Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 17 894 fois
  • 75 J'aime
  • 3 Commentaires

Mes 18 ans et ceux de mes cousines

Chapitre 1

Inceste

Je me présente, je m’appelle Romain j’ai 17,5 ans, je ne suis pas grand 1,70, brun les yeux verts et je suis légèrement musclé du à une pratique du tennis depuis l’âge de mes 9 ans.

Dans quelques jours je vais fêter mes 18 ans avec deux de mes cousines. Appartenant à une grande famille du coté de ma mère j’ai environ 15 cousins et cousines et à partir de cette année tous les ans quelqu’un fête ces 18 ans.


J-2

Nous sommes le 25 Août et il fait à peu près 35°, j’ai horreur de cette chaleur étouffante mais pas le temps de se plaindre je dois faire mon sac car 3h de route nous attendent demain pour aller chez mon oncle Bruno qui nous héberge le temps de la fête. Ma mère arrive en trombe sans frapper comme d’habitude et cela a le don de m’énerver pour me dire que je pense bien à prendre ma chemise blanche et mon jean noir, comme si j’avais 3ans :( . Le soir venu, ma mère , moi et mes soeurs nous bavardons de la fameuse soirée, ma petite soeur de 9ans me demande si je vais être papa après mon anniversaire, un grand fou rire éclate alors, j’adore ma petite soeur et ces questions tellement innocentes.

22h je me couche en pensant à mes deux cousines, tout d’abord Elodie avec sa petite tête de fouine comme je dis, avec des yeux noisettes et des cheveux châtains lisses comme de la soie. Elle est assez petite environ 1,55m et possède une petite poitrine mais qui est en harmonie avec le reste de son corps,mais le mieux est son petit cul bien rond que j’ai envie de palper à chaque fois que je le vois. Ensuite ma deuxième cousine dont je suis le plus proche, Laurette qui est un peu plus petite que moi avec des cheveux blonds foncés et des yeux bleus océans, elle a une jolie poitrine je dirais 90B d’après mon oeil d’expert et des jolies petites fesses. Je m’endors difficilement à cause de cette chaleur mais Morphée arrive tout de même à m’endormir.


J-1

Ma mère rentre dans ma chambre sans frapper encore une fois, je suis encore endormi et en guise de bonjour j’ai droit à :

— Réveille toi, il est 11h on part en début d’après midi alors dépêche toi !!

Je me lève, me douche et m’habille sans m’en rendre compte en pensant à demain soir. Heureusement j’avais prévu à l’avance mes affaires, un pantacourt noir avec une chemise Fox pour être à l’aise dans la voiture.


On mange rapidement les crudités préparés par ma soeur et on part pour ma région natale que j’apprécie tant, le Cher. Étant en conduite accompagnée et ma mère n’aimant pas les longs voyages en voiture je prends le volant. Au bout d’une heure d’autoroute sans encombre, ma mère s’endort me permettant de rouler un peu plus vite afin de revoir ma famille et mes cousines au plus vite.

On arrive vers 17h dans le petit village de mon oncle Bruno et de ma cousine Elodie (sa fille), je rentre dans la cour avec la voiture et klaxonne. Mon oncle arrive suivi d’Elodie, plus belle que jamais avec un teint bronzé sûrement du à de longues séances de bronzage. Je sers la main énorme de mon oncle avec conviction car c’est de cette manière que l’on prouve que l’on est un homme m’a t-il dit un jour. Et par pure réflexe je rattrape ma cousine qui s’est jetée sur moi pour me dire bonjour, elle est si rayonnante que je pourrai la porter toute la soirée.


Après avoir vider la voiture des bagages et les avoir rangés dans les pièces où chacun dormira on prend l’apéritif qui est le moment le plus sacré dans ma famille. Je prends donc une bière avec mon oncle et un ami de longue date Nono dont l’apparence laisse perplexe sur son hygiène mais il est très gentil, on bavarde donc de notre côté pendant que ma mère, mes soeurs, Elodie et Anna l’amie de mon oncle discute de leur coté. Je ne pouvais

m’empêcher de jeter des regards à ma cousine si attirante.

On mange un repas assez copieux mais tellement bon dont Anna a le secret et vers 0h00 on décide d’aller dormir. Je vais donc dans le bureau où un clic clac m’attendait, mais j’entendis:

-ROMAIN !!! Tu peux venir s’il te plaît !!


Je monte alors rapidement les escaliers et entre dans la chambre d’Elodie. Elle est devant moi simplement habillée d’un soutien gorge rose et d’un shorty assorti, elle était tellement belle je commençais à avoir un début d’érection. On resta plantés l’un devant l’autre pendant 2 bonnes minutes et elle rompa le silence :

-Tu peux me masser un peu le dos s’il te plaît je crois que j’ai un noeud et il me fait très mal.

-Ouais... ok euh ... tu veux te mettre où ??

-O bah sur mon lit et tu t’assois sur moi sans m’écraser s’il te plaît.

Suivi d’un rire un peu forcé.


Elle s’allonge sur le ventre et met sa tête sur le côté, et me pointe du doigt une huile de massage sur sa table de chevet. J’ai une vue magnifique sur ses petites fesses bien rebondis et bien fermes, je me met sur les genoux en ayant pour seul contact avec elle son petit cul justement. Je mets l’huile sur son dos et commence à l’étaler doucement mais son soutien gorge me gênait.

-Elodie, tu peux enlever euh... ton... soutien gorge s’il te plaît ??

-Tu n’as qu’à le faire tu es grand, ce ne doit pas être le premier que tu dégrafes avec la gueule d’ange que tu as.

Justement je suis toujours puceau et je n’ai jamais enlevé de soutien... Après un combat acharné contre ce foutu soutien gorge je réussis à l’enlever, Elodie le prend et le jette sur son bureau, j’imaginais le bonheur du lit à cet instant précis.

Je commence donc mon vrai massage en forçant effectivement su un noeud qui se trouve sur le haut de son dos me forçant à me pencher pour la masser et ainsi de manière à ce que mon sexe soit collé à ses fesses. Je suis concentré que sur une chose: ne pas avoir d’érection, mais ma cousine a l’air d’apprécier et commence à pousser de petit gémissement et à soulever ses hanches au même rythme que je la masse. C’en est trop, j’ai une vrai érection mais Elodie continue ses va et vient avec ses fesses et doit sentir la chose dure sur son derrière. C’est tellement bon, mais je suis extrêmement gêné et lui dit que son noeud est parti et qu’il est tard, je me relève et me met debout à côté du lit. Elle se met à genoux sur son lit devant moi mais sans soutien gorge, mes yeux sont restés fixés sur sa petite poitrine et ses petits tétons légèrement bruni. Elle le remarque et se met à rigoler et m’embrasse la joue signe que je ferai mieux d’aller me coucher.

Diffuse en direct !
Regarder son live