Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 64 781 fois
  • 45 J'aime
  • 1 Commentaire

Ma mère prise au piège

Chapitre 1

Avec plusieurs hommes

Voici une histoire qui est arrivé il y?a peu de temps. Je m?appelle Julien et j?ai 22 ans. Je suis encore étudiant en lettre moderne et me prépare à entrer en quatrième année. Je vis sur Nantes dans une maison cossue mais j?ai un petit studio dans une autre ville que je ne nommerai pas mais où j?effectue mes études. Suite aux mésaventures survenues dernièrement à ma mère, Martine, j?ai décidé de faire attention cette fois ci et de ne plus écrire sur elle. Ma mère, qui est une femme bourgeoise et puritaine à l?origine, a du changer de mode vestimentaire sous la pression des pervers du net qui je le rappelle la font chanter. Elle est obligée de porter des vêtements très provocants voire choquants et ce, même pour son travail. J?ai l?impression qu?elle s?est prise au jeu et qu?elle éprouve une certaine satisfaction à se promener attifée de la sorte. J?essaie de l?accompagner quand elle sort car j?ai peur que sa façon de s?habiller se retourne contre elle un jour où l?autre. Tout à commencer dans le super marché où elle va faire ses courses habituellement. Je l?ai accompagné et elle était heureuse que je sois avec elle. J?éprouve un certain malaise a sortir avec elle. Je sens les regards des hommes sur son corps voluptueux mis en valeur. Mais je vais être plus précis pour les lecteurs qui ne connaissent pas Martine. Ma mère est une femme d?1m64, brune aux yeux noisettes. Elle est coupée au carré et porte de fines lunettes noires. On peut dire qu?elle est très bien conservée pour ses 48 ans et qu?elle paraît avoir facilement dix ans de moins. Elle est souriante et se maquille de façon provocante. Ses lèvres sont naturellement pulpeuses et Son visage rappelle un peu celui d?Evelyne T. Aujourd?hui, elle a mis un chemisier transparent, en dentelle et porte une minijupe très courte. Son chemisier est déboutonné sur le haut et l?on peut voir le haut de ses gros seins maintenus difficilement par un soutient gorge à armature blanc. Son soutient est visible à travers le chemisier et croyez moi, les hommes se rincent l?oeil. Il faut préciser que ma mère possède une énorme poitrine qui n?a rien a envier à une actrice de X et loin de là. Ses seins bougent un peu lorsqu?elle marche et l?on a l?impression qu?ils sont sur le point de sortir de son chemisier. Sa minijupe noire, très moulante, lui arrive à ras les fesses et cela lui fait de superbes longues jambes, bien entretenues, qu?elle laisse à l?air sans bas. Ses cuisses sont légèrement plus enrobées qu?avant mais ce léger embonpoint lui donne un coté mature terriblement excitant. Elle porte de fine sandales à lanière mettant en valeur ses jolies pieds aux ongles vernis. D?aspects, il faut dire les choses telles quelles : elle ressemble à une actrice porno sauf qu?elle est ma mère et ne pratique malheureusement pas ce merveilleux métier. Vous imaginez donc ma nervosité et je suis très mal à l?aise avec elle. Sa tenue est outrancière et j?ai honte. Je crois qu?elle en joue et semble satisfait de me rendre gêné. Elle se venge peut être, à sa manière, des histoires que j?ai écrit sur elle. Le comble, c?est lorsqu?elle a fait tomber un paquet de nouilles par terre et qu?elle s?est penchée pour le ramasser. Des jeunes d?une quinzaine d?année étaient là à ce moment et on tout de suite focalisé sur les seins de ma mère offert à leur vue. Sa chemise était trop déboutonnée et ses mamelles énormes pendait lourdement. Les jeunes sont restés bloqués devant cette vue et n?en perdent pas une miette. Ma mère s?est aperçue du manège et, un peu honteuse, s?est vite remise debout. Elle a même reboutonné son haut de chemisier. On s?est retourné puis sommes partis dans un autre rayon. J?entends néanmoins les commentaires salace des jeunes. Toute la journée, je passe mon temps à baisser le regard. J?éprouve de la honte à accompagner faire des courses ma propre mère attifée comme une hardeuse aux gros seins. Les hommes se retournent systématiquement et l?on devine leur pensée. Ces salopards de pervers du net avaient raison : Dans le réalité, ma mère risquait de devenir plus salope que dans les histoires. De retour chez nous, la voilà qui se change et redevient une femme normale. Elle ne veut pas que mon père la soupçonne de s?exhiber de la sorte mais un jour ou l?autre cela risque d?arriver à ses oreilles. Quelqu?un croisera ma mère et dira la vérité. Je décide dorénavant de ne plus l?accompagner faire ses courses un peu agacé par son attitude provocante. D?autant plus que ses gros seins ressortent de plus en plus de son chemisier. Je décide d?en discuter avec elle :

J :? Maman, je dois te parler d?une chose ! ?

ma mère : ? Oui, Julien, que veux tu ? ?

J : ? c?est sur tes tenues...je les trouve un peu provoc ! ?

ma mère :  ? Tu t ?étonnes ? Après ce que tu as écris sur moi ? tu devrais être heureux que je sois habillée comme cela ! ?

J : ? Non, les histoires, c?est du fantasmes ! mais là, c?est la réalité et j?ai honte de te voir ainsi ! ?

(Ma mère) M : ? Tu as honte de ta mère ! eh bien , voilà qui est aimable de ta part ! Tu sais ce que j?ai vécu par ta faute ! ça, c?est la réalité ! ?

Je baisse les yeux :  ? oui, maman mais je ne te voulais pas de mal ?

M : ? Alors ne t?étonnes pas de ce qui se passe ! Le mal est fait maintenant que tu sois désolé ou pas ! ?

J : ? Je te demande pardon car je t?aime comme un fils aime sa mère ! ?

Ma mère est touchée par ce que je dis, elle m?embrasse.

M :  ? Je t?aime aussi mon fils même si tu es un pervers ! ? .

Elle me serre dans ses bras et je regrette tous ce qui a été fait et ce qu?elle a subit par ma faute. Mais bon, impossible de revenir en arrière maintenant.

M :  ? Tu sais, Julien, je vais t?avouer que j?ai honte de porter ce genre de vêtement mais ces ignobles pervers du net me forcent à le faire ! J?essaie de ne pas le montrer mais je suis humiliée d?être ainsi obligée de paraître ainsi ! ?.

J :  ? Oui, maman, je te crois maintenant et je sais que tu n?es pas une délurée et que tu es victime d?un odieux chantage ! ?.

Nous nous serrons dans les bras. Ma mère et moi sommes réconciliés. Maintenant que je sais qu?elle ne prend pas de plaisir à s?exhiber, je suis plus serein et je tolère mieux de la voir ainsi. Même si cela me gène, je sais qu?elle n?est pas consentante à ce petit jeu. Deux jours plus tard, vers 18h00, ma mère repart faire des courses toujours habillée de façon provocante. je décide de ne pas l?accompagner. Elle est dans un lieux publics et les pervers du net ne se sont pas manifestés. Donc, c?est confiant que je la voit partir. Je la trouve vraiment bien conservée pour son âge et je trouve que finalement, même si elle déteste cela, ses vêtements vulgaires lui vont à ravir. Ma mère fait ses choix dans les rayons de super marché, tout ce qui a de plus banal et arrive à la caisse. Elle paye son du et se dépêche de rentrer à la voiture. Une fois déchargé, elle ramène son cadis puis revient à la voiture confiante et sans méfiance. C?est alors qu?elle sent une ombre derrière elle. Trop tard....  ? Te retournes pas et rentre dans ta voiture, la bourge ! ? . Ma mère , surprise, faillit tomber dans les pommes. Mais une douleur dans le dos la stimule. Une pointe de couteau, un cran d?arrêt lui picore les flancs et le dos à travers son fin chemisier blanc. Sans se retourner, elle prend place dans le siège conducteur. Avec une vitesse inouïe, son agresseur s?assied coté passager et ouvre les porte de derrière. Trois de ses complices s?engouffrent alors dans la voiture. ? Maintenant, salope, tu vas conduire ! On va te guider ! et gare à toi si tu fais la moindre bêtise ? . Ma mère, apeurée, s?exécute et démarre le véhicule. Il faut dire que son ravisseur lui pique l?abdomen afin de lui rappeler la menace potentielle. L?homme à coté d?elle est un noir, costaud et déterminé. Les trois autres sont respectivement blancs, et deux beurs. Tout s?est passé très vite et personne n?a rien vu. En plein jour et dans un parking de super marché remplie de monde en plus. Ainsi, ma mère se retrouve séquestrée par ces hommes puant la sueur et sérieusement remontés. Elle espère qu?ils vont lui prendre ses affaires et vite la relâcher. ? Ce sont que de vulgaires voleurs ? se dit-elle. Hélas, elle oublie un léger détail : sa tenue. Croyez moi, ses ravisseurs ne l?ont pas oublié eux. Le noir n?arrête pas de lui regarder ses gros seins qui ressortent un peu de son décolleté provocant. Il jette un oeil sur ses cuisses à l?air. La voiture fait une bonne cinquantaine de kilomètres et ces salauds savent où ils vont. ? Bon, tourne au prochain virage, salope ! ? Ma mère s?exécute. C?est un petit chemin qui se perd dans les bois. Au bout d?un kilomètre, une vieille ferme délabré mais qui semble squattée de temps en temps. ? Sors de la voiture et donne nous tes clés ? . Elle lui tend les clés en tremblant. Il les lui arrache violemment. Ma mère commence à sortir du véhicule, mais le blanc, un rouquin maigre, la tire hors du véhicule sans ménagement. Le noir ouvre le coffre et après un bref examen, s?énerve. ? Y a que de la bouffe la dedans, salope ! ?. Ma mère tente de s?expliquer :  ? Ecoutez, je suis mère de famille et je dois veiller aux courses ! ? . Le blanc : ? Tu en fais une belle, mère de famille, toi ! T?as vu comment tu es habillée ?? On dirait une pute ! ? Ma mère outrée se retourne vers le rouquin :  ? Je ne vous permet pas, ce n?est pas de ma faute si je suis... ? Une claque met fin à la discussion. Les fines lunettes noires tombe à terre. Le noir sourit. : ? hummm...Après tout, on va pas en rester là ! c?est vrai que tu as tout d?une belle salope ! Ca fait quelques jours qu?on te voit te pavaner avec ton fils dans ce super marché ! je crois que l?on va te donne une leçon ! ? Ma mère a les larmes aux yeux. ? Non, je vous en prie, c?est une méprise, ces vêtements, on me force à les porter ! ?. Le rouquin écrase le fines lunettes : ? Nous, on voit que tu es bonne à baiser , c?est tout ! pas vrai les gars ! ? Les deux beurs la reluquent : ? Regardez sa paire de nibards ! j?ai jamais vu ça , sauf dans un film de cul ! ?. Tous regardent la poitrine de ma mère et approuvent. Il faut dire qu?elle a vraiment de très gros seins et le fait qu?elle les exhibe en partie n?arrange rien à l?excitation des hommes. ? Oui, mais peut être qu?elle est actrice de cul ? ? ma mère, outrée : ? Bande de vulgaires individus ! ? Le noir la gifle à son tour. ? On est vulgaire et toi, tu es notre pute, notre truie et d?ailleurs, on va inviter des potes à la fête puisque tu nous as insulté ! ? . Ma mère s?effondre et elle se met à pleurer. Elle sait qu?elle ne peut plus fuir, désormais. Sa minijupe moulante l?empêche de courir, sa lourde poitrine l?handicape. D?autre part, vu qu?elle n?a plus ses lunettes, elle n?y verrai rien du fait de sa légère myopie. Non, elle n?a aucune chance de s?échapper et elle assiste impuissante, aux innombrables coups de fils que passent ses ravisseurs tout en la lorgnant. Bientôt, l?endroit sera rempli de mâles pervers et en rut et elle sera la seule femme à leur merci. Le noir ? Si tu veux revoir ta famille et que l?on te libère, faudra faire tous ce que l?on te dit ! ?. Ma mère se tient le visage. ? pas la peine de pleurer, salope ! en plus , tu oses porter ton alliance ! Aah, ton mari doit être cocu. ? le rouquin rit : ? Oui, ce soir , il va l?être foutrement ! bon assez pleuré ? Un des beurs relève ma mère sans ménagement. ? Avant que les autres arrivent, tu vas nous faire une gâterie ! amenons là !!! ? Ma mère est entraînée vers la ferme. Une fois à l?intérieur, elle a un haut le coeur. L?odeur est infecte. Un mélange d?urine et de pourriture empli la pièce. La même pièce ressemble à un vaste dépotoir. On y trouve des restes de bouteilles de bières , de nourritures pourries. Le sol est jonché de détritus (mégots de cigarettes, canettes de bières et même des préservatifs utilisés). Des matelas poussiéreux et troués de partout sont adossés contre le mur. Ma mère est contrainte de se mettre à genoux. ? alors , salope, tu vas nous sucer ! ? A ces mots, elle se relève et tente de s?échapper. Hélas, la voilà maîtrisée et remise à genoux. Le sol est vraiment écoeurant. Elle sent la crasse, la poussière se coller à ses jambes. Cela l?écoeure, elle qui est si propre d?habitude. En même temps, les quatre hommes défont leur pantalons et baissent leur slip devant ma mère choquée. Devant elle, quatre énormes sexes pointent en direction de sa bouche pulpeuse et colorée. Le noir a la plus longue bite et c?est donc lui qui cherche à le mettre dans la bouche de ma mère. Mais ma mère refuse de le prendre en bouche alors, le rouquin la tire par les cheveux la faisant hurler. Le noir en profite et le cri de ma pauvre mère est étouffé par l?énorme bite qui s?enfonce dans sa bouche. Il pose sa grande main sur la tête de ma mère et lui montre la cadence. Ma mère, la bite en bouche, est sur le point de vomir. Le noir N :  ? Arrête de faire chier ! suce moi ! une salope à gros seins comme toi a du en voir d?innombrables queues ! Même ta bouche est faites pour sucer !?. Ma mère ferme les yeux et tente de lutter contre ses nausées. Elle qui est si puritaine , la voilà en train de se comporter comme ces femmes vulgaires qu?elle déteste. La bite du noir déforme sa bouche et forme des bosses sur ses joues. Rapidement, elle parvient à comprendre comment procurer du plaisir à ce maître qui n?est autre que ce grand black membré comme un taureau. Sa langue s?entoure autour de l?énorme gland et à l?aide de sa main , branle cette queue dont la taille l?effraye. Les autres veulent mettre leur sexe à l?intérieur de la bouche pulpeuse de ma mère. Surtout qu?ils constatent qu?elle sait y faire. A leurs yeux , elle n?est vraiment qu?une salope et rien d?autre. Le noir qui se sent gagner par le plaisir, la saisit par les cheveux et l?offre à ses compagnons. Le rouquin en profite. ? Allez, grosse pute ! suce moi ! ?. Ma mère ne fait même plus cas des insultes et continue la fellation. Les deux beurs se masturbent car ils n?en peuvent plus d?attendre leur tour. ? Tiens lui, la tête ! A notre tour ! ? Le rouquin , a contre coeur, enlève sa queue et saisit la tête de ma mère qu?il tourne vers ses deux acolytes. Ma mère à le visage en plein devant les queues des deux beurs qui se branlent comme jamais. Et là d?un seul coup, ils giclent de toute leurs forces. Le sperme jaillit sur le visage de ma génitrice qui est surprise et dégouttée. Son visage est inondé, recouvert de sperme et elle en avale malgré elle. Elle en a partout sur le visage et le flux de foutre semble intarissable. Elle en a sur ses beaux cheveux bruns. Le sperme en quantité incroyable, coule sur son cou et peu à peu entre la commissure de ses deux énormes seins qui ressortent du décolleté de son chemisier blanc. ? Quelle salope, celle là ! Il va falloir s?occuper d?elle ! ? dit le rouquin furieux. M a mère se relève et se précipite vers un coin de mur pour vomir. Elle a les larmes aux yeux et vomi un peu. Cela dépasse tout ce qu ?elle aurait pu imaginer. Elle sent couler le sperme entre ses nichons. Mais voilà qu?elle entend de nombreux bruits de moteur. Elle réalise aussitôt que son calvaire ne fait que commencer car les premières voitures arrivaient enfin son plus grand malheur . Le noir sorti accueillir les nouveaux venus. Hélas pour ma mère, elle était surveillée par les deux beurs et ne pouvait en aucun cas espérer s?échapper. Les hommes étaient de tout âge et de toute race. ? C?est ici qu?il y a une pute bourgeoise à baiser ?? ? N :  ? Oui, une pute à gros seins en plus ! ? . Ils sortent de l?alcool en pagaille, de la bière, du rhum et tout ce qu?il faut pour se donner des forces. Rapidement, ils entrèrent dans la ferme délabrée. Le noir releva ma mère ? Voilà, la salope en question ! regardez ses seins énormes ! ? De ses deux mains, il empoigne les deux mamelles à travers le chemisier. Tous regardent cette femme mariée, bourgeoise et puritaine. Ils ne peuvent qu?être satisfait de cette bourge mature dont le visage est en partie souillé de foutre. Ma mère avait mis une tenue particulièrement provocante et cela excite l?assemblée. Elle avait mis son fameux chemisier transparent au décolleté provocant. On voyait, à travers, la couleur de sa peau et son soutient gorge blanc, en dentelle. Ils peuvent constater aussi, la taille incroyable de ses seins. Deux grosses mamelles lourdes qui déforment le chemisier et ressortent par le haut. Ils regardent aussi son cul, ferme et ses hanches. Sa mini jupe, ultra courte, accentue les formes de son cul et le met bien en valeur. Elle a de belles cuisses, de belles jambes et de superbes pieds aux ongles vernis. Ils savent qu?ils ont fait une belle affaire ce soir et tous, compte en profiter. ? Bon, que cette pute enlève son chemisier ! ? Ma mère refuse mais le noir s?empare d?une bouteille de bière et la force à boire. ? J?en ai marre de tes conneries ! Si tu veux revoir tes gosses et ton mari , t?as intérêt à te comporter mieux que ça ! ? Ma mère avale la bière dont une partie coule sur son beau chemisier. L?alcool fait rapidement effet sur elle car elle n?a pas l?habitude de boire. ? Bon, tu l?enlèves ou quoi ? ?. Ma mère , désinhibée et résignée, commence à enlever les boutons de son chemisier transparent. Elle le fait sensuellement, un à un. Arrivé vers le bas, elle écarte les deux pans et offre à la vue de tous, son énorme poitrine contenu dans le soutient gorge à armature. Le noir arrache le chemisier des mains de ma mère. ? Déchirez moi, ça ! elle n?en a plus besoin ! ? Il lance le beau chemisier qui termine réduit en miette par les hommes en rut. Ma mère est ainsi en soutient gorge devant tous ces salauds prêts à lui sauter dessus. Sa poitrine énorme fascine tous ses ravisseurs et le noir en a conscience. ? Vous avez vu cette paire de loche ! Cette vache à lait nous ferait croire que c?est une sainte ni touche mais avec des nibards aussi gros, je suis sur que tu as du t?en taper , des mecs ! ?. Ma mère ne répond plus. Certes, elle a une poitrine de folie mais elle l?a caché car elle était prude. Moi même, je n?ai eu, hélas, que quelques rares occasion de la voir. ? On dirait que ton sous tif va éclater tant ils sont gros ! ?. ? tu vas nous les montrer mais avant, tu vas d?abord virer ta mini jupe. ? Les hommes sont d?accords. Ma mère, humiliée comme jamais, verse des larmes de honte. Elle déboutonne à contre coeur sa minijupe qu?elle descend lentement. Le noir écarte les yeux et profite du fait qu?elle soit penchée pour la retourner. ? regardez tous, elle porte un string ! la raie lui rentre dans le cul ! ?  ? Ouiii ! ? S?indigne l?assemblée. Il exhibe le cul de ma mère devant tous le monde et baisse lui même le string. Son anus, ses belles fesses, sont à la vue de tous. ? On va vérifier un truc ! ? Le noir écarte les deux fesses de ma mère. Son anus écarté est offert au regard de tous ces pervers avide de baiser cette femme qui n?est autre que ma mère. Il rentre son doigt dans le trou du cul. ? Ca rentre comme dans du beurre ! ? Ma mère sent le doigt s?enfoncer dans son anus et elle est morte de honte. Le noir tente deux doigts qui rentrent facilement. ? Bordel, tu as déjà était sodomisée , toi ! ?. ? fiste la, fiste la ! ? le noir ne perd pas de temps et enfourne son poing petit à petit dans le cul de ma mère. Il rentre un peu plus difficilement et ma mère lâche un râle de douleur. Il enfonce son poing dans les entrailles de ma mère le plus possible. Ma mère hurle de douleur et le noir finit par retirer sa main. Il arrache son string et l?offre au rouquin qu?il s?empresse de renifler. Il retourne alors ma pauvre mère et l?allonge par terre, dans les immondices. Il lui écarte les cuisses et exhibe sa chatte bien entretenue et rasée en un beau triangle. Il écarte les lèvres et offre le sexe béant à la vue de l?assemblée. Il introduit à nouveau son doigt puis directement son poing. Ma mère ne peut s?empêcher de jouir fortement cette fois. ? Vous avez tous la preuve que cette femme est une pute , maintenant ! ?. Un gars de l?assemblée crie : ? Eeh , n?oublie pas ses gros nibards ! vire lui son sous tif ! ? Le noir sourit et remet ma mère droite. ? Enlève le, salope ! montre nous tes gros seins ! ? Ma mère s?exécute et dégrafe en pleurant son sous tif. Elle met ses bras derrière pour le dégrafer. Elle enlève une bretelle puis l?autre. Les deux énormes loches jaillissent presque et tombent lourdement en ballottant. Les seins de ma mère sont enfin à l?air offert à la vue de tous . Ses ravisseurs admirent leur taille gigantesques. Les lecteurs le savent, ma mère a une très grosse poitrine. ? montre les nous, salope ! ? Ma mère empoigne ses énormes nichons et les exhibe à la vue de tous. Ils sont vraiment très gros, avec de larges auréoles brunes et aux tétons qui pointent dur. Sans doute est-elle excitée de montrer ses deux mamelles dont elle avait honte auparavant. ? écarte les cuisses sale pute ! ? .Ma mère s?assied et tout en soutenant ses loches, elle écarte largement les cuisses pour montrer son sexe. Le noir lui fait boire une gorgée de bière et verse le reste sur ses gros seins. ? Lèche tes tétons, maintenant ! ? Ma mère obéit. Elle remonte ses seins et avec sa langue, atteint les tétons. Du bout de la langue, elle lape le bout des tétons empli de bière. Il ouvre une seconde canette, et verse le reste sur la chatte de ma mère. Cela lui fait un choc et elle pousse un gémissement. ? Bon, elle est prête ! vous pouvez la baiser comme la truie qu?elle est ! ? . Les hommes en rut se jette sur elle. Ma mère est saisie de tous cotés. On la prend par les bras , les jambes et même par les seins. Tiraillée de partout, ma mère se débat mais ne peut rien. Le noir renverse le matelas crasseux et troué. ? baisez la , la dessus ! ? ma mère, à poil est précipitée sur le matelas et elle est immobilisée. On lui écarte les bras et les jambes. Les plus excités lui mange la chatte tandis que d?autres se branlent au dessus d?elle. Ses gros seins sont la proie de mains avides. Le noir assiste satisfait a cet ignoble viol collectif dont la victime n?est autre que ma propre mère. De mon coté, je commence à m?inquiéter. Il est 19h30 et ma mère n?est toujours pas rentrée. D?habitude, elle rentre vers 18h00. Je commence à m?imaginer le pire. Son enlèvement, son viol et pire peut être. D?autre part, mon père n?est pas chez nous le Jeudi et il ne rentre que le vendredi soir. Je me dis que finalement , elle traîne un peu. Mais au fond de moi, quelque chose me dit qu?il lui est arrivé quelque chose. Au bout d?un quart d?heure, je décide de contacter les pervers du net par email pour savoir si ils y sont pour quelques choses. L?un d?eux me rappelle au téléphone : ? On a pas enlevé ta salope de mère ! Mais c?est pas étonnant qu?elle l?est été ! j?espère qu?elle subit les pires humiliations ! ? Il me raccroche au nez et je sens que cela l?a excité de savoir que ma mère soit enlevée. Je reçois d?autres coups de fil et de nombreux emails pour savoir ce qui était arrivé à ma mère. Mais pas par inquiétude mais pour savoir si elle avait été violée pour leur plus grand plaisir. Ces salauds ne réalisent même pas que ma mère puisse être en danger. Ils s?en fiche d?ailleurs et désirent qu?une seul chose : qu?elle subisse les pires humiliations. Dégoûté, j?envisage de contacter la gendarmerie mais j?abandonne cette idée car elle peut revenir le soir. De son coté, ma mère est assaillie de toute part. D?autres hommes sont arrivés entre temps. Elle est à quatre pattes, suçant des queues tout en se faisant enculer à la chaîne. Ses gros seins ballottent à chaque coup de bite. Ils dégoulinent de sperme et de bière mélangé. Elle a du être roulé dans le sol car elle est recouverte de poussière crasseuse. Certains ont mis des préservatifs, d?autres pas. Elle suce avidement des queues. Son visage, ses beaux cheveux sont inondés de sperme. Elle sent les grosses queues rentrer dans son cul. Son anus est ramoné à la chaîne par de nombreux hommes. Les coups de reins animent de soubresauts son corps. Subitement, on la retourne. ? Bon, on va faire un concours de branlettes espagnoles ! elle a de si gros seins que ce serait dommage de ne pas en profiter ! ?. Ma mère est sur les genoux, ses seins énormes à disposition. Ces salauds ne perdent pas de temps et font la queue afin de bien branler leur bite entre les gros seins de ma mère, les même qui m?ont allaité jadis. C?est parti, chacun peut se branler entre les deux grosses loches. Ma mère éprouve énormément de plaisir à sentir ces grosses queues entre ses deux gros nichons. Le sperme gicle à flot et rapidement, les seins de ma mère deviennent méconnaissables. D?autres part, le frottement des queues entre ses seins lui font mal et provoque une brûlure. Les seins maternels sont devenus des objets de luxure. ? Bon, finissez cette pute, maintenant ! ? Ma mère est alors prise par tous les orifices. Subissant les pires humiliations et dépravations. Elle est fisté à nouveau plusieurs fois. Son anus est ravagé, sa chatte défoncée et tous son corps est recouvert de sperme. Elle sent ses entrailles regorger de foutre. Vers 22h00, après avoir subit toutes ces ignominies, le noir décide qu?il est tant de se débarrasser d?elle. De toute façon, tous sont rassasiés de cul, épuisés d?avoir baisés comme des porcs. Ils emmènent ma mère , nue, souillée et ivre dans sa voiture. Puis le noir démarre. Au bout d?une cinquantaine de kilomètre plus loin, le noir s?arrête :  ? Voilà, salope ! on a bien baisé ! pas de doute , t?es une vrai pute ! hélas, toute bonne chose à une fin ! ? Le rouquin et un des beurs saisissent ma mère comme un sac patate et la sorte du véhicule. Il la dépose sur le fossé puis ils éclatent de rire. La voiture redémarre en trombe. Ma mère se retrouve perdue, totalement nue, souillée de crasse et de sperme . De plus, n?ayant plus ses lunettes, elle n?y voit pas bien. Ses orifices lui font mal, du sperme coule de son anus défoncé ; ses gros seins aussi ont étaient malmenés et dégouline de foutre. Autant se rendre à l?évidence : ma mère est donc bel et bien perdue à la merci de tous..............................julienx

Diffuse en direct !
Regarder son live