Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 4 117 fois
  • 120 J'aime
  • 21 Commentaires

Mes chères amies

Chapitre 23

Les retrouvailles avec Xavier s’annoncent ardents

Travesti / Trans

Note de l’auteure :



Je propose un petit résumé car je me suis interrompue longtemps avant de reprendre le chapitre 23. Je tiens à m’en excuser auprès de tous ceux et celles qui ont suivi l’histoire, laissé beaucoup de commentaires, voire même m’ont écrit en privé. J’ai tissé avec certains/certaines des liens amicaux très agréables (ils se reconnaitront j’en suis certaine).



Résumé des épisodes précédents :


Justine a 22 ans et elle est une fille particulière, comme on dit.

En effet elle est née garçon et a refoulée inconsciemment sa féminité jusqu’au moment où ses deux amies, Sarah et Léa, ses chères amies, décident de confronter Justin (son prénom de naissance) à sa vraie nature. Telle une chrysalide, Justine deviendra papillon, avec l’aide délicate, aimante et bienveillante de ses deux amies.

L’androgyne et homosexuel Justin évoluera au fil des épisodes vers le monde qu’il a toujours désiré sans jamais se l’avouer, celui de la féminité ; révéler ce qu’il est au plus profond de lui pour finalement s’affirmer en tant que femme.

Le bon dieu, s’il existe (ce dont Justin(e) doute) s’est certainement trompé à la conception de Justin. Sa morphologie, sa taille, sa muscalure sont celles d’une jeune femme.

A un détail près, à peine embarrassant dans sa culotte, Justine ne pouvait qu’exister.


Il faut toutefois que le parcours se fasse, que la transition s’opère, que le cerveau l’appréhende… que Justine se découvre petit à petit et s’accepte ainsi, à ses yeux, aux yeux de ses proches et aux yeux des autres.


Avec l’aide de Sarah et Léa, Justine va découvrir le plaisir d’être élégante, de porter de jolies robes, des talons et des vrais bas avec jarretelles.


Elle découvre son attirance pour la soumission, elle rencontre des hommes qui lui font l’amour comme à une femme alors que d’autres lui font l’amour comme à un homme. Elle croise la brutalité et la violence, elle fait des rencontres qui changent sa vie et l’aident dans sa transition.

Elle a des angoisses, elle a des peurs mais aussi des bonheurs… elle pleure mais aussi elle rit, elle a des plaisirs et des jouissances…

Justine se découvre petit à petit au fil des épisodes… elle se découvre femme, s’accepte femme… se décide femme !



Résumé du chapitre 22


Au lendemain de cette soirée, pendant laquelle Justine a été violentée, le moral n’est pas au beau fixe. Justine se balade sur le bord de mer en se demandant si elle n’allait pas écourter son séjour et rentrer à Paris.

A ce moment-là, elle reçoit un message de Xavier, dont elle n’avait plus de nouvelle depuis leur rencontre. Elle l’écoute avec une émotion très forte car elle pensait que Xavier l’avait oublié.

Au téléphone, Justine raconte ses mésaventures à Xavier, qui décide toute séance tenante, de prendre un avion pour Nice le soir même afin de rejoindre Justine.


Joliment habillée pour faire plaisir à Xavier, Justine l’attend à l’aéroport de Nice vers 22h et leurs retrouvailles sont intenses et très sexe.

 

 

 

 

Chapitre 23

Les retrouvailles avec Xavier s’annoncent ardents

***********
 

 

-         Je sens que je viens Justine…

 

Je sais que là il me propose de me retirer ou de rester… je reste ! 

Ma bouche continue son ouvrage sur son pieu et d’un coup il m’inonde la bouche et la gorge. Sans surprise je reçois la divine liqueur dans la bouche et je l’avale jusqu’à la dernière goutte.

Une fois le sperme de mon partenaire avalé, avec un vrai plaisir, je m’occupe de nettoyer sa queue avec ma langue pour faire disparaitre toute trace blanchâtre.

 

-         Tu es belle Justine, tu suces comme une reine !

 

Xavier est devant moi, tout nu et moi assise et habillée. Il me tend la main pour m’aider à le relever et m’enserre en m’embrassant. Ses mains parcourent mon corps et s’aventurent partout.

Je me sens effleurée, explorée, happée… en attendant d’être pénétrée.

 

-         J’ai envie de te découvrir Justine, doucement, profiter de ton élégance, sentir ton corps, constater ta féminité, voir comme elle a progressé même !

 

En disant cela, sa main passée sous ma jupe, remonte sur mes bas et caresse mes jarretelles.

Je me sens fondre sous ses gestes, je sens que je n’ai plus aucune résistance. Mais d’ailleurs je n’ai pas envie de résister

 

Mon dieu comme il sait y faire. Il prend son temps, allonge les minutes le plus possible. Je suis sur un nuage en étant dans ses bras et perds la notion du temps. C’est doux, c’est suave, c’est délicat.

 

Il dézippe ma jupe et s’efforce de la faire glisser à mes pieds. Elle tombe à mes chevilles réhaussées de mes escarpins toujours aux pieds. Xavier se baisse et jette la jupe sur le fauteuil.

En se baissant il prend le temps d’admirer mes jambes gainées de nylon et mon porte-jarretelles qui les tend. 

 

Ses mains se posent sur mes hanches et caressent le satin noir du porte-jarretelles. Puis d’un doigt de chaque côté, descend ma culotte également noire.

Elle descend tout doucement, pour découvrir ma petite verge cachée par le satin. Ce timide petit sexe assez fin et recroquevillé entre deux olives qui s’éveille timidement à la vue de l’être aimé.

 

La culotte va rejoindre la jupe sur le fauteuil et Xavier passe le doigt sur le petit sexe devant ses yeux. 

 

Je suis excitée et celui-ci daigne se bander un peu, se raidir, se dresser comme pour défier Xavier.

Il sait qu’il ne peut pas lutter avec le beau et gros sexe de Xavier. Le mien est un sexe de tapette comme on me l’a souvent dit, un sexe de tarlouze… mais je m’en fiche, je le sais et m’en satisfait, je ne veux pas lutter, surtout pas lutter. 

 

J’apprécie même désormais qu’il prenne aussi peu de place jusqu’à en être ridicule. J’apprécie qu’il se perde dans le satin de mes culottes, c’est plus élégant et ça me rapproche des entre-jambes des femmes. 

 

Cela évite aussi d’avoir une bosse disgracieuse sous ma jupe.

Ce sexe, ce clito masculin, je préférerais même qu’il disparaisse complétement. 

J’offre autre chose !

 

Je suis surprise quand je vois Xavier le masturber comme il peut pour essayer de lui donner un peu de forme et y poser la bouche. C’est adorable il veut me donner un peu de plaisir en étant sucée, comme lui a du plaisir.

 

Il m’embrasse mon petit sexe, il me suce et je ne suis pas habituée, je ne sais pas comment faire, où poser les mains j’en suis presque gênée. 

 

Mais le coquin, en même temps glisse un doigt sur mon œillet. Celui est réactif, impatient d’être visité, impatient d’être envahi par ce joli sexe de Xavier.

D’être doigtée en même temps maintient mon petit sexe en érection et Xavier semble apprécier l’avoir en bouche.

 

Il me flatte les fesses, fait glisser son doigt son mon sillon fessier, joue avec mon anneau qui se distend vite. Puis se relève en abandonnant ma petite queue et mon petit trou, se dirige vers sa valise pour en sortir du gel et un préservatif.

Je m’empresse de lui mettre le capuchon et lui dépose une noisette de gel sur son doigt pour reprendre sa fouille.

 

J’en profite pour ôter mon corsage afin d’être plus à l’aise. 

 

Je suis contre Xavier, il est si beau et si masculin et en même temps si doux. Il me bascule sur le lit et continue à me préparer… son doigt prend possession de mes reins.

 

Son sexe est dressé entre mes mains, à nouveau prêt à m’outrager, prêt à m’ouvrager… je suis plus à l’aise ainsi, quand c’est moi qui m’occupe du sexe de mon amant.

Je suis au bord de l’explosion, j’ai envie de lui et je lui demande de me prendre, de me faire jouir.

 

-         J’adore t’entendre gémir de la sorte

-         Mon chéri ! Viens ! Baise-moi ! J’ai envie de te sentir en moi !

 

Xavier me couche sur le dos face à lui et remonte mes jambes gainées sur ses épaules. Il présente se sexe contre mon œillet, force un peu, lentement en voulant être le plus doux possible. Ma rose cède rapidement, tellement je suis excitée et que je désire recevoir cette queue dans mon ventre. 

 

Il passe l’anneau qui se distend sous la pression et lentement s’enfonce en moi. J’ai l’impression de défaillir de plaisir, sentir ainsi cette colonne de chair s’enfoncer en moi est un délice dont je ne me lasse jamais, au contraire, j’en veux, souvent souvent.

 

Là, il me pénètre avec douceur et s’est incroyablement bon. Je suis sur le dos il me baise comme on baise une femme, je suis heureuse, je suis dans une douce plénitude. 

Je sens sa queue en moi, aller profondément dans mon ventre, dans mon tunnel d’amour jusqu’à toucher ma prostate.

 

Puis il se retire, ressort de mon anus pour y revenir. Que c’est bon ! Il fait ça plusieurs fois, je gémis de plaisir.

 

Xavier est résistant, il m’entreprend longuement en s’arrêtant de temps en temps pour remettre du gel afin d’éviter de m’échauffer l’anus.

Je sens qu’il se maitrise pour éviter de jouir trop vite. Il sait se gérer.

 

Par contre moi j’enchaîne les spasmes et quelques jouissances dont une qui me laisse haut perchée… Je peine à redescendre tellement c’est intense.

Mon amant est infatigable mais il s’arrête quand même de me limer le cul… essoufflé. Il se retire de moi me laissant un grand vide puis s’écroule sur le côté.

Moi je suis ko de bonheur. 

 

Xavier se lève chercher une bouteille d’eau, me propose à boire que j’accepte volontiers tellement je suis assoiffée, et pas que de sexe.

 

Mon vigoureux amant a repris du poil de la bête et me fait comprendre qu’il désire à nouveau me chevaucher.

Il me retourne et me fait mettre à quatre pattes, les fesses offertes et la tête dans l’oreiller. Mon dos est cambré et mon cul à nouveau disponible.

 

J’aime être prise en levrette, je sens le sexe plus profondément en moi.

 

Mon petit trou est bien ouvert, je le sens. Avec douceur Xavier me pénètre sans forcer. Je suis épuisée mais le plaisir est trop fort.

En me caressant les hanches, en caressant mes cuisses, caressant mes bas et mes jarretelles, Xavier applique lentement et avec application un rythme de pénétration. 

 

Puis il stoppe en restant en moi. J’ai l’impression d’être perforée tellement je sens bien son sexe dans mes reins. Il prend le temps de me caresser et de m’embrasser le dos.

Je couine de plaisir et remue mes fesses sans même en avoir conscience pour le sentir encore plus profondément en moi. Puis il se retire un peu pour presque sortir de mon rectum.

 

Mon amant m’attrape mes cheveux et les tire un peu ce qui a pour effet de creuser mes reins et il me dit :

 

-         Bouge ton joli petit cul ma chérie et viens t’empaler sur ma queue.

 

Ça a pour effet immédiat de me procurer un orgasme rapide. 

 

Je recule au maximum mon bassin en creusant bien mes reins pour sentir le sexe s’introduire le plus profondément possible en moi, centimètre par centimètre jusqu’à sentir ses testicules contre mes fesses.

 

Xavier me tient les hanches par-dessus le satin du porte-jarretelles et me donne la cadence. C’est moi qui bouge sur sa queue et je m’embroche avec plaisir sur son sexe.

 

Je suis fatiguée mais le plaisir monte, intensément. Je sens monter en moi une nouvelle jouissance, forte et simultanément je sens Xavier au bord de l’éjaculation.

 

-         Mon chéri, viens ! baise moi fort ! ohhh ouiiii Xavier…. Mon amour… Mon amour !

 

Malgré la fatigue j’accélère, je sens Xavier s’agripper fort à mes hanches et il a un orgasme, il éjacule, je sens la tension de son sexe en moi. Quelques instants plus tard c’est moi qui suis terrassée par orgasme puissant.

 

On s’écroule sur le lit, son sexe toujours en moi.

Il m’enlace, m’embrasse tendrement puis se retire de mes fesses.

Je me dis que j’aurais aimé recevoir sa semence dans mes reins, ça aurait rajouté encore plus à mon plaisir.

 

On reste un moment, enlacés, je ne veux pas quitter ses bras, il m’a donné tellement de plaisir ce soir. Mais le sommeil me gagne, je lutte contre la fatigue. Je n’ai pas le courage d’aller prendre une douche. J’ai juste la force d’ôter mes bas et ma lingerie et d’enfiler une nuisette.

Je m’écroule dans le lit, me colle contre lui et je plonge dans un profond sommeil, mon anus béant… heureuse et comblée.

 

 

Le lendemain matin c’est le soleil du jour qui me réveille vers 8h00. Xavier est à mes côtés, il dort.

 

Je reste un peu dans le lit à me réveiller doucement aux rayons du soleil. Je me remémore la journée d’hier et la soirée aussi. Je n’en reviens pas. Et cet homme est toujours là à mes côtés… mon homme, mon amant, mon amour, mon enculeur !

 

Je le regarde dormir sans oser le toucher de peur de le réveiller.

 

Machinalement je passe ma main sur mes fesses et sur mon anus. Je constate qu’il est encore très souple, à peine refermé, ce qui me fait sourire.

 

Je me lève pour aller prendre ma douche, j’en ai besoin et elle me lavera de tous mes excès de cette nuit.

 

Au retour de la douche, Xavier dort toujours. J’ai l’idée de le réveiller en douceur et lui faire plaisir. J’ouvre mon peignoir de bain pour positionner mon rosebud dans mon petit trou qui ne demande que ça, encore… et enfile ma nuisette avec mon déshabillé. J’ai pour mission désormais de réveiller en douceur l’homme qui dort sur le ventre, semi recouvert des draps.

 

Délicatement je découvre ses fesses magnifiques en relevant la couette puis m’attaque à décharger sur lui une cargaison de baisers qui a pour objectif de le réveiller.

Mon stratagème fonctionne car dans un grognement il se retourne m’offrant involontairement son sexe semi bandé.

 

Ma bouche fond sur lui et celui-ci je tends rapidement. Se faire réveiller en étant sucé, quel homme n’ai jamais rêvé de ça ?

 

Xavier s’éveille lentement, ravi de ma fellation

 

-         Bonjour ma chérie, j’adore ta façon de me réveiller !

 

Je le regarde en relevant les yeux vers le haut et continue mon ouvrage mais tout en pivotant un peu sur moi-même de façon à rapprocher mes fesses de sa main que je souhaite inquisitrice.

 

Ainsi positionnée, Xavier caresse mes hanches, flatte mes fesses puis s’immisce sous le peignoir et la nuisette pour me caresser ma peau nue et son doigt curieux se faufile dans mon sillon pour y découvrir mon bijou qui orne l’entrée de mon petit trou.

 

Je le regarde toujours et je vois son regard qui s’éclaire et un sourire coquin sur son visage.

 

Xavier me prend la tête et me retire de sa queue, vient m’embrasser et joue avec la base du rosebud.

Ça a comme effet de m’exciter encore plus.

 

-         Tu veux m’enculer avant le petit déjeuner ?

-         Ça va nous ouvrir l’appétit, non ?

-         J’ai faim de toi mon amour…

-         Xavier je peux te poser une question ?

-         Oui bien sûr, laquelle ?

-         Avec tes amants tu t’es toujours protégé ?

-         Oui toujours, je suis clean et je fais des tests régulièrement, le dernier date de deux semaines.

-         Moi aussi je suis clean… je fais aussi des tests. Tout est nickel… mais j’ai envie de te sentir en moi sans capote… tu crois qu’on peut ?

-         Je te fais confiance, tu me fais confiance… alors on peut !

-         Ouii j’ai envie de te sentir quand tu éjacules en moi.

-         D’accord Justine, ça me va !

 

Xavier me retourne, je suis toujours à genoux et il remonte ma nuisette et mon peignoir sur mes hanches pour dégager mes fesses, puis retire lentement le rosebud en tirant sur sa base.

Je sens l’objet sortir de moi et le sentiment de vide… 

 

Puis je sens ses doigts m’appliquer du gel (froid) quelques instants et je sens le sexe gonflé de désir parcourir mon sillon pour finir par se poser sur mon œillet ouvert. 

 

Je sens le gland s’appuyer dessus puis pousser pour me pénétrer, m’ouvrir… s’enfoncer progressivement entre mes reins, prendre possession de moi.

Il est désormais tout entier dans mon cul, mon dieu que j’aime ça.

 

Il va et vient, ressort entièrement pour venir ensuite m’empaler totalement, plusieurs fois de suite. J’ai l’impression d’être écartelée et je pousse un cri de plaisir.

Il ne m’en faut pas plus pour que cette sodomie me déclenche un orgasme

La stimulation de mon point G ou plutôt de mon point P, le massage prostatique que la queue de Xavier me procure, provoque des vagues de spasmes et de plaisir jusqu’à l’orgasme.

 

J’hurle presque de plaisir, son sexe fiché au plus profond de mon moi, quand je le sens se contracter et sens son afflux sanguin … et un flot de sperme inonder mon tunnel d’amour.

Je crois défaillir de bonheur…

 

Xavier se retire et me laisse vide. Je m’écroule sur le lit et je sens le sperme couler de mon anus ouvert, je le sens commencer à couler dans l’intérieur des cuisses.

Je suis heureuse, je suis comblée.

 

J’attrape mon rosebud que je repositionne en moi pour garder le plus de sperme de mon chéri dans mon ventre.

 

Xavier est dans le lit, sur le dos, épuisé. Je caresse son torse, l’embrasse en le remerciant du plaisir qu’il m’a donné.

 

Pendant que Xavier va se doucher, je décide de m’habiller et de rester ainsi, avec le rosebud et le reste de sperme en moi. Je me passe juste une lingette sur les fesses et sur l’entre jambes pour enlever le sperme qui avait séché sur mes cuisses.

 

Soutien-gorge et prothèses dans les bonnets, porte-jarretelles, culotte, bas chairs, robe et escarpins… et rosebud… me voilà prête pour aller prendre le petit-déjeuner au restaurant de l’hôtel. J’ai une faim de loup, ou plutôt de louve !

 

Xavier est sorti de la salle de bains et est désormais habillé d’un jean et d’une chemise. Il est beau mon homme !

 

Nous quittons la chambre pour rejoindre la salle au rez-de-chaussée, je marche sur mes talons en chaloupant un peu à cause de l’objet qui occupe mes fesses.

 

Ce jeudi s’annonce être une très belle journée !

 

 

A suivre


Cet épisode est l’avant dernier. Le prochain et dernier sera l’épilogue. Je suis en train de l’écrire.

Je suis contente de voir que l’histoire vous plait et sincèrement je vous en remercie.


N’hésitez pas à me laisser des commentaires ou des petits mots, je réponds à tous


Je vous propose un challenge, mettez plein de « like » j’adore ça ;) pour essayer que l’histoire passera en 1ère position dans la catégorie « Histoires Travesti/Trans ».


Merci merci, bisous les chéris

Diffuse en direct !
Regarder son live