longues jambes que j’aime mettre en valeur en portant des talons hauts.


Je sors avec Vladimir depuis près d’un an et en ce mois d’août, nous passons nos premières vacances ensemble dans la location que nous avons réservée à la grande Motte. Il s’agit d’un petit deux pièces avec vue sur la mer que nous avons loué pour deux semaines.

J’aime beaucoup Vladimir. Il a un an de plus que moi. Il est grand (1m 85), costaud et très viril. C’est de loin le meilleur amant que j’ai jamais eu et je me verrais bien faire un bout de chemin avec lui. Je lui ai d’ailleurs proposé de venir s’installer chez moi à la rentrée et il semble plutôt ouvert sur le sujet.


En attendant, nous profitons de nos vacances en bronzant et en pratiquant nombre d’activités sportives et culturelles sans compter les petits dîners en amoureux dans des restos pas trop bondés.

Et bien sûr nous baisons et nous nous envoyons en l’air dès que l’envie se présente, c’est à dire au moins trois ou quatre fois par jour.


Comme nous envisageons de vivre en couple prochainement, j’ai avoué à Vladimir que j’aimerais bien qu’il me présente ses parents mais jusqu’à présent, il a toujours trouvé une bonne excuse pour ne pas m’emmener chez eux. ils vivent à Reims et nous pourrions facilement faire l’aller retour dans la journée ou même les recevoir pour un dîner dans le studio que mon chéri loue à proximité de Montparnasse dans le quatorzième arrondissement de Paris.


Alors l’autre jour, lorsque l’occasion s’est présentée, j’ai décidé de précipiter un peu les choses. Pendant que Vladimir prenait sa douche, son téléphone s’est mis à sonner et j’ai pu lire le nom de l’appelant qui s’affichait à l’écran. La photo représentait une chatte faisant un câlin à son chaton et le nom associé indiquait "Maman d’amour". Je me suis dit que cet appel était l’occasion en or pour entrer en relation avec les parents de Vladimir et je me suis permise de décrocher.


Avant que j’aie eu le temps de me présenter, ma correspondante a commencé à parler.

— Coucou mon bébé d’amour. Comment va mon grand fils si beau dont je suis follement amoureuse?


Malgré ma surprise, j’ai eu la présence d’esprit d’expliquer à la mère de Vladimir que son fils était sous la douche et que j’avais préféré répondre au cas où le message aurait été important.


Francine ne s’offusqua nullement de mon initiative et lorsque je lui expliquai que j’étais Nancy, la petite amie de Vladimir, elle sembla plutôt heureuse.

Elle avait une voix enjouée et ne tarda à me poser plein de questions sur nous deux en m’assurant qu’elle avait hâte de me rencontrer.


Lorsque je lui dis que nous devions descendre dans le sud une dizaine de jours plus tard pour nos premières vacances en amoureux, Francine me félicita et me demanda assez vite si ça m’embêtait si elle venait passer quelques jours avec nous.

— Je suis professeur de sciences naturelles dans un lycée, expliqua t-elle, et j’ai de ce fait beaucoup plus de vacances qu’Henri mon mari. C’est pourquoi je passerais bien quelques jours à la mer avant la rentrée prochaine.


Je n’avais pas spécialement envie d’avoir à demeure, pendant plusieurs jours, une femme que je ne connais pas, alors j’ai tenté de la dissuader de nous rejoindre.

— Vous savez, c’est juste un deux pièces et je ne suis pas sûre que vous trouverez que c’est idéal au niveau du confort.

— Ne t’en fais pas pour moi ma petite. Je sors d’un trek de quinze jours en Islande avec un groupe de jeunes de l’âge de Vladimir et je ne me suis pas plainte une seule fois. Bien au contraire, ils ont tous été absolument charmants avec moi surtout Olaf le guide qui m’a rapidement proposé de partager sa tente.

C’est un jeune homme extrêmement vigoureux qui prétend que les hommes islandais sont les Européens les mieux montés. J’ignore si c’est une légende mais en ce qui concerne Olaf, je peux te dire qu’il ne se vantait pas.

Quel étalon! J’en ai encore des frissons dans le bas ventre.


La confidence de Francine me fit rougir et toussoter.


— Bien sûr, je compte sur toi pour ne pas répéter ce que je viens de te dire à Vladimir. Il est toujours persuadé que sa maman est une sainte.

Donc si tu es d’accord pour que je vienne squatter votre location quelques jours, je serai ravie. Et puis avec tous les mâles qui viennent s’ébattre sur la côte en été, je ne devrais pas mettre longtemps à trouver une âme charitable pour me recueillir la nuit.


Malgré mon état de sidération après le discours de Francine, je me voyais mal lui dire qu’elle n’était pas la bienvenue et je lui confirmai que nous serions ravis de la recevoir quelques jours pendant la seconde semaine de notre séjour.


#########


Ça fait un bon quart d’heure que je bronze les seins à l’air sur le petit balcon de la location. Juste avant, nous avons fait l’amour et Vladimir m’a fait énormément jouir en me prenant en levrette avec un peu de brutalité comme il le fait parfois. Et j’avoue que je ne déteste pas ce côté macho dominateur de temps en temps. Pour le moment, mon chéri est vautré entièrement nu sur le canapé du salon et il joue à la console.


On vient de sonner.

À travers la fenêtre qui sépare le séjour du balcon, je vois Vladimir se lever et se diriger dans le plus simple appareil vers la porte d’entrée.

En voyant sa belle grosse queue rebondir sur ses cuisses, je me mets à mouiller brièvement alors que son sperme abondant continu à s’écouler à l’extérieur de mon vagin et macule d’une tache visqueuse le triangle de mon mini slip de bain.


J’entends Vladimir interroger la personne qui vient de frapper. Puis sans se soucier de sa tenue, il ouvre largement la porte. Une belle femme blonde d’un mètre 68 à la chevelure luxuriante et aux formes très féminines pénètre dans la pièce en tirant une petite valise à roulettes.

Elle est juchée sur des sandales à talons aiguille de 13 cm et est vêtue d’un mini short moulant qui lui rentre dans la fente et met en valeur son cul ferme et rebondi, et d’une chemise blanche simplement nouée sur son nombril et ouverte sur deux magnifiques globes aussi bronzés que le reste de son corps. La femme ne porte pas de soutien gorge et tout en faisant un décolleté indécent qui cache à peine ses gros et fiers tétons, la chemise s’arrête au dessus de son nombril dévoilant le bijou en or et strass qui y est planté.


— Coucou mon bébé d’amour! Quel bonheur de te revoir! Tu as l’air particulièrement en forme! Lâche la femme en se collant contre Vladimir avant de poser ses lèvres rouges sur celles de mon chéri.

— Laisse moi te regarder un peu... déclare t-elle ensuite en décollant sa bouche et en se reculant pour détailler le corps de son fils.

— Bronzé comme tu es avec ton corps musclé, toutes les filles doivent se retourner sur ton passage. Et je ne parle même pas de ta queue magnifique mon amour. J’ai l’impression qu’elle est encore plus grosse que la dernière fois que je t’ai vu, ajoute t-elle en attrapant la pine de Vladimir qui se met à rire avant de se dégager.

— Allons maman, sois sage. Que va penser Nancy en te voyant tripoter mon zizi ?

— Que veux tu qu’elle pense ? Elle doit bien se douter que depuis que je t’ai mis au monde, j’ai eu quelques occasions de le nettoyer, répond la mère en haussant les épaules avant de se tourner vers le balcon.


Elle s’aperçoit alors de ma présence et me fait aussitôt un grand sourire.

— Tu es vraiment ravissante ma chérie, déclare t-elle avec naturel en s’approchant et en se penchant vers moi pour me faire la bise me permettant d’avoir une vue intégrale sur sa splendide paire de nichons.


Je suis trop estomaquée pour manifester la moindre réaction et je fais moi aussi machinalement la bise à Francine.


— Bonjour madame L. dis je en me levant. J’espère que vous avez fait bon voyage.

— Excellent je te remercie. J’ai fait étape chez Jade et Mourad un couple d’amis qui vivent à Valence. Mais comme Jade était absente, Mourad m’a proposé de partager son lit avec moi et ce coquin ne m’a pas laissée dormir avant d’avoir honoré tous mes orifices.

J’avoue d’ailleurs que j’ai encore l’anus un peu irrité à cause de l’épaisseur peu commune du braquemart de mon ami.

En voyant ma tête, Francine éclate de rire.

— Mais non ma chérie je plaisante. Je n’ai pas du tout le trou du cul irrité.

Henri mon époux, et accessoirement le père de ce beau jeune homme, adore me fourrer des gros légumes dans le fondement. Alors même si l’engin de Mourad est extrêmement large, avec un peu de lubrifiant, ça passe tout seul.


La mère de Vladimir ignore mon air complètement ahuri et s’accorde une pause avant de reprendre son discours.

— Mais bon! Assez parlé de moi. Je ne suis pas venue vous voir pour vous raconter ma vie mais pour passer un bon moment en votre compagnie.

D’abord Nancy, tu vas désormais me tutoyer et m’appeler Fanfan comme Vladimir. J’espère que tu es d’accord.


J’hésite un peu avant d’acquiescer.

— D’accord mad... Euh Fanfan, Veux tu déposer ta valise dans notre chambre ?

— Pourquoi pas. Mais il est presque quatre heures et d’abord, j’irais bien me baigner un peu. Y-a-t-il une plage naturiste dans le coin ? demande notre invitée à son fils.

— Oui à l’autre bout de la station répond Vladimir. Veux tu que je t’y emmène ?

— Avec plaisir mon amour.


Fanfan s’adresse alors à moi.

— J’ai envie de passer un petit moment en tête à tête avec mon garçon chéri; ça t’embête si je te l’emprunte une heure ou deux. Pour me faire pardonner, ce soir je vous invite au restaurant.


Je ne peux pas dire que l’idée de laisser mon amoureux batifoler avec cette belle quadragénaire blonde qui m’a l’air plutôt chaude, m’enchante vraiment, mais je ne veux pas avoir l’air d’une rabat joie et je laisse Vladimir passer un bermuda pendant que sa mère se met toute nue devant nous avant de sortir une robe ultra courte de sa valise.

La minette de Fanfan est intégralement épilée et un anneau en or est planté dans une de ses grandes lèvres.


— C’est nouveau ça, il me semble... remarque Vladimir en glissant son index dans l’anneau ce qui me laisse bouche bée.

— En effet mon amour. Tu as l’oeil. Ça te plaît ?

— Beaucoup. Est-ce que ça change quelque chose lorsque tu baises avec un de tes amants ?

— Si tu as envie de juger par toi même, dis le moi. Je serai ravie que tu me prennes avec ta fougue juvénile comme tu l’as fait tant de fois.


Je suis sur le point de faire une attaque d’apoplexie en entendant les dernières paroles de cet échange.


Vladimir a un rire gêné.

— Maman chérie, je ne crois pas que cette perspective enchante Nancy, lâche mon petit ami.

La mère de mon copain répond sur un ton amusé.

— Vraiment ? C’est bien dommage.


Francine enfile ensuite directement sur son corps intégralement bronzé, la robe qui dénude l’intégralité de ses bras et de ses épaules ainsi que les trois quarts de son dos et cache à peine son derrière appétissant. Je m’attends à la voir mettre un bas de maillot mais elle préfère visiblement rester le cul à l’air.


Je me pose alors plein de questions et j’en viens même à regretter d’avoir décroché lorsque Francine a appelé son fils il y a quelques semaines.

Puis je finis par penser que Vladimir et sa mère se fichent de moi, et je reprends un peu d’assurance tout en les regardant à tour de rôle.

— Attendez! C’est pas possible. Vous êtes en train de me faire une blague tous les deux. Vous êtes vraiment forts. J’ai bien failli y croire.


Fanfan me fixe alors avant d’éclater de rire.

— Ok ma chérie, je vais arrêter de te taquiner. Nous aurons bien le temps de discuter ce soir.


Vladimir enfile ses sabots en plastique tandis que sa mère sort de sa valise une paire de chaussures en toile et corde à talons compensés de 12 cm. Je tends le sac de plage à mon chéri en y ajoutant une serviette pour Fanfan et les voilà partis tous les deux.


En retournant m’installer sur le balcon, j’aperçois mon chéri et sa mère qui marchent sur le chemin qui longe le bord de mer. Vladimir passe le bras autour de la taille de Fanfan qui en retour dépose un bisou assez sage sur sa bouche.


Ils sont plutôt charmants mais je les trouve quand même un peu trop proches à mon goût.


#####


Il est pratiquement 18h30 lorsque la porte de la location s’ouvre.


J’ai l’impression que Vladimir vient juste de retirer sa main qui était posée sur les fesses de sa mère sous la mini robe.


— Je prendrais bien une douche maintenant, déclare Francine. Chéri, tu veux bien me montrer la salle de bains.

Vladimir s’exécute et j’entends Fanfan s’extasier.

— Ouaouh! cette magnifique douche à l’italienne est gigantesque. Tu vas pouvoir venir avec moi pour me savonner.

Avant que j’ai eu le temps de réagir, mon chéri complètement à poil sort quelques secondes et jette la robe de sa mère et son bermuda sur la table avant de retourner dans la salle de bains et de verrouiller la porte.


L’eau se met à couler et bien vite, j’entends des petits rires entrecoupés de silences plus ou moins longs.

Je décide de m’approcher un peu pour écouter ce qu’ils se racontent.

— Laisse moi faire mon chéri. Je vais bien laver ta belle grosse queue.


Vladimir s’exprime à son tour après quelques secondes.

— Tu es une coquine maman. Regarde dans quel état tu m’as mis.

— C’est vrai que c’est plutôt impressionnant mon amour. Nancy ne doit pas s’ennuyer avec ton engin.

Heureusement que Mourad m’a sautée deux fois ce matin, sinon je t’aurais demandé un coup de lance à incendie pour éteindre le feu qui couve entre mes cuisses...


Puis, plus aucun son pendant quelques minutes, à part le bruit de l’eau et, me semble t-il, la respiration bruyante et saccadée de Vladimir.

Je reconnais aussitôt son souffle puissant. C’est celui qu’il a lorsque je lui taille une pipe.


Je suis complètement abasourdie par le comportement de mon chéri et pourtant sans que j’en comprenne la raison, je constate que mon minou est tout humide.

Et malgré moi, je plonge ma main dans mon string en imaginant Fanfan en train de sucer son fils.

Diffuse en direct !
Regarder son live