Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 6 338 fois
  • 133 J'aime
  • 3 Commentaires

Mes aventures à Madagascar

Chapitre 1

Erotique

Je suis enseignant en technologie à l’Université de Toamasina, depuis quelques semaines seulement. Je suis arrivé à Madagascar il y a quelques mois, je voulais un peu découvrir le pays, barouder dans diverses régions. J’ai vécu bien des aventures. Toamasina est une grande ville portuaire de l’Est de Madagascar, de belles plages où personne ne se baigne à raison d’une présence importante de requins.


Week-end à l’hôtel Neptune.


Ce week-end promet d’être chaud. J’ai eu confidence de quelques collègues qui baisent ses étudiantes de vingt ans ou un peu plus et ce samedi, Marco et Henri ont loué une suite à l’hôtel Neptune. Marco m’a demandé de les rejoindre pour profiter de la piscine et de quelques culs de jolies petites salopes.


J’allais pas rater cette occasion, je suis arrivé à l’hôtel pour le déjeuner avec un sac contenant t-shirts, sous-vêtements et accessoires de toilettes.


Je me suis immédiatement dirigé vers la piscine et j’ai vite repéré mes deux lascars de collègues. Quatre jolies filles les accompagnaient, dont Stéphanie, l’une de mes élèves.


— Hello Jack ! Heureux que tu te joignes à nous, on en aura plein les bras avec ces quatre beautés.


Stéphanie me regardait avec un sourire coquin que je ne lui connaissais pas. Putain ! Combien de fois l’ai-je admiré dans mes classes celle-là ? Ses belles petites fesses, son corps superbe suscitaient bien des désirs. Les quatre étaient en bikini et étaient assises sur les transats à papoter. Marco était avec Henri, un homme de plus ou moins cinquante ans possédant le physique d’un athlète. Ils sirotaient du whisky, une bouteille de Jack Daniels trônait sur la table. Un serveur vint prendre ma commande, mes deux camarades avaient déjà leurs repas devant eux. Dix minutes et je fus servi d’une assiette de moules et frites.


Marco m’avait confié qu’ils se faisaient des sauteries dans des hôtels assez régulièrement avec différentes filles qu’ils draguaient sur le campus ou sur les plages. Les plages sont bien connues pour y être des lieux pour y retrouver des prostituées.


L’une des filles, Alice était une des préférées de Marco et était toujours de la fête, aussi pour des rencontres occasionnelles. Celle-ci était la seule qui n’était pas étudiante, elle avait un môme de deux ans de père inconnu, Marco l’aidait financièrement. Marco m’avait déjà dit qu’elle était exceptionnelle au lit, une affamée qui n’avait aucun tabou. Les deux autres beautés étaient Marie et Gwada, de superbes corps à faire rêver n’importe quel homme, les mecs se retournaient à leur passage.


Stéphanie, c’était la première fois qu’elle était conviée à une sauterie. Marco s’est assuré qu’elle était motivée en lui expliquant comment allait se dérouler le week-end et qu’elle se ferait baiser et pas qu’un peu. Elle l’avait sucé dans son bureau mentionnant son talent pour la pipe.


Nous avions terminé le repas, les filles jouaient dans la piscine avec un ballon. Henri racontait ses exploits sexuels avec les étudiantes, il y enseignait depuis plus de dix ans. Mentionnant Marie, il me dit que timide au début, elle était devenue une nymphomane et lui fit découvrir la bisexualité. Henri aimait être vu avec deux filles. Son côté pervers était connu de tous.


Stéphanie sortit de la piscine, se dirigea vers moi.


— Bonjour monsieur Jack, ravie de vous voir !


J’ai reculé ma chaise, et elle prit place sur mes genoux dont j’indiquais mon désir en tapotant dessus.


— Je suis également heureux de te voir, je t’assure.


L’eau perlait sur sa peau. Elle me faisait bander déjà. Marco m’a lancé la clé de la chambre.


— Hey Jack, va te faire plaisir !


Stéphanie entendant les paroles de Marco, regarda la clé puis son regard se tourna vers moi, sa langue mouillant ses lèvres.


Je pris mon sac à dos et la clé, un clin d’œil à Marco. Stéphanie était à mettre un t-shirt et enfila ses chaussures à talons courts, mais qui lui allongeaient ses belles jambes de couleur ébène très foncé. Ayant terminé, elle me regardait avec un joli sourire, ses dents toutes blanches. Ce que je la trouvais belle et désirable et moi, veinard, j’allais profiter de sa compagnie, de son corps superbe. Elle m’a tendu la main et nous avons pris la direction du bâtiment. Les hommes qui étaient assis sous les paillotes et les transats regardèrent tous en sa direction, m’enviant sans doute d’avoir en main une telle beauté.


Arrivés à l’ascenseur, j’ai  vérifié le numéro de chambre sur la clé, trois-cent-neuf. J’appuyai sur le bouton du troisième, l’étage où allaient se dérouler les deux jours à venir. Deux jours qui allaient être inoubliables. Les portes se refermèrent et Stéphanie avait ses bras autour de mon cou, offrant sa bouche à embrasser. Je n’avais pas encore remarqué, mais elle possédait un piercing sur la langue. Humm ce sera la première fois pour moi que ma queue allait découvrir les plaisirs accentués que procure un tel ajout.


La chambre était vaste, deux fauteuils de chaque côté de la porte vitrée du balcon, un grand sofa. Il y avait deux chambres qui communiquaient en fait, ce n’était pas exactement une suite à proprement dit. Elle a fait sauter ses deux chaussures dès que nous sommes entrés, et s’est  dirigée vers le sofa, enlevant son t-shirt qu’elle a jeté sur l’un des fauteuils, ses petites fesses dans mon viseur, je fixais ses gestes, j’admirais cette jolie fille.


Installée sur le sofa, elle a fait glisser le bas de son bikini, puis le haut dévoilant ses seins. Elle les malaxait en me regardant, les cuisses ouvertes.


Avis aux lecteurs : vous pouvez me proposer des images qui pourraient être insérées dans ce récit. Envoyez le lien en commentaire.

Merci


Si vous aimez cette histoire, faites-le savoir en ajoutant votre commentaire.

Diffuse en direct !
Regarder son live