Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 21 537 fois
  • 76 J'aime
  • 5 Commentaires

Ma mère, mon père et moi

Chapitre 1

Inceste

Cette histoire ce passe dans les années 60, quand j’ai eu dix-huit ans. Mais tout à commencé, quelques mois avant mon anniversaire.


J’étais fils unique, je m’appelle Bernard. Mon père, Léon, avait 43 ans et ma mère, Annie, 39 ans. Mon père avait un physique d’athlète, tandis que ma mère avait de petites rondeurs agréables. Elle avait surtout une poitrine opulente qui débordait de son décolleté et une croupe arrondie.


Déjà plus jeune, mon regard plongeait dans son décolleté généreux. Quand elle se penchait, je regardais sous sa robe, qui remontait assez haut. C’était le temps béni ou les femmes portaient des bas maintenus par des jarretelles. Quand j’apercevais la partie nue de la jambe entre le bas et la culotte, j’avais une érection.

Le soir, je me masturbais, en pensant à ma mère.


Cette situation a duré +/- 1 ans. Souvent je voyais le regard de ma mère qui observait le mien, quand mes yeux plongeaient dans son décolleté, mais jamais, elle ne m’a fait de reproche.

Un peu après mon dix-septième anniversaire, un soir, alors que mon père était au travail, ma mère est montée dans ma chambre. Elle a frappé à la porte et est entré dans la chambre. J’étais occupé à lire un bouquin. (années 60, pas encore de tv à la maison, et encore moins internet) Elle m’a dit qu’elle venait chercher mes linges sales pour les lessiver.

Elle était en robe de nuit pas transparente, mais légère. Elle a commencé à ramasser mes linges qui traînaient par terre. Ce faisant, sa robe de nuit est remontée très haut, et comme elle n’avait pas de culotte, j’ai vu son beau derrière ainsi que des poils de son sexe. Évidement, je me suis mis à bander. J’ai pris mon oreiller pour camoufler mon érection. Elle se retourna et me demanda d’enlever mes habits pour les laver également. Je me suis mis à bafouiller, qu’elle pourrait les avoir demain matin. Elle prit un ton sévère et m’ordonna de les enlever immédiatement. Je me suis levé et déshabillé en gardant mon slip et en restant tourné pour qu’elle n’aperçoive pas mon érection. Et ton slip, tu vas le garder sans doute. Je l’ai enlevé et lui ai donné. Elle me passa mon pantalon de pyjama que j’enfilai avec rapidité. C’était un pyjama avec braguette et ma bite avait tendance à sortir. Elle à alors commencé à enlever les draps du lit. Puis elle me dit.

« C’est quoi toutes ses taches sur les draps »

En lui tournant toujours le dos, je lui réponds que je ne savais pas.

Elle m’a demandé de me retourner pour regarder.

Comme je bandais moins, mon sexe restait en place dans mon pantalon.

Je me suis retourné et ma mère penchée sur le lit me montrait les tâches sur le drap. Mais moi, ce que j’ai vu, c’est que la robe de nuit baillait largement et je voyais les seins de ma mère même les bouts.

La réaction de mon sexe me surpris, car je me suis remis à bander et il est sorti par la braguette. Ma mère le vit. Elle me dit que j’étais un cochon, que ça ne ce faisait pas devant sa mère et qu’elle comprenait mieux d’où venaient les taches sur mon drap.

Prenant mon courage à deux mains, je lui dis que c’était de sa faute. Que depuis 2 ans, je regardais dans ses décolletés et sous sa robe quand j’en avais la possibilité. Et ce soir, nue sous sa robe de nuit, j’ai pu voir ses fesses et par l’échancrure, sa grosse et belle poitrine et que ça me faisait bander. Elle resta quelques secondes muettes. Elle me demanda si c’est à cause de tout ça que je me masturbais dans mon lit. Je répondis par l’affirmative. Faisons vite ton lit et puis je te ferai une petite gâterie pour m’excuser de t’avoir mis dans cet état là.

Quand mon lit est terminé, ma mère me demanda d’ôter mon pyjama. Je me suis exécuté et nu, couché sur le lit, ma mère se met devant moi et laissa tomber sa robe de nuit. Elle se retrouva complètement nue, ses seins lourds me fascinaient, puis je regardais son sexe poilu (années 60, pas encore d’épilation). Je pris un peu d’audace et lui demanda si elle pouvait se tourner pour que je puisse voir son derrière. Elle s’exécuta et pour que je puisse mieux le voir, elle recula vers moi et se pencha. Mon dieu, quel cul. Avec ses mains, elle écarta ses fesses, ce qui me permit de voir son trou du cul, tout plissé et tout brun. De plus, à travers les poils, je voyais également une partie de sa chatte.

Elle se retourna et vient se coucher près de moi. Elle m’expliqua quel allait me faire découvrir deux plaisirs, une masturbation faite par sa mère et ensuite une fellation. Masturbation, je connaissais, mais une fellation ??

Elle prit avec sa main, mon sexe toujours bien bandant. Ma mère commença alors un va et vient, d’abord lentement, puis de plus rapide. Malheureusement, j’ai éjaculé rapidement tellement c’était bon. Ma mère, alors m’essuya et me dit que je pouvais caresser ses seins, que ça me permettrais de récupérer et de rebander rapidement. Quel bonheur de caresser les gros seins de ma maman. J’étais, pour moi, au comble du bonheur. Un moment, j’étais tellement bien que je lui dis

« Annie, tu as des seins merveilleux »

Elle me regarda. Moi, un peu gêné de l’avoir appelé par son prénom, j’ai baissé les yeux. Elle releva ma tête et me dit

« C’est très bien que tu m’appelles par mon prénom dans cette situation »

Puis elle m’embrassa, pour la première fois, sur la bouche.

Réaction immédiate, je me remis à bander.

Elle se mise assise sur le lit et me demanda de venir debout devant elle, ma bite à hauteur de sa bouche. Elle me dit qu’elle allait me faire une fellation. Voyant que je ne connaissais pas ce terme, elle m’explique qu’elle allait prendre mon sexe et le mettre dans sa bouche, puis le lécher et le sucer.

Je lui dis alors que ce n’était pas bien. Elle me répondit

« Laisse-moi faire et tu me diras après tes impressions »

Annie, ma mère, ma maman, mit alors ma bite dans sa bouche, commença un va et vient très agréable accompagné de quelques coups de langue sur le gland. Au bout de quelques minutes de ce traitement, je senti que j’allais jouir. Je préviens ma mère, elle abandonna quelques secondes sa pipe pour me dire que je pouvais jouir dans sa bouche. Je suis un peu éberlué. Maman reprend donc la fellation, et au bout d’une trentaine de secondes, je lâche de gros jets de foutre dans la bouche d’Annie, ma mère. Elle déglutie un maximum et ce qui coula sur son menton, elle le récupéra avec un doigt et le mit dans sa bouche pour ne rien perdre.

Je me suis écroulé sur le lit complètement vidé.

Elle me demanda mes impressions. Je dis que je n’avais jamais ressenti pareil plaisir et que mes masturbations me sembleraient bien fades, maintenant.

Elle me promit qu’on recommencerait à chaque fois que mon père travaillerait en soirée.

Elle me demanda également de n’en parler à personne, même pas à mon meilleur ami, sinon nous aurions beaucoup de problèmes.

Restant nue, elle ramassa mes linges à laver, sa robe de nuit, s’approcha et me donna un baiser langoureux sur la bouche, puis s’en alla.

Me retrouvant seul, je senti le gout de mon sperme que ma mère m’a déposé quand elle m’a embrassé. J’ai apprécié le gout et me suis promis d’y goûter à ma prochaine masturbation. Sur ce, je m’endormi facilement en pensant à Annie, ma maman, ma mère et maintenant ma maîtresse.


Un mois ou deux passèrent, et à chaque fois que mon père travaillait en soirée, ma mère venait me rejoindre dans ma chambre. Je lui ai demandé pourquoi je ne pouvais pas aller dans sa chambre ? Elle me répondit ceci :

« Dans ma chambre, je fais l’amour avec ton père, et crois moi nous y prenons du plaisir. Si je te faisais tes gâteries dans ma chambre, je serais mal à l’aise envers ton père, j’aurais l’impression de le tromper, alors que dans ta chambre, je suis ta mère qui te donne des leçons d’éducations sexuelles «

Nos jeux étaient toujours à peu près les mêmes. Ma mère me faisait des masturbations et des fellations formidables, moi je la caressais un maximum. Ce qui m’embêtait un peu, c’est que ma mère ne prenait pas du plaisir avec moi. Je lui dis et elle me répondit que pour mes 18 ans, comme cadeau d’anniversaire, je pourrai lui faire minette, puis je pourrais lui faire l’amour, comme mon père.

Il me restait donc à attendre 2 mois pour arriver au grand moment ou Annie, ma mère sera pénétrée par son amant de fils…


Le grand soir est arrivé

Quelques jours après mon anniversaire, mon père travaillant en soirée, ma mère me dit

« Ce soir, ta mère va devenir ta maîtresse »

La journée est longue. Arrive le soir, et je suis donc dans ma chambre.

En moment, j’entends ma mère monter. Je me dis, voila, c’est pour bientôt.

Elle se dirige à la salle de bain. Après 10 minutes, elle en ressort et va dans sa chambre. Chouette, elle va arriver et ça y est je vais devenir un homme grâce à ma maman. Le temps passe et maman n’arrive pas. Un moment, j’entends ma mère m’appeler

« Chou, viens dans ma chambre »

Étonné, je me rends donc dans la chambre de mes parents. La porte étant fermée, je frappe et ma mère me dit d’entrer.

J’ouvre la porte, et alors le grand jeu. Maman, en nuisette très courte et très transparente, couchée sur le lit parental, les jambes grandes ouvertes me dit d’entrer et de venir la rejoindre sur le lit. Enlevant rapidement mon pyjama, je me couche auprès d’elle. Je l’embrasse sur la bouche et elle me met sa langue dans ma bouche. Je fis donc la même chose. Nous nous embrassons longuement.

Ma mère me dit que ce soir, c’est d’abord moi qui allait s’occuper d’elle.

Elle me demande de caresser sa chatte, ce qui je fis avec plaisir. Puis, à un moment, elle me demande d’enfoncer deux doigts dans sa chatte. N’ayant jamais effectué ce geste, Annie prend mes doigts, les dirigent vers sa grotte d’amour, y introduit le bout et me demande d’enfoncer mes doigts jusque au fond. Je fis donc ce qu’elle me demanda et mes doigts entrèrent d’un endroit chaud et humide. Ne rencontrant aucune difficulté, je les ai enfoncés au maximum.

Ne bougeant pas, maman me demande, de ressortir mes doigts mais pas complètement puis de les renfoncer et ainsi de suite. Au bout de plusieurs va et vient, ma mère se mit à gémir, puis elle cria fort et referma ses jambes pour m’arrêter. Elle me retira la main et puis m’embrassa longtemps et avec passion.

Après avoir repris son souffle, elle me dit qu’elle venait de jouir et que j’avais bien fait ça. J’étais très fier de l’avoir fait jouir.


Bon, me dit elle, vu ton état, c’est moi qui vais m’occuper de toi. Elle se retourne et met la bite de son fils dans la bouche. Moi, j’ai une vue imprenable sur sa chatte et en plus l’odeur de sa jouissance.

Elle commence à me pomper et comme d’habitude, la première fois, ça ne dure pas très longtemps. J’éjacule dans sa bouche, elle se retourne et vient vite m’embrasser pour me donner un peu de mon sperme avant de l’avaler.

Nous récupérons ensemble, bras dessus, bras dessous.

Nous discutons de la suite. Elle me dit que je vais lui faire minette.

Elle m’explique que je vais la faire jouir avec ma langue et ma bouche. Voila dit-elle, sur ma chatte, au dessus, j’ai un petit bouton qu’on appelle le clitoris. Je regarde et effectivement, en écartant les lèvres de son vagin, j’aperçois son clito. Maman m’explique qu’avec ma langue je dois le lécher, puis avec ma bouche, le sucer. Etant en position, je commence donc à m’exécuter, je lèche, je suce. Elle commence à gémir, ça lui fait de l’effet. Ma mère attrape mon sexe et le porte à se bouche pour le sucer.

Génial, pendant que je m’occupe de ma mère, celle-ci me fait une fellation.

C’est extraordinaire.

Et puis, à un moment donné, elle s’arrête et me demande d’en faire autant.

Elle me demande de me retourner, puis attrapant mon sexe, le guide vers son puits d’amour, met le gland à l’entrée et me demande de le pousser dedans jusque au fond. Je pénètre alors dans le vagin de maman. Doux, chaud, humide, c’est agréable. Elle me demande de faire comme avec mes doigts tout à l’heure, aller et venir et surtout, quand je sens que je vais jouir, sortir de sa chatte et éjaculer dans sa bouche.

Je commence donc à la pistonner, d’abord lentement, puis de plus en plus vite, Maman gémit de plus en plus fort, puis se met en crier très fort, je la fais jouir comme mon père. Je m’arrête, sort mon sexe et le porte à sa bouche. Annie me termine et je jouis dans sa bouche. Puis immédiatement, avant qu’elle avale, je m’empresse de l’embrasser, pour récupérer une partie de ma semence.

Nous reprenons notre souffle, allons prendre notre douche ensemble.

Elle me raccompagne dans ma chambre et avant de m’embrasser comme une maîtresse embrasse son amant, elle me rappelle de ne rien dire à personne.

Je lui demande, pourquoi elle a accepté de me recevoir dans sa chambre.

Elle me dit :

« Voilà, quand je fais l’amour avec ton père, c’est merveilleux, mais comme c’est merveilleux avec toi aussi, je veux que tous ces très, très bons souvenirs soient réunis dans la même chambre.


Après, nous nous embrassons, puis elle regagne sa chambre.

A chaque absence de mon procréateur, je rejoignais ma mère et tout y passé, fellation, cunnilingus, 69, pénétrations, tout sauf anal. Je ne savais même pas que ça existait.


Mais, il y aura une suite très agréable….

Diffuse en direct !
Regarder son live