Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 34 050 fois
  • 216 J'aime
  • 8 Commentaires

Mes aventures à la piscine

Chapitre 5

Inceste

Lorsque je rejoins Nicolas dans la cuisine, on entend la porte d’entrée claquer. Hugo nous rejoint dans sa tenue de sport.


— Salut les marmottes ! Dit-il. Vous avez bien dormi ?

— Coucou frangin ! Oui, super bien, réponds-je.

— Ça fait longtemps que vous êtes réveillés ? Reprend-il.

— Je suis réveillé depuis une demi-heure, j’ai entendu ta sœur sous la douche, ment Nicolas.

— Ah, elle y est déjà passée ?! J’espère qu’il reste un peu d’eau chaude, dit-il en rigolant. J’y vais !


Hugo monte prendre sa douche et j’attends d’entendre l’eau couler pour me rapprocher de Nicolas. Je viens me serrer contre lui et je l’embrasse. Il m’enlace de ses bras et ses mains ne se gênent plus pour parcourir mon corps.


Je sens rapidement son sexe durcir contre moi. Je le regarde et dis :


— Déjà prêt à remettre ça, on dirait ?

— Oui, mais ça serait trop risqué avec ton frère à côté !


Pendant qu’il me répond, je m’agenouille et sors son sexe bandé de son short. Je ne m’attarde pas et commence à lécher son gland avant de le prendre en bouche.


Ma langue tourne autour de son gland. Nicolas effectue un léger mouvement de bassin. J’adore ça, le sentir s’enfoncer dans ma bouche, glisser son sexe sur ma langue, les lèvres serrées autour de sa verge.


À chaque va-et-vient, je sens sa queue me pénétrer de plus en plus, jusqu’à s’enfoncer dans ma gorge. J’en profite aussi pour me faire du bien, ma main droite a glissé dans ma culotte et je me caresse pendant que mon cousin me baise la bouche.


Soudain, Nicolas se retire d’un coup et semble surpris. J’entends alors la voix de mon frère derrière moi…


— Qu’est-ce que vous foutez, putain ? Je vous dérange pas ?

— Hugo, c’est pas ce que tu crois, dis-je maladroitement.

— Donc, tu vas me dire que tu n’étais pas en train de sucer ton cousin et que plus tôt ce matin, vous ne baisiez pas dans sa chambre ?

— Je… Tu… Tu nous as vu ?

— Bah oui. Je suis rentré à l’heure et je vous cherchais. Mais je suis resté sur le cul quand je vous ai vu ensemble… Comment vous pouvez ?

— C’était pas prémédité ! Dis-je. Tu sais quand on est allé à la piscine sans toi, hier ? Une chose en amenant une autre, on s’est rapprochés, on s’est embrassés et finalement… Tu vois, quoi !

— Oui, j’ai vu !! Mais c’est notre cousin ! Ça ne te gêne pas ?

— On n’y a pas vraiment réfléchi comme ça… Il y avait une attirance, on a essayé de résister, mais on n’a pas pu. Tu le diras à personne, dis ?

— Je ne sais pas ! Je ne sais plus… Et toi, Nico, tu ne dis rien ?

— Ta sœur a tout dit. Ca s’est fait naturellement, on n’a pas réfléchi, on s’est laissé porter par l’envie et l’euphorie du moment, répond Nicolas.

— Mais vous êtes cousins, merde ! Vous n’y avez pas pensé ?!

— Au début, si bien sûr. Mais l’attirance était forte…

— Donc vous vous en foutez des risques ?

— On n’a pas prévu de faire des gosses, réponds-je. On a profité des vacances pour se faire plaisir, on n’a pas dit qu’on allait se marier et avoir des enfants !

— Je… Je… Faut que je réfléchisse, je vais prendre ma douche ! On en reparle tout à l’heure, dit Hugo. Mais en attendant, tu laisses ma sœur tranquille, ajoute-t-il en regardant Nicolas.


Alors qu’Hugo monte prendre sa douche, nous restons sans voix avec Nicolas. Aucun mot ne parvient à sortir de ma bouche et lui non plus ne semble pas en mesure de parler. Nous allons nous installer dans le salon, en attendant que mon frère redescende.


Vingt minutes plus tard, nous sommes toujours assis dans le salon, quand Hugo nous rejoint. Il semble plus détendu quand il s’assoit à côté de moi.


— Bon, on va reprendre depuis le début. Comment vous en êtes arrivés là ? Comment as-tu pu baiser ma sœur ? Demande-t-il en s’adressant à Nicolas.

— Puisque tu veux tout savoir, je pense qu’il faut qu’on raconte ce qu’il s’est passé tous les deux, mais on te donnera tous les détails, tu es prêt pour ça ? Demande-je.

— Oui, allez-y !


Et c’est parti, nous remontons le cours de l’histoire jusqu’à la sortie à la piscine, hier matin. Je commence par lui raconter le début de matinée sans histoire, les longueurs dans la piscine, la pause sur les transats. Je lui confie que j’étais tombé sous le charme de ce corps musclé lorsqu’il m’avait rejoint et comment, en effleurant le corps de notre cousin, dans l’eau, j’avais senti une bosse au niveau de son maillot de bain.


Nicolas complète en précisant qu’il avait aussi apprécié mon arrivée à la piscine, vêtue d’un maillot deux pièces et que la proximité dans la piscine l’avait excité et qu’il avait dû me laisser quelques minutes le temps de reprendre ses esprits.


C’est après que les choses se sont emballées. Je lui raconte que nous avons repris les longueurs dans un couloir de nage, comment sa main est venue se poser sur mon sein. Un geste involontaire, mais qui m’a excité au point de vouloir lui rendre la pareille en lui touchant l’entrejambe…


Nicolas complète mon récit dès qu’il le souhaite. De mon côté, je continue mon récit qui semble captiver mon frère. Je lui raconte comment j’ai pris les devant en me rapprochant de Nicolas pour l’embrasser et l’emballement qui s’en est suivi…


Le rendez-vous dans le vestiaire, les baisers, la fellation, la gorge profonde, le sperme chaud qui gicle dans ma bouche et que j’avale pour la première fois… Puis Nicolas raconte comment il m’a léché et je complète avec les sensations d’extase que j’ai ressenti…


Je continue avec mon envie de sentir son sexe en moi, comment il m’a prise en levrette, je détaille les sensations de ce sexe qui s’enfonce en moi, le nouvel orgasme qui me terrasse et la queue de Nicolas qui me baise la bouche avant que son sperme ne recouvre mon corps nu.


— T’es une vraie salope ! Lâche Hugo, entre rire et indignation.

— Parle pas ainsi de ta sœur, répond Nicolas. Ce n’est pas parce qu’elle aime le sexe que c’est une salope ! Si tu vois les femmes comme ça, t’as tout faux, mon vieux !

— Calmez-vous les garçons, on peut continuer tranquillement, sans se hurler dessus ? Dis-je pour apaiser les tensions naissantes.


Une fois les deux fauves calmés, je reprends mon récit. Je raconte à Hugo la soirée passée à s’envoyer des textos avec Nicolas, la plupart orientés sur le sexe, jusqu’à deux heures du matin, ce qui expliquait notre grasse matinée…


Je poursuis par les dernières heures, mon réveil, le message près de la machine à café, l’envie de retrouver Nicolas, d’aller le réveiller. Je détaille mon arrivée dans la chambre, le corps nu de mon cousin sous les yeux, le sexe que je prends en bouche pour le sucer… Nicolas décrit son réveil et les sensations de ma langue léchant son sexe.


On continue avec le soixante-neuf qui suit. Nous racontons chacun notre tour les sensations ressenties, le sperme qui remplit de nouveau ma bouche, sa langue qui joue avec mon clitoris jusqu’à jouir de plaisir… Je lui confie l’envie de reprendre ce sexe dans ma bouche, de l’enfoncer le plus possible alors que Nicolas a repris son cunnilingus et qu’il me caresse l’anus. Finalement, comment je jouis une seconde fois avec son doigt enfoncé dans mon cul…


Enfin, on finit l’histoire avec la fellation qu’il a surprise dans la cuisine, alors qu’on le pensait sous la douche.


— Voilà, tu sais tout ! On ne t’a rien caché, conclus-je.

— D’accord… Répond-il. Merci pour votre honnêteté… Et, je peux voir les textos que vous vous êtes envoyés ?


Dans ma tête, je me refais le fil de nos échanges écrits, un message me semble inapproprié, mais avant que je ne puisse dire quelque chose, Nicolas lui tend son téléphone.


— On a dit qu’on allait tout te dire, ça fait partie de l’histoire… Tiens.

— Merci Nico ! Dis Hugo en prenant le téléphone.


Je jette un regard noir à mon cousin, qui ne semble pas comprendre l’erreur qu’il vient de commettre…


L’ambiance est plus détendue et Hugo lit nos échanges et commente de temps en temps ce qu’il lit en rigolant, jusqu’au moment où il arrive à la fameuse question…


— Tu m’as maté sous la douche ?! Dit-il en s’adressant à moi.

— Je… Non… Je… Bafouille-je rouge de honte. Comme je l’ai écrit, j’étais plus jeune, je voulais en savoir plus sur l’anatomie masculine, t’es mon jumeau, je t’avais sous la main, c’était plus simple…

— C’était quand ? Ajoute-il.

— Je sais plus, y’a deux ans… Des fois, tu laisses la porte de la salle de bain ouverte, j’en ai profité pour regarder… Je suis désolée, Hugo !

— Et bah, sacrée façon de découvrir le sexe ! Dit-il en rigolant. J’espère que le spectacle t’a plu ! Ah Ah !

— Oui, je dois dire que le spectacle était plutôt agréable, t’es plutôt bien foutu, dis-je sans me démonter.

— Et je reprends ta question “As-tu déjà eu des pensées incestueuses avec moi” ? Demande Hugo.


Je sens le regard des garçons sur moi, je ne sais pas quoi répondre. Je suis comme prise au piège.


— Alors petite sœur, tu as déjà eu envie de coucher avec ton frère adoré ? Relance Hugo en souriant.

— Je… Je… Oui !! C’est vrai, j’ai fantasmé sur toi après t’avoir vu sous la douche la première fois ! Je me suis caressée en pensant à toi quelques fois, mais j’avais honte de moi… Voilà, t’es content ?

— Oui, répond-il. Après un long silence, il poursuit : puisqu’on en est aux confessions intimes et si ça peut te rendre moins honteuse, moi aussi je t’ai espionné dans l’espoir de te voir nue et la porte de la salle de bain ouverte n’était pas forcément involontaire… Et moi aussi, je me suis caressé en pensant à toi !

— On en apprend des choses croustillantes aujourd’hui, rigole Nicolas.

— T’es con Nico ! Plaisante Hugo. En tout cas, comme vous avez été honnête avec moi, je ne dirais rien sur ce qui a pu se passer…

— Merci Hugo, t’es un amour. Dis-je.


Je me jette alors dans ses bras pour lui faire un câlin et l’embrasser sur la joue, mais dans mon élan, mon baiser glisse sur ses lèvres. Je me redresse d’un bond…


— Oh, pardon Hugo, je ne voulais pas… Enfin, je ne voulais pas t’embrasser là… Dis-je.

— Dommage, c’était agréable pourtant, répond-il en rigolant.

— Ma belle, je pense que ton frère aurait bien aimé se joindre à nous ce matin, dit Nicolas en souriant.

— Quoi ? Mais… Non… Mais, c’est mon frère !! Réponds-je.

— Je suis ton cousin et pourtant…


À SUIVRE...

Diffuse en direct !
Regarder son live