Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 25 348 fois
  • 71 J'aime
  • 0 Commentaire

Ma mère, ma tante et moi

Chapitre 2

Inceste

Décidément je ne comprends rien aux femmes. Ma mère baise avec ma tante et avec moi. Ma tante baise avec ma mère et ne me veut que dans le cul. J’aimerai bien la baiser elle aussi: son con m’attire de plus en plus. Surtout quand elle fait un 69 avec ma mère. Je peux le voir se crisper quand elle jouit. Elle n’aime que les femmes, les hommes seulement dans son cul.

Je veux me la payer. J’en parle à ma mère qui elle a accès à ce vagin, même si c’est juste au bord. Elle m’en donne la raison: ma tante est toujours vierge. Je n’en crois rien. Le matin, au petit déjeuner, après l’avoir sucée assise sur la table, je veux la doigter. Elle refuse énergiquement. Je la tiens bien, je rentre mes doigts. C’est vrai elle est vierge, une vierge folle alors.

Je me lève en bandant toujours. Elle me voudra dans son cul. Je la met au pied du mur, aidé en cela par ma mère: ou je te baise ou je ne t’encule plus. Pour elle c’est dramatique. Je ne comprends pas pourquoi elle se fait sucer et enculer et refuse de devenir une vraie femme. Elle éclate en sanglots: Quand elle était jeune un type a voulu la violer. Elle s’est tellement défendue qu’il n’ait pas pu arriver à ses fins. Depuis rien que de penser à avoir une bite dans le con la révulse.

Ma mère lui dit qu’elle est folle: la bite de ton neveu n’est pas faite pour te violer: tu aime l’avoir dans le cul! Alors pourquoi lui refuser une bonne baise. Je t’aiderai si tu veux. A force d’insister et je crois dans la crainte de ne plus être sodomiser la fait craquer.

Nous allons dans la chambre maternelle. Elles se font l’amour comme si de rien n’était. Elles se masturbent avant d’aller se mettre en 69. La godemiché est de sorti: c’est ma mère qui s’en sert pour enculer ma tante. Elle jouit bien vite grâce à la langue maternelle et au gode.

Ma mère demande ma pine: je connais son con qui me donne des frissons à chaque fois que je la lui met. Elle a ses jambes autour de ma taille. Nous ne formons plus qu’un seul corps. J’aime bien baiser ainsi ma mère accompagné de ma tante. Placé comme je suis elle en profite pour me rentrer le gode dans le cul. Je me crispe pour refuser: j’ai beau faire, elle arrive à m’enculer. Je me détends complètement tout en continuant la baise avec ma mère. Soudains je sens une chaleur monter de mon cul. Je jouis. Je ne pensais jamais arriver à ce résultat alors que j’attends simplement de pourvoir la baiser.

Je sors du con maternel, la bite pleine de sa cyprine et de sperme. Comme quand j’étais bébé, elle m’embrasse les fesses pour me consoler, alors que c’est justement par là que je viens de jouir. Je me couche sur le dos, un peu désorienté quand ma tante vient me sucer. Elle suce fort bien. Je débandais, me voila regonflé à bloc. Elle continu sa fellation en bon moment. Je lui mets la main au con tout proche de ma tête. Je lui branle le clitoris. Je sais que je vais la faire jouir ainsi. Tant mieux, elle en redemandera encore ensuite.

Elle se crispe en jouissant. Maintenant je peux enfin venir sur elle. Ma mère a prit sa bouche, elle lui caresse les seins, surtout les tétons en même temps que les aréoles. Je lui écarte bien les jambes, me mets entre elles. Je tâtonne un peu pour trouver son entrée. Je la pénètre doucement, très lentement. Elle me laisse faire. J’arrive à l’obstacle de l’hymen. Je ne sais trop comment faire: je n’ai jamais défloré de fille de ma vie. Ma mère surveille et me dit à l’oreille: vas-y franchement comme pour ma première fois que j’avais aimé. Elle me donne un coup sur les fesses. Je prends mon élan et me trouve enfoncé complètement dans le vagin de ma tante. Elle a poussé un cri plus de surprise que de douleur puisque dès que je suis à fond, elle se comporte comme quand je l’encule: elle accompagne mes mouvements. Elle halète sans arrêt. Il me semble qu’elle prend encore pus de plaisir dans le con que dans le cul.

Ma mère décidément bien dévergondée lui plante le gode dans le cul. Je le sens moi aussi. Par contre ma tante hurle de jouissance. J’ai également un plaisir trouble avec se gode qui croise ma bite à travers les fines parois du sexe de ma tante. Je jouis avec pas mal de sperme qui sort de ma queue.

Je me retire. Je n’en peux plus pour le moment. Ma tante m’embrasse ainsi que ma mère. Elle voudrait subir le même sort. Comme j’ai débandé c’est elle qui prend ma bite dans sa bouche. Elle suce moins bien que ma tante, je ne peux quand même pas le dire à ma mère. Elle me suce la queue, me caresse les couilles et surprise, elle me doigte le cul. Je bande encore une fois. Décidément la journée commence bien. Elle me fait coucher sur le dos, vient sur moi, se la mets elle-même dans le con demande à ma tante de l’enculer avec le gode. Elle mouille bien le trou du cul de ma mère avec sa cyprine avant d’enfoncer lentement l’engin dans le cul. Je ressent encore cette bonne impression en croisant la gode dans le con maternel.

Cette fois je n’en peux réellement plus: ma queue reste totalement inerte. Les deux femmes ont encore des besoins. Elles sont infatigables.

Elles veulent essayer une nouvelle forme de plaisir lesbiens: elles sont presque assises, les clitoris l’un contre l’autre. Elle font quelques légers vas et viens rapide. Elles jouissent ensemble de leur nouvelle étreinte qu’elles qualifient d’excellentes, mais fatigantes.

Diffuse en direct !
Regarder son live