Le site de l'histoire érotique

Ma mère me tente

Chapitre 2

116
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 45 591 fois

116

4

Le lendemain matin, je descendais dans le salon et trouvais ma mère en combinaison noire, très courte, en train de vaquer à ses occupations dans la maison. Ses courbes et surtout sa chute de reins étaient mises en valeur. Elle avait également un décolleté qui faisait ressortir sa poitrine.

Je lui fis la bise, difficile pour moi de ne pas la prendre dans mes bras et de passer mes mains sur son corps. C’est ce que je commençai à faire timidement mais elle se retira.

Je m’assis dans le salon, et elle vient s’accroupir quasiment devant moi avec une éponge à la main pour nettoyer la tache de sperme que j’avais laissée la veille sur le tapis.


— Ah tu vois je suis obligée de nettoyer tes méfaits dit-elle avec un sourire étincelant…

— Euh oui maman, je suis désolé d’avoir tout laissé tomber par terre…

— Eh oui…tu avais très envie je crois non ?

— Oh oui, à te voir devant moi ça m’a été impossible de me retenir tellement tu es …euh…je veux dire…euh…belle…

— Hi hi dis donc à ce point-là ? …


Elle rit et partit s’habiller.

Elle s’habillait pour aller travailler de manière assez classique : tailleur ou bien robe et sandales.

Je restais seul la journée à m’occuper du jardin, bricoler, lire…

En fin de journée elle rentra, elle était éreintée et alla se changer.

En la voyant redescendre j’ai eu le souffle coupé.


Elle avait mis un short rose très court et moulant, qui lui dénudait la moitié de ses fesses.

Elle portait également un haut moulant de la même couleur qui faisait ressortir sa poitrine.

Pour couronner le tout elle avait mis du rouge à lèvres rouge vif et des lunettes de soleil en forme de cœurs.

Elle avait une natte sur le côté. Elle était très voyante.

Elle aurait rendu fou de désir n’importe quel homme.

Elle resta un moment à tourner dans la maison, je la regardais de manière hallucinée.


Ce fut un choc de la voir prendre sa voiture. Où allait-elle ?


— Où vas-tu ? lui demandais je ?

— Je vais faire des courses en ville dit-elle en baissant sa vitre.


Je réfléchis quelques instants et je la suivis avec mon vélo en essayant de la rattraper.

Peine perdue.

En arrivant en ville bien après, je vis que sa voiture était garée sur la place du marché. Il me fallait maintenant là retrouver dans une des boutiques avoisinantes.

J’ai essayé le libraire, le pharmacien puis le bureau de tabac…personne !

Il ne restait plus que la supérette.


Je rentrais dans le magasin, je fis le tour, je la vis derrière le rayon des fruits, un homme était à côté d’elle.

De la façon dont ils étaient placés on ne voyait que leurs têtes. Il fallait faire le tour du rayon pour les voir entièrement. C’est que je fis.

Alors là cela dépassait l’entendement ! L’homme, que je ne connaissais pas, lui parlait à voix basse dans l’oreille et lui pelotait littéralement les fesses alors qu’elle choisissait ses fruits.

Je suffoquais, car elle se laissait faire par l’homme comme si de rien était…

Elle l’écoutait un léger sourire aux lèvres et les yeux dans le vague.

L’homme avait un regard étrange, les yeux plissés…il semblait qu’il allait rentrer en transe…


Cela ne pouvait continuer.

Je m’enhardis et alla parler à ma mère :


— Maman, ta voiture est en train d’être verbalisée, ils l’emmènent à la fourrière… !


Ma mère, qui était dans un état second, ouvrit grands ses yeux et balbutia quelques mots. Elle partit à toute vitesse vers la sortie.

Elle rejoignit sa voiture, qui n’avait pas bougé…je la suivais.


— Mais ce n’est pas vrai ! Il n’y a rien du tout !

— Écoute maman tu ne vois pas ce que cet homme te faisait ?

— Mais il ne faisait rien de spécial tu as mal vu c’est tout !


J’étais outré, je lui dis que ce n’était pas possible, et je lui intimais l’ordre de rentrer à la maison, ce qu’elle fit sous les yeux de l’homme qui était sur le pas de la porte et la regardait s’en aller….

Rentrés à la maison, nous étions très gênés tous les deux. Elle garda son short…ce qui me gênait…


— C’est ma tenue qui te gêne ?

— Non…euh…oui…c’est trop sexy. C’est pour ça que des choses comme celles-là arrivent….

— Mais non tu te fais des idées…enfin…il ne s’est rien passé.


Elle tournait devant moi en ajustant son short.

Elle rit :


— Ah tu me préfères comment… ? Sans mon short…en petite culotte peut-être… ??


Elle fit mine d’enlever son short….

Je m’étranglais au passage….


— Maman en fin ce n’est pas possible !

— Ah tu en fais une tête… ! Si c’est comme ça je vais me coucher… !


Elle décida de s’enfermer dans sa chambre et de ne pas en sortir de la soirée.

J’allais frapper à sa porte pour lui proposer que nous fassions la paix, sans aucune réponse de sa part.

De guerre lasse je partis me coucher.

Le lendemain matin, c’était samedi je dormis plus tard.

Vers 10 heures ma mère entra dans ma chambre…dans sa combinaison noire très courte.


J’avais une forte érection que sa présence ne fit qu’attiser.


— Alors bien dormi mon chéri ?

— O oui maman, je me sens en pleine forme

— C’est très bien ça… mais ne traine pas au lit toute la matinée….

— Non, non…


Je pensais à sa tenue de la veille….


— Tu sais en fait je ne voulais pas te heurter avec ce que je t’ai dit hier …ta tenue était très attirante c’est tout…

— O merci mon chéri, je la remettrai si tu veux…

— Euh oui…je veux bien….

— Tu vois…ce n’est pas si terrible…je la mettrai pour toi…pour te faire plaisir.

— O oui merci tu es une très belle femme.

— Oui tu me l’as déjà dit…et d’ailleurs tu m’as dit que tu te…euh…en pensant…euh…à moi

— Euh…oui c’est vrai…j’aime…ton corps…tes formes…

— A bon quoi précisément… ?

— Euh…tes seins…tes fesses…ta bouche…

— A bon…et ça te fait…euh…grossir… ?

— O oui…même maintenant…tu sais….

— A bon…euh…tu veux me la …montrer ... ?


J’eus une accélération cardiaque ! Après une légère hésitation, je ne résistais pas au plaisir de repousser mon drap.


— Oui regarde….

— O.…elle est grosse…c’est à cause de moi…ça ?


J’acquiesçais de la tête en souriant.


— Je peux… ? dit-elle en approchant sa main.

— Euh oui bien sûr…

— Elle prit mon sexe dans sa main en l’effleurant...

— O elle est douce….


Elle se mit à aller de bas en haut avec sa main en l’effleurant…c’était délicieux… !


— Elle est grosse et dure…c’est un plaisir de la caresser….

— Hum je gémissais doucement….


Sa combinaison était relevée jusqu’au haut de ses cuisses…je plaçai ma main sur sa cuisse et remontais jusqu’à toucher sa culotte en soie noire. Je passais mes doigts sur sa culotte et je sentais sa chatte à travers le fin tissu de soie. Elle gémissait également en écartant légèrement les jambes pour me laisser le passage.

Je m’enhardis et lui mis la main dans sa culotte pour sentir sa chatte douce et humide sous mes doigts.


— Hum petit coquin…que fais-tu à ta maman… ?

— Hum maman toi aussi tu es douce ici c’est un plaisir…


J’enfonçais mes doigts dans sa fente.


— O mon chéri, fais doucement avec ta maman d’accord…


Je me délectais à explorer sa chatte qui était chaude et humide.


— Hum oui…tu sais maman… ?

— Oui… ?

— J’aimerai beaucoup que tu me refasses des bisous sur ma bite comme tu m’as fait l’autre soir…

— C’est vrai ? Si tu veux mon chéri...


Elle sourit.


— Comment veux-tu que je les fasse ?

— Partout, sur le gland, tout le long….

— Hum oui bien sur mon chéri, autant que tu veux….


Elle embrassa mon sexe sur le gland, puis tout le long de la base jusqu’en haut comme je lui avais demandé.

Son souffle chaud sur mon sexe me donnait beaucoup de plaisirs…j’avais envie de plus...


— Caresse le gland avec ta langue….


Elle fit tourner sa langue autour de mon gland, ma bite était au maximum de sa rigidité.


— Mets-la dans ta bouche…


Elle prit mon gland dans sa bouche tout en continuant à faire tourner sa langue. C’était divin….


— Humm suces moi….


Elle me suça en aspirant ma bite et en faisant aller sa bouche de bas en haut.

Je n’allais pas tenir longtemps à ce rythme ! Je me mis à gémir :


— O maman…attention…arrête….


Elle se releva.


— C’est bon hein petit coquin … ? Il ne faut pas en abuser...


Elle s’approcha de mon visage et m’embrassa sur la bouche, nos langues se mêlèrent alors que nous nous caressions mutuellement de plus en plus intensément.

Elle s allongea à côté de moi et je la pris dans mes bras. Nos langues s’exploraient l’une et l’autre.

Je mis mes mains sur ses fesses et les pétrit. Elles étaient rondes et fermes. Quel bonheur d’avoir sous mes mains ce que tant d’hommes convoitaient… ! Je passais mes mains sous sa combinaison et commençais à lui retirer sa culotte.


— O non mon chéri, on ne peut pas aller si loin…ce n’est pas bien….

— O maman laisse-moi te faire l’amour….


Elle ne répondit pas.

Je lui enlevai sa culotte, elle me facilita la tâche en soulevant ses hanches et levant sa jambe. Je laissais sa culotte tomber par terre. Je m’allongeai sur elle, mon sexe chercha sa fente…lorsqu’il fut dessus je lui demandai :


— S’il te plait maman, laisse-moi te faire l’amour...rien que cette fois….


Elle soupira, et avança son bassin dans ma direction


— Bon d’accord mais que cette fois c’est entendu ?

— Oui bien sûr.


Je m’enfonçais en elle, en fouillant sa bouche avec ma langue. Sa chatte était trempée et m’accueillit facilement. Je fis des vas et viens, doucement d’abord, car j’étais déjà proche de l’explosion.


— Ça te fait du bien comme ça… ?

— Humm oui mon chéri…fais un peu plus vite…j’aime sentir...


J’accélérais en allant de plus en plus vite et de plus en plus profond.

Elle gémissait, et moi je grognais de plaisir…cela dura un temps indéterminé...et grandiose...!

Puis ce fut le paroxysme nous jouirent tous les deux en même temps en criant de plaisir…

Alors ce fut le néant, la symbiose des corps….

A bout d’un moment je repris mes esprits et me retourna sur le dos….. Elle me sourit :


— Hi hi tu as bien crié mon chéri….

— Toi aussi tu as bien gémi…


J’essayais de garder une contenance. Elle se pencha sur moi et mit ses bras à mon cou :


— Tu me jures que c’était la dernière fois…ce n’est pas bien ce que nous avons fait…n’est-ce pas ?

— Oui bien sûr….

— Allez...laisse-moi faire !


Elle prit un mouchoir en papier et m’essuya le sexe consciencieusement.

Quand elle eut fini, elle se pencha et me fit un bisou sur le gland…


— Voilà c’est fini mon chéri...ton joli engin a très bien travaillé ce matin…

— Merci maman. Euh...s’il te plait, fais-moi une dernière faveur…

— Ah bon laquelle ?

— Prend mon sexe dans ta bouche encore une fois…

— O petit coquin…mais tu as fini…ça ne sert à rien...

— S’il te plait…allez maman…pour me faire plaisir…


Je caressais ses cheveux. Elle se pencha et le prit dans sa bouche encore à moitié dur.

Elle le suça tendrement…


— Hum c’est bon…


Je me sentais rebander. Elle continua un bon moment. Ma bite était dure dans sa bouche. Je pris sa tête entre mes mains.


— Hum…oui continue….


Je jouis une deuxième fois, cette fois-ci dans sa bouche. Elle fut surprise.

Le sperme dégoulinait de sa bouche. Je gémissais alors qu’elle continuait à sucer.

Elle se releva et me regarda, en déglutissant…je la regardais l’air goguenard


— O ce n’est pas bien de faire ça…


Elle suça ses doigts pleins de sperme en me regardant d’un air coquin.


— Dis donc petit chéri, tu ne m’avais pas dit que tu avais encore autant de lait concentré… ?

— Eh oui, c’est trop bon avec toi…je pourrais continuer comme ça toute la journée… !

— N’y compte pas !


Elle rit et quitta la chambre.