Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 3 518 fois
  • 130 J'aime
  • 25 Commentaires

Mes chères amies

Chapitre 18

Justine, une femme « particulière »

Travesti / Trans

Préambule : j’ai constaté sur les épisodes précédents, qu’il beaucoup moins de « j’aime » qu’avant sur mon histoire. Peut-être qu’elle vous plait moins ? Peut-être vous lasse-t-elle ?

N’hésitez pas à me le dire, ou suggérer des choses différentes, j’essaierais d’en tenir compte pour les épisodes à venir.

 


***********

 

Deux semaines se sont passées depuis ma soirée avec Matéo. Il m’a relancé mais j’ai gentiment décliné. Il n’était qu’un coup d’un soir.

 

Ce vendredi soir prochain je vais être en vacances. 

J’avais posé une semaine de congés payés sans savoir trop ou aller mais j’ai besoin de me reposer et quitter Paris pour prendre un peu l’air.

Il faut bien dire aussi que depuis quelques mois maintenant les choses ont un peu changé pour moi, Justine à désormais une place importante dans ma vie.


Je m’habitue à cette dualité, garçon le jour pour l’exigence de ma vie professionnelle et fille dès que je rentre le soir et le weekend.

Mes « chères amies » m’encouragent toujours à cela.

 

Garçon le jour, mais juste en apparence car j’ai opté pour des sous-vêtements féminins au quotidien. Et puis garçon… assez androgyne quand même. Au point où mes collègues de travail ont vu quelques changements de look et d’attitudes.

 

C’est deux dernières semaines, j’ai justement fait les boutiques avec les filles et enrichi assez nettement ma garde-robe. Samedi dernier on a fait une virée shopping toutes les trois, et ma carte bancaire ne s’en est toujours pas remise.

J’avais aussi complété par quelques emplettes sur internet que j’ai désormais reçues.

  

Sarah et Léa ne pouvant pas se libérer pour partir avec moi j’ai décidé de partir seule. Et je n’ai pas osé le proposer à Fanny.

Justement je dis seule et non seul… j’ai pris la décision, et avec la bénédiction des filles, que c’est Justine qui partira, et non Justin.

J’ai très envie de tenter cette expérience et puis ça va bientôt 3 semaines que je n’ai pas baisé, autant dire que j’ai le feu dans ma culotte.

 

Un peu au dernier moment j’ai cherché un lieu de villégiature. J’ai trouvé un truc sympa à Gènes en Italie mais cette destination m’oblige à prendre l’avion et ça risque de compliquer un peu les choses pour mes papiers d’identité. 

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

Finalement je me suis rabattue sur Nice où j’ai trouvé un hôtel en demie pension à un prix très intéressant. Hors saison on peut trouver des offres très concurrentielles.


J’ai donc réservé les billets de train et l’hôtel au nom de Justine xxxx.

Une grande première pour moi, je vais voyager et passer une semaine complète en tant que femme. Je prépare fébrilement ma valise qui faut bien l’avouer est en surabondance de vêtements, lingerie, chaussures, maquillage… j’ai vidé ma penderie. Certes encore un peu pauvre mais qui commence nettement à se remplir.


Par sécurité, je prévoie une tenue masculine en cas d’urgence, on ne sait jamais. Mais j’ai la ferme attention de ne pas m’en servir.

 

Fanny me propose de la retrouver chez elle ce jeudi avant mon départ en vacances, histoire de passer une soirée ensemble et en plus elle de bons conseils. Elle va me briefer sur ce que je dois faire et ne pas faire.

 

*********
 


Nous sommes jeudi, je rentre tôt du travail pour bien me préparer et filer chez Fanny. Je veux faire un effort de tenue et de maquillage pour faire plaisir à mon amie et secrètement je voudrais aussi l’impressionner un peu.

 

Il est 19h quand j’arrive chez elle. Elle aussi a débauché un peu plus tôt pour l’occasion et s’est faite livrer le repas pour nous deux.

Elle est toujours très élégante et je suis inlassablement impressionnée par son aisance et sa féminité. Je l’envie tellement, elle est mon modèle, celui auquel je souhaite ressembler.

 

Pour m’accueillir et me dire bonjour Fanny me dépose un baiser sur la bouche. J’en ai l’habitude avec mes chères amies, et désormais aussi avec Fanny. Un smack entre filles.

Mais Fanny me complimente sur ma tenue et ne s’arrête pas là car sa main glisse sur ma cuisse pour vérifier la présence de jarretelles sous le tissu de ma jupe.


Je suis toujours un peu surprise mais ravie de ce petit geste que je lui laisse faire bien volontiers en me mordant un peu la lèvre inférieure pour masquer un sourire. 

En effet, je porte des jarretelles pour tenir mes bas couleur Gazelle sous une jupe cercle (ample) noire arrivant juste en dessous du genou et une blouse en mousseline blanc. Ma lingerie composée d’en ensemble blanc, soutien-gorge renfermant ma fausse poitrine, d’un porte-jarretelles et d’un tanga. 

 

Fanny elle, est habillée de façon femme d’affaires, métier d’avocate oblige. Elle porte un tailleur jupe et veste sombre sur un corsage écru. Ses bas sont noirs et elle est chaussée d’escarpins Louboutin.


Sa chevelure rousse est détachée sur ses épaules. Il n’y a pas à dire elle est élégante et en impose !

Je glisse également ma main sur sa jupe et en vérifier aussi la présence de jarretelles. Mais je savais que j’allais en trouver.

 

Fanny me regarde faire et me dis en souriant :

 

-         Bé oui… toujours !

 


La soirée se déroule de façon tellement agréable… Nous discutons de tout mais je questionne Fanny sur la transition que désormais je compte entamer.

Nous parlons aussi de ma semaine de vacances à venir. Elle est contente de ma volonté de la passer 100% au féminin et m’encourage à le faire régulièrement.


Elle a une amie là-bas, une amie « comme nous ». Elle me propose de l’appeler pour que si elle est disponible, que je la rencontre et que je fasse connaissance avec elle. J’accepte avec plaisir. 

 

Fanny le fait immédiatement et prend son téléphone pour l’appeler. Apres quelques minutes de bavardage et d’explications, Fanny m’informe que son amie Maude est tout à fait disposée à me rencontrer. Elle me donne son numéro et je devrais l’appeler a mon arrivée pour convenir du jour où on pourra se voir dans la semaine.


En même temps elle me montre sa photo sur son téléphone.

Elle est jolie, brune, méditerranéenne et très souriante. Un visage moins fin que celui de Fanny mais joli quand même.

Au fond de moi ça me rassure mais je ne le dis pas à Fanny.

 

Maude à Nice et Fanny à Paris, je me demande comment elles peuvent se connaître. Je questionne Fanny à ce sujet.

 

-         Tu sais, tu le verras au fur et à mesure, mais il y a quand même une communauté trans… transgenres, transsexuelles. Il y a de l’entraide entre nous, de la protection, du conseil… 

-         Je sais qu’il existe des associations

-         Oui, selon les villes. C’est bien, ça permet de se connaitre. Et puis tu sais les filles qui ont fait « le saut de l’ange » ne sont quand même pas si nombreuses. Alors quand on se connait, en général on garde contact.

 

Bien sûr, je n’y avais pas pensé.


-         Maud est opérée elle aussi ? comme toi ?

-         Oui, mais elle l’a fait après moi.

-         Et du coup tu l’as connue comment ?

-      Elle était à Paris pendant quelques mois à l’époque et je l’ai connu par l’intermédiaire d’un groupe d’amis. Elle n’avait pas fait sa réassignation à ce moment-là.

-         Et… vous avez été amantes ?

 

Fanny éclate de rire à ma question

-         Oui ! et au lit c’est un volcan

-         Waoo ça devait donner toutes les deux !

 

Il est déjà assez tard, Fanny doit partir tôt au travail demain. Je vais rentrer. Mon amie me propose de rester dormir chez elle si je veux mais je refuse, je n’ai pas mes affaires pour demain.

Mais un autre jour avec plaisir.

 

On s’embrasse tendrement avant de nous quitter en se promettant de s’appeler dans la semaine et se revoir à mon retour.

 

*********
 


Samedi matin, 9 heures moins le quart, je suis à Paris gare de Lyon. Il fait un peu frais ce matin en ce début avril mais la semaine s’annonce ensoleillée à Nice et avec quelques bons degrés de plus qu’à Paris.


Le TGV est à quai, les voyageurs commencent à y accéder. J’ai juste le temps de m’acheter quelques revues au kiosque à journaux avant de m’installer. 

J’ai pu bénéficier d’une place en 1ère pour un prix proche de celle de la seconde. Les 5 heures 50 de trajet entre Paris et Nice n’en seront que plus confortables. J’ai même prévu quelques sandwichs club pour déjeuner à ma place.

 

J’appréhende un peu car c’est une aventure, mais je suis contente de la réaliser. Le premier long voyage de Justine et le premier séjour aussi. Cette semaine sera sûrement riche d’expériences. J’espère juste que tout se passera bien.

 

La tenue que j’ai choisie pour voyager est à la fois féminine et confort. 

J’ai longtemps hésité si je devais mettre ou pas des bas avec un porte-jarretelles ou pas, je me suis dégonflée pour finalement choisir de porter un collant. Je verrais pour le voyage de retour, mais là je n’ai pas osé.


Une jupe un peu ample qui arrive au-dessus des genoux et un pull, rentré dans la jupe et tenue par une ceinture. 

Un soutien-gorge pour tenir ma fausse poitrine et une culotte, le tout en satin fuchsia. Pour finir, ma paire de bottes avec des talons hauts. Bien sûr ma perruque que je ne quitterais pas de la semaine et un léger maquillage pour cacher mes imperfections masculines.

Mes ongles sont manucurés et vernis de rouge comme il me plait de porter.


Mon manteau et un sac à main contenant mes papiers, quelques affaires, mon téléphone et son chargeur et par précaution quelques préservatifs.

Je porte avec moi un autre sac, pliable, contenant mes sandwichs, une bouteille d’eau et mes revues.

 

Alors que j’essaye de monter ma valise bien remplie dans le wagon, un monsieur se propose pour m’aider. 


-         Laissez-moi vous aider mademoiselle !

 

Le monsieur monte ma lourde valise et l’installe dans le rack de rangement. Je prends alors conscience qu’il est très agréable d’être une femme auprès de gens courtois et galants. 

Je le remercie de son aide avant d’aller m’installer à ma place. Cette occasion me conforte dans l’idée que mon passing est bon.



C’est important d’être rassurée car je doute toujours et j’ai peur d’être découverte. C’est saugrenu car je ne suis pas recherchée par la police mais l’appréhension reste bien chevillée au corps.

J’ai l’impression que si je suis démasquée, la personne le criera à tout le monde et la honte s’abattrait sur moi. C’est évidemment ridicule.

 

Le trajet se déroule sans encombre et à mi-parcours le contrôleur passe dans les rangs contrôler les billets. Il s’approche de moi, j’ai préparé et sorti le billet imprimé avec le QR code.

 

-         Bonjour madame, votre titre de transport s’il vous plait

 

Je lui tends. Je sens les battements de mon cœur s’accélérer.

 

Bip !

 

-         Merci madame, bon voyage !

 

La tension retombe. Encore une fois c’est idiot je n’avais rien à craindre, mais que voulez-vous, je ne suis pas encore totalement habituée.

 

Il est 15 heures passées quand le train arrive à la gare de Nice. Je quitte le compartiment et me dirige vers la station de taxi. Celui que je prends m’amène à l’hôtel de France. Un petit hôtel plein de charme situé à 15 minutes à pied de la place Massena et tout proche de la promenade des Anglais.


La chambre est réservée au nom de Justine Xxxxxx. Tout se passe bien, je récupère la clef et monte m’installer dans une jolie chambre avec un balcon duquel j’aperçois la mer.

 

On fois installée, j’appelle Sarah, puis Léa et enfin Fanny pour leur dire que je suis bien arrivée. 

Les vacances commencent, et j’aspire à en profiter pleinement. Sur le plan du farniente mais aussi le plan sexuel. Je n’ai pas fait l’amour depuis 3 semaines.

 


Le lendemain dimanche après une bonne grasse matinée et un bon petit déjeuner, je décide d’appeler Maude.

 

-         Allo, Maude ? bonjour c’est Justine l’amie de Fanny

-         Bonjour Justine, oui Fanny m’a dit que tu m’appellerais. Tu es arrivée à Nice ?

-         Oui hier après-midi. Mais j’espère ne pas te déranger

-         Tu plaisantes ! c’est avec plaisir. Toutefois j’ai un impératif là, je n’ai pas beaucoup de temps.

-         Je suis désolée, veux-tu que je t’appelle plus tard ?

-         Ecoute je te propose qu’on se voit demain, c’est mon jour de repos. On se retrouve à midi pour déjeuner ensemble et faire connaissance.

-         Avec plaisir… Ça marche pour demain.

-         Ok, rendez vous à midi devant le restaurant « Chez les deux Jeanne » à côté du cours Saleya, on déjeunera en terrasse. Je connais le patron.

 

C’est noté, demain midi je vais faire connaissance avec Maude.

 

 

*********
 


La journée du dimanche commence à toucher à sa fin en ce dimanche après une longue balade en mode décontractée pour découvrir un peu la ville. Il fait doux, c’est l’avantage du climat méditerranéen. 


Je repasse à l’hôtel pour prendre une douche et me changer. 

J’enfile une paire de bas chair et un porte-jarretelles, une culotte dans laquelle je recroqueville mon petit sexe dedans, le cachant le mieux possible, puis je passe une robe printanière et des escarpins. 

 

Je ressors de l’hôtel après que le réceptionniste m’ait souhaité une bonne soirée. J’irais diner plus tard, en attendant j’ai envie de profiter de cette fin d’après-midi en terrasse.

 

J’avise un café avec une grande terrasse donnant sur la place Masséna. Et je m’y installe. Le serveur vient prendre et m’apporter ma commande.

Je n’ai pas vu que je me suis installée à une table pas loin d’une autre table occupée par un homme seul.

 

Absorbée par mes pensées, en me refaisant le film du voyage d’hier, de cette première journée et de Maude dont je vais faire connaissance demain, je ne prête pas attention à cet homme. Ce n’est pas son cas, qui lui, m’a repéré. 

 

Au bout d’un bon petit moment quand même, je constate qu’il m’observe à la dérobée. 

Il est brun, environ une trentaine ans, d’allure élégante et semble assez grand. Je le trouve plutôt beau gosse et tout à fait « consommable ». Je me dis que ça peut être intéressant de poursuivre ce petit jeu de cache cache et voir où cela nous mène. 

 

Par jeu je détourne le regard dès que je le vois me regarder mais je me déplace un peu sur mon siège pour qu’il puisse mieux voir mes jambes en remontant légèrement ma robe.


J’adore de plus en plus ces jeux de séduction féminine. J’en envie de lui laisser penser que je suis une bourgeoise en quête d’aventure. En tout cas, une fois encore je fais illusion, cet homme me prend pour une femme. L’inquiétude ne me quitte jamais vraiment et ce genre de situation me rassure encore une fois. 

 

Son téléphone sonne, il décroche et se met à parler Italien tout en continuant à m’observer.

Le petit jeu dure un moment avant que le bel Italien ne raccroche et décide de s’approcher de ma table pour me parler.

 

-         Me permettez vous de vous offrir quelque chose ? me dit le beau brun dans un Français correct bien marqué d’un accent italien.

 

Je lui réponds d’un sourire puis rajoute :


-         Pourquoi pas…

-         Acceptez-vous que je m’installe à votre table ?

-         Oui, si vous voulez…

 

Je fais ma mijaurée mais j’ai très envie que ce jeune homme vienne à ma table me faire la conversation… et plus si affinité comme on dit

 

-         Enchantée, je me présente je suis Luca

-         Oh très joli prénom

-         Merci, cela vient du latin lux… permettez moi que je vous apporte un peu de lumière

 

Il vient de me faire rire, l’entrée en matière est originale. Il n’y a pas de doute j’ai à faire à un dragueur.

 

-         Enchantée Luca, moi c’est Justine

-         Je vous retourne le compliment, c’est joli Justine… Et que fait donc Justine seule a cette terrasse ? Vous êtes de Nice ?

-         Non je suis parisienne, je suis arrivée à Nice hier soir pour quelques jours de congés, je découvre la ville.

-         J’aurais pu vous servir de guide mais hélas je repars à Turin demain.

 

Nous entamons une conversation agréable, Luca s’avère charmant avec son accent italien séduisant. La volubilité du garçon nous amène assez naturellement au tutoiement.

 

-         Je t’invite à diner Justine, je connais une un restaurant italien très bien proche d’ici ?

-         Avec plaisir. Mais ne dit-on pas trattoria ?

-         Si signora, esattamente!  me répond Luca dans un rire sonore.

 

Espiègle, je fais exprès en me levant d’accrocher ma robe pour lui dévoiler ma cuisse et évidement mon bas et l’attache de la jarretelle. Luca n’en a pas raté une miette.

 

-         Molto bello, Justine !

 

Contente de mon coup je me lève du siège et lisse bien ma robe pour la remettre en place sous le regard envieux de Luca, avant de prendre mon imper et mon sac. 


Nous partons vers le restaurant. Mes talons claquent sur le sol et j’ai l’impression que ça, plus la vision de ma jarretelle il y a quelques minutes, ne laissent pas Luca insensible.

 

La soirée au restaurant se passe d’une façon très agréable. Nous bavardons, de nos métiers respectifs, de nos passions, bref un peu de tout. Luca a beaucoup d’humour et j’adore ça. Il est intelligent et cette exubérance italienne qui est amusante.


Je me laisse séduire avec délice par Luca… je réponds facilement à sa drague et le garçon est habile, il sait qu’il m’aura ce soir.

Moi j’ai envie de lui, il me plait, j’ai envie de baiser avec ce beau brun.

 

Mais j’ai un cas de conscience, la seule fois où j’ai fait l’amour avec un homme en étant Justine c’était avec Xavier. Et il savait qui j’étais. Là ce n’est pas le cas pour Luca. C’est clair qu’il drague une femme, il risque d’être surpris.

 

Mais je me souviens de ce que m’avait dit Fanny… « annonce la couleur tout de suite pour éviter les méprises », mais je ne sais pas trop comment faire. 

 

J’ai envie de lui mais j’ai peur qu’il prenne mal le fait que je sois transgenre, qu’il m’insulte.

 

Luca me prend ma main et me félicite pour mes mains fines et le vernis rouge sur les ongles. Nos doigts s’entrecroisent et se referment les uns contre les autres.


Confiant, il approche sa main de mon visage pour le caresser en glissant son doigt sur ma joue, heureusement que le fond de teint ne tache pas. 

Je lui attrape sa main et dépose un baiser sur ses doigts. Il n’a plus aucun doute sur mes intentions et approche son visage du mien, doucement, jusqu’à venir déposer un baiser sur mes lèvres. Je l’accepte, il recommence et sa langue franchi le barrage de mes dents et m’embrasse avec passion.


Je suis conquise par ce baiser et l’émotion monte en moi.

Sa main s’aventure sur ma cuisse et je le sens toucher l’attache de la jarretelle. Puis sa main passe sous la robe. Mes jambes croisées lui interdisent un accès trop haut mais ses doigts glissent sur le nylon de mon bas.

Luca m’embrasse à nouveau.

 

Je me recule et prend mon courage à deux mains

 

-         Luca, attend, j’ai quelque chose à te dire

-         Que tu veux passer la nuit avec moi ? dit-il bravache

-         Oui j’ai terriblement envie de toi mais je dois te dire quelque chose avant

 

Luca se recule son tour, inquiet de ce que je veux lui annoncer.

 

-         Tu n’as rien remarqué en moi ?

-         Remarqué ? si ! que tu es très…

 

Je m’interroge sur ce qu’il veut dire.

 

-         Très quoi ?

-         Une femme très sexy !

-         Ahh merci… Mais je dois te dire… heu… je suis une fille… un peu particulière… spéciale

 

Il me regarde avec des yeux ronds

 

-         Je ne comprends pas… Particulière ? Spéciale ? c’est à dire ?

-         Eh bien, heu… oui particulière… je suis … je suis transgenre…

 

J’ai le feu aux joues, j’ai joué le tout pour le tout et ça passe ou ça casse. Luca se recule d’un coup en lâchant ma main.

 

-         Transgenre ? Ça… ça veut dire transsexuelle ?

-         Si tu veux mais pas vraiment encore…Non je ne suis pas opérée

 

Luca me regarde avec des yeux ronds, qui tournent… je ne sais pas où me mettre.

 

-         Mais comment c’est possible ? Tu es tellement femme ?... Tu es un travestito… un travelo ?

-         Non non Luca, je ne suis pas un travesti, je ne suis pas déguisée, je suis une femme au plus profond de mon être.

 

Je mens un peu pour l’occasion mais j’ai très peur.

 

-         Je vis ainsi, je suis en cours de transition.

 

Luca reste silencieux, abasourdi par ce que je viens de lui dire, peinant à comprendre que la femme qu’il regarde (et qu’il drague depuis 2 heures) serait en fait un homme. Son visage s’est fermé. Je décèle de l’incompréhension dans son regard.

Mais ce qui me rassure c’est que je ne perçois pas de dégout.

 

-         Et je veux être honnête vis-à-vis de toi. Je ne voulais pas que tu le découvres tout à l’heure, tu aurais eu l’impression que j’ai cherché à te piéger, ce n’est pas mon intention

 

Silence de Luca qui me regarde fixement. Je ne peux pas retenir une larme qui perle de mes yeux.

 

-         J’ai envie de toi Luca mais…

-         Arrête ! Me dit-il durement en me coupant dans ma phrase

 

On est là, face à face, je n’ose bouger et Luca est en train de me dévisager. Je tremble un peu. J’ai l’impression que ça dure une heure.

Luca se lève et me dit froidement.

 

-         Je vais régler.

 


A suivre !


N’hésitez pas à me dire si cette histoire vous plait toujours mes chéris.

On me pose souvent la question si cette histoire est vraie et si c’est la mienne. Eh bien l’histoire mélange du romancé et du vrai. Mais je garde le mystère sur les proportions :-)

Si vous aimez, continuez à mettre plein « j’aime »

Bisous les chéris

Diffuse en direct !
Regarder son live