Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 25 277 fois
  • 140 J'aime
  • 3 Commentaires

Ma mère, mon initiatrice.

Chapitre 1

Lesbienne

Je m’appelle Sandra, j’ai 18 ans et vit seule avec ma mère qui à 36 ans et s’appelle Sylvie. Nous vivons à Paris 15ème arrondissement dans un appartement, ni trop petit ni trop grand, suffisant pour nous deux.

Maman m’a eue alors qu’elle faisait ses études en classe terminale, ce qui ne l’a pas empêché de passer son Bac et d’être reçue avec mention (elle était enceinte de 2 mois). Elle a laissé passer une année avant de reprendre ses études en Fac de Droit (le temps d’accoucher) mes grand parents m’ont élevée et dès que maman à trouver du travail dans une étude d’avocats et un appartement, elle m’a prise avec elle, quoique mes grands parents s’occupaient de moi quand maman travaillait.

Je suis maintenant en terminale, je passe mon Bac en fin d’année, je ne suis pas aussi bonne élève que maman, j’ai un petit copain avec qui je sors le soir et quelque fois je passe la nuit avec lui. Maman de son coté sort souvent, je pense qu’elle aussi a un ami, mais nous ne parlons jamais de ces choses.

Maman est une très belle femme, je pense qu’elle doit plaire beaucoup, elle a de très belles jambes, une jolie poitrine, du 95B et une très jolie paire de fesses. Je fais du 85B et je me trouve pas mal non plus.

Samedi dernier, maman me propose de faire des courses aux Galeries Lafayette et comme je n’ai rien à faire l’après midi en attendant de sortir le soir, j’accepte son invitation. Malgré que maman possède une voiture, dans Paris nous prenons le métro, Nous montons à la station « Volontaires » et devons descendre à « Saint Lazare », c’est direct par la ligne 12.

Nos courses faites, en fin d’après midi, nous reprenons le métro et pour un samedi, il est bondé. Arrive la station « Concorde » et là, nous sommes tassées l’une contre l’autre, et je sens les seins de ma mère contre les miens, nos bouches sont à quelques centimètres et il me prend une subite envie de l’embrasser, je sens ses seins se durcir contre les miens et je sens ma chatte s’humidifier. Je résiste le plus possible, mais quelques station plus tard, vers « Rue du Bac » j’embrasse ma mère sur la bouche, celle-ci, ne refuse pas mon baiser et malgré la rapidité de celui-ci, je sens ma mère se serrer plus fort contre moi. A « Montparnasse », beaucoup de gens descendent et nous avons un peu plus de place, nos corps se séparent.

Arrive « Volontaires » où nous devons descendre et c’est bras dessus, bras dessous que nous regagnons notre appartement.

Une fois à la maison, maman ne fait pas allusion à ce qui c’est passé, et me dit seulement, peux-tu annuler ta soirée, j’annule la mienne, afin que nous puissions la passer ensemble. Je téléphone à mon copain pour annuler notre soirée en prétextant une migraine, maman de son coté annule sa soirée.

Maman me dit: « ce soir nous allons passer une soirée entre nous, je vais te préparer un bon dîner ».

Nous prenons, l’apéritif dans le salon, et maman se serre près de moi, j’ai envie de l’embrasser comme dans le métro, mais je n’ose pas. Le dîner se passe bien et maman est très attentionnée, nous parlons de tout et de rien, sans faire allusion, ni à cet après-midi, ni à notre vie privée. En fin de repas, maman met un disque de slow et m’invite à danser.

Maman, tout en dansant, se serre contre moi et à nouveau, je sens sa poitrine devenir dure, mes seins me font mal dans mon soutien-gorge, ma culotte est trempée et maman m’embrasse sur la bouche en faisant pénétrer sa langue à la recherche de la mienne. Comme j’en avais aussi envie, je réponds à son baiser et nos langues se mélangèrent.

Maman m’entraîne vers le canapé et m’embrasse à nouveau et je sens sa main caresser mes seins et comme attirée par sa poitrine, je caresse moi aussi les siens.

Maman ne demande, si avec mon copain, nous faisons l’amour, et devant ma réponse affirmative, elle me dit: « Je n’ais fait l’amour qu’avec ton père » et depuis je le fais qu’avec des femmes, je fréquente une boite homosexuelle à Montparnasse et j’ai quelques copines, je t’y emmènerais un soir, mais ce soir tu es à moi seule.

Me prenant par la main, maman m’entraîne vers sa chambre et je la suis sans opposer de résistance, j’en ai moi aussi envie.

Maman me pousse sur le lit, et tout en m’embrassant, me retire mon pull et dégrafe mon soutien-gorge, puis sa bouche quitte la mienne pour m’embrasser la poitrine et sa main vient caresser mon entrejambe, mon jean est vite retiré et sa main me caresse au travers ma petite culotte toute trempée, je déboutonne son chemisier et embrasse sa poitrine sur son soutien-gorge et maman me demande de le retirer et très vite, ma bouche tête sa superbe poitrine, maman a glissé sa main dans ma culotte et ses doigts caresse mon petit bouton qui est sorti de mes lèvres tout seul et sa langue vient me le lécher. Nous nous retrouvons toutes les deux nues et ma langue entre dans sa chatte et je reçois un jet de cyprine en pleine figure. Sous l’effet de sa langue, je ne tarde pas à jouir comme jamais.

Maman sort d’un tiroir de la table de chevet un gros gode et me dis: « Ce soir tu vas faire l’amour comme tu ne l’a jamais fait » et doucement elle entre l’engin en moi. Cette bitte en plastique d’une taille honorable me fit un bien fou et maman accéléra le mouvement de va et vient, il ne me fallut pas plus d’une minute pour jouir et maman me demanda de lui faire l’amour de la même façon, et sans hésiter, je pris le gode à pleine main et lui enfonça dans sa chatte, quelques instants plus tard, elle retira le gode pour laisser échapper un jet de cyprine qui inonda mon visage, et avec la langue, je la léchais pour m’abreuver de son jus, puis elle sorti du tiroir, un tube de gel et me demanda de lui lubrifier le petit trou afin de pouvoir entrer le gode dans son anus. Je répondis à sa demande et introduisis l’engin en elle en allant doucement,, maman me demanda si mon copain me prenait aussi par là et devant ma réponse négative, me dit: « Ce soir tu vas le faire avec moi et je suis si heureuse d’avoir au moins un pucelage ».

Doucement, après avoir mis sa langue et passé du gel dans mon petit trou, elle enfonça doucement le gode en moi et c’était tellement bon, après avoir joui, je demandais à ma mère de recommencer. Après nous être longtemps embrassées, l’une contre l’autre, nous nous endormons d’un sommeil réparateur.

Le lendemain, nous nous réveillons dans les bras l’une de l’autre, et maman me demande si j’ai bien dormi, et je lui réponds, « Oui et vivement que l’on recommence ».

Maman se lève pour préparer le petit déjeuner et le dimanche se passe normalement et chacune nous reprenons nos activités habituelles; le soir venu, maman m’invita à la rejoindre dans son lit et me dis: « Demain soir, nous irons dans une boutique spécialisée, acheter un gode ceinture et un peu de lingerie fine pour sortir ensemble et te présenter à mes amies ».

Lundi soir vers 18 heures, nous nous donnons rendez-vous porte de Vanves, où boulevard Lefebvre, il y a un des plus grand Sex-shop de Paris, Maman m’entraîne vers la boutique de lingerie, pour moi elle choisi porte-jarretelles, bas, strings, bustiers très sexy et à son goût, puis m’emmenant plus dans le magasin, elle choisi un gode ceinture d’une dimension impressionnante, bien plus gros que tout ce que je connais, plus nous faisons un rapide tour vers les dvd sexuels et en s’attardant un peu sur tous les films « Lesbiens ». Nous reprenons le bus 95 qui nous dépose à « Institut Pasteur », à notre porte.

Dès rentré chez nous, maman me demande d’essayer mes nouveaux dessous et une fois habillée, elle m’embrasse en me disant: « Tu es encore plus belle, et ce soir tu viens avec moi en boite et je t’assure que tu vas jouir comme jamais un homme te le fera, mais avant, tu vas gouter au super gode que nous venons d’acheter ».

Je mouillais déjà, rien que de penser à la grosseur du gode, je me mettais à quatre pattes sur le lit, maman mit un peu de gel dans ma chatte et elle s’était attachée le gode à sa taille, me l’introduisit sans ménagement, puis après quelques va et vient de cet énorme sexe, j’envoyais un jet de cyprine comme maman le fait.

Elle me demanda d’attacher le gode à ma taille pour la prendre, et comme elle me présentait sa chatte, elle me dit : « Vas doucement, j’en ai jamais pris de si gros ».

Elle a joui comme moi quelques minutes avant, et me demanda de m’habiller avec mes nouveaux dessous que ce soir on sortait ensemble. Je savais que j’allais jouir toute la nuit avec ses amies.

Nous arrivons en boite, ou nous sommes reçues par des hôtesses très sympa, et visiblement, elles connaissent bien ma mère, puisqu’elles l’embrassent sur la bouche, maman m’entraîne vers une petite table en fond de salle, en me disant: « Là nous sommes tranquilles. ». Elle commande deux coupes de Champagne et nous trinquons en nous faisant un petit baiser.

Un « couple » vient nous rejoindre et embrasse maman sur la bouche, elles se connaissent bien, maman me présente en disant que je suis sa fille et me présente ses amies, Clothilde, une femme d’une cinquantaine d’années, très bien habillée, encore très belle femme, et Sarah, une jeune fille d’une vingtaine d’années, superbement belle.

Sarah s’assoie à coté de maman alors que Clothilde s’assoie à coté de moi, visiblement, elles ont envie de nous draguer. Maman me dit: « Ne t’inquiète pas, nous nous connaissons très bien et souvent nous finissons la nuit ensemble. »

Sarah flirte avec maman et Clothilde pose sa maman sur mes cuisses, je me laisse faire et présente ma bouche à ses lèvres pour recevoir un premier baiser.

Clothilde m’invite à danser, et nous laissons maman et Sarah flirter, Clothilde ne perd pas son temps et dès l’une dans les bras de l’autre, je sens sa main sur ma poitrine et je réponds en lui caressant le cou et la serrant contre moi. Sa main descend entre mes cuisses et découvre mon string tout mouillé. Elle écarte celui-ci et introduit son doigt dans ma chatte. Nous dansons une bonne partie de la soirée alors que maman danse et flirte avec Sarah.

Nous buvons quelques coupes de Champagne, et Clothilde nous proposent de venir finir la soirée chez elle.

Ma mère me prit par la main et toutes les quatre, nous quittons la boite pour nous retrouver chez Clothilde, quelques rues plus loin.

Clothilde nous installe dans son salon et nous sert une coupe de Champagne, et sans attendre, Sarah flirte avec maman en lui caressant la poitrine puis passe sa main entre ses cuisses, Clothilde commence à me déshabiller et très vite, nous nous retrouvons toutes nues sur le lit, je sentais la langue de Clothilde parcourir mon corps et sa main caressa mon clitoris en écartant mes petites lèvres et je sentais sa langue sucer mon bouton, j’écartais bien les jambes pour lui laisser toute la place en les repliant et Clothilde s’allongeât sur moi pour m’embrasser et caresser mon corps avec le seins. Malgré ses 50 ans, ses seins étaient très fermes et sentant son corps contre le mien, je commençais à jouir par ses simples caresses.

Maman avait mis un gode ceinture de plus petite taille que celui de la maison et faisait l’amour à Sarah qui jouissait à haute voix. Clothilde ne dit: « Ton tour va venir ». Sarah ayant bien joui, maman vient vers moi toujours affublé de cet énorme gode et d’un seul coup me fit l’amour comme elle l’avait fait à Sarah. Puis Clothilde caressa maman et Sarah vient vers moi pour me faire jouir à nouveau, mais je ne la laissai pas faire et c’est moi qui prit l’initiative de la faire jouir, j’entrais ma langue dans son petit trou pour bien la mouiller et Clothilde avait attaché le gode à sa taille et pénétra Sarah d’un seul coup par le petit trou. La nuit se termina dans les bras l’une de l’autre et au petit matin après c’être fait de grosses bises, nous rejoignons notre appartement.

Cette nuit en déclencha beaucoup d’autres, mais c’est une autre histoire.

Diffuse en direct !
Regarder son live