Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 14 594 fois
  • 166 J'aime
  • 12 Commentaires

Mères divorcées

Chapitre 5

Inceste consommé.

Inceste

Chapitre 5 : Inceste consommé.

Accrochée à mon fils qui me soutient par mes fesses, je place sa bite à l’entrée de ma chatte. Fabrice me laisse tomber tout doucement et centimètre par centimètre, sa très grosse bite pénètre dans mon vagin. J’ai la sensation que ma chatte est pleine quand seulement la moitié de sa queue est en moi, mais il continue à s’enfoncer. Mon fils Fabrice prend son temps pour que mon vagin s’adapte à son membre.

J’enfouis mon visage dans son cou, murmurant.


— Oh mon Dieu, chéri, c’est incroyable.


Mon sexe s’ouvre sous la poussée de son gros gland et se moule sur son énorme bite. Il continue de me pénétrer jusqu’à ce qu’il soit tout en moi. Avec tout le poids de mon corps pressé contre lui, je réalise que personne n’a jamais été aussi profondément en moi.


J’adore, j’adore être bourrée par le membre exceptionnel de mon fils. Son gland ramone les parois de ma chatte. Quand il me transporte dans la maison, mes muscles vaginaux se contractent sur sa queue. J’ai un rapide et puissant orgasme. Des petites lumières clignotent dans ma tête alors que mon corps est balayé par des ondes de plaisir incroyable.

C’est complètement fou, mais c’est la réalité. Je suis devenue l’amant de mon fils.

Fabrice fait une pause pendant que je jouis et puis, sa queue bien enfouie jusqu’aux couilles dans ma chatte, il me porte dans les escaliers jusqu’à ma chambre. Une fois-là, il me penche en arrière et je retire ma mini-robe et mon soutien-gorge pour qu’il puisse se régaler de mes seins, les sucer et mordre mes tétons érigés et enflés, ses dents envoyant des frissons à travers moi. J’incline ma tête et je l’embrasse pour jouer sauvagement avec sa langue. Quand je m’éloigne pour rependre mon souffle, je le regarde dans les yeux et, avec un large sourire stupide, mais heureux sur mon visage, je lui dis :


— Je t’aime, mon fils.

— Je t’aime aussi, maman. Je n’arrive même pas à croire que je viens enfin de vivre mon rêve, te baiser, baiser ma maman. Si tu savais combien de temps je voulais ça...


Il me soutient contre le mur. Je resserre mes jambes autour de lui, tirant son sexe plus profondément dans mon ventre. Il bouge ses hanches, déplaçant sa bite à l’intérieur de moi, me procurant des plaisirs à des endroits que je ne connaissais pas. Il frotte son pubis tendu sur mon clitoris coincé entre nos corps. Le plaisir est intense, implacable. Je jouis encore dans une chaîne de petits orgasmes compacts, chacun me laissant envie du suivant.

Fabrice s’éloigne du mur et, tenant mes fesses, il me baise. Sa magnifique queue qui va-et-vient en moi me procure une jouissance continue. Je voudrais aussi m’empaler sur sa bite, mais je le laisse contrôler mes mouvements, fixer le rythme qui lui convient. J’adore savourer la sensation que me procure son corps puissant contre moi, j’aime l’odeur de son corps brulant.


— Ta chatte est si délicate, si étroite, maman.

— Baise-moi mon bébé, baise-moi fils, donne cette grosse bite bien dure à maman.


Il augmente le rythme de ses coups de queue. Je couvre son visage et son cou de baisers, j’enfonce mes talons dans ses fesses, le pressant de labourer profondément ma chatte. Mes ongles griffent son dos musclé, mais Fabrice continue de me baiser. Quand il ne mordille pas mes tétons ou embrasse les parties sensibles de mon cou, de mes épaules et de mes oreilles, il me chuchote.


— Je t’aime... maman. J’adore... ta chatte... brulante.


En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

Soulignant chaque mot avec un coup bite, ses couilles frappant mon cul.

On n’arrête pas de baiser. Nous ne sommes plus que deux sexes liés l’un à l’autre, enfermés dans cette danse incestueuse, le plaisir montant à des sommets jamais atteints. Des orgasmes ravagent mon corps, mais Fabrice continue encore et encore jusqu’à ce que finalement, il pousse un grognement.


— Je vais jouir ! Ouiiiiiiiiiii, je vais jouiiiirrrr maman ! OOOOoooohhhhhh... MAMANNNN !


La bite de mon fils se gonfle puis plusieurs jets de sperme blanc, chauds et crémeux, remplissent mon vagin qui, par spasmes, se resserre sur sa queue pour extraire toute sa semence avant qu’un dernier orgasme n’explose dans mon ventre sous cette jouissance incestueuse si intense.

Je voudrais crier des mots d’amour et de luxure pour mon fils et sa belle bite, mais tout ce que je peux gérer, c’est un sauvage gémissement bestial.

Fabrice, toujours en moi, m’allonge sur le lit pour que je puisse reprendre ma respiration. Il retire doucement sa bite de ma chatte comblée. Je gémis de déception et je le regarde. Il est toujours en érection !


— Fabrice ! Tu bandes encore ! Comment est-ce possible ?

— Ma bite peut rester comme ça pendant des heures quand je suis super excité. Et surtout avec la belle chatte de ma mère pour la stimuler. Tu es prête à être encore baisée par ton fils... comme une salope complètement dépravée ?

— Si je ne l’étais pas avant, maintenant je le suis certainement !


Fabrice chevauche mon corps, glisse sans effort sa superbe bite dans ma chatte pleine de mon jus et du sperme qu’il a ajouté dedans. Il recommence à me pilonner avec sa longue bite toute dure en faisant rebondir mon cul sur le lit.


— OUIIIIII ! Baise-moi fils ! Donne ta grosse bite à maman. Défonce ma chatte. Baise-moi comme une chaude salope ! Fais-moi encore jouir fiston.


C’est exactement ce que Fabrice fait. Il n’est plus un tendre amant. C’est purement de la baise dure et sauvage. Je constate que mon fils est doué pour chevaucher une belle pouliche.


Il entre et sort de ma chatte, lentement, rapidement. Remuant ses hanches, il sonde mon vagin pour trouver toutes les zones érogènes qui peuvent me donner du plaisir. Je suis de nouveau secouée par des orgasmes qui me coupent le souffle, des orgasmes qui altèrent mon esprit et qui me font crier de plaisir. Il lèche ma sueur sur mes seins, mord mes tétons durs gorgés de sang, embrasse mon cou, mon visage, et me chuchote à l’oreille comment il aime la chatte humide et chaude de sa salope de mère.

Nos entrecuisses recouverts de ma crème coulant de ma chatte sont collants et lustrés à la fois. La chambre pue le sexe avec l’odeur du jus de chatte et de la sueur. Les gémissements de Fabrice sont devenus plus courts et plus intenses. Il va jouir. J’enfonce mes ongles dans son dos et le supplie de jouir une nouvelle fois. Je lui dis qu’il peut avoir la chatte de sa mère quand il le désirera et je l’implore de décharger sa semence là où il a été conçu dix-huit ans auparavant.

Il a exigé de savoir ce que j’étais et je lui ai dit.


— Je suis ta mère, ta maîtresse, ta chatte, ton trou à baise, ta salope, ta pute.


Il me baise de toutes ses forces, nos corps tendus se soulèvent du lit, puis, accompagné d’un hurlement sauvage, il jouit, déversant sa semence dans mon vagin contracté sur sa queue.

Un flot de sperme inonde mon ventre et, encore une fois, j’ai un orgasme bouleversant, dévastant l’intérieur de mon corps, si intense que je manque de m’évanouir.

Nous restons liés l’un à l’autre jusqu’à ce que l’organe qui nous relie se ratatine et que nos corps, épuisés par nos jouissances si intenses se séparent. Mon Dieu que c’est bon d’être dans ses bras, juste à se caresser, s’embrasser, avec ses mains qui passent sur mon corps si sensible. Mon fils me dit comment il m’aime, comment il rêvait du jour où je serais à lui. Comment, lorsque mon mariage et celui d’Irène se sont effondrés, lui et Daniel ont décidé de séduire leurs mamans.

Nous écoutons également Irène et son fils dans la chambre en dessous de nous. Les gémissements d’une femelle se faisant sauter confirment ce dont je me doutais. Son fils est aussi en train de la baiser bestialement.


Les grognements et gémissements s’intensifient, jusqu’à ce qu’ils crient leur jouissance dans une parfaite harmonie sexuelle et que le calme retombe dans la maison.

Fabrice m’embrasse sous mon oreille et dit.


— Ils doivent s’être évanouis. Maman, mets-toi sur le ventre, laisse-moi te caresser le dos et ton magnifique fessier.

Phantome le 17/07/2020

Membre XStorySnap du jour
Flamme -
Suiveur -
Snap
Chatter avec
Webcam XStory du moment
Regarder